Actualités Réalisation pyb29. @HomardEnchaine

 

Accueil Actualités Liens utiles Humeur Conseils municipaux Photos Assainissement Humour Les ports Bienvenue au Diben Courrier des lecteurs Contact

 

ENSEMBLE! PAYS DE MORLAIX

VENDREDI 28 FÉVRIER 2020

COMMUNIQUE ELECTIONS MUNICIPALES POUR LES COMMUNES DU PAYS DE MORLAIX

Le mouvement ENSEMBLE! a décidé de prendre position dans les élections municipales de communes du Pays de Morlaix, en cohérence avec ses orientations politiques clairement de gauche, écologique, féministe et sociale :

- L’exigence de propositions pour une alternative écologique au niveau des communes aux côtés de celles et ceux qui luttent pour le climat, contre la précarité énergétique, la malbouffe, les pesticides,…

- L’exigence sociale contre notamment le démantèlement du Service Public (Santé, Education,…)

- L’exigence, de l’égalité entre Femmes et Hommes, à l’heure du 8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes

- L’exigence du retrait du projet de retraites à points qui pénalisera l’ensemble de la population et pour une retraite à 60 ans

- L'exigence de soutien aux associations qui défendent les migrantEs dans le Finistère.

Sur la base de ces exigences essentielles, Ensemble! appelle les électeurs et électrices à battre toutes les listes se réclamant d’une politique de droite, libérale et antisociale (RN, LR, LREM et divers droite) et décide d’apporter un soutien particulier aux listes conduites par :

  Didier ALLAIN à Morlaix (Morlaix Alternative Citoyenne),

  Julien KERGUILLEC à Pleybert-Christ (Ensemble construisons demain),

  Martine CARN à Plougonven (Gauche sociale, écologiste et citoyenne)

ou encore celles conduites par

  Véronique PEREIRA au Cloitre-saint-Thégonnec

  Sébastien MARIE à Plounéour-Menez (L’envie commune).

 

Ouest-France

Saint-Jean-du-Doigt. Serge Debergue présente sa liste

Publié le 28/02/2020 à 06h30

La liste « Ensemble pour Saint-Jean demain ». | OUEST-FRANCE

Serge Debergue, qui avait annoncé sa candidature il y a quelques semaines, dévoile sa liste complète. Il avait choisi comme lieu, pour la photo officielle, l’exploitation laitière d’un de ses candidats. Ce choix n’est pas anodin : le candidat avait effectivement prévenu que son projet serait de réorienter la politique de la commune sur ses campagnes, et plus uniquement sur le centre-bourg.

La liste, qui se réclame d’une certaine continuité, comprend Hervé Quémeneur, qui fut maire de Saint-Jean-du-Doigt durant deux mandats, et membre de l’opposition, tout comme Serge Debergue, lors des six dernières années.

Le projet politique d’« Ensemble pour Saint-Jean demain » sera détaillé au cours de plusieurs réunions publiques, dont la première se tiendra le 12 mars. Le but de ces rencontres est de présenter et d’expliquer le programme, mais également de continuer à faire remonter les attentes des habitants.

Les candidats de la liste sans étiquette

Morgan Aubert, ouvrier agricole, 38 ans ; Serge Debergue (tête de liste), retraité EDF, 66 ans ; Annie Debergue, 42 ans ; Frédéric Joseph, artisan, 49 ans ; Sylvie Lasbleiz, employée saisonnière, 50 ans ; Claude Le Noan, directeur Effage, 45 ans ; Karine Léon, aide soignante, 42 ans ; Jean L’intanf, retraité, 74 ans ; Hervé Quéméner, retraité, 71 ans ; Sylvain Bourrhis, agriculteur, 33 ans ; Gladis Joseph, formatrice, 51 ans.

Jeudi 12 mars, à 18 h, salle Kasino, réunion publique.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-jean-du-doigt-29630/saint-jean-du-doigt-serge-debergue-presente-sa-liste-6756732

 

Ouest-France

Saint-Jean-du-Doigt. Le collectif Pacte pour la Transition en action

Publié le 28/02/2020 à 06h00

Des citoyens de Saint-Jean-du-Doigt, Plougasnou, Plouezoc’h et Lanmeur ont dégagé une quinzaine de propositions, qu’ils souhaient soumettre aux candidats aux municipales.

De gauche à droite : Vincent Dufour, Solenn Hemart, Alexandre Lardeur, Maurice Parant, Jean-Pierre Madiec, Véronique Lancien et Robert Augustin. | OUEST-FRANCE

Le Pacte pour la Transition est un projet national, apolitique, soutenu par une soixantaine d'associations et composé de 32 mesures écologi­ques et sociales. Il est relayé au niveau local par des groupes de citoyens, qui ont pour but de l’adapter aux particularités de leur commune et de faire signer aux candidats un « contrat » les engageant sur au moins dix mesures.

Un travail de « concrétisation »

Des citoyens de Saint-Jean-du-Doigt, Plougasnou, Plouézoc’h et Lanmeur ont uni leur force pour travailler ensemble. Ils ont dégagé une quin­zaine de mesures. « L’écologie peut- être très abstraite et vague. Il est fon­damental de contextualiser et de proposer du concret, sur lequel les candidats soient vraiment enga­gés », explique Vincent Dufour.

Des premiers contacts encourageants

« Nous sommes là pour réfléchir, proposer, faire ensemble, pas pour imposer », précise Maurice Parant. Le groupe a réuni ses mesures autour, de six thèmes : la démocratie locale et participative, eau et l'agriculture, la mobilité, les déchets, l’habitat et enfin la culture! Tous ces thèmes sont accompagnés de propositions con­crètes, concernant par exemple l’amélioration des transports en com­mun, la création de stations de com­postage locales ou encore d’habitats en structure coopérative. « Les candi­dats, bien que très ouverts a priori, sont parfois encore un peu frileux. Ils ne comprennent pas toujours qui nous sommes et à quel titre nous agissons », constate Solenn Hemart.

Une réunion de débat et d’explication

Expliquer et rassurer : ce sera donc le rôle de la soirée de présentation de ce soir. « Les futurs élus compren­dront que nous voulons travailler avec eux, et non pas en opposition. C’est pour cela que nous ne faisons pas de liste. » Peu leur importe en effet qui gagne, la seule chose qui compte pour eux « c’est qu’après les élections, les choses avancent, et qu’elles avancent avec l’aide de tout le monde », conclut Robert Augustin.

Ce vendredi, à 19 h 30, salle munici­pale de Plougasnou, réunion publi­que en présence des candidats aux municipales.

https://www.ouest-france.fr/elections/municipales/saint-jean-du-doigt-le-collectif-pacte-pour-la-transition-en-action-6756391

 

Ouest-France

Municipales. Morlaix alternative citoyenne propose un accord à la liste de Jean-Paul Vermot

Publié le Marie JOUSSEAUME

La liste Morlaix alternative citoyenne propose un accord à l’autre liste de gauche Morlaix ensemble, pour « n’avoir qu’une seule liste de gauche au second tour » des élections municipales.

MAC propose un accord pour n’avoir qu’une seule liste de gauche au second tour | OUEST-FRANCE

L’offre date de décembre, et elle tient toujours. La liste divers gauche Morlaix alternative citoyenne (MAC) a fait la proposition d’un accord avant le premier tour de l’élection municipales à l’autre liste de gauche, Morlaix ensemble (PS, PC, Génération. s). L’idée est de n’avoir qu’une seule liste de gauche, indique-t-on chez MAC.

Accord avant le premier tour

Nous savons tous que la gauche ne l’emportera au second tour que si elle présente une seule liste et que celle-ci est composée sans ‘ ripatouillages’, assure la tête de liste de MAC, Didier Allain. Nous ne voulons pas de négociations le soir du premier tour, c’est ce qui nous avait fait perdre la dernière fois. Nous pensons que la transparence est une marque de respect envers les électeurs, juge-t-il.

La proposition d’accord, dans le cas où MAC arriverait en tête de la gauche, lui donne une majorité de conseillers pour pouvoir mener son projet, soit 17 places éligibles sur la liste du second tour. Les places éligibles restantes ainsi que deux places éligibles au conseil communautaires seraient attribuées à Morlaix ensemble, menée par Jean-Paul Vermot.

Dans le cas où Morlaix ensemble serait en tête, MAC accepterait une proposition réciproque, sans demander à négocier sur le programme, les places éligibles ou les postes.

Pour l’heure, la liste Morlaix ensemble n’a pas donné suite à cette proposition.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/municipales-morlaix-alternative-citoyenne-propose-un-accord-la-liste-de-jean-paul-vermot-6756113

 

Ouest-France

Coronavirus. Un premier cas en Bretagne à Brest

Publié le Coline PAISTEL

Un premier cas de coronavirus Covid-19 a été confirmé en Bretagne. Il s’agit d’un homme de 72 ans. Il est hospitalisé au service réanimation du CHU de Brest.

D’ores et déjà, le CHU de Rennes est en mesure de diagnostiquer le coronavirus. | ARCHIVES

Cet homme de 72 ans, domicilié à Plougonvelin près de Brest, a récemment séjourné en Egypte d’où il est rentré il y a une dizaine de jours. Et c’est le premier cas de coronavirus diagnostiqué en Bretagne. « Les investigations ont immédiatement commencé pour déterminer la source de cette contamination », indiquait hier soir l’ARS, l’Agence régionale de santé. Par ailleurs, une liste de toutes les personnes ayant été en contact avec cet homme a été établie. Il s’agit, souligne encore l’ARS, « de prendre toutes les mesures possibles pour contenir les éventuelles transmissions du virus » Au CHU de Brest, une cellule de crise a aussi été mise en place.

Le patient a été placé en réanimation depuis lundi. Son épouse a aussi été hospitalisée pour une suspicion de contamination par le virus.

Le premier patient en Bretagne contaminé par le Coronavirus est hospitalisé depuis lundi au CHU de Brest et placé au service de réanimation. | ARCHIVES OUEST-FRANCE

Que va-t-il se passer ?

Si les personnes proches de ce malade présentent des symptômes comme de la fièvre, de la toux et des difficultés respiratoires, des prélèvements seront alors effectués pour détecter une éventuelle contamination.

Par ailleurs, détaille l’ARS, « en l’absence de signes cliniques, un isolement à domicile doit être observé pendant 14 jours. » Et dans ce cas, les personnes sont appelées quotidiennement pour suivre l’évolution des signes cliniques.

L’Agence régionale de santé avait ainsi mis en place tout ce dispositif pour faire face à d’éventuels cas de contamination par le coronavirus (Covid-19). La stratégie est de détecter et de prendre en charge le plus précocement possible les cas de contamination et les personnes dites « contacts », c’est-à-dire ayant été au contact d’une personne infectée, afin d’éviter toute diffusion du virus.

Il est notamment prévu la mise à l’isolement à domicile des personnes « contacts » durant quatorze jours ainsi que l’activation d’un numéro vert régional, dès lors qu’un cas serait confirmé, pour répondre aux questions des populations.

Le dispositif s’appuie sur des établissements de santé de première ligne, habilités pour le Covid-19. Pour la Bretagne, il s’agit des centres hospitaliers universitaires (CHU) de Brest et de Rennes.

En effet, ils disposent des « modalités d’hospitalisation répondant à certains critères d’isolement et de protection pour les patients et les professionnels de santé », indique l’Agence régionale de santé de Bretagne.

Le CHU de Rennes a, dès à présent, la capacité de diagnostiquer le virus par examen de biologie. Des tests sont en cours au CHRU de Brest. Tous les établissements de santé bretons sont également en alerte.

Un protocole d’urgence mis en place à Fougères

Le dispositif mis en place a déjà été mis à l’épreuve. Ainsi, jeudi 27 février à Fougères (Ille-et-Vilaine), le protocole d’urgence a été déclenché pour trois patients admis aux urgences avec un syndrome grippal.

Il s’agissait de deux hommes et une femme, originaires du pays de Fougères, « ayant été en contact avec des personnes revenant de zones sensibles, a priori l’Italie selon nos informations, ou ayant été un contact de contact d’une personne touchée par le coronavirus », explique David Chambon, directeur de l’hôpital de Fougères.

Durant près de trois heures, un protocole spécifique au coronavirus a été mis en place aux urgences : « À leur arrivée vers 8 h 30, ces personnes, qui ne se connaissent pas a priori, ont été placées dans un box dédié avec une infirmière dédiée, celle qui les avait accueillis et qui n’avait pas le droit d’être en contact avec d’autres patients », explique David Chambon. Tous les soignants ont dû porter un masque et la ventilation des urgences a été arrêtée.

Après auscultation et « analyse du niveau d’exposition potentiel », l’infectiologue du CHU de Rennes et l’Agence régionale de santé ont décidé conjointement de lever la suspicion, vers 11 h. « Ces patients sont rentrés chez eux à la mi-journée », explique le directeur.

Jeudi soir, le site de Santé Publique France mentionnait, pour la Bretagne, 42 cas « investigués », pour une suspicion de contamination par le coronavirus, et aucun cas « confirmé ».

https://www.ouest-france.fr/bretagne/coronavirus-les-chu-bretons-en-premiere-ligne-6756072

 

Ouest-France

Plougasnou. « Tous unis pour Plougasnou » dévoile sa liste

Publié le

Yvon Tanguy, tête de la liste « Tous unis pour Plougasnou » pour les élections municipales, a présenté, dimanche, ses colistiers.

Les colistiers de la liste « Tous unis pour Plougasnou » . | OUEST-FRANCE

C’est devant le collège de Plougasnou qu’Yvon Tanguy a choisi de présenter dimanche à la presse sa liste « Tous unis pour Plougasnou ». Il est le premier candidat à le faire.

Les projets précis seront détaillés dans des tracts distribués dans les boîtes aux lettres et lors des réunions publiques. Yvon Tanguy souhaite toutefois préciser « les huit axes stratégiques identifiés comme essentiels pour l’avenir de Plougasnou et de ses habitants : inciter les familles et les jeunes à venir s’installer dans la commune ; consolider le tissu économique et attirer de nouvelles entreprises ; élargir la palette des animations et améliorer le lien d’échanges avec les associations ; favoriser la cohérence entre les écoles et le collège et leurs offres de service ; engager une vraie politique de transition énergétique et de développement durable ; faciliter les déplacements et l’accès à la commune. »

Les candidats

Jean-Luc André, retraité, 65 ans ; Dominique Aymard, directeur industriel en groupe de presse, 59 ans ; Cathy Boudy, responsable du personnel en entreprise, 40 ans ; Baptiste Canchon, artisan, 42 ans ; Jérôme Develle, gestionnaire territorial GHT Armor, 39 ans ; Anne Etien, retraitée responsable clientèle assurance, 64 ans ; Guy Féat, directeur agence OTAN, 66 ans ; Sylvie Féat, adjointe responsable laboratoire, 50 ans ; Thierry Flamanc, responsable de société, 53 ans ; Martine Le Doaré, infirmière retraitée, 70 ans ; Hervé Le Gall, formateur technique en aéronautique retraité, 61 ans ; Jean-Pierre Le Squin, agriculteur, 52 ans ; Sophie Martin, employée de commerce, 44 ans ; Jean-Yves Masson, agriculteur, 52 ans ; Liliane Oussin, assistante de direction retraitée, 68 ans ; Véronique Paul, technico-commerciale, 47 ans ; Véronique Poders, coiffeuse, 55 ans ; Dominique Ropars, ouvrier qualifié, 55 ans ; Nicole Raisonnier, employée agroalimentaire retraitée, 72 ans ; Mathilde Spillmann, clerc de notaire, 25 ans ; Yvon Tanguy (tête de liste), cadre de La Poste retraité, 67 ans ; Catherine Verrier, directrice du département agriculture durable retraitée, 66 ans ; Dominique Vigreux, médiatrice en formation hospitalière, 60 ans ; Philippe Vincent, directeur de gestion droit et réseaux SCAD retraité, 67 ans.

https://www.ouest-france.fr/elections/municipales/plougasnou-tous-unis-pour-plougasnou-devoile-sa-liste-6755772

 

Ouest-France

Municipales à Morlaix. La liste LREM Morlaix avec vous ! est au complet

Publié le

Quatre listes sont désormais complètes pour les municipales à Morlaix. Morlaix avec vous ! (LREM), menée par Jean-Philippe Bapceres, est la dernière à se dévoiler.

La moyenne d’âge des colistiers est de 48 ans. | PHOTO LE GUILLOU

Une quatrième liste est complète pour les élections municipales à Morlaix. Il s’agit de Morlaix avec vous !, menée par Jean-Philippe Bapceres, 46 ans. Soutenue par LREM, il s’agit d’une  liste ouverte, qui porte des valeurs fortes autour de trois axes. D’abord, avec une dynamique de ville, que ce soit en économie ou en animation. Nous voulons assurer la transition écologique de la ville, et nous appuyer sur les valeurs sociales connectées, pas seulement d’un point de vue numérique, mais aussi en remettant le citoyen au cœur de la ville , expose la tête de liste.

Le programme comprend au total 150 points, qui sont publiés sur le site Internet de Morlaix avec vous !. Ces pistes de travail ont été recueillies par les membres de la liste auprès des citoyens et des commerçants.

Jean-Philippe Bapceres assure n’avoir pas eu de difficultés à monter sa liste, hormis le passage en commission de contrôle électoral d’Anne Bruyaux, la numéro deux la liste, dont la domiciliation avait été mise en doute.  Je ne pense pas qu’il y ait eu malice de la part de la mairie , précise-t-il.

 Il y a eu plus de personnes que nécessaire, nous avons pris le temps de choisir pour la liste , explique-t-il, en reconnaissant toutefois que  la difficulté était plutôt de trouver des femmes . On compte 18 hommes et 17 femmes sur cette liste où la moyenne d’âge des colistiers est de 48 ans.

La liste complète

Jean-Philippe Bapceres (tête de liste), commerçant, 46 ans ; Anne Bruyaux, directrice d’agence, 47 ans ; Alain Albisetti, cadre supérieur retraité, 75 ans ; Fabienne Lairan, agent de service intérieur et couturière, 48 ans ; Damien François Ladan, ingénieur en informatique, 34 ans ; Aurore Martin Keraudy, chanteuse lyrique et professeur de chant, 34 ans ; Stéphane Pelot, technicien, 49 ans ; Céline Milan, assistante maternelle, 37 ans ; Alain Sévère, commerce et agriculture, retraité, 64 ans ; Maryse Pelot, retraitée, 72 ans ; Erwan Chevalier, assistant gestionnaire de copropriété, 36 ans ; Alexandra Suet, employée de commerce, 24 ans ; Olivier Brenner, officier de la Marine marchande, 48 ans ; Stéphanie Fustec, auxiliaire de vie CCAS, 39 ans ; Régis Le Coz, assistant de gestion territoriale, 53 ans ; Maria Le Gallo, agent administratif territorial, 55 ans ; Alain Chaumet, retraité, 68 ans ; Carole Cadoret, secrétaire, 50 ans ; Christophe Pouliquen, artisan, 40 ans ; Cathy Le Jan, sans profession, 54 ans ; Claude Jacq, retraité, 64 ans ; Vanessa Le Moal, ouvrière, 31 ans ; Michel Kermoal, retraité de la Gendarmerie nationale, 58 ans ; Jeanine Adame Madi, ouvrière, 40 ans ; Dominique Joseph Lacroix, antiquaire, 65 ans ; Sophie Aubertin, ouvrière, 44 ans ; Serge Gendre, gérant de succursale, 36 ans ; Rime Justine Albisetti, employée de commerce, 29 ans ; Claude François, comptable, 40 ans ; Mathilde Le Coz, étudiante, 19 ans ; Yvon Saleun, retraité officier de la Marine marchande, 66 ans ; Maryline Apolloni, fonctionnaire des finances, 60 ans ; Daniel Piquet Pellorce, retraité, 78 ans.

https://www.ouest-france.fr/elections/municipales/municipales-morlaix-la-liste-lrem-morlaix-avec-vous-est-au-complet-6755716

 

Ouest-France

Plestin-les-Grèves. Le tribunal ordonne la destruction de la maison de Saint-Efflam

Publié le

Construite en 2012 dans le quartier de Saint-Efflam, à Plestin-les-Grèves (Côtes-d’Armor), la maison Bourdin est attaquée par plusieurs associations, qui s’appuient sur la loi Littoral. Jeudi 27 février 2020, le tribunal judiciaire de Saint-Brieuc a ordonné sa destruction.

Le tribunal a demandé la démolition de la maison. | ARCHIVES OUEST-FRANCE

Le tribunal judiciaire de Saint-Brieuc a tranché, jeudi 27 février 2020 : la maison en bois du quartier de Saint-Efflam, à Plestin-les-Grèves (Côtes-d’Armor) devra être détruite. Construite en 2012, la résidence secondaire fait l’objet d’un contentieux depuis plusieurs années.

Les familles Bourdin, Cassin et Jamois, copropriétaires de la maison se disent  sonnées  pas la décision. « On ne s’est pas encore vraiment concertés mais on se dirige certainement vers un appel. »

L’association Plestin Environnement avait attaqué la validité du permis de construire, accordé en 2011, devant la justice. Le tribunal administratif de Rennes, puis la cour d’appel de Nantes avaient donné raison à l’association, en 2014 et 2016, s’appuyant sur la loi Littoral qui interdit toute construction en dehors des espaces urbanisés, sur une bande de 100 mètres du littoral.

Démolition et remise en état du site

Cette fois-ci, Plestin Environnement, Sauvegarde du Trégor, et la Fapel 22 demandaient la démolition de la maison.

Le tribunal judiciaire de Saint-Brieuc s’est prononcé en faveur des trois associations et a ordonné la démolition de la construction, la remise en état du site tel qu’avant la construction, et a condamné les propriétaires à verser 1 500 € à chacune des associations.

« On ne se réjouit pas de la destruction d’une maison, mais de l’application de la loi Littoral. Les propriétaires ont été prévenus à plusieurs reprises des risques, ils les ont pris et ont perdu », réagit Étienne de Saint-Laurent, président de Plestin Environnement.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/lannion-22300/plestin-les-greves-le-tribunal-ordonne-la-destruction-de-la-maison-de-saint-efflam-6755691

 

Ouest-France

Morlaix. Les candidats à la mairie interpellés sur la Palestine

Publié le 27/02/2020 à 06h10

Les élections municipales des 15 et 22 mars 2020 s'approchent à grand pas. Les candidats à la mairie de Morlaix (Finistère), ont été interpellés sur la Palestine.

François Rippe, président de l’AFPS du pays de Morlaix. | ARCHIVES OUEST-FRANCE

L’Association France – Palestine Solidarité (AFPS) du pays de Morlaix a envoyé un courrier aux quatre listes candidates à la mairie de Morlaix sur la solidarité avec la Palestine. « À quand le parrainage d’un prisonnier politique par la Ville de Morlaix, une motion du conseil municipal contre l’annexion de la vallée du Jourdain ou un accord de coopération avec un camp de réfugiés de Cisjordanie ? », s’interroge l’AFPS. Sont aussi évoqués une charte éthique pour ne pas travailler avec des entreprises impliquées dans la colonisation ou le tissage de liens avec des collectivités territoriales palestiniennes. « Les questions internationales sont rarement aux programmes d’élections locales, conclut l’association. Pour autant, nous espérons vraiment des réponses à nos questions, qui, nous le constatons sur le terrain, sont partagées par un grand nombre de nos concitoyen·ne·s. »

L’AFPS rendra publiques les réponses des listes candidates aux élections municipales.

https://www.ouest-france.fr/elections/municipales/morlaix-les-candidats-la-mairie-interpelles-sur-la-palestine-6754920

 

Ouest-France

Plestin-les-Grèves. Un nouvel avenir pour Kerallic, paradis des vacances en famille

Publié le Renée-Laure EUZEN

Le site de Kerallic, qui surplombe la magnifique baie de Saint-Efflam, à Plestin-les-Grèves (Côtes-d’Armor), change de mains. La Caisse d’allocations familiales vient de le céder à Lannion-Trégor communauté pour 1,2 million. Le lieu gardera sa vocation de tourisme social et familial.

Les élus de Lannion-Trégor communauté, de Plestin et les représentantes de la Caf ont effectué une visite du site de Kerallic, à Plestin-les-Grèves ce mercredi 26 février 2020. | OUEST-FRANCE

1,2 million d’euros. C’est le montant du gros chèque que vient de signer Joël Le Jeune, président de Lannion-Trégor communauté, à la Caf des Côtes d’Armor pour l’achat du site de Kerallic, à Plestin-les-Grèves. Une propriété de 9,2 ha qui surplombe la baie de Saint-Efflam. Ses 7 320 m² de surface bâtie comprennent un manoir datant de 1899, une cinquantaine de bungalows, des salles de restauration et de conférence… On y trouve aussi un ancien terrain de camping.

Du tourisme social

Ce vaste espace dédié au tourisme social a vu passer nombre de vacanciers costarmoricains depuis les années 1970. « Le conseil d’administration de la Caf a décidé de le mettre en vente en 2017, juste avant le renouvellement de la convention de gestion, car nous abordons aujourd’hui différemment la thématique des vacances », indique Blandine Bissiliat-Donnet, présidente du conseil d’administration.

Lannion-Trégor communauté s’est mise sur les rangs. Et a remporté la partie. Car la Caf avait des critères bien précis à respecter pour le futur acquéreur, comme préserver la destination du lieu : qu’il reste accessible aux familles.

Le projet de la communauté d’agglomération trégorroise pour ce site exceptionnel a convaincu. « Ce que nous voulons faire ici correspond parfaitement à notre projet de territoire », estime Joël Le Jeune, attaché lui aussi à la notion de « tourisme familial ».

trois millions de travaux

La nouvelle vie de Kerallic devrait se dessiner autour d’une vocation touristique, comme c’est le cas aujourd’hui, mais aussi nautique, avec l’accueil possible de stagiaires des centres nautiques voisins de Trédrez-Locquémeau et Plestin-les-Grèves. Enfin, le terrain de camping pourrait se transformer en une aire de camping-cars communale pour la cité plestinaise qui n’en dispose pas à ce jour.

Cette page, qui reste à écrire, a toutefois un préalable : des travaux. À cette heure, la facture est estimée à trois millions d’euros sur cinq ans. « Il s’agit surtout de remise aux normes, d’isolation, éventuellement de désamiantage », précise Joël Le Jeune. Les différents chantiers seront programmés hors saison, pour ne pas entraver l’activité du lieu qui restera ouvert. Cette année, le gestionnaire Escapia, en place depuis 2004, poursuit.

Pour le secteur, cette acquisition mais aussi la réouverture de l’hôtel de la Plage, à Saint-Michel-en-Grève, sont deux symboles forts dans la lutte contre les algues vertes. Le combat n’est pas encore gagné, mais « le taux de nitrates dans les cours d’eau diminue régulièrement. Le volume d’algues ramassés a fortement baissé ces dernières années », indique le président de LTC. Même si le ramassage systématique reste toujours d’actualité.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/lannion-22300/plestin-les-greves-un-nouvel-avenir-pour-kerallic-paradis-des-vacances-en-famille-6754532

Un coup de jeune pour Kerallic

 

Ouest-France

Morlaix. L’historien Michel Pierre en dédicace cette semaine

Publié le

L’historien Michel Pierre sera jeudi à la MJC et samedi à la librairie Dialoguespour dédicacer son livre L’impossible innocence : Histoire de l’affaire Seznec.

Le portrait anthropométrique de Seznec à l’époque de l’affaire. | DR

La librairie Dialogues s’associe avec la MJC en invitant l’historien Michel Pierre. Agrégé d’histoire, spécialiste d’histoire pénale, il étudie l’affaire Seznec depuis 2001 et vient de sortir un livre intitulé L’impossible innocence : Histoire de l’affaire Seznec, paru chez Tallendier.

Michel Pierre sera jeudi, à 18 h, à la MJC pour une projection d’un film d’archives afin d’expliquer au public le processus de transformation d’un fait divers presque banal en « affaire du siècle ». « L’idée est de projeter l’émission de 1967, Cinq colonnes à la une, menée par le chroniqueur judiciaire Frédéric Pottecher. En reprenant tous les éléments, enquêtes policières, instruction, procès d’assises, on s’aperçoit que tout s’est déroulé avec beaucoup de scrupules et de rigueur. »

« Un livre d’histoire »

Michel Pierre s’appuie sur différentes archives trouvées dans la presse de l’époque et sur le terrain. Il a eu accès à des documents uniques, comme la lettre des descendants de Quéméneur, et a rencontré le principal représentant de la parentèle Quéméneur dont on avait fini par oublier l’existence.

« Affirmer que l’enquête a été bâclée et que Guillaume Seznec a été victime d’une machination policière ou d’une condamnation cachant une affaire d’État relève d’une totale affabulation. » Pour l’historien, les charges contre Seznec étaient graves, concordantes, précises et écrasantes. « Mon ouvrage est un livre d’histoire, qui, après avoir rappelé les faits, tente de comprendre comment naît une fable, une folie médiatique. Ce qui est fascinant, c’est de voir qu’à chaque fois qu’une hypothèse s’effondre, une autre surgit. » Tout aussi passionnant est le fait de comprendre par quels mécanismes l’opinion publique a fini par être convaincue, dans sa très grande majorité, de l’innocence de Seznec sans rien connaître des faits. « Le plus intéressant dans cette histoire tient à son mélange de complotisme, de fabrication de fausses informations, d’emportement populaire, de méconnaissance du dossier et de paresse intellectuelle. » Si Michel Pierre trouve tout à fait honorable l’engagement de la famille Seznec dans une œuvre de réhabilitation de Guillaume Seznec, il critique les ouvrages de Denis Seznec. « Ils me semblent hélas trop parsemés d’erreurs, d’approximations et d’inventions historiques pour contrebalancer d’autres études sérieuses sur le sujet. »

Jeudi 27 février 2020, à 18 h, à la maison des jeunes et de la culture, et samedi 29 février, à 10 h 30, à la librairie Dialogues

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-l-historien-michel-pierre-en-dedicace-cette-semaine-6753638

 

Ouest-France

Plougonven. Composition de la « Liste de gauche sociale, écologiste et citoyenne »

Publié le 25/02/2020 à 22h05

Martine Carn mènera la « Liste de gauche sociale, écologique et citoyenne », qui compte vingt-trois membres.

Martine Carn, deuxième à partir de la gauche, mènera cette deuxième liste présente aux municipales plougonvenoises. | OUEST-FRANCE

Martine Carn, membre du PCF, mènera la Liste de gauche sociale, écologiste et citoyenne composée au total de vingt-trois membres, parmi lesquels douze femmes. Sa moyenne d’âge est de 50 ans. Martine Carn souligne « de porter à son actif une expérience de dix-neuf ans en tant qu’élue dans la commune de Plougonven ». Sa liste d’étiquette divers gauche se décrit « volontaire et dynamique, alliant jeunesse et ancienneté avec expérience, sérénité, envie et compétence ».

Trois réunions sont prévues par la liste pour présenter son programme. Jeudi 5 mars, à 19 h, à la salle des associations de Saint-Eutrope ; mardi 10 mars, à 19 h, à la salle de l’ancienne école du Kermeur ; et jeudi 12 mars, à 19 h, à la salle des fêtes au bourg.

Les candidats

Martine Carn (tête de liste), infirmière retraitée, 65 ans ; Joël Pontoizeau, retraité des industries électriques et gazières, 60 ans ; Typhaine Kerboriou, agente service hospitalière, 29 ans ; Yannick Jaouen, chauffeur magasinier, 49 ans ; Laëtitia Le Corvoisier, aide-soignante, 40 ans ; Christian Roué, opérateur de production, 51 ans ; Maryline Le Lay, employée de commerce, 35 ans ; Gilbert Bodénez, cadre de santé, 53 ans ; Isabelle Caménen, professeure des écoles retraitée, 60 ans ; Jean-Pierre Le Gall, agriculteur, 55 ans ; Ghislaine Le Lourec, agente de La Poste, 58 ans ; Pierre Traon, retraité des travaux publics, 65 ans ; Morgane Tanguy, agente administrative territoriale, 26 ans ; Thierry Benquey, accompagnant d’élèves en situation de handicap, 60 ans ; Nadia Nen, adjointe technique, 44 ans ; Yvon Kerrien, agriculteur retraité, 68 ans ; Orianne Le Cloarec, préparatrice en pharmacie, 31 ans ; Yves Rams, technicien mécanique retraité, 69 ans ; Catherine Coant, infirmière, 48 ans ; Matthieu Le Gall, rotativiste, 33 ans ; Viviane Laviec, aide médico-psychologique, 59 ans ; Clément Le Roy, agent territorial, 58 ans ; Laëtitia Ménez, infirmière, 44 ans.

https://www.ouest-france.fr/elections/municipales/plougonven-composition-de-la-liste-de-gauche-sociale-ecologiste-et-citoyenne-6752970

 

Le Diben mardi 25 février 2020

Plougasnou. Images du marché

Photo pyb29 Photo pyb29 Photo pyb29

Photo pyb29 Photo pyb29 Photo pyb29 Photo pyb29

 

Ouest-France

Plougasnou. La SNSM a renfloué un voilier coincé à la pointe de Primel

Publié le

Vendredi 21 février, les sauveteurs de la station SNSM de Primel-Plougasnou (Finistère) se sont mis à l’eau pour renflouer un bateau coincé dans les rochers.

Vendredi 21 février, la SNSM de Primel-Plougasnou a procédé au renflouage du voilier « Le Margao ». | DR/ PIERRE-YVON BOISNARD

Le voilier « Le Margao » a passé plusieurs jours en bien mauvaise posture. Coincé dans des rochers de la pointe de Primel, le bateau de 5m50 a finalement été renfloué par la station SNSM de Primel-Plougasnou (Finistère), vendredi 21 février.

La vedette Notre-Dame du Trégor et le semi-rigide Curnic ont pu le remorquer jusqu’au Diben, où il a été gruté par le chantier naval Rolland Marine. La SNSM a posté des photos de ce renflouage sur son compte Facebook.

SNSM Primel-Plougasnou

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plougasnou-29630/plougasnou-la-snsm-renfloue-un-voilier-coince-la-pointe-de-primel-6752961

 

Le Diben mardi 25 février 2020

Plougasnou. Paroles d'oies bernaches

Vidéo : Oies bernaches au fond de l'Anse de Primel vendredi 21 février 2020

Vidéo : Renflouage du "Margao" Pointe de Primel-Trégastel vendredi 21 février 2020  

 

Ouest-France

Plounéour-Ménez. La commune a reçu le prix « Zéro phyto 2020 »

Publié le

Le maire de Plounéour-Ménez, Jean-Michel Parcheminal, et son adjointe Clotilde Roux. | OUEST-FRANCE

La commune a été récompensée de ses efforts par le prix Zéro phyto, décerné par la région Bretagne aux communes qui font le choix d’utiliser des produits ou méthodes naturelles dans l’entretien des espaces publics au quotidien.

Le maire Jean-Michel Parcheminal et son adjointe Clotilde Roux se sont dits fiers des efforts accomplis dans ce domaine tout au long du mandat, dans l’entretien des parterres de fleurs, des voiries, du terrain de football ou encore du cimetière.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plouneour-menez-29410/plouneour-menez-la-commune-recu-le-prix-zero-phyto-2020-6751987

 

Ouest-France

Lannion. Avec « Lannion écologiste et solidaire », rocade et aéroport ont du plomb dans l’aile

Publié le Renée-Laure EUZEN

La liste « Lannion écologiste et solidaire », emmenée par Paul Le Bihan, le maire sortant PS de Lannion (Côtes-d’Armor), a terminé de rédiger son programme. Il sera distribué dans les boîtes aux lettres. Un programme qui s’est « verdi », notamment sur le thème des transports.

Lannion-Trégor communauté soutient la plate-forme Air affaires qui propose du « co-avionnage » aux entreprises. | OUEST-FRANCE

Évidemment, en parvenant à faire une liste d’union ralliant PS, Verts, UDB et PC, il fallait s’attendre à des mesures qui permettent aux alliés écologistes de s’y retrouver. Une page entière du programme de « Lannion écologiste et solidaire » est consacrée à « la transition écologique ». Un adjoint y sera même dédié.

Dans ce volet, la liste de Paul Le Bihan, le maire sortant de Lannion (Côtes-d’Armor), propose également de temporiser sur les projets routiers : « Dans l’attente de l’analyse de l’impact généré par le pont-aval et en tenant compte du développement des nouvelles mobilités et de leurs conséquences, la Ville de Lannion proposera de suspendre les études concernant la rocade sud pendant la durée du mandat. »

Ne pas croquer davantage de terres agricoles

Difficile de remettre en cause totalement le projet de quatrième pont qui figure dans le schéma de référence Lannion 2030. Mais pour ne pas croquer davantage de terres agricoles, la rocade sud, dont l’échéance paraît plus lointaine, est dans la ligne de mire.

Pour l’aéroport, l’avis est encore plus tranché. Depuis 2018, la liaison régulière avec Paris n’est plus assurée. Fin 2019, la start-up brestoise Air affaires a mis un pied sur le tarmac de Lannion en proposant du « co-avionnage ». Le service qui s’adresse aux entreprises est soutenu par Lannion-Trégor communauté qui aide financièrement, en fonction du nombre de sociétés abonnées. Une mesure contestée en conseil communautaire par Cédric Seureau.

Le train plutôt que l’avion

Aujourd’hui, avec le ralliement des Verts, la question de l’aéroport est tranchée : la liste « Lannion écologiste et solidaire » entend «  renoncer à réactiver une liaison aérienne régulière subventionnée par des fonds publics. Ces crédits seront affectés aux nouvelles mobilités ».

La liste de Paul Le Bihan préfère le train. Elle compte « intervenir pour développer et améliorer les dessertes ferroviaires ».

https://www.ouest-france.fr/elections/municipales/lannion-avec-lannion-ecologiste-et-solidaire-rocade-et-aeroport-ont-du-plomb-dans-l-aile-6751213

 

Ouest-France

Les déchets bretons vont chauffer Stockholm

Publié le Philippe GUEGAN

L’entreprise Guyot environnement va livrer chaque année 15 000 tonnes de « déchets ultimes » transformés en combustible.

Un premier chargement de 2 000 tonnes de combustible solide de récupération (CSR) a quitté le port de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) pour la Suède ce vendredi 21 février 2020. | DR GUYOT ENVIRONNEMENT

L’initiative

L’entreprise Guyot environnement, dont le siège social est basé à Brest (Finistère), produit chaque année 40 000 tonnes de « déchets ultimes ».

Jusqu’en 2016 ces déchets étaient enfouis en décharge. « Aujourd’hui, nous trions toutes les matières valorisables, se félicite Erwan Guyot codirigeant de Guyot environnement . Et le produit ultime est désormais transformé en combustible pour l’export ou à destination des cimentiers, en remplacement des énergies fossiles. »

Le groupe Guyot, qui emploi 350 collaborateurs pour un chiffre d’affaires de 150 millions d’euros, a annoncé l’objectif d’atteindre le « zéro enfouissement » en 2 040.

Un contrat de trois ans

Ces déchets ultimes sont fabriqués à partir de déchets industriels, d’encombrants et de bois de recyclage. Ils sont transformés en combustible solide de récupération (CSR) sur les sites de Morlaix (Finistère) et Ploufragan (Côtes-d’Armor). 25 000 tonnes de ces CSR vont continuer d’alimenter les cimenteries, mais 15 000 tonnes vont être exportées vers la Suède.

Le matériau de combustion va contribuer à alimenter une des chaudières de l’agglomération de Stockholm (Suède) et permettre à la ville de répondre à 95 % de ses besoins en eau chaude et chauffage. Ce vendredi 21 février 2020 un premier chargement de 2 000 tonnes de CSR a quitté le port du Légué à Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), à destination de la Suède. Un contrat de trois ans a été signé entre la capitale de la Suède et Guyot environnement.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/les-dechets-bretons-vont-chauffer-stockholm-6751175

 

Ouest-France

Morlaix. L’urban trail pour l’école Diwan réserve des surprises

Publié le Marie JOUSSEAUME

La quatrième édition du Montroulez urban trail au profit de l’école Diwan est prévu ce dimanche 1er mars 2020, à Morlaix (Finistère). Le parcours a légèrement changé.

Quelques coureurs ont fait une reconnaissance du parcours jeudi 13 février 2020. | OUEST-FRANCE

Le départ des courses du Montroulez urban trail sera donné place Allende, à Morlaix (Finistère), dimanche 1er mars 2020. Le 8 km partira à 9 h 30 et le 16 km à 10 h. Les coureurs sont prévenus : il va y avoir quelques surprises en cours de route.

Des surprises sur le parcours

Pas de panique, les lieux emblématiques sont toujours au parcours : traversée du viaduc, passerelle de la gare, passage à la Manufacture des tabacs, etc. La nouveauté, c’est que sur le 16 km, nous allons traverser cinq communes : Morlaix, bien sûr, mais aussi Plourin-Lès-Morlaix, Saint-Martin-des-Champs, Plouigneau et Plougonven. Nous allons passer dans des lieux inédits jusque-là… sourit François Boulbennec, de l’équipe d’organisation, sans en révéler plus.

La distance augmente légèrement pour les deux courses, pour attirer aussi les coureurs hors de Morlaix, explique-t-il.

Réduire les déchets

La course va essayer de produire un minimum de déchets. Au niveau du ravitaillement, par exemple, on se fait livrer en vrac, et on va essayer de récupérer les dossards des coureurs. La communication autour de l’événement a été limitée au minimum, grâce des banderoles réutilisables. L’association En Vrac à l’ouest sera présente, place Allende.

Soutenir l’école

L’identité bretonne est au cœur du trail : d’abord, parce qu’elle est au profit de l’école Diwan, pour aider au financement des emplois hors enseignants de l’établissement. Et sur place, la course est commentée en breton (et en français) par deux speakers. La signalisation de la course est aussi en breton, avec une équipe de bénévoles au complet. Le bagad de Morlaix et un groupe d’accordéonistes animeront la course.

Comment on se prépare ?

Quelques jours avant la course, c’est peut-être un peu compliqué…, admet François Boulbennec. Mais sur le principe, il faut courir régulièrement, et augmenter la distance et le temps de course progressivement. En bonus, pour un trail urbain : Un peu de travail en côte, dans les venelles. Que du bonheur ! Avis aux amateurs…

Dimanche 1er mars 2020 : départ du 8 km à 9 h 30 et départ du 16 km à 10 heures, place Allende.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-l-urban-trail-pour-l-ecole-diwan-reserve-des-surprises-6750979

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
24 février 2020

Étonnant, non?

 

Ouest-France

Plougasnou. Art en Plougasnou prépare son salon de peinture

Publié le

L’association, qui compte 42 adhérents, a réuni une vingtaine de ses membres pour son assemblée. | DR/ PIERRE-YVON BOISNARD

Vendredi dernier, s’est tenu l’assemblée générale de l’association Art en Plougasnou. La réunion a été présidée par Françoise Terret-Daniel, vice-présidente, en l’absence du président Jean Rouve, en retrait pour la durée de la campagne des élections municipales.

Gabrielle Perrier, commissaire du Salon depuis plus de 10 ans, a commencé par rappeler que l’association a pour but de découvrir de nouveaux talents et de favoriser la rencontre entre les artistes et le public. Sa principale activité est l’organisation, chaque été, du Salon de peinture. Celui de 2019 a été un grand succès : il a accueilli 38 exposants et plus de 3 000 visiteurs. Et les ventes d’œuvres y ont été en nette hausse.

Yves Douguet a par la suite présenté les projets 2020. Le vernissage du salon aura lieu samedi 13 juillet, à 18 h, et l’exposition se fera entre le 14 juillet et le 16 août. Les travaux de l’office de tourisme s’achevant en avril, le salon pourra se tenir comme d’habitude dans la maison prévôtale.

Par ailleurs, la collaboration souhaitée avec Patrimoine de Plougasnou se concrétisera par la conférence de J.-F. Joly sur les « Peintres de Plougasnou », dont la date reste à préciser.

https://www.ouest-france.fr/elections/municipales/plougasnou-art-en-plougasnou-prepare-son-salon-de-peinture-6750328

 

Ouest-France

Morlaix. Les conseils du Pij pour trouver un job d’été

Publié le 24/02/2020 à 05h40

80 jeunes ont participé jeudi au forum job d’été du Point information jeunesse. | OUEST-FRANCE

« Pour les mineurs, il est toujours difficile de trouver des entreprises qui s’engagent, souligne Aurore Ledys, animatrice du Point information jeunesse (Pij), à l’issue du forum job d’été organisé jeudi à la MJC. Le seul secteur qui les accepte est l’agriculture, pour les échalotes notamment, mais cela reste une activité qui séduit peu. »

Parmi les jeunes venus rencontrer les entreprises (campings, supermarchés, hôpital…) et les associations à la recherche de renforts pour la saison, plusieurs ont été conseillés sur la réalisation de leur premier CV. « Mais ce n’est pas évident lorsque l’on a peu ou pas d’expérience. Il faut aussi qu’ils apprennent à activer leur réseau pour du baby-sitting par exemple, ou des petits services comme le jardinage, ou prendre soin d’animaux. »

Le Pij reste à la disposition de tous les jeunes du territoire pour trouver un job : « Surtout, il faut qu’ils s’en occupent dès maintenant ! »

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-les-conseils-du-pij-pour-trouver-un-job-d-ete-6749798

 

Le Diben dimanche 23 février 2020 

Saint-Martin des Champs. Débat public sur le développement des centres de santé

Martine Carn au micro. Photo pyb29 Eric May au micro. Photo pyb29 Photo pyb29

Photo pyb29 Yves Jardin au micro. Photo pyb29 Roger Héré au micro. Photo pyb29

Près de 80 personnes ont participé au débat public organisé par le "Comité de Défense de l'Hôpital Public en Pays de Morlaix" au Binigou à Saint Martin des Champs ce samedi 22 février. Martine Carn présidente de l'association a ouvert le débat en remerciant la municipalité de Saint Martin des Champs de la mise à disposition gratuite de la salle au CDHPPM. La municipalité était représentée par son maire François Hamon accompagné par Martine Girault maire adjoint. Le docteur Eric May responsable d'un centre de santé à Malakoff (92) a entamé le débat sur le développement des centres de santé, aidé dans sa tache par Yves Jardin du comité de Douarnenez, animateur de la coordination nationale de défense des hôpitaux de proximité. Je pense que si notre système de santé était plus soutenu par le gouvernement, nous n'aurions pas besoin d'organiser ce genre de manifestation.

A Ariane Bénard : Ne pas faire silence !

 

Ouest-France

Municipales à Morlaix. « Pas de problème » pour la candidature d’Anne Bruyaux sur la liste LREM

Publié le Marie JOUSSEAUME

La commission de contrôle électorale a mis en doute la domiciliation à Morlaix de la numéro deux de la liste Morlaix avec vous. Les candidats investis par LREM assurent qu’il s’agit d’une erreur d’adresse.

Anne Bruyaux est la numéro deux de la liste LREM pour les municipales à Morlaix | . OUEST-FRANCE

La domiciliation à Morlaix d’Anne Bruyaux, numéro deux sur la liste Morlaix avec vous (LREM), a été mise en doute par la commission de contrôle électoral. Cette commission, composée de trois élus de la majorité et de deux de l’opposition, est en charge du contrôle de la régularité des listes électorales. La candidate a bel et bien fourni un justificatif de domicile. Sauf que le courrier que lui a adressé la commission est revenu à l’envoyeur, d’où le doute.

C’est un procédé déplorable. Je reçois du courrier dans ma boîte aux lettres, et tout a été fait dans les règles , indique Anne Bruyaux, il semblerait que le courrier qui m’était adressé n’y soit pas arrivé , poursuit celle qui était auparavant domiciliée à Pleyber-Christ. Elle va donc fournir des documents complémentaires.  Il n’y a pas de problème, elle avait fait son changement d’adresse en temps et en heure. Sa domiciliation est bonne. Il y a sans doute eu une erreur d’adresse , abonde la tête de liste Jean-Baptiste Bapceres.

https://www.ouest-france.fr/elections/municipales/municipales-morlaix-pas-de-probleme-pour-la-candidature-d-anne-bruyaux-sur-la-liste-lrem-6749542

 

Ouest-France

Municipales. Des cafés-crêpes pour rencontrer la liste Vivons Morlaix !

Publié le

La liste de la maire sortante Agnès Le Brun organise des cafés-crêpes et des réunions publiques pour aller à la rencontre des Morlaisiens.

La liste Vivons Morlaix ! propose des cafés-crêpes pour aller à la rencontre des habitants | OUEST-FRANCE

Le premier café-crêpes de la liste Vivons Morlaix !, menée par la maire sortante Agnès Le Brun, a eu lieu samedi 22 février 2020 à l’ancien lycée Kernegues.  L’idée est de renouveler le schéma de la réunion publique, pour chercher du lien et du contact , explique le directeur de campagne, Jean-Charles Pouliquen.  On se pose pour discuter entre voisins, avec les élus. Ce qu’il y a de différent, c’est la convivialité, c’est beaucoup plus interactif qu’un discours, il faut qu’il y ait du dialogue .

Pour autant, des réunions publiques sont aussi proposées dans les quartiers. La première a eu lieu au mille-club de la Madeleine jeudi dernier.

Mardi 25 février, à 20 h : réunion publique à la salle de quartier Troudousten ; vendredi 28 février, à 16 h : café-crêpes à Zoé-Puyo ; jeudi 5 mars à 20 h, réunion publique à la salle de Ploujean et vendredi 13 mars à 20 h, réunion publique à la mairie.

https://www.ouest-france.fr/elections/municipales/municipales-des-cafes-crepes-pour-rencontrer-la-liste-vivons-morlaix-6749527

 

Ouest-France

Municipales. La liste de Morlaix alternative est complète

Publié le Marie JOUSSEAUME

La liste de gauche Morlaix alternative citoyenne (MAC) dévoile ses 35 candidats aux élections municipales.

Le choix du programme et de l’ordre de la liste a été fait en assemblée générale. | HERVE RONNE

Quelques jours avant la date butoir du dépôt en préfecture (jeudi 27 février 2020), la liste Morlaix alternative citoyenne présente ses 35 candidats pour la ville de Morlaix (Finistère).

 Pour redynamiser Morlaix, les trois axes qui vont servir d’appui sont l’écologie, la démocratie et la justice sociale , indique Didier Allain. À 59 ans, cet enseignant, ancien candidat du Front de gauche, prend la tête de la liste de gauche qui se veut  résolument écologiste et solidaire . En termes de fonctionnement, MAC souhaite faire travailler ses élus en binôme et associer les habitants à la décision de manière horizontale,  pour plus d’écoute, d’efficacité et mieux répondre aux besoins .

Fonctionnement en assemblée générale

La moyenne d’âge de la liste MAC tourne autour de 53 ans. Elle comprend d’anciens élus, des personnes qui étaient investies dans la coopérative citoyenne ou au Front de gauche, mais aussi  des novices attirés par notre proposition de fonctionnement. On prend beaucoup de temps à échanger , explique Didier Allain. Le débat a lieu en assemblée générale, sur le principe une personne égale une voix. C’est ainsi que la liste entend construire son programme, au fur et à mesure des propositions des groupes de travail votées en assemblée générale.

 C’est une liste très riche de par la diversité des personnes et de leur passé : certains sont là depuis longtemps, d’autres moins, on apprend à se découvrir et à travailler ensemble , se réjouit la tête de liste, qui assure qu’il n’y a pas eu de problèmes pour trouver des candidats.  La difficulté ça a plutôt été de trouver des jeunes. La ville est vieillissante : beaucoup partent de Morlaix, ou n’osent pas s’engager . La liste se compose de 18 hommes et 17 femmes.

La liste complète

Didier Allain, 59 ans, enseignant ; Brigitte Drillet-Gentric, 61 ans, inspectrice des finances publiques ; Jean-Pierre Cloarec, 67 ans, responsable culturel retraité ; Stéphanie Busson, 41 ans, enseignante ; Mathieu Cirou, 30 ans, entrepreneur social et solidaire ; Nadine Nicolas, 57 ans, retraitée ; Pascal Cadiou, 57 ans, infographiste ; Clotilde Groleau, 48 ans, pharmacienne hygiéniste hospitalière ; Claude Graignic, 63 ans, enseignant retraité ; Karen Le Roux, 37 ans, comptable ; Paul Quideleur, 58 ans, technicien télécoms ; Orégane Le Strat, 44 ans, enseignante secondaire ; Guillaume Tilly, 50 ans, professeur des écoles ; Nicole Labelle, 68 ans, agent de maîtrise retraitée ; Michel Beaupré, 63 ans, commercial ; Roxane Abraham, 29 ans, demandeuse d’emploi ; Yves Abramovicz, 71 ans, technicien du spectacle retraité ; Michèle Abramovicz, 72 ans, cadre RH retraitée ; Matthieu Rouxel, 34 ans, infirmier hospitalier ; Sarah Noll, 39 ans, ingénieure d’études ; Tristan Brisset, 47 ans, artisan menuisier ; Marine Eymonot, 29 ans, étudiante ; Jules Brunet, 30 ans, cheminot ; Élisabeth Bégard, 71 ans, éducatrice retraitée ; Christophe Destombes, 62 ans, professeur d’université ; Julie Fauchoux, 44 ans, psychologue ; Jean-Claude François, 70 ans, cadre territorial retraité ; Anne Goby, 61 ans, enseignante retraitée ; Dominique Le Gall, 68 ans, retraité ; Marianne Alain, 44 ans, éducatrice spécialisée ; Hervé Zalczer, 64 ans, ingénieur retraité ; Catherine Gasse, 61 ans, AESH ; Sylvie Béguin, 61 ans, professeure des écoles ; Kieran Maguire, 43 ans, cuisinier ; Loïc Digaire, 54 ans, cuisinier.

https://www.ouest-france.fr/elections/municipales/municipales-la-liste-de-morlaix-alternative-est-complete-6749473

 

Ouest-France

Plouezoc'h. Les tempêtes ont dégradé le sentier côtier

Publié le 22/02/2020 à 06h30

Devant le château de Trodibon, une partie du mur avait déjà été emportée par la mer. Ces derniers jours c’est le sentier qui a disparu. | OUEST-FRANCE

Le sentier côtier GR 34, très fréquenté par les marcheurs dès le mois de mars, subit de plein fouet les assauts de l’océan.

Cet hiver, ce n’est pas seulement l’action des vagues qui a endommagé le chemin. La pluviométrie est aussi responsable de dommages. La terre étant gorgée d’eau, des pans de falaises s’écroulent plus facilement.

Le débit important des cours d’eau est responsable du ruissellement. Près de Kerarmel, en arrivant du Dourduff-en-Mer, le petit pont récemment mis en place a été déstabilisé.

Les services techniques de la mairie ont répertorié les différents endroits où une intervention est nécessaire.

Des travaux devraient être réalisés rapidement, après accord des services concernés.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plouezoch-29252/plouezoc-h-les-tempetes-ont-degrade-le-sentier-cotier-6748452

 

Ouest-France

Plougasnou. Jean Rouve candidat à Plougasnou

Publié le

La liste « Ploug’à vous 2020 » menée par Jean Rouve veut se centrer sur un projet plutôt que de s’appuyer sur un parti politique.

Le candidat Jean Rouve devant la pointe du Diben. | OUEST-FRANCE

Né d’une mère plouezoc’hoise, Jean Rouve est installé à Plougasnou depuis sept ans, bien qu'il fréquente le pays depuis plus de six décennies.

S’il s’est décidé à mener une liste aux municipales, « c’est parce qu’il le fallait. Je ne désirais pas spécialement me présenter. Mais face aux très grosses dépenses de l’actuelle municipalité, qui ne résolvent aucun vrai problème, nous avons décidé avec plusieurs autres personnes de monter un projet alternatif. »

Ploug’à vous 2020

La liste, presque complète, sera présentée très prochainement. Jean Rouve l'a voulu sans étiquette et la plus riche possible en termes d’opinions politiques, d’origines sociales et professionnelles. « Ça rend les choses très difficiles car il est plus simple de réunir des adhérents autour d’un parti que de réunir des personnes autour d’un projet précis ».

Une expérience de la politique

En charge du cadre de vie, de l’environnement et de la sécurité dans une autre municipalité par le passé et formé à l’IHESJ (Institut des hautes études de la sécurité et de la justice), Jean Rouve n’est pas un débutant en politique. Et quand on lui demande s’il arrivera à concilier son métier d’architecte et un mandat de maire, répond sans hésiter : « Je ne serai pas un professionnel de la politique. Mon métier me permettra d’être libre et de rester en contact avec le monde du travail et la réalité du terrain. Et puis je dors très peu, cela me laisse beaucoup de temps pour travailler ! »

Réorienter les dépenses

Son programme sera officiellement présenté en début de semaine prochaine, et par la suite détaillé lors de nombreuses réunions publiques. Les grandes lignes sont pour autant déjà connues : réorienter les dépenses publiques sur « des projets vraiment utiles, avec des bénéfices réels pour les habitants, comme le collège par exemple », ouvrir Plougasnou sur la mer, avec l’idée de développer l’école de voile de Térénez, ou encore créer une piscine au Diben. Et surtout, redynamiser l’économie de la commune en travaillant à son attractivité.

https://www.ouest-france.fr/elections/municipales/plougasnou-jean-rouve-candidat-plougasnou-6748319

 

Ouest-France

Municipales à Morlaix. Emmanuel Métivier appelle à voter pour Jean-Paul Vermot

Publié le

Emmanuel Métivier s’était déclaré candidat à l’élection municipale de Morlaix (Finistère). Il a annoncé, ce vendredi 21 février, qu’il appelait finalement à soutenir la liste de Jean-Paul Vermot afin d’empêcher Agnès Le Brun de briguer un troisième mandat.

Emmanuel Métivier ne souhaite pas voir Agnès Le Brun rempiler pour un troisième mandat dans la Cité du viaduc.

Emmanuel Métivier ne souhaite pas voir Agnès Le Brun rempiler pour un troisième mandat dans la Cité du viaduc. | ARCHIVES OUEST-FRANCE

Emmanuel Métivier, membre du Modem, avait reçu avec « perplexité et tristesse » l’annonce de l’investiture de Jean-Philippe Bapceres par La République en marche (LREM) dans la course à la mairie de Morlaix. Il s’était alors engagé dans la bataille électorale et tenté de monter sa propre liste.

Face aux difficultés pour réunir 32 colistiers, et à l’absence de candidat du Rassemblement national (RN), Emmanuel Métivier a annoncé, ce vendredi 21 février, qu’il renonçait à sa candidature. Avec deux listes de gauche et une à droite (la liste de Jean-Philippe Bapceres n’ayant pas encore été présentée), « une victoire de la maire sortante dès le premier tour est possible, explique le désormais ex-candidat. Il faut agir dès le début pour éviter un troisième mandat consécutif. »

Il reproche à Agnès Le Brun de « continuer à labourer son sillon » sans remarquer le « dévissage continue de Morlaix. […] Rien sur la pauvreté, pas de vision du renouveau commercial, rien sur l’environnement et attentisme sur le Grand Morlaix », détaille-t-il dans un communiqué.

Pas de soutien à LREM

Et agir, pour Emmanuel Métivier, c’est soutenir Jean-Paul Vermot, numéro 1 de la liste Morlaix Ensemble (PS, PC, Génération. s). La gauche, donc, plutôt que LREM : « Pour le moment, il n’y a pas de liste LREM officielle et complète. Ensuite, au niveau du programme, il me semble plus logique d’aller vers Jean-Paul Vermot, dont les propositions se rapprochent des nôtres. »

L’ancien directeur de campagne de la députée LREM Sandrine Le Feur ajoute : « Jean-Paul Vermot sera, à n’en pas douter, un bon maire : bienveillant, compétent et ambitieux pour le territoire. » En contrepartie de son soutien, espère-t-il une place sur la liste Morlaix ensemble ? « Pour le moment, on tend la main. On verra s’ils la prennent. »

https://www.ouest-france.fr/elections/municipales/municipales-morlaix-emmanuel-metivier-appelle-voter-pour-jean-paul-vermot-6747761

 

PRESSE REGIONALE : PUDEUR DE GAZELLE ?

La presse régionale est-elle libre et " objective " dans le traitement de certaines informations où l'appétit de l'argent est roi ? Une méthode qui choque une partie des citoyens.
Ces "affaires ont un rapport avec le comportement discutable de puissants dirigeants financiers aux manettes d'institutions symboliques. Sous couvert de bien commun ... Que ce soit l'opération sécessionniste du Crédit mutuel de Bretagne, banque " mutualiste ", conduite par JP Denis, ou l'acquisition immobilière à Brest d'un immeuble acheté par sa compagne et loué aux Mutuelles de Bretagne, lorsque le président actuel de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand,  était le directeur de cette association sociale " mutualiste " ?

Est-il opportun de se méfier de la façon partisane dont sont traitées, depuis quelque temps maintenant, des " affaires " ayant un rapport sensible et évident avec l'économie locale, régionale ou la politique ? Plus exactement dans les dérives choquantes de certains de ses acteurs. L'exemple du traitement de l'affaire Denis-CMB en est un exemple flagrant. Ce n'est pas le seul traitement de l'information où transparaît, comme dit l'autre, une pudeur de gazelle... et la réticence dans la manière de présenter les choses interpelle ... Suffit d'un peu de mémoire et d'esprit d'observation de l'actualité pour s'en rendre compte, ce qui ne semble pas sauter aux yeux de tous les " informateurs " .

Beaucoup de citoyens-lecteurs sont largement lassés de ce qui peut passer pour une méthode de lissage des faits, de détournement de sujet, fondés sur une doxa idéologique. Et surtout imposée dans un environnement spécifique d'intérêts et de connivence. Pas étonnant dans ces conditions que des citoyens en prennent ombrage.

Reste que quelques signatures saines émergent et font respirer la liberté et l'ouverture d'esprit dans la ligne de ce qu'on est en droit d'attendre d'une presse libre...  On aimerait forcément relever cette morale sans faille ni biaisage de l'information dans un journal d'information grand public. Car en outre, de fait, il s'agit bien d' un service public mais de droit privé avec aides et subventions.  Et l'affichage d'une éthique respectueuse d'une information franche dans laquelle les clients-lecteurs devraient pouvoir avoir confiance est atteint par la méthode discutable. On peut rêver d'une information faite sans calcul d'intérêt particulier, sans arrière-plan téléguidé. Donc sans inféodation. 

L'information consistant, normalement, à relater sans dépendance ni addiction les faits constatés. Rien que... et d'abord. Et même ensuite à aller  débusquer tenants et aboutissants, si nécessaire,  et les expliquer. Mais toujours sans vouloir imposer aux faits une couleur idéologique, un intérêt plus ou moins dissimulé, ou une doctrine officielle.

Les lecteurs soucieux d'une information fiable n'aiment pas beaucoup les pratiques relevant d'une Pravda ... Ni qu'on les mène sur le terrain de jeu de la restriction mentale. Cette technique intellectuelle chafouine mise en oeuvre autrefois par les jésuites. Pour tenter de s'affranchir des reproches et jugements éventuels. Décidément,  le vieux monde avec sa duplicité ancestrale a de beaux jours devant et derrière notre saison.   

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

https://blogs.mediapart.fr/michel-kerninon/blog/210220/presse-regionale-pudeur-de-gazelle

 

21 février 2020

Après avoir tenté de censurer les députés communistes, le maréchal Ferrand bat en retraite - Débat sur la réforme des retraites à l'Assemblée Nationale

Après avoir tenté de censurer les députés communistes, le maréchal Ferrand bat en retraite - Débat sur la réforme des retraites à l'Assemblée Nationale

 

Communiqué de Presse des députés communistes, 20 février 2020

Pris en flagrant délit de violation du droit constitutionnel, Richard Ferrand bat en retraite.

Pour étouffer notre droit de parole, le Président Richard Ferrand a voulu imposer, dès l'ouverture des débats, une règle sortie de sa manche, sans fondement légal, mais pire encore inconstitutionnelle.

Il voulait ainsi empêcher la discussion de 1184 de nos amendements, faisant ainsi des députés communistes la cible de son autoritarisme. Sans nos demandes réitérées de convocation de la Conférence des présidents, nos rappels au règlements et suspensions de séances, l'expression de notre colère, cette violation du droit parlementaire aurait perduré sous le regard complice de la majorité.

Pris en flagrant délit de violation du droit d'amendement, le Président Richard Ferrand n'a eu d'autre choix que de reculer et de réintégrer nos amendements dans la discussion. Il aura fallu 24 heures pour prendre une décision qu'il présente comme une faveur à notre égard, alors que le Gouvernement prenait le risque d'une censure constitutionnelle.

Hier, la majorité s'est agacée et nous a invectivé, parce que nous demandions le simple respect des droits de l'opposition. Nous espérons qu'elle saura tirer les leçons de son autoritarisme et de sa suffisance pour, enfin, laisser place au débat et affronter nos arguments.

***

COMMUNIQUE des députés communistes le 19 janvier

Fait inédit sous la Vème République: nos amendements sont interdits de discussion par la Présidence de l'Assemblée Nationale

Prétextant une décision prise, par la seule majorité, en Conférence des Présidents, Richard Ferrand a décidé de ne pas soumettre à la discussion et au vote 1184 de nos amendements, en parfaite violation de notre droit constitutionnel.

Cette possibilité n'existe ni dans le règlement, ni même dans la pratique constante, contrairement à ce que prétend le Président de l'Assemblée nationale. À plusieurs reprises, des amendements qui ne sont pas identiques mais qui poursuivent un objectif identique ont bien été défendus sur de nombreux projets de loi antérieurs. Ce fût notamment le cas sur la réforme des retraites en 2013 ou bien encore lors de la discussion sur le mariage pour tous. Avec le groupe de la France Insoumise, le groupe Socialiste, le groupe des Républicains et le groupe Liberté et Territoires, nous avons dénoncé cette décision qui prive les députés de leur droit d'amendement de façon arbitraire.

Face à la bronca soulevée par un tel acte, le Président Richard Ferrand a décidé de ne s'en prendre qu'aux seuls amendements des députés communistes. La veille, sûr de son fait, il avait pourtant annoncé que sa nouvelle "règle" s'appliquerait à tous les groupes.

Au final, seuls les députés communistes pâtiront de cet acte autoritaire qui n'a d'autre visée que de nous faire taire et de passer en force ce projet de loi dont les Français ne veulent pas.

Nous ne nous laisserons pas impressionner par cette manœuvre dilatoire et resterons à la hauteur de notre histoire politique et sociale.

Après avoir tenté de censurer les députés communistes, le maréchal Ferrand bat en retraite - Débat sur la réforme des retraites à l'Assemblée Nationale

 

http://www.le-chiffon-rouge-morlaix.fr/2020/02/apres-avoir-tente-de-censurer-les-deputes-communistes-le-marechal-ferrand-bat-en-retraite-debat-sur-la-reforme-des-retraites-a-l-ass

 

Ouest-France

Locquirec. L’école de voile reprend le vent

Publié le

L’équipe des séries Optimist et PAV du club locquirecois accompagnés de leurs entraîneurs Didier Cozic et Marc Bampton. | OUEST-FRANCE

Après une pose hivernale, la saison des compétitions va reprendre dans les semaines à venir.

Les vacances scolaires n’ont pas été terrestres pour autant : accompagnés du nouveau président Didier Cozic, titulaire d’un diplôme d’entraîneur fédéral, et de Marc Bampton le chef de base, les jeunes licenciés naviguant sur Optimist et PAV ont bénéficié cette semaine d’un stage de voile. La théorie et la pratique étaient au menu et cela pendant deux jours.

Ainsi les régatiers se sont aguerris dans des conditions météo très sportives. Christophe et Yohann, deux parents expérimentés et anciens régatiers du club, ont apporté leurs expériences.

En effet, avec quelques éclaircies, les averses et la température de l’eau plutôt fraîche étaient bien présentes durant ces deux jours de stage. « Le vent de Sud-ouest et une mer bien formée ont donné du fil à retordre aux jeunes voileux », ont expliqué les encadrants, et les dessalages ont été nombreux.

La saison reprend avec des entraînements le mercredi et samedi à Locquirec. Quant au championnat de régate de division 3 en Baie de Morlaix débutera le 4 avril à Roscoff.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/locquirec-29241/locquirec-l-ecole-de-voile-reprend-le-vent-6746568

 

Ouest-France

Morlaix. Un diplôme Visa Internet remis à cinquante personnes

Publié le 21/02/2020 à 05h50

Maryse Toquer, vice-présidente en charge de la cohésion sociale à Morlaix communauté et Lionel Bourc ont remis les diplômes Visa Internet. | OUEST-FRANCE

Depuis quelques années, Morlaix communauté a développé le programme « Pour une Bretagne numérique ». Dans ce cadre, des formations Visa Internet gratuites sont proposées par la Cyber Base. « C’est un parcours d’initiation qui s’adresse principalement aux demandeurs d’emploi. Il permet à toute personne de plus de 17 ans de bénéficier d’un accompagnement et d’une formation internet gratuitement », explique Lionel Bourc, médiateur numérique.

« Cette formation se présente sous forme d’un parcours de 27 heures et elle permet l’apprentissage des bases comme créer et enregistrer un document texte, classer ses documents, rechercher et postuler aux offres d’emploi ou encore utiliser les services administratifs en ligne. » Il y a quelques jours, un diplôme a été remis aux cinquante personnes qui y ont participé en 2019.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-un-diplome-visa-internet-remis-cinquante-personnes-6746437

 

Ouest-France

Plougasnou. Les Meltin’potes en coloc à la salle municipale

Publié le 21/02/2020 à 05h50

La troupe des meltin’potes se réunit une à deux fois par semaine pour ses répétitions. | OUEST-FRANCE

Trois questions à…

Maxime Lancigu et Sabine Dauplay, de la troupe de théâtre amateur, les Meltin’potes.

Depuis quand existe cette compagnie ?

Cette troupe a été créée en 2010 à l’initiative d’élèves d’un atelier théâtre de la MJC de Morlaix. Nous avons commencé par des représentations dans des Ehpad et des maisons de retraite puis des salles de spectacles au profit d’associations.

Y a-t-il un metteur en scène attitré ?

Oui, il s’agit de Françoise Nedelec. Mais nous bénéficions également de l’aide de la Maison du Théâtre. Pour ce qui est du choix des comédiens, la troupe est ouverte à tous ceux ayant déjà une expérience de la pratique théâtrale et qui sont désireux de participer à des représentations publiques

Pouvez-vous nous parler de la pièce que vous allez jouer prochainement ?

Elle s’appelle Post it. C’est une comédie de Carole Greep racontant les relations de trois quinquagénaires qui vivent en collocation : une infirmière gériatrique insouciante, une artiste dépressive et une publicitaire snob. C’est une pièce sur l’amitié et les petites disputes de la vie quotidienne.

Représentations : samedi 22 février à 20 h 30 et dimanche 23 février à 15 h à la salle municipale.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plougasnou-29630/plougasnou-les-meltin-potes-en-coloc-la-salle-municipale-6746423

 

Ouest-France

Morlaix. Zones anti-LGBT en Pologne : le jumelage avec Mielec n’est pas concerné

Publié le

La ville polonaise de Mielec, jumelée avec Morlaix, Saint-Martin-des-Champs et Saint-Thégonnec-Loc-Eguiner (Finistère) a été épinglée comme une zone « anti-LGBT ». D’après les vérifications de la mairie de Morlaix, Mielec n’est pas signataire.

La commune de Saint-Jean-de-Braye a suspendu son jumelage avec Tuchów.

La commune de Saint-Jean-de-Braye a suspendu son jumelage avec Tuchów. | ARCHIVES

La commune Saint-Jean-de-Braye (Loiret) a suspendu son jumelage avec la ville polonaise de Tuchów en fin de semaine dernière, car celle-ci était signataire d’une résolution anti-LGBT. La commune de Mielec, jumelée avec Morlaix, Saint-Martin-des-Champs et Saint-Thégonnec-Loc-Eguiner (Finistère), fait partie des villes épinglées comme signataires de cette résolution.

La nouvelle est parvenue à la mairie de Morlaix, mardi 18 février : « Un citoyen polonais francophone nous a adressé un courriel afin de nous signaler que Mielec aurait signé une résolution « commune sans LGBT », indique la municipalité morlaisienne. Les élus des trois communes du secteur ont échangé le lendemain sur la situation, avant de prendre contact avec la commune polonaise.

La ville de Mielec n’est pas en cause, c’est le district (le Powiat, soit l’équivalent de l’arrondissement français) de la commune qui a adopté une résolution « sans LGBT » présentée par des élus du parti ultra-conservateur PiS, en juin 2019. Le maire de Mielec n’a pas signé ce document », poursuit la mairie de Morlaix. Ce que confirme le président de l’association des Amis de la Pologne de Saint-Martin-des-Champs, Jacques Creignou.

Tout jumelage repose sur la réciprocité des valeurs. Évidemment que l’on aurait exclu tous contacts dans le cas contraire, assure la maire de Morlaix, Agnès Le Brun. Car la question de la suspension du jumelage était bien envisagée par les trois élus dans le cas où la ville de Mielec aurait été signataire d’une résolution anti-LGBT.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-zones-anti-lgbt-en-pologne-le-jumelage-avec-mielec-n-est-pas-concerne-6746036

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
20 février 2020

Du blues ou du flouze?

http://goutal.over-blog.com/2020/02/du-blues-ou-du-flouze.html

Cela va donner des idées à Carlos Ghosn, à Jérôme Cahuzac, à François Fillon ....

 

Ouest-France

Morlaix. Une nouvelle mobilisation contre la réforme des retraites

Publié le Séverine FLOCH

Jeudi 20 février, 250 personnes ont manifesté à Morlaix (Finistère) contre le projet de loi de réforme des retraites.

250 manifestants ont bravé la pluie pour manifester contre la réforme des retraites. | OUEST FRANCE

Alors que le projet de loi de réforme des retraites est en examen à l’Assemblée Nationale, l’intersyndicale de Morlaix, composée de la CGT, FO, FSU, Sud Solidaires, a réitéré son exigence de retrait du projet de réforme des retraites. Les syndicats évoquent un rejet du projet de plus en plus fort au niveau national. Céline, Nathalie, et Nadine, salariées dans la grande distribution et syndiquées, disent continuer à manifester pour la 10e journée de mobilisation car elles n’ont pas obtenu ce qu’elles voulaient au niveau de l’âge de départ et de la pénibilité.

Les manifestants ont raccourci le tour du fait de la météo et sont allés de la place des otages au rond-point Charles-de-Gaulle. Ils étaient environ 250 ce jeudi à manifester. Si la mobilisation n’était pas à son maximum, c’est sûrement à cause de la pluie et des vacances scolaires, nous disent Céline, Nathalie et Nadine. Mais, les vacances ont permis à des enfants et des adolescents de rejoindre le cortège. C’est le cas de Lan, 17 ans, et Elliot, 15 ans, qui ont profité des vacances pour venir manifester avec leur grand-mère. C’est la première fois qu’ils manifestaient contre la réforme des retraites, mais se sentent concernés puisque ça parle de notre avenir disent-ils.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-une-nouvelle-mobilisation-contre-la-reforme-des-retraites-6745652

 

Ouest-France

Saint-Martin-des-Champs. Un collectif Pacte pour la transition vient de se créer

Publié le 20/02/2020 à 10h49

Ce collectif souhaite interpeller les candidats à l’élection municipale de Saint-Martin-des-Champs (Finistère). Il organise une réunion publique ce jeudi 20 février, à la Maison des associations du Binigou.

Karine Le Mer, Arnaud Caroff et Francis L’Haridon sont trois des membres du collectif Pacte pour la transition. | OUEST-FRANCE

« Le temps presse pour réussir la transition écologique et climatique, sociale et solidaire ! », martèlent les membres du tout nouveau collectif Pacte pour la transition qui vient de se créer à Saint-Martin-des-Champs (Finistère). Le groupe se veut indépendant des partis politiques et des listes de candidats aux élections municipales.

Actuellement, une dizaine de personnes adhèrent à ce collectif qui souhaite « informer, débattre et agir en proposant aux futurs élus municipaux qui sortiront des urnes de s’engager des mesures concrètes. » Le collectif Saint-Martinois propose une réunion publique le jeudi 20 février à 19 h 30 à la Maison des associations du Binigou, « pour adapter les mesures du pacte national de la transition aux réalités de la commune afin qu’elles soient prises en compte par la future municipalité. »

32 mesures

Le pacte pour la transition comporte 32 mesures et trois principes transversaux : la sensibilisation et formation à la transition, la co-construction des politiques locales et l’intégration des impacts à long terme et de l’urgence climatique et sociale. Le collectif local souhaite aller à la rencontre des candidats aux municipales afin qu’ils signent le pacte et s’engagent à respecter les trois principes et à mettre en œuvre au moins dix mesures choisies parmi les 32 qui composent le pacte.

« Nous ne demandons pas aux élus de faire tout seuls. Nous sommes dans la co-construction avec les habitants dans une démarche la plus démocratique possible. On pourrait imaginer une commission municipale et citoyenne. » Le collectif souhaite la création d’un Grand Morlaix « qui serait ainsi une force de dynamisme pour affronter tous les défis, » et travaille avec les dix-huit autres comités qui se sont créés sur le territoire communautaire.

Un sondage pour les particuliers

La réflexion que propose le collectif pourrait porter sur les extensions « outrancières » des zones commerciales, la préservation des terres agricoles, le « tout voiture » et les transports, les énergies renouvelables, l’autonomie des communes pour la distribution Bio dans les cantines… « Il faut aller plus loin et faire davantage. »

Un sondage est mis en place pour les particuliers à cette adresse.

https://www.ouest-france.fr/elections/municipales/saint-martin-des-champs-un-collectif-pacte-pour-la-transition-vient-de-se-creer-6745519

 

Ouest-France

Morlaix. Deux rappeurs ont rencontré le public à la MJC

Publié le

La MJC de Morlaix (Finistère), a accueilli Omar Aka Ndeeks et Andy Aka Flimzy Flav pour qu’ils évoquent leurs projets artistiques.

Omar Aka Ndeeks. | OUEST-FRANCE

Jeudi 13 février, Omar Aka Ndeeks et Andy Aka Flimzy Flav ont parlé de leurs projets artistiques dans le cadre des rendez-vous du Jeudi de la MJC de Morlaix (Finistère). Tous deux ont évoqué ce qui leur a donné envie de se lancer dans la musique et parlé des personnes qui les ont accompagnés dans leurs débuts. Kilam et South-X sont cités par les deux jeunes musiciens comme des personnes clefs, au travers des temps de répétitions et d’enregistrement à la MJC.

Dans leurs deux clips, Usain de Flimzy Flav et Zone de Ndeeks, les deux artistes parlent du rap game et de la réalité de la vie dans les quartiers populaires, comme une dénonciation de cette société qui oppose les individus.  « Si la musique a bien un pouvoir, c’est de faire passer des messages. »

Vendredi 28 février, retrouvez Ndeeks et Flimzy Flav sur les réseaux et en live à la MJC.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-deux-rappeurs-ont-rencontre-le-public-la-mjc-6744335

 

Ouest-France

Municipales. Le Rassemblement national n’aura pas de liste à Morlaix

Publié le 19/02/2020 à 17h42

Le délégué départemental du Rassemblement national a confirmé que son parti ne présenterait pas de candidat à l’élection municipale de Morlaix (Finistère), contrairement au scrutin de 2014.

Qui siégera à la mairie de Morlaix en mars ? Seule certitude : ce ne sera pas un candidat issu du Rassemblement national. | ARCHIVES OUEST-FRANCE

Le suspense a plané un certain temps. Le nom de Tony Bihouée avait même été évoqué pour conduire une liste Rassemblement national (RN) dans la Cité du viaduc… La décision a finalement été confirmée par Patrick Le Fur, délégué départemental du parti : le RN n’aura pas de candidats à l’élection municipale de Morlaix.

En 2014, Georges Bohec avait conduit la liste Morlaix bleu marine, sous l’étiquette du Front national (une première dans la commune). Liste qui avait obtenu 7,85 % des votes lors du premier tour.

https://www.ouest-france.fr/elections/municipales/municipales-le-rassemblement-national-n-aura-pas-de-liste-morlaix-6744291

 

Ouest-France

Municipales à Saint-Thégonnec-Loc-Éguiner. La maire sortante dévoile sa liste

Publié le

Solange Creignou a présenté sa liste « St-Thé-Loc, construisons l’avenir » pour les élections municipales à Saint-Thégonnec-Loc-Éguiner (Finistère).

La maire sortante Solange Creignou et ses 27 colistiers sont prêts pour les élections municipales du mois de mars 2020. | OUEST-FRANCE

La liste « St-Thé-Loc, construisons l’avenir » menée par Solange Creignou, maire sortante, mêle des candidats aux origines professionnelles diverses, engagés autour d’un projet qui se décline en trois axes : mettre en avant la place de la personne dans les projets communaux, l’écologie et le développement durable ainsi que la démocratie participative et la vie citoyenne.

Sur la liste, 15 conseillers sortants et 12 nouveaux qui comptent poursuivre la dynamique engagée ces dernières années.

Les candidats

Hélène Rumeur 50 ans, agricultrice, conseillère sortante, Émilie Messager 34 ans, infirmière libérale, conseillère sortante, Sébastien Kudyk 35 ans, adjoint administratif, Anne Fillet 47 ans, agent de service de cantine et d’accueil périscolaire, Françoise Gallou 57 ans, auxiliaire de puériculture, aide soignante, conseillère sortante, Solange Creignou 57 ans, retraitée de la poste, maire sortante, Sébastien Gérard 45 ans, chauffeur avitailleur, Jocelyne Prouff 67 ans, retraitée du commerce, conseillère sortante, Gaël Lanoe 31 ans, grutier, Claude Cras 59 ans, agent commercial indépendant, Hervé Guével 50 ans, comptable, Martine Receveur 58 ans, animatrice pôle enfance, adjointe sortante, Stéphane Lozdowsky 55 ans, artisan, adjoint sortant, Bénédicte Compois 41 ans, directrice de centre social, Françoise Raoult 62 ans, vacataire concours administratifs, adjointe sortante, Yvon Pouliquen 63 ans, agriculteur en retraite, conseiller sortant, Josselin Boireau 42 ans, salarié d’une association de protection de la nature, conseiller sortant, Carolyn Engel Gautier 51 ans, traductrice scientifique, conseillère sortante, Sylvie Sovano Chelloug 58 ans, cadre dans la fonction publique territoriale, Viviane Le Bihan, 36 ans, professeure, Martine Madec 64 ans, cadre de santé en retraite, Jean Pierre Chever 50 ans, comptable contrôleur de gestion, conseiller sortant, Youcef Terzi 45 ans, agent de maîtrise, Gaëlle Zanéguy 36 ans, travailleur sociale, adjointe sortante, Corentin Derrien 18 ans, étudiant, Olivier Le Bras 46 ans, agent aéroportuaire, adjoint sortant, Patrick Le Merrer 47 ans, gestionnaire de paie, conseiller sortant.

Pratique : Réunions publiques vendredi 6 mars à 18 h 30 salle des associations et mercredi 11 mars à 18 h 30 salle du Quinquis à Loc.

https://www.ouest-france.fr/elections/municipales/municipales-saint-thegonnec-loc-eguiner-la-maire-sortante-devoile-sa-liste-6744263

 

LIBERTé : la presse bretonne au pied du mur

Le traitement de l'information et le parti-pris qui peut l'animer, sont généralement bien contrôlés quand sont en jeu de gros intérêts locaux. Ce qui ne manque pas d'interroger, voire d'interloquer un certain nombre de clients-lecteurs de la presse locale, d'observateurs, de citoyens.

Il est légitime de se méfier de la façon partisane dont sont parfois traitées par la presse locale certaines des " affaires " délicates en cours dans la région. Il y en a deux aujourd'hui en Bretagne. Elles ont un rapport avec l'économie locale et régionale. L'affaire CMB Arkéa concerne les salaires mirobolants des dirigeants du CMB, une banque mutualiste qui prétend faire sécession, et l'affaire du politique Ferrand mis en cause dans l'acquisition des locaux brestois loués aux Mutuelles de Bretagne dont il était le directeur.

On observe une prudence de Sioux de certains titres pour présenter, soit avec des pincettes, soit avec la cuiller du diable, les dérives choquantes de ces acteurs du monde politique et économique. L'exemple du traitement de l'affaire Denis-CMB, une banque dite mutualiste -( l'esprit mutualiste a l'esprit plus vaste que les statuts juridiques)- en est un exemple flagrant.  On voit la réticence dans la manière de présenter les choses. Suffit d'un peu de mémoire et d'esprit d'observation de l'actualité pour le constater.

Beaucoup de citoyens risquent de se lasser de ce qui peut passer pour une méthode de lissage des faits, voire de tour de passe-passe, une manoeuvre fondée sur une doxa idéologique imposée dans un environnement partagé. Pas étonnant dans ces conditions que des citoyens en prennent ombrage. Reste que dans ces colonnes, -colonnes de quoi ?- on trouve encore tout de même des professionnels libres et assez valeureux pour sauver la mise dans un tableau devenu particulièrement conventionnel sinon gris-gris. Fort heureusement,  il a quelques signatures qui surnagent et font encore respirer liberté de conscience et ouverture d'esprit.

On aimerait forcément relever et retrouver plus largement dans un journal d'information grand public, de fait un service public de droit privé, une éthique foncièrement respectueuse d'une information franche, sans arrière-plan, non téléguidée, donc sans inféodation quelconque.

L'information consistant, normalement, à relater les faits constatés, rien que... et d'abord. Et même d'aller les débusquer si nécessaire, pour dénoncer des abus, les expliquer et éventuellement les commenter. Mais sans vouloir imposer aux faits une couleur idéologique ou une doctrine officielle.

Ici, pour l'information ce n'est pas la Pravda ... Ni pour la morale le terrain de jeu de la restriction mentale. La technique plus que discutable que les jésuites autrefois mettaient en oeuvre pour tenter de s'affranchir des reproches et jugements éventuels... sur leur conduite déviante à la loi de leur dieu.  

Conclusion : la Bretagne est riche de deux quotidiens régionaux. Au fil des récentes décennies, leur contenu, leur conception de la liberté d'informer et leur lignes politiques ont varié. Parfois se sont améliorées, en fonction des époques et souvent des pressions sociales et sociétales. Et aussi par l'ouverture forcée ou consentie, selon les hommes et femmes se succédant aux responsabilités qui pouvaient changer leur vision du monde. A d'autres moments,  les journalistes des rédactions pouvaient se dissocier des motifs idéologiques, religieux ou des connivences et intérêts économiques de leur direction enclins parfois à partager les intérêts et de certains puissants de la saison. Les salariés libres et courageux payent parfois très cher la défense de la liberté et de la justice, dans l' entreprise de presse comme ailleurs.  

Enfin, les lecteurs bretons ont toujours le choix entre la ligne et l'idéologie portées par l'un et l'autre des deux quotidiens régionaux toujours en vie. Constatant simplement que les lignes rédactionnelles respectives ont été très variables au cours des décennies. 

L'intitulé du Télégramme de Brest, paru à la libération sous l'égide du Parti radical, fut longtemps : "Quotidien républicain du matin ", formule aujourd'hui passée aux oubliettes ". Quant à Ouest-France, le journal maintient à sa " Une " la belle et encourageante formule : "Justice et liberté". 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

https://blogs.mediapart.fr/michel-kerninon/blog/190220/liberte-la-presse-bretonne-au-pied-du-mur

 

Ouest-France

Municipales. Joëlle Huon présente sa liste #ChangeonsPlouigneau

Publié le 19/02/2020 à 14h53

Deuxième essai pour Joëlle Huon qui n’a pu occuper le siège de maire de Plouigneau (Finistère) en 2014 à quelques voix près. Sa liste rassemble diverses sensibilités de gauche.

Joëlle Huon (avec l’écharpe rouge) et ses colistiers. | OUEST-FRANCE

« C’est une liste divers gauche sur laquelle figurent des personnes du PS, PCF, Génération.s, Place Publique, des citoyennes et citoyens qui sont attachés aux valeurs de progrès social » annonce la liste #ChangeonsPlouigneau. Trente-quatre colistiers sont rassemblés autour de Joëlle Huon. Âge moyen : 52 ans.

Des candidats qui sont allés à la rencontre de la population depuis le 11 janvier avec des rendez-vous hebdomadaires sur divers secteurs de la commune, afin d’échanger et être à l’écoute des attentes et besoins des Ignaciens et présenter les grands axes de leur programme. Celui s’articule autour de six thématiques. Tous vont dans le sens du mieux vivre à Plouigneau et s’adressent à toutes les générations entre loisirs, sport, services de proximité, pôle santé, citoyenneté, culture, transition écologique et circuit court. « Toutes nos actions seront menées dans la démarche du développement durable et en faisant appel à la participation citoyenne », souligne Joëlle Huon.

https://www.ouest-france.fr/elections/municipales/municipales-joelle-huon-presente-sa-liste-changeonsplouigneau-6744071

 

Ouest-France

Le Français Pierre Karleskind élu à la tête de la commission Pêche du Parlement européen

Publié le Laurent MARCHAND

Pierre Karleskind, eurodéputé de Brest, a été élu ce mercredi 19 février, président de la commission en charge de la pêche au Parlement européen. En pleine négociation sur le Brexit.

Pierre Karleskind est eurodéputé de Brest. | BÉATRICE LE GRAND / OUEST-FRANCE

Le sortant était… Britannique. Mais avec le Brexit, la balle change de camp. C’est l’eurodéputé du Finistère, Pierre Karleskind, qui devrait, ce matin être élu à la tête de la commission Pêche du Parlement européen. C’est la task force de Michel Barnier qui négocie les différents accords, mais le Parlement aura ensuite son mot à dire. Notre commission va jouer un rôle de vigilance important, affirme l’eurodéputé à Ouest-France.

À commencer par le sujet le plus brûlant : l’accès aux eaux territoriales britanniques. Huit pays européens sont concernés.

Actuellement il y a cinq fois plus de bateaux européens dans les eaux de sa Majesté que l’inverse, et les pêcheurs britanniques espèrent de meilleures prises, mais l’essentiel des prises est écoulé sur le marché continental. La négociation va se jouer sur deux tableaux : l’accès aux eaux et l’accès au marché.

Durabilité et quotas

Boris Johnson ne parle plus de fermer cet accès, mais d’une priorité donnée aux pêcheurs britanniques. L’évolution du langage est intéressante, la négociation commence, relève Pierre Karleskind. Avec deux priorités côté européen. La durabilité, les poissons ne connaissant pas les frontières. Et la répartition des quotas : une centaine de stocks sont concernés.

La bataille va aussi porter sur la nature de l’accord, temporaire pour Londres qui le souhaiterait annuel ; permanent pour Bruxelles. C’est dans l’intérêt de tous les pêcheurs, y compris britanniques, d’avoir une visibilité sur l’avenir.

Certes. Mais la négociation va être rude et les professionnels du secteur, sur tout le littoral français, sont dans l’inconnue. Avec dans le meilleur cas un accord-cadre au 30 juin. Et les détails et quotas au second semestre. Sous peine sinon d’une bataille rangée le 1er janvier 2021.

https://www.ouest-france.fr/europe/ue/un-francais-elu-la-tete-de-la-commission-peche-du-parlement-europeen-6744029

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
19 février 2020

En même temps...

 

Ouest-France

Morlaix. Les curiosités du photographe Hervé Ronné à découvrir au Ty Coz

Publié le

Une exposition et un livre permettent de découvrir, au Ty Coz à Morlaix (Finistère), les œuvres du photographe Hervé Ronné, et les cabinets de curiosités.

Derrière la curiosité se trouve le curieux photographe Hervé Ronné. | OUEST-FRANCE

Le photographe Hervé Ronné est un curieux de nature. Il est tombé en curiosité dès son plus jeune âge et amasse, entasse, amoncelle, accumule toutes sortes d’objets qu’il prend plaisir ensuite à assembler. Cela compose des réalisations dignes des plus beaux cabinets de curiosité du XIIe siècle, ces pièces ou meubles qui exposaient des choses nouvelles, singulières, le plus souvent rares et parfois même monstrueuses.

« Je chine plein de trucs aux Chiffonniers de la joie ou chez Emmaüs pour composer des choses improbables. »

Casimir crucifié

Ensuite, le photographe prend des clichés de ses œuvres, « près de cent quarante photos de mes assemblages », et certains d’entre eux se retrouvent dans un livre intitulé Cabinets de curiosités et collections insolites, ouvrage écrit par Capucine Lemaître et qui vient d’être édité par Ouest-France.

« On trouvait des choses incroyables à l’époque. Le summum du cabinet de curiosité, c’était la corne de licorne qui se vendait très cher bien que n’étant qu’une dent de narval. »

Actuellement, Hervé Ronné a accroché douze de ses photos singulières sur Dibon et aluminium brossé, au bar Le Ty Coz, venelle au Beurre, durant deux mois. Cette exposition s’intitule Chimère-Nature. On y retrouve une hure de sanglier avec un papillon dans la gueule. Deux rostres de poisson-scie où est crucifié un Casimir de l’île aux enfants en plastique.

« Vide-greniers de l’inconscient »

« Vide-greniers de l’inconscient, animaux domptés, jouets perdus, plastiques et polluants s’équilibrent en un instant fragile. » Pour le photographe, ces assemblages de curiosités contemporaines sont en lien étroit avec notre société actuelle. « La pollution, les plastiques dans les océans, la gourmandise des banquiers, ce sont nos monstres à nous aujourd’hui. »

Chimère Nature, en février, au Ty Coz de Morlaix. Le livre est consultable sur place, au Ty Coz, durant l’exposition.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-les-curiosites-du-photographe-herve-ronne-decouvrir-au-ty-coz-6743848

Photo pyb29 Vu au Ty Coz samedi 15 février 2020. Photo pyb29

 

19 février 2020

Retraites: d'autres choix sont possibles! - Rencontre, appel à la mobilisation et tract commun de 7 organisations de gauche finistériennes

Des représentants du PCF, du PS, de Génération.s, d'EELV, des Radicaux de gauche, de l'UDB étaient présents hier à Brest pour promouvoir les contours d'une autre réforme des retraites et appeler au retrait de la réforme de Macron et de son gouvernement

Le PCF Finistère avait invité mercredi 12 février toutes les organisations de gauche qui combattent le projet de réforme des retraites de Macron à se réunir pour réfléchir à une prise de position et des initiatives communes dans le département en reprenant pour base l'appel national de la plateforme unitaire de la gauche et des écologistes "Retraites: d'autres choix sont possibles" adopté le 22 janvier.

Ce mardi 18 février, les représentants de 7 organisations de gauche souhaitant s'associer à cet appel se sont réunis à nouveau au local du PCF rue André Berger à Brest pour faire un appel commun à destination des journaux et de la population pour que Macron et le gouvernement abandonnent leur projet de loi retraites rejeté par la population et montrant qu'on peut construire une réforme des retraites juste sur de toutes autres bases. 

Ce tract commun (en pièce jointe) commencera à être distribué lors des manifestations du jeudi 20 février à Brest, Quimper, Morlaix, Quimperlé, Carhaix. 

Retraites, d’autres choix sont possibles !

Le 18 février, à Brest, les représentants de 7 organisations de gauche et écologistes (PCF, EELV, Génération.s, UDB, les Radicaux de gauche, République et socialisme, et PS) se sont retrouvées pour présenter le tract commun qui sera diffusé lors des manifestations contre le projet de réforme des retraites qui se dérouleront jeudi dans le Finistère.

Cet appel unitaire départemental reprend les grandes lignes de la plateforme commune des forces de gauche et écologistes adopté le 22 janvier au niveau national.

Emmanuel Macron doit écouter le peuple et renoncer à son projet qui ne satisfait personne.

D’autres choix sont possibles. Nous pouvons garder et améliorer le système par répartition en mobilisant le fonds de réserves des retraites (127 milliards), en revenant sur les exonérations de cotisations sociales (66 milliards), en élargissant l’assiette de financement aux revenus du capital (30 milliards), en développant une politique au service de l‘emploi et en appliquant une réelle égalité salariale entre les femmes et les hommes (6 milliards).

Une réforme des retraites juste ne peut pas faire l’impasse sur la question de la pénibilité, ni sur un niveau de pensions minimum au niveau du SMIC.

Ces 7 organisations appellent les Finistériennes et Finistériens à continuer à se mobiliser fortement, contre ce projet de réforme, notamment jeudi 20 février, journée de mobilisation nationale.

Brest le 18 février 2020 

Le tract unitaire commun: Retraites, d'autres choix sont possibles!

http://www.le-chiffon-rouge-morlaix.fr/2020/02/retraites-d-autres-choix-sont-possibles-rencontre-appel-a-la-mobilisation-et-tract-commun-des-organisations-de-gauche-finisteriennes

 

Ouest-France

Ploudalmézeau. La boulangerie des Abers offre 450 € à la SNSM

Publié le 19/02/2020 à 06h00

De gauche à droite, Romain Déniel, Jean-Jacques Le Lann, Élodie Déniel et Emmanuel Rocton. | OUEST-FRANCE

Jeudi soir, à la Boulangerie des Abers, Jean-Jacques Le Lann, président de la station SNSM de Portsall s’est vu remettre un chèque de 450 €. Cette somme résulte l’opération menée durant tout le mois de janvier au profit des sauveteurs en mer. « Pour chaque galette vendue, nous avions décidé de reverser 1 € à la station », soulignent les propriétaires, Emmanuel Rocton et Élodie Déniel. De son côté, Romain Déniel, responsable de leur dépôt de pain de Porspoder, remettra un chèque de 250 € à la station SNSM (Société nationale de sauvetage en mer) d’Argenton-Porspoder-Lanildut, bénéficiaire d’une opération similaire.

Durant les vacances de Pâques, les jeunes patrons ont prévu de se mobiliser une nouvelle fois pour les sauveteurs en mer. Cette fois, il s’agira d’un concours de dessin avec, à gagner, toute une journée avec les gens de la station.

À noter que les chanceux qui, dans leur galette, avaient trouvé une fève en forme d’assiette bretonne et non de licorne, ont encore quelques jours pour venir retirer leur lot : une balade en mer avec la SNSM !

https://www.ouest-france.fr/bretagne/ploudalmezeau-29830/ploudalmezeau-la-boulangerie-des-abers-offre-450-eu-la-snsm-6743307

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
18 février 2020

C'était tellement prévisible...

Un an après le début du "Grand Débat", les seize mille cahiers de doléances ont fini au fond des archives... (Les journaux). Ci-dessous, justement, le dessin d'il y a un an...

 

Le Diben mardi 18 février 2020

Plougasnou. Images du marché

Roger Héré du Comité de Défense de l'Hôpital Public du Pays en Morlaix. Photo pyb29 Odile Basset & Marie-Jo Le Bihan .... du Comité de Défense de l'Hôpital Public en Pays de Morlaix. Photo pyb29

Contact : cdhchpm@gmail.com

Ineke de la liste Ploug à Vous. Photo pyb29 Ploug à Vous. Photo pyb29 Jean Rouve tête de liste de "Ploug à Vous". Photo pyb29

Quelques membres du "Comité de Défense de l'Hôpital Public en Pays de Morlaix" se sont partagés la place du marché avec quelques représentants de listes des municipales.

 

18 février 2020

Retraites. La macronie a peur du peuple - les députés LREM refusent le recours au référendum sur la réforme des retraites demandé par la gauche

Retraites. La macronie a peur du peuple

Lundi, 17 Février, 2020 - L'Humanité
 
La majorité parlementaire a rejeté lundi 17 février la motion référendaire, par 160 voix contre 70 voix, alors que 67 % se déclarent favorables à un référendum.
 
Nouveau déni de démocratie sur la réforme des retraites : en dépit des contestations sociales et de son rejet massif par les Français, les députés LaREM ont largement repoussé la motion référendaire déposée par le groupe de la gauche démocrate et républicaine (GDR), lundi soir à l’Assemblée nationale, par 160 voix contre 70.
Pour être recevable, cette motion devait être signée par au moins 58 députés, qui avaient pour obligation d’être tous présents en même temps dans l’hémicycle en vue de son examen. L’objectif des 61 parlementaires signataires issus des rangs du PCF, de la FI, du PS et du groupe LT était simple : soumettre le projet de loi sur les retraites à un référendum.
Chacun leur tour, ils ont soutenu cette motion. A la tribune, le député PCF Fabien Roussel a ouvert les débats. « Peut-on imaginer qu’une telle réforme, aussi importante, se fasse sans le peuple, ou malgré le peuple, voire, plus grave encore, contre le peuple ? », a interrogé le secrétaire national du PCF. « Êtes-vous seulement à l’écoute du Président ou êtes-vous à l’écoute de tous les Français ? », a-t-il également demandé. 
 
A ses yeux, l’exigence du référendum est la seule sortie par le haut possible. Un constat partagé par François Ruffin. « Bien sûr qu’on le veut ce référendum, bien sûr qu’on veut voir si les Français avalent vos bobards ! », a insisté l’insoumis auprès des députés LaREM. « La voilà votre justice sociale : vous l’avez vu cette publicité d’Axa qui présente votre réforme ? Pour combler la baisse des pensions à venir, Axa offre de cotiser un plan épargne retraite. C’est un hold-up préparé dans l’ombre ! », s’indigne-t-il. Moins tonitruant, le premier secrétaire du PS, Olivier Faure, se dit « prêt » à ne pas voter cette motion référendaire à condition que « le 49.3 ne soit pas enclenché par le gouvernement. » Pour l’heure, l’exécutif ne compte pas recourir à cet article explosif de la Constitution., mais n’a fait aucune promesse.  
Sans surprise, les arguments de la gauche ont été balayés d’un revers de main par la majorité et le gouvernement. « Je ne peux m’empêcher de me demander quelle serait la question qui serait posée aux Français », s’interroge, non sans malice, Laurent Pietraszewski, secrétaire d’Etat chargé des retraites. Avant d’énumérer avec arrogance: « Pour ou contre un système solidaire par répartition ? Pour ou contre le maintien des départs anticipés pour celles et ceux qui mettent leur vie en danger pour protéger la nôtre ? Pour ou contre le maintien d’un système dans lequel les pensions des femmes sont 40% moins élevées que celle des hommes ? ». 
 
Le membre de l’exécutif se garde bien de dire que son système prétendu universel va aggraver en réalité les inégalités de pensions entre les sexes. Surtout, sa réforme par points va baisser mécaniquement les pensions au gré des aléas économiques. Qu’importe, Laurent Pietraszewski tacle sévèrement l’opposition de gauche, voyant dans la motion référendaire un simple « artifice de procédure » pour empêcher le débat parlementaire. 
Un peu plus tôt dans l'Hémicycle, Fabien Roussel (PCF) avait pourtant prévenu : « En refusant d'écouter le mouvement social, en refusant de donner le temps du débat au Parlement, vous prenez un grand risque. Celui d’une fracture profonde avec nos concitoyens, avec  les syndicats, les partenaires sociaux. Celui d’un fossé qui va se creuser entre des députés et les Français et abîmer encore plus la politique.»  

http://www.le-chiffon-rouge-morlaix.fr/2020/02/retraites.la-macronie-a-peur-du-peuple-les-deputes-lrem-refusent-le-recours-au-referendum-sur-la-reforme-des-retraites-demande-par-l

 

Ouest-France

Morlaix. Ils aident les commerçants à relever des défis

Publié le

Valorisez votre savoir-faire et vos produits dans votre boutique et sur internet : c’est ce que propose Morlaix communauté, via un coaching individualisé en stratégie commerciale.

Aux côtés de Marina Meudec, du pôle développement économique à Morlaix communauté, Élodie Cloarec et Laurent Derbois, retenus pour donner des conseils en stratégie de marketing et de communication. | OUEST-FRANCE

Le dispositif de coaching pour les commerçants et artisans du pays de Morlaix, c’est quoi ?

Après le Pass commerce mis en pla­ce en 2018. Morlaix communauté propose un nouveau dispositif de coaching individualisé à destination des commerçants et artisans indé­pendants. Objectif ? L'amélioration du positionnement stratégique et de ’’attractivité du point de vente, et le développement d'une stratégie de communication numérique.

À qui s’adresse-t-il ?

Aux commerçants et artisans indé­pendants des secteurs alimentaires, des secteurs marchands de la cultu­re, des loisirs, de l'équipement de la personne et de la maison, ou encore du bâtiment. Seules sont éligibles les entreprises de moins de sept salariés et celles dont le chiffre d'affaires n'excède pas un million d’euros. Sont exclus le commerce de gros, les commerces non-sédentaires, les agences prestataires de services et les activi­tés de services à la personne, ainsi que le secteur paramédical et les pro­fessions libérales.

Que proposera-t-on ?

Les deux premières formations pro­posées par Jean-François Robin, de Philao (agence de formation et d'accompagnement), et Laurent Der- bois, de Feelsen (conseil en marke­ting), passent par un diagnostic de l'entreprise pour permettre d'élaborer une stratégie commerciale. « Cer­tains ont des bases de données importantes et ne savent pas quoi en faire, souligne Laurent Derbois. Cela permet de prendre du recul par rapport au quotidien et de donner un élan, avec de nouvelles actions pour améliorer son point de vente. » Aux côtés d'Élodie Cloarec, consul­tante marketing et communication, les entrepreneurs apprendront à défi­nir une stratégie de communication numérique et les outils à favoriser à travers un site web et les réseaux sociaux.

Combien ça coûte ?

Le budget de ce dispositif est de 26 000 € par an, avec un volume horaire de 30 séquences de quatre heures. Ce projet est financé à hau­teur de 80 % par la collectivité et 20 % par les entreprises. Restera à la char­ge des entreprises, 120 € pour une séance de quatre heures de coaching avec la remise d’un rapport et d'un outil de pilotage, et 156 € pour la séance également de quatre heures en stratégie de communication numérique et en webmarketting.

Pratique

Les formations démarrent le 6 mars, contacter Morlaix communauté, animation.eco@agglo.morlaix.fr, tel. 02 98 15 31 76.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-ils-aident-les-commercants-relever-des-defis-6741568

 

Ouest-France

Morlaix. Un centre de santé pour désengorger l’hôpital ?

Publié le 17/02/2020 à 17h32 Séverine FLOCH

Le Comité de défense de l’hôpital public en Pays de Morlaix (Finistère) organise samedi 22 février 2020, à Saint-Martin-des-Champs, un débat public sur les centres de santé, avec la vocation d’informer et d’échanger autour de cette proposition.

Le Comité de défense de l’hôpital public en Pays de Morlaix, lors d’une action. | OUEST FRANCE

Le Comité de défense de l’hôpital public en Pays de Morlaix, créé en 2016, organise un débat public samedi 22 février 2020 sur le thème « Les centres de santé, une solution alternative à l’offre de soins de proximité ». Le débat public aura lieu à la Maison des associations de Saint-Martin-des-Champs, à 14 h. Au programme, une table ronde est prévue en présence du Dr Éric May, directeur des centres de santé municipaux de Malakoff (Hauts-de-Seine) et président de l’Union syndicale des médecins des centres de santé et d’Yves Jardin, membre de la Coordination nationale des comités de défense des maternités et hôpitaux publics de proximité, à Douarnenez. Un temps d’échange avec les intervenants est programmé dans un second temps.

Le centre de santé, un service public supplémentaire

Selon les adhérents du Comité de défense de l’hôpital public en Pays de Morlaix, l’ouverture d’un centre de santé intercommunal répondrait à l’engorgement de l’hôpital public de Morlaix. Cela créerait un lien entre la médecine de ville et l’hôpital public.

Samedi 22 février 2020, à 14 h, Maison des associations (ancienne école du Binigou) à Saint-Martin-des-Champs, débat public « Les centres de santé, une solution alternative à l’offre de soins de proximité », organisé par le Comité de défense à l’hôpital public en pays de Morlaix.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-un-centre-de-sante-pour-desengorger-l-hopital-6741119

Contact : cdhchpm@gmail.com

 

Ouest-France

Morlaix. Rassemblement jeudi contre le projet de réforme des retraites

Publié le 17/02/2020 à 17h14

L’intersyndicale de Morlaix (Finistère) appelle au rassemblement contre le projet de loi sur la réforme des retraites jeudi 20 février 2020, à 11 h, place des Otages.

Les manifestants contre la réforme des retraites, le 10 décembre 2019 | OUEST FRANCE

Alors que le projet de loi sur la réforme des retraites est en examen au Parlement, l’intersyndicale morlaisienne, qui regroupe la CGT, FO, FSU, Sud Solidaires, appelle au rassemblement, jeudi 20 février 2020, contre le projet de loi de réforme des retraites, place des Otages, à Morlaix, à partir de 11 h. L’objectif pour l’intersyndicale morlaisienne ? Participer au renforcement de la contestation contre le projet de loi et continuer à instaurer le doute dans la majorité gouvernementale.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-rassemblement-jeudi-contre-le-projet-de-reforme-des-retraites-6741088

 

Ouest-France

Morlaix. Disparition de Claude Rideller, une grande figure de Morlaix

Publié le Marie JOUSSEAUME

Rue de Brest, le chausseur Claude Rideller était une figure du commerce à Morlaix (Finistère). Il s’est éteint à 84 ans.

Le commerçant s’est éteint à 84 ans | ARCHIVES OUEST-FRANCE

La ville de Morlaix a perdu l’une de ses figures emblématiques, samedi dernier. Le chausseur de la rue de Brest, Claude Rideller, s’est éteint à 84 ans. La boutique familiale avait ouvert en 1929. C’était une échoppe hors du temps au charme particulier. Sa mère Françoise, partie en 2002, à 98 ans, et lui, y avait eu la visite des caméras de l’émission de télévision Faut pas rêver.

Depuis 1929 rue de Brest

 Sous un aspect rustique, c’était un homme extrêmement brillant et cultivé, avec beaucoup d’humour. Il ne s’embarrassait pas des apparences. Il transmettait une joie de vivre interne , se souvient Ronan Scornet, du magasin Tristan, qui salue  une superbe mémoire du commerce morlaisien : c’est une famille qui a un siècle d’histoire ! Sa grand-mère tenait déjà un café rue de Brest, à l’époque de Seznec et de Quémeneur . L’homme, pourtant discret, aura marqué les esprits.  Je me souviens de le voir déballer ses chaussures au pied du viaduc, le samedi, et de le voir partir à vélo rue de Brest chercher une pointure qui manquait. C’est une des grandes figures de Morlaix qui disparaît .

« Incontournable »

Même sentiment pour la maire, Agnès Le Brun.  Il était incontournable. C’est une grande perte pour la ville, on est très triste de l’avoir perdu. Tout le monde le connaissait, car on lui a tous acheté une paire de chaussures ou de chaussons. On a tous de petites histoires qui nous lient à lui. J’y ai acheté les premiers chaussons de mon fils , se souvient l’élue.

Un dernier hommage lui est rendu mardi 18 février, à 14 h 30, en l’église Saint-Martin de Morlaix.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-disparition-de-claude-rideller-une-grande-figure-de-morlaix-6741081

C'était une pointure

 

Ouest-France

Municipales à Plouezoc’h. Brigitte Mel est tête de liste

Publié le

La liste Bien vivre ensemble à Plouezoc’h (Finistère) est, pour le moment, la seule de la commune. Elle sera menée par l’adjointe aux affaires sociales, Brigitte Mel, en vue des élections municipales de mars 2020.

Brigitte Mel, assise au premier rang au centre, mènera la liste Bien vivre ensemble à Plouezoc’h. | OUEST-FRANCE

Après deux mandats de maire, Yves Moisan ne se représente pas aux élections municipales de mars 2020, à Plouezoc’h (Finistère). Pour lui succéder, à l’unanimité, le groupe de diverses sensibilités de gauche a choisi Brigitte Mel, adjointe aux affaires sociales.

« Notre équipe est constituée de sept élus sortants et de douze nouveaux candidats. En nous appuyant sur l’expérience acquise et l’équilibre budgétaire construit, notre action se situera dans la continuité des projets engagés, tout en apportant de nouvelles idées pour l’avenir de notre commune. Nous poursuivrons les efforts pour faire vivre le label éco-bourg. »

Présentation publique vendredi 6 mars

À noter que, pour l’instant, comme pour les dernières élections municipales, une seule liste se présente.

Une présentation publique de la liste, les candidats et le programme, aura lieu vendredi 6 mars, à 20 h, à la maison des associations.

Les candidats sur la liste

Les candidats : Brigitte Mel (tête de liste), retraitée de la fonction publique hospitalière, 64 ans, adjointe ; Jérome Calmels, attaché parlementaire, 36 ans ; Leila Caacchioli, secrétaire administrative, 50 ans ; Arnaud Favé, attaché territorial, 36 ans ; Sandie Coz, agricultrice, 41 ans, conseillère ; Daniel Guezennec, infirmier retraité, 67 ans, adjoint ; Michèle Galopin, infirmière puéricultrice retraitée, 66 ans, conseillère ; Bernard Lachiver, cadre technique retraité, 66 ans, conseiller ; Caroline Jacq, assistante commerciale, 41 ans ; Guy Le Fur, technicien agricole retraité, 68 ans, conseiller ; Françoise Laurent, assistante service social, 58 ans ; Erwann Morvan, électricien, 34 ans ; Anaïs Mel, couturière, 30 ans ; Benoît Periou, ouvrier agroalimentaire, 32 ans ; Gwenaelle Quéré, infirmière libérale, 38 ans ; Jacques Robic, directeur d’école, conseiller ; Nadège Ruault, responsable qualité, 43 ans ; Raymond Tessier, informaticien retraité, 63 ans ; Florence Simon, assistante maternelle, 36 ans.

https://www.ouest-france.fr/elections/municipales/municipales-plouezoc-h-brigitte-mel-est-tete-de-liste-6741071

 

Ouest-France

Île-de-Batz. Sophie Dirou, candidate aux municipales

Publié le

Sophie Dirou, 38 ans, se présente seule comme candidate aux élections municipales sur l’Île-de-Batz (Finistère).

Sophie Dirou, 38 ans, se présente seule aux élections municipales de mars 2020. | OUEST-FRANCE

Sophie Cabioch-Dirou, 38 ans, a passé toute son enfance sur l’île, « à l’époque où il y avait encore deux écoles primaires ». Après le collège sur l’île, elle a rejoint à 16 ans un internat sur le continent pour y effectuer des études de management et de marketing. Après des débuts professionnels dans le milieu bancaire et en agence d’intérim. « Il m’a fallu faire un choix, explique-t-elle, soit rester vivre sur l’île avec mon mari marin-pêcheur ou travailler sur le continent. J’ai fait le choix de rester et d’aider mes parents agriculteurs. Depuis, je vois l’île qui s’endort et cela ne semble déranger personne. »

Pas de liste

Avec deux enfants scolarisés au collège et à l’école primaire de l’île, Sophie Dirou est aussi active dans le milieu associatif. Elle travaille comme employée chez les particuliers et dans le secteur de la location saisonnière. Elle a également ouvert ses propres gîtes.

Candidate en 2008 sur la liste de l’actuel maire, Guy Cabioch, elle n’avait pas obtenu les suffrages nécessaires à son élection. « Je suis jeune, mais je suis consciente des enjeux. Si je m’engage, c’est pour l’avenir, pour les îliens ! Je pense que tout citoyen a sa place et son mot à dire, il faut rester optimiste. »

« Mon programme ne présente pas de projets de grande envergure, ni de promesses démagogiques. Il porte sur des axes concrets pour soutenir les actifs, revitaliser la commune, dynamiser son image, renforcer les liens avec l’intercommunalité, aider ceux qui souhaitent rester et favoriser l’intégration des habitants sans perdre notre identité et surtout prendre en compte les demandes des concitoyens. »

« Je ne vais pas me déclarer dans l’opposition, il faut être lucide, certains projets entrepris par la mandature actuelle devront être achevés. Je ne vais pas être contre tous les projets de Guy Cabioch ou d’Anne Diraison, je ne pars pas en guerre ! »

Sophie Dirou ne monte pas une liste. « J’ai conscience que cela peut être un désavantage. » La commune comptant moins de 1 000 habitants, il est possible de voter pour un candidat individuel ou des équipes municipales, même incomplètes. « Les îliens peuvent modifier la liste en supprimant ou en ajoutant des noms de personnes qui ont fait acte de candidature. J’ai sollicité plusieurs personnes pour m’accompagner, mais j’ai ressenti de la peur. La population semble espérer du changement. C’est le moment, nous le verrons dans les urnes. »

https://www.ouest-france.fr/elections/municipales/ile-de-batz-sophie-dirou-candidate-aux-municipales-6740979

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
17 février 2020

Le Gendre idéal

 

Ouest-France

Douarnenez. Le projet de modification du PLU consultable en mairie

Le projet de modification simplifiée n° 2 du PLU est disponible en marie depuis ce lundi 17 février, et sera consultable jusqu’au 28 mars 2020.

Publié le 17/02/2020 à 11h53

Le document est consultable jusqu’au 28 mars 2020 en ligne et en mairie. | BEATRICE LE GRAND / OUEST FRANCE

Le projet de modification simplifiée n° 2 du PLU sera tenu à la disposition du public pour une durée d’un mois du lundi 17 février au samedi 28 mars 2020 inclus.

Le public peut consulter le dossier qui sera déposé en mairie pendant toute la durée de la mise à disposition en version papier et en version numérique consultable sur un ordinateur afin que chacun puisse en prendre connaissance, aux jours et heures habituels d’ouverture au public, et consigner ses observations éventuelles sur le registre de mise à disposition.

Le registre est composé de feuillets non mobiles, côté et paraphé par M. le Maire. Les observations pourront également être adressées à M. le Maire par écrit, pendant toute la durée de la mise à disposition à l’adresse « PLU modification n° 2, 16, rue Berthelot – 29100 Douarnenez » ou à l’adresse courriel suivante : plumodification2@mairie-douarnenez.fr

Le Projet de modification simplifiée n° 2 du PLU est consultable dès maintenant sur www.mairie-douarnenez.fr rubrique Vie pratique / Urbanisme.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/douarnenez-29100/douarnenez-le-projet-de-modification-du-plu-consultable-en-mairie-6740817

 

17 février 2020

Morlaix communauté - La politique de la chaise vide de Plouigneau

Morlaix communauté  - La politique de la chaise vide de Plouigneau

 

Morlaix communauté

La politique de la chaise vide de Plouigneau

En ce lundi 10 février 2020, chacun a pu remarquer que la délégation Ignacienne était comme souvent...bien réduite !

Deux chaises vides (les places réservées à Bernard Le Vaillant et à Béatrice Picard) entre Mme Le Houérou, maire, et Joëlle Huon, représentant l’opposition (un poste).

Une situation souvent rencontrée durant ce mandat (depuis 2014). Est-ce le signe d’un désintérêt de la majorité de Plouigneau pour l’institution communautaire dont le champ de compétences ne cesse pourtant de s’accroître ? Est-ce le fait de calendriers de « surbookés » ? Une forme de désinvolture à l’égard d’une instance dont on n’a pas la totale maîtrise ? Une conception autarcique de l’action municipale ?

Toujours est-il que la deuxième commune de Morlaix communauté ne brille pas par son dynamisme au sein de la communauté d’agglomération.

En plus cet absentéisme ne permet même pas à la majorité Ignacienne de donner totalement de sa voix, puisque sur le vote du dernier PLUi-H la majorité de Plouigneau n’a pu exprimer que deux votes contre sur trois à sa disposition, en raison d’un seul pouvoir possible par personne).

A ce train-là certains peuvent encore se présenter pour plusieurs autres mandats aux élections municipales. Ce ne sont pas les séances du conseil communautaire qui les fatigueront.

Le Forficule rouge

(pince-oreille)

http://www.le-chiffon-rouge-morlaix.fr/2020/02/morlaix-communaute-la-politique-de-la-chaise-vide-de-plouigneau.html

 

Ouest-France

Saint-Brieuc. « Dictature des collectifs » : la phrase d’Alain Cadec suscite des réactions

Publié le Thibaud GRASLAND

André Ollivro réagit au propos d’Alain Cadec. Le président du Département précise également son propos vis-à-vis d’une association briochine.

Alain Cadec, président du conseil départemental des Côtes-d’Armor. | ARCHIVES OUEST-FRANCE.

« La dictature des collectifs, ça suffit ! » Cette phrase, Alain Cadec l’a prononcée fin janvier dans une interview publiée dans nos colonnes. « Il n’y a plus une décision que nous prenons qui ne soit accompagnée de la création d’un collectif pour s’y opposer, avait-il expliqué. Je ne nie pas la représentativité de ces groupes, ni même le bien-fondé de certaines remarques. Mais à la fin, c’est bien aux représentants du peuple de trancher… »

« Le signe d’une démocratie active »

Cette petite phrase sur les collectifs prononcée fin janvier ne passe pas auprès de certains militants. C’est notamment le cas d’André Ollivro qui a adressé une réponse à Ouest-France ce week-end. « Monsieur Cadec a oublié qu’il avait soutenu le Collectif urgence réchauffement climatique qui s’est battu contre le projet de GDF d’implanter une centrale au gaz à Ploufragan. C’est bien l’action citoyenne collective qui a permis d’obtenir que le conseil municipal d’Hillion émette un avis défavorable à une extension supplémentaire de porcherie dans la commune la plus sinistrée de Bretagne par les marées vertes. »

Le militant hillionnais poursuit : « Notre pays pourra se faire du souci le jour où il n’aura plus la capacité de générer des collectifs, des associations qui sont des lanceurs d’alertes, signe d’une démocratie active et participative. »

« Le Crac, un interlocuteur fiable »

Le président du conseil départemental avait ainsi justifié l’emploi de cette phrase le 27 janvier : « Sur certains dossiers, vous en avez plusieurs, aux intérêts contradictoires, qui s’opposent. Qui doit décider ? Celui qui crie le plus fort ? Ce n’est pas ma vision de la société. Faisons confiance aux élus ! Ils font ces choix, parce qu’ils les considèrent comme meilleurs, dans le cadre de l’intérêt général. »

La semaine dernière, Alain Cadec a également tenu à préciser sa pensée vis-à-vis du Crac, à l’initiative d’une réunion, le 4 février, sur le désastre écologique au Valais : « Je ne considère évidemment pas le Crac comme un collectif, mais bien comme un interlocuteur fiable, avec des représentants associatifs et structurés qui tirent une grande légitimité de leur élection par leurs adhérents. Il est ancré dans la vie briochine depuis de très nombreuses années. »

https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-brieuc-22000/saint-brieuc-dictature-des-collectifs-la-phrase-d-alain-cadec-suscite-des-reactions-6740671

 

Le Diben lundi 17 février 2020

Triste nouvelle. Graeme Allwright est décédé dimanche 16 février 2020

Graeme Allwright en concert à Plougasnou le 15.06.2014. Photo pyb29 Graeme Allwright en concert à Plougasnou le 15.06.2014. Photo pyb29

Graeme Allwright en concert à Plougasnou le 15.06.2014. Photo pyb29 Graeme Allwright en concert à Plougasnou le 15.06.2014. Photo pyb29

Graeme Allwright en concert à Plougasnou le 15.06.2014. Photo pyb29 Graeme Allwright en concert à Plougasnou le 15.06.2014. Photo pyb29

Graeme Allwright en concert à Plougasnou le 15 juin 2014 à la salle municipale, concert organisé par l'association Primel Amitiés.

La Marseillaise De Graeme Allwright et Sylvie Dien

Pour tous les enfants de la terre Chantons amour et liberté.
Contre toutes les haines et les guerres L’étendard d’espoir est levé L’étendard de justice et de paix.
Rassemblons nos forces, notre courage Pour vaincre la misère et la peur Que régnent au fond de nos cœurs L’amitié la joie et le partage.
La flamme qui nous éclaire,
Traverse les frontières Partons, partons, amis, solidaires Marchons vers la lumière.

Graeme Allwright, Sylvie Dien
Texte libre de droit, offert par les auteurs, à distribuer sans modération.
https://mga.asso.fr/

Graeme Allwright le 15 juin 2014. Photo pyb29

Graeme Allwright le 15 juin 2014 à Plougasnou, un grand bonhomme !

Lire aussi : Le chanteur folk Graeme Allwright est mort

 

Le Diben dimanche 16 février 2020

Plougasnou. Aire de repos à préserver !!!

Photo pyb29  Photo pyb29

Photos réalisées aujourd'hui dimanche 16 février à 11h58 au fond de l'Anse de Primel dans le mauvais temps.

Vidéo : Aire de repos à préserver !

Je dédie cette vidéo à Nathalie Bernard, à Claude Poder, à Pierre Legendre, à Morlaix communauté et à Adrien Sanquer de la société Wiinch en espérant qu’ils respectent notre cadre de vie.

 

Ouest-France

Coupures d’électricité, vols et traversées annulés… La tempête Dennis perturbe le Finistère

Publié le

Ces samedi 15 et dimanche 16 février, le Finistère a été placé en vigilance orange, puis jaune, pour pluie, vent violent et risque d’inondation. Des foyers ont été privés d’électricité, les pompiers ont été appelés plus de 300 fois, des traversées maritimes et vols ont été annulés.

La côte de Penhors a été malmenée, ce dimanche 16 février 2020, par la tempête Dennis. L’océan déchaîné a couvert d’écume blanche tout le littoral, le trait de côte a été rogné par la violence des vagues. | OUEST-FRANCE

Dimanche après-midi 16 février 2020, Météo France a fait repasser le Finistère en vigilance jaune pour pluie, vent violent et risque d’inondation. La veille, en prévision de la tempête Dennis, le département avait été placé en vigilance orange, comme le Morbihan. Les villes de Morlaix, Quimper et Quimperlé sont toujours en alerte jaune pour risque de débordement des rivières. Dimanche, le site VigiCrues précisait que, à Morlaix, « les cours d’eau vont poursuivre leur montée au cours de l’après-midi du dimanche 16 février. Des débordements sont possibles sur la place des Otages ». Mais, pour les trois villes, « dans les jours qui suivent, une accalmie relativement durable devrait s’installer ».

4 500 foyers sans électricité

Sollicités 25 fois dans la journée de samedi, les pompiers du Finistère ont été appelés 63 fois durant la nuit et plus de 340 fois depuis 7 h, ce dimanche 17 février. Essentiellement pour des chutes de branches sur la voie publique et pour des câbles électriques et téléphoniques tombés au sol.. Dimanche après-midi, le fournisseur d’électricité Enedis a indiqué que 10 000 foyers en Bretagne, dont 4 500 dans le Finistère, avaient subi des coupures d’électricité, mais que 450 techniciens étaient « mobilisés sur le terrain ». Des coupures ont notamment été signalées dans le pays de Quimper.

La tempête Dennis a mis à mal la toiture de l’ancien grand séminaire dans le quartier de Kerfeunten, à Quimper. | OUEST-FRANCE

À Brest, le téléphérique a été arrêté à cause des bourrasques de vent et la vitesse de circulation a été limitée à 70 km/h sur le pont de l’Iroise. Dans la rue de Paris, un arbre est tombé sur la chaussée, empêchant toute circulation à ce niveau. Une déviation a été mise en place.

Un arbre, déraciné par la tempête Dennis, bloque la rue de Paris. | OUEST-FRANCE

Des traversées maritimes et vols annulés

La compagnie maritime Penn ar Bed a annulé ses traversées vers les îles de Molène, Sein et Ouessant, pour la journée de dimanche. Les traversées vers et en direction de Sein sont aussi annulées pour la journée du lundi 17 février. Ce jour-là, les trajets Brest – Le Conquet – Molène – Ouessant, sont décalés : départ de Brest à 13 h et escale à Le Conquet à 14 h 30, avant de continuer vers Molène et Ouessant. En sens inverse, départ d’Ouessant à 16 h 30 et de Molène à 17 h.

À l’aéroport de Brest Bretagne, le vol de Ryanair à destination de Marseille, prévu à 12 h 30, a été annulé. Et celui en provenance de la cité phocéenne, qui devait atterrir vers 13 h 53, a été dû être dérouté. À l’aéroport de Quimper Cornouaille, le vol qui aurait dû décoller à destination d’Orly, à 14 h 15, a été annulé. Le vol prévu à 18 h 15 a été maintenu. Il devait décoller avec quelques minutes de retard.

Vents, vagues, pluie… Des chiffres impressionnants

Selon MétéoFrance, 30 à 60 mm de pluie en 24 heures étaient attendus dans le Finistère. C’est l’équivalent de deux à trois semaines de pluie. Des vitesses de vent impressionnantes ont été annoncées, comme 135 km/h à Plougonvelin ou 127 km/h à Saint-Ségal. Au large de la pointe saint-Mathieu, une vague de plus de 15 m de haut a été mesurée.

https://www.ouest-france.fr/meteo/tempete/coupures-d-electricite-vols-et-traversees-annules-la-tempete-dennis-perturbe-le-finistere-6739483

 

Ouest-France

Côtes-d’Armor. Les intoxiqués de Triskalia reprennent leur offensive contre les pesticides

Publié le 16/02/2020 à 16h20 Jerom FOUQUET

Depuis 2010, année où l’affaire a éclaté, les anciens salariés de la coopérative agricole intoxiqués par des pesticides ne cessent de batailler. Devant le refus de l’État de répondre aux questions de l’Europe sur l’utilisation des pesticides et la protection de la santé au travail, le comité de soutien et Sud Solidaires vont saisir la Cour de justice européenne.

Des anciens salariés intoxiqués de Triskalia, Stéphane Rouxel, Raymond Pouliquen, Noël Pouliquen et Claude Le Guyader, en compagnie de Serge Le Quéau, syndicaliste à Sud Solidaires, qui les soutient depuis toujours (2e à partir de la droite). | OUEST-FRANCE

« Nous allons maintenant saisir la Cour de justice européenne pour le non-respect par la France des directives européennes concernant l’utilisation des pesticides. » Serge Le Quéau, syndicaliste à Sud Solidaires dans les Côtes-d’Armor, est le porte-parole des anciens salariés intoxiqués de Triskalia, à Plouisy et Glomel, depuis dix ans.

En décembre 2019, à la suite de la pétition par les salariés de la coopérative bretonne élaborant des produits agricoles transformés, déposée en 2016, la commission des pétitions du Parlement européen a demandé aux représentants français à Bruxelles si le respect de la directive de 2009 concernant l’utilisation de pesticides était bien appliqué dans l’Hexagone. Un courrier resté lettre morte depuis.

La vente de pesticides ne faiblit pas

« Dans cette affaire, le gouvernement surprotège le lobby agricole breton pour protéger l’emploi », estime Serge Le Quéau. « Les plans Ecophyto, nés du Grenelle de l’environnement de 2007, avaient comme objectif de réduire de 50 % la consommation de pesticides jusqu’en 2018 », assure René Louail, président du comité de soutien aux victimes des pesticides de l’Ouest. Le seul moyen pour la France d’être en conformité avec les directives européennes.

Et de citer les chiffres officiels : « Pourtant, durant cette même période, la quantité de produits vendus a augmenté de 25 %. Et, pour la seule année 2018, elle est montée à 21 %, alors que plus de 4 000 agriculteurs se sont mis au bio ! »

« Un enjeu de santé publique »

Les victimes ne sont pas dupes et savent très bien qu’une alternative aux pratiques actuelles dans l’agriculture intensive prendra du temps. Mais elles souhaitent que, vu la dangerosité de ces produits, ces directives soient fermement appliquées. « Nous demandons avant tout une visibilité concernant des pratiques d’utilisation irresponsables. C’est un enjeu de santé publique. »

Aucun jugement au pénal

Par ailleurs, il incombe aux États membres de l’Union d’indemniser les victimes. Si plusieurs d’entre elles ont obtenu gain de cause, notamment devant les prud’hommes, il n’en est pas de même au pénal pour juger une faute grave de la part de l’employeur.

Selon Serge Le Quéau, « comme ses prédécesseurs, le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, fait obstruction aux instructions en cours ». Il met en avant une volonté politique, « car il n’y a jamais eu de procès au pénal concernant l’intoxication par les pesticides en France ». C’est aussi pour cela que, avec l’aide de parlementaires européens, les ex-salariés de Triskalia vont continuer à maintenir la pression.

« Il faut que je tourne la page. Ça fait dix ans que je me suis porté partie civile pour mise en danger de la vie d’autrui », confirme Stéphane Rouxel, licencié par Triskalia pour inaptitude en 2011.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/guingamp-22200/cotes-d-armor-les-intoxiques-de-triskalia-reprennent-leur-offensive-contre-les-pesticides-6739390

 

Ouest-France

Douarnenez. Pollutions sur le bassin-versant du Ris : un arrêté préfectoral en projet

Publié le 15/02/2020 à 15h33 Metig JAKEZ-VARGAS

Une enquête publique est en cours concernant une série de mesures visant à limiter la pollution sur le bassin-versant du Ris, depuis le 29 janvier 2020. Une consultation qui se fait dans la plus grande discrétion.

La présence d’algues vertes est importante, en septembre 2019, à la plage du Ris. | BAIE DE DOUARNENEZ ENVIRONNEMENT

La baignade et la pêche à pied sont interdites par arrêté préfectoral sur la plage du Ris depuis le 4 mars 2019, et ce « jusqu’à nouvel ordre ». Le préfet a pour projet de rouvrir la zone de baignade en 2020, à condition de mettre en place une série de mesures obligatoires sur le bassin-versant du Ris pour y diminuer la concentration bactérienne, à l’origine notamment des algues vertes. Les habitants de Douarnenez et Kerlaz peuvent donner leur avis sur ce projet d’arrêté depuis le 29 janvier et jusqu’au mardi 18 février. Un projet d’une « curieuse discrétion », selon une militante écologiste locale en ayant eu connaissance uniquement le 13 février.

Contenu de l’arrêté

« Aujourd’hui, la situation sanitaire mesurée par l’ARS (Agence régionale de la santé) est meilleure qu’en 2018 », souligne la préfecture, qui souhaite consolider cette situation. Le projet d’arrêté créerait une zone de protection du bassin-versant et de la plage du Ris dans les communes de Douarnenez, Kerlaz, Locronan, Plogonnec, Guengat et Le Juch. Et ce, grâce à des mesures telles que l’abrogation des dérogations à l’interdiction d’épandage, d’obligation de dispositifs d’assainissement collectif (système de détection pour contrer les débordements, surveillance de la station de traitement des eaux usées du Juch) et non collectif (contrôle de l’ensemble des installations d’assainissement individuel par les communautés de communes et obligation de mise aux normes) ; et des obligations relatives aux exploitations agricoles (couverture végétale le long des cours d’eau, mesures contre les fuites)… jusqu’à atteindre un niveau de qualité sanitaire jugée « bonne ».

Pas de prise en compte des bovins

L’association Baie de Douarnenez environnement a d’ores et déjà soumit une série d’observations à la préfecture, dont l’avis conforme du Parc Marin d’Iroise en cas de retour à la situation initiale pour le respect de la zone de protection conchylicole à 500 m du rivage en 2021, une date butoir à l’installation de couverture végétale, des contrôles renforcés sur les plans d’épandage et surtout la prise en compte du sur-pâturage car « la pollution bactériologique de la zone de baignade plage du Ris est essentiellement d’origine bovine ». Elle demande en parallèle que la préfecture « cesse d’autoriser les extensions d’élevage dans le bassin-versant de la baie de Douarnenez, ce qui marquerait le début d’une véritable phase de reconquête de la qualité des eaux », constatant que « 10 ans après le début des Plan local algues vertes il y a toujours autant d’animaux autour de la baie ». Ainsi

Le projet d’arrêté préfectoral est consultable sur le site de la préfecture du Finistère. Les observations sont à adresser par mail à pref-consultation@finistere.gouv.fr

https://www.ouest-france.fr/bretagne/douarnenez-29100/douarnenez-pollutions-sur-le-bassin-versant-du-ris-un-arrete-prefectoral-en-projet-6738725

 

Ouest-France

REPORTAGE. Municipales: le long chemin des femmes

Publié le

Si 40 % des conseillers municipaux sont des conseillères, seulement 16 % des maires sont des femmes. Le réseau Élues locales (présent dans 50 départements) organise des réunions de discussion à destination des élues et futures élues. Pour les aider à s’engager. Comme récemment, à Quimper dans le Finistère.

Matinée d’échanges au conseil départemental du Finistère, sur l’engagement des femmes aux municipales. Une initiative lancée par la présidente, Nathalie Sarrabezolles, et le réseau Elues locales.   | VINCENT MOUCHEL/OUEST-FRANCE

Samedi matin de fin janvier au conseil départemental du Finistère à Quimper. Couloirs vides, mais discussions à bâton rompu dans les salles de commission. Élues, futures élues, tous âges, toutes sensibilités. Ça cause charge mentale, sexisme ordinaire, et mecs …   Freins et leviers de l’engagement des femmes aux municipales , disait l’invitation du conseil départemental du Finistère. Car seulement 16% des maires sont des femmes. Sa présidente, Nathalie Sarrabezolles, est à la pointe sur ce sujet. Aidée par le réseau Élues locales, et sa représentante, Joséphine Delpeyrat, venue de Paris pour l’occasion.

Moi, ce qui m’a décidé, ce sont ces messieurs, lâche Annie (1), adjointe au maire et tête de liste pour les prochaines municipales dans une commune de moins de 4000 habitants. Cette manière qu’ils ont eue de me pousser gentiment vers la sortie, parce que je commençais à prendre trop de place, ou pas celle qu’ils m’avaient assignée. « Ni militante, ni féministe»   dans l’âme, veste droite, ton déterminé, elle a dû développer des outils pour prendre sa place et la tenir

« Se faire voir et entendre

Il faut oser se faire voir et entendre, abonde Joséphine Delpeyrat. Trop souvent, les femmes portent des projets, mais si discrètement que d’autres finissent par se les attribuerSourires entendus dans l’assemblée.

Moi, je suis grande, ça joue pour trouver sa place. Et je l’accentue avec des talons, glisse une élue. Important : trouver des alliées qui peuvent prendre le relais, conseille la représentante d’Elues locales. Pour ne pas être enfermée dans l’étiquette Emmerdeuse de service ». Nadine, élue d’opposition, en sait quelque chose. On lui a reproché de poser trop de questions. J’ai eu les yeux noirs des hommes. Dégoûtée, je ne repars pas.

« T’as une solution ? »

Ah, les mecs ! Qui vont fumer quand les femmes mettent la table. Ou déguerpissent après des pots qui suivent les cérémonies, sans jamais se soucier des verres à laver. De quoi ont-ils peur ? D’abîmer leurs mains ?, pique Nadia. Non, rétorque une élue. Chez moi, il y a une vraie parité. Aux vœux du maire, des hommes faisaient la vaisselle. Et à chaque pot, chacun prend son verre et le lave.

Annie croit aux vertus de l’humour : Quand un de mes collègues me demande :  Il  y a du café ?, je lui réponds : Je ne sais pas. Tu en as fait ? »

Moi, j’ai fait ça avec mon mari agriculteur, raconte Jeanne, une jeune candidate, pas encore déclarée. Quand je lui ai dit que je ne serai pas là ce samedi matin pour venir à cette réunion, il m’a dit : Ah bon, mais comment on fait avec le petit ? Je lui ai répondu : Ben, je ne sais pas, t’as une solution ?

« Faire bouger les lignes »

Question majeure : concilier vie professionnelle, vie politique, vie personnelle. Dans l’absolu, la même question devrait se poser aux candidats, mais ce n’est pas encore le cas. Maire d’une commune de 900 habitants, Sophie s’est sentie à mi-chemin entre Don Camillo et Peppone, quand la charge de travail lui est tombée dessus à l’issue de sa première élection. Premier suicide par pendaison, premier conflit de voisinage… Au bout de six mois, j’ai failli raccrocher. Non seulement, on arrive dans un milieu qui n’est pas favorable (aux femmes) mais, en plus, on a envie de faire bouger les lignes.

Les réunions à 16 h, c’est très « chaud » quand on travaille et qu’on est mère de famille, dit aussi Nadia, élue depuis douze ans. Elle a réussi à les faire décaler à 18 h. Mais se souvient encore que, lors de son premier mandat, sa fille de 3 ans gribouillait à côté d’elle pendant les conseils. On veut être des super-femmes, des super-mères… Avant, je disais « oui » tout le temps. Il faut apprendre à dire « non ». Oui, ne pas se laisser prendre par la culpabilité, abonde Joséphine Delpeyrat.

« A portée de claques »

La dureté du monde politique est un autre sujet sur la table. On se met à portée de claques quand on s’expose, constate la représentante d’Élues locales. Insultes, bouderies. Ou ces voisins qui, du jour au lendemain, ne disent plus bonjour… Moi, dit Marie, je voulais une campagne propre, avec du respect. Je l’ai dit publiquement. Certaines craignent pour leurs enfants, leurs parents. Il est important d’expliquer aux enfants que, si vous êtes attaquées, c’est la candidate qui est visée, pas la maman », pense Joséphine Delpeyrat. Les claques, il ne faut pas les prendre personnellement , conseille une élue. Et surtout, ne pas oublier qu’un mandat, c’est un enrichissement formidable , dit Nathalie Sarrabezolles. Oui, on s’amuse ! , dit une conseillère municipale dans le couloir. L’entourage est souvent fier, les enfants le disent à leur mère... quand ils ont grandi! Et ça crée des vocations : beaucoup des candidates qui sont là ont eu une mère, un père adjoint, maire, conseiller. Il faut oser être un modèle, milite Joséphine Delpeyrat.

(1) Les prénoms ont été changés.

https://www.ouest-france.fr/elections/municipales/reportage-municipales-le-long-chemin-des-femmes-6739254

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
16 février 2020

À propos d'images cochonnes...

Vous savez, les grands chouineurs de l'AGROBIZNESS, ceux-là même qui crient à l'AGRIBASHING dès que quelqu'un ose mettre en cause leur funeste politique agricole... Eh bien ils viennent de frapper, une fois de plus, en vandalisant la façade FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT Midi-Pyrénées. Après leurs nombreuses intimidations visant à faire interdire le film "la vallée des loups", que vont encore inventer ces grands démocrates?! Et au fait, qu'en pense donc notre nouveau matador auto proclamé de la cause écologique, Macron 1er?

 

Le Diben samedi 15 février 2020

Morlaix. Images du marché

Allée Simone Veil. Photo pyb29

Photo pyb29 Photo pyb29

Photo pyb29 Photo pyb29

 

Ouest-France

Lannion. Réforme des retraites : les « mots doux » des manifestants au député pour la Saint-Valentin

Publié le

Ce vendredi 14 février, on a fêté la Saint-Valentin. Les opposants au projet de réforme des retraites l’ont souhaité à leur manière au député Éric Bothorel (LREM), à Lannion.

Des cœurs sur la grille qui mène à la permanence du député Éric Bothorel. | DR

Ce vendredi 14 février 2020, les opposants au projet de réforme des retraites étaient une nouvelle fois mobilisés.

Les opposants au projet de réforme des retraites ont souhaité à leur manière la Saint-Valentin à la permanence du député. | DR

Et en cette journée de Saint-Valentin, ils n’ont pas oublié le député Éric Bothorel qui a eu droit à quelques messages en forme de cœur à la grille et aux portes de sa permanence.

Les opposants au projet de réforme des retraites ont souhaité à leur manière la Saint-Valentin à la permanence du député. | DR

https://www.ouest-france.fr/bretagne/lannion-22300/lannion-reforme-des-retraites-les-mots-doux-des-manifestants-au-depute-pour-la-saint-valentin-6738646

 

Ouest-France

Roscoff. Excursions sur le Reder Mor depuis le vieux port cet été

Publié le

Vingt-cinq personnes ont assisté à l’assemblée générale. | OUEST-FRANCE

Vingt-cinq personnes ont assisté, samedi 8 février, à l’espace Mathurin-Méheut, à l’assemblée générale de l’association Reder Mor. La structure a été créée en 1991 pour armer la réplique d’un cotre palangrier construit en 1907 à Roscoff. Le bateau reviendra au vieux port de Roscoff, pour la saison, après le carénage qui aura lieu début avril, avec des sorties prévues cet été. Le bateau est également inscrit aux fêtes maritimes de Brest 2020.

Un nouveau bureau a été élu. Étienne Leroy cède la présidence à un binôme constitué de François Liron et Gille Troël. François Liron va aussi assurer le secrétariat. Thomas Florent a pris la fonction de trésorier. L’entrée au conseil administration de Charles Bachy a été actée. Le siège de l’association est transféré au port de plaisance de Morlaix.

De nouvelles pistes de financements ont été évoquées, un nouveau logo va être créé, et le site Internet remis à jour.

Concernant le bateau, des travaux sont à envisager pour l’année prochaine et un devis sera demandé au Chantier naval les 7 vents de Saint-Pol-de-Léon.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/roscoff-29680/roscoff-excursions-sur-le-reder-mor-depuis-le-vieux-port-cet-ete-6738409

 

Ouest-France

Plougonven. Guervenan : la CGT de l’hôpital de nouveau mobilisée

Publié le

Débrayage ici devant le service des Mésanges avec au premier rang, une partie du personnel. | OUEST-FRANCE

Ce vendredi, jour de la Saint-Valentin, le cœur était le fil rouge de la mobilisation de la CGT et du personnel du service SSR (service de suite et de réadaptation) des Mésanges sur le site de Guervenan. « Vingt-cinq lits ont été fermés, par manque de recrutement médical », dénonce Julie Hamon, déléguée CGT. Quid des malades qui étaient hospitalisés dans ce service ? « Ils ont été redistribués ici dans d’autres services, mais qui sont déjà saturés. Aux Mésanges aussi, le service fonctionnait avec une activité assurée à 100 % ».

Pour Christophe Boudrot, secrétaire de la section CGT de l’hôpital, les intentions de la direction sont claires. « Cela se passera exactement comme pour le service de cardiologie qui a fermé, faute de médecin. Ici aussi on nous dit d’espérer. Nous, on est plutôt désespéré. La direction ferme des lits pour supprimer des postes, c’est tout.  ».

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plougonven-29640/plougonven-guervenan-la-cgt-de-l-hopital-de-nouveau-mobilisee-6738273

 

15 février 2020

Conseil de communauté de Morlaix-Co du 10 février 2020 - Photos Pierre-Yvon Boinard et bref compte rendu

Photo-montage en forme de synthèse visuelle du dernier conseil de communauté du mandat 2014-2020 par Pierre-Yvon Boisnard

Conseil de communauté de Morlaix-Co du 10 février 2020 - Photos Pierre-Yvon Boinard et bref compte rendu

 

Conseil de communauté de Morlaix-Co du 10 février 2020 - Photos Pierre-Yvon Boinard et bref compte rendu

 

Conseil de communauté de Morlaix-Co du 10 février 2020 - Photos Pierre-Yvon Boinard et bref compte rendu

 

Conseil de communauté de Morlaix-Co du 10 février 2020 - Photos Pierre-Yvon Boinard et bref compte rendu

 

Conseil de communauté de Morlaix-Co du 10 février 2020 - Photos Pierre-Yvon Boinard et bref compte rendu

 

Conseil de communauté de Morlaix-Co du 10 février 2020 - Photos Pierre-Yvon Boinard et bref compte rendu

 

Conseil de communauté de Morlaix-Co du 10 février 2020 - Photos Pierre-Yvon Boinard et bref compte rendu

 

Conseil de communauté de Morlaix-Co du 10 février 2020 - Photos Pierre-Yvon Boinard et bref compte rendu

 

Conseil de communauté de Morlaix-Co du 10 février 2020 - Photos Pierre-Yvon Boinard et bref compte rendu

 

Conseil de communauté de Morlaix-Co du 10 février 2020 - Photos Pierre-Yvon Boinard et bref compte rendu

 

Conseil de communauté de Morlaix-Co du 10 février 2020 - Photos Pierre-Yvon Boinard et bref compte rendu

 

Conseil de communauté de Morlaix-Co du 10 février 2020 - Photos Pierre-Yvon Boinard et bref compte rendu

 

Conseil de communauté de Morlaix-Co du 10 février 2020 - Photos Pierre-Yvon Boinard et bref compte rendu

 

Conseil de communauté de Morlaix-Co du 10 février 2020 - Photos Pierre-Yvon Boinard et bref compte rendu

 

Conseil de communauté de Morlaix-Co du 10 février 2020 - Photos Pierre-Yvon Boinard et bref compte rendu

 

C'était le dernier conseil communautaire de Morlaix-Communauté de la mandature 2014-2020.

Encore une fois un grand merci à Pierre-Yvon Boisnard pour avoir couvert la totalité des conseils communautaires depuis 6 ans - Un bel exemple d'observation et de transmission pour faire vivre la démocratie locale et la mettre à l'honneur. Merci à lui aussi de transmettre toujours au Chiffon Rouge ses photos. 

Ce fut un conseil de communauté studieux et calme, comme le souligne la presse ce matin, sans beaucoup d'interventions critiques ni de débats contradictoires. Agnès Le Brun notamment a voté le budget primitif cette fois, sans intervention critique sur le sujet, alors qu'au conseil communautaire passé le 16 décembre, les échanges avaient été assez frontaux entre la maire de Morlaix et le président de la communauté d'agglomération Thierry Piriou.

Conseil Communautaire du 16 décembre 2019 - photos de Pierre-Yvon Boisnard et compte rendu partiel d'Ismaël Dupont (+ Revue de presse)

C'était le dernier Conseil communautaire du président d'agglomération, qui ne se représente pas à la mairie de Pleyber-Christ (où il soutient la candidature de Julien Kerguillec), mais aussi de Jean-Michel Parcheminal, maire de Plouenour-Menez, ne se représentant pas,VP aux Finances, et de Yves Moisan, maire de Plouézoc'h, ne se représentant pas, VP à l'économie et au tourisme, de Guy Pouliquen, maire de Locquénolé ne se représentant pas, VP au personnel, Yvon Le Cousse, maire de Plougonven, VP lui aussi... Pour un certain nombre de conseillers communautaires, c'était aussi sans doute, les élections en décideront pour certains, un terme provisoire ou définitif à leurs fonctions d'élus communautaires.

C'est un engagement qui mérite d'être salué car c'est du temps et du travail au service de l'intérêt général.

Thierry Piriou a été applaudi et remercié en fin de conseil communautaire.   

Pour ma part, je tiens à dire que je n'ai pas raté un seul conseil communautaire depuis 6 ans, que j'y suis intervenu plusieurs fois et en préparant mes interventions par une lecture attentive des documents, des recherches d'informations complémentaires parfois, à chaque assemblée pour alimenter le débat, poser des questions, défendre des positionnements plus ou moins critiques, faire des propositions, manifester des oublis ou des manques, ou bien signifier mon accord avec certaines orientations importantes et nécessaires.

J'ai pris soin aussi de rendre public l'ordre du jour de chaque conseil communautaire (quand il n'était pas accessible) et de faire un compte rendu à chaque fois de mes interventions.

Les échanges ont parfois été âpres sur certains conseils communautaires mais dans l'ensemble ce fut pour moi un plaisir d'y défendre des idées bien ancrées à gauche, et donc une exigence de démocratie, de transparence, de défense des services publics et du monde associatif. J'espère que les citoyens morlaisiens porteront leur vote majoritairement sur la liste "Morlaix Ensemble" afin que nous puissions continuer à y travailler pour l'intérêt de la démocratie locale et du territoire. Les relations entretenues avec les autres élu-e-s communautaires et le président Thierry Piriou ont été très cordiales, toutes tendances confondues, en dépit parfois des différences de points de vue. 

Voici mon bilan de mandat publié il y a quelques mois:

Bilan de mandat de conseiller municipal et communautaire PCF de Ismaël Dupont (PCF)

  Au conseil de lundi, je suis intervenu sur le vote du PLUIH (3 voix contre, dont les 2 élus de droite de la majorité à Plouigneau, tout le reste pour) en portant l'attention du conseil sur les réserves exprimées par l'association pour un petit port breton sympa à Plougasnou par rapport à l'implantation d'une cale submersible de carénage de bateaux (avec des produits chimiques) sur le fond de l'anse du Diben, malgré l'existence reconnue d'une zone humide et d'espèces d'oiseaux protégées - oie bernache cravant, cygne tuberculé, tadorne de belon, héron cendré, aigrette garzette - alors que la zone du port actuel au nord de l'anse semblait plus indiquée pour installer un telle dalle de carénage, ce qu'avait exprimé l'association sous couvert d'un avocat spécialiste en droit communautaire lors de l'enquête publique. C'est Claude Poder qui a répondu en disant que rien n'était encore définitif mais il est étonnant que la maire de Plougasnou n'ait pas répondu elle-même si cette question qui peut conduire à ce que le projet du PLUIH soit retoqué.

Sur le vote du budget primitif, j'ai exprimé mon accord avec plusieurs des grands investissements prévus dans le budget mais ma préoccupation:

- Pour une politique plus ambitieuse et volontariste de transport en commun, notamment sur le plan des liaisons péri-urbaines, en regrettant que ce sujet n'ait pas été pris à bras le corps depuis ans, malgré les enjeux de mobilités de tous les publics, d'aménagement du territoire, de lutte contre la crise écologique et climatique. J'ai regretté que les propositions du collectif citoyen transport pour Morlaix Sud, aux sympathisants et animateurs présents en nombre dans la salle, ne soient pas prises en compte et qu'ils ne puissent avoir accès aux documents financiers de la DSP Transport avec Kéolis, ce qui pose un problème de contrôle et de transparence sur l'utilisation des moyens publics. J'ai réclamé à nouveau l'ouverture de lignes périurbaines avec des trajets plus fréquents et rapides pour développer l'usage du transport en commun et faire naître de nouvelles habitudes.   

- J'ai dit mon regret qu'on n'ait pas tranché cette année sur la création d'une école intercommunale de musique et de danse pour faire monter en puissance et démocratiser la formation artistique des enfants et des adultes, offrir des bonnes conditions d'enseignements musicaux, avec des tarifs accessibles.

- J'ai exprimé aussi le besoin d'une vraie ambition de la communauté sur la question du vieillissement et de la perte d'autonomie, et le besoin, notamment, de l'ORPAM, qui perd près de 8000€ de subventions cette année à l'échelle départementale, d'être mieux soutenu par la communauté, sachant que la moitié de ses adhérents ne sont pas morlaisiens et qu'il exerce avec efficacité et à la satisfaction de tous des missions spécifiques, originales et nécessaires de formation continue, de lutte contre l'isolement et le vieillissement, etc. 

- Enfin j'ai exprimé aussi ma préoccupation par rapport à la situation tendue de Morlaix Communauté au service déchets-Environnement, et dans les déchetteries, avec un certain nombre d'arrêts qui, faute d'embauches, mettent en danger la continuité du service.

Je suis intervenu à un troisième moment du conseil sur le sujet de l'aide communautaire au réaménagement de la voie d'accès au port (600 000€ sur un budget total de 2 millions et quelques) en exprimant mes interrogations sur la suppression de nombreuses places de parking pour les riverains et le 2 D. Et surtout en posant la question d'un réaménagement global du schéma de circulation sur la zone d'accès à la gare, avec notamment la nécessité de trouver une parade à la dangerosité de la circulation, notamment des grands bus, dans la rue Gambetta (réflexion sur un sens unique, détournement des bus sur un autre axe, bus de petits gabarits... ).

Ismaël Dupont - 12 février 2020

http://www.le-chiffon-rouge-morlaix.fr/tag/la%20vie%20locale/

 

Ouest-France

Plougonven. Guervenan : la CGT de l’hôpital de nouveau mobilisée

Publié le

Débrayage ici devant le service des Mésanges avec au premier rang, une partie du personnel. | OUEST-FRANCE

Ce vendredi, jour de la Saint-Valentin, le cœur était le fil rouge de la mobilisation de la CGT et du personnel du service SSR (service de suite et de réadaptation) des Mésanges sur le site de Guervenan. « Vingt-cinq lits ont été fermés, par manque de recrutement médical », dénonce Julie Hamon, déléguée CGT. Quid des malades qui étaient hospitalisés dans ce service ? « Ils ont été redistribués ici dans d’autres services, mais qui sont déjà saturés. Aux Mésanges aussi, le service fonctionnait avec une activité assurée à 100 % ».

Pour Christophe Boudrot, secrétaire de la section CGT de l’hôpital, les intentions de la direction sont claires. « Cela se passera exactement comme pour le service de cardiologie qui a fermé, faute de médecin. Ici aussi on nous dit d’espérer. Nous, on est plutôt désespéré. La direction ferme des lits pour supprimer des postes, c’est tout.  ».

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plougonven-29640/plougonven-guervenan-la-cgt-de-l-hopital-de-nouveau-mobilisee-6738273

 

Ouest-France

Morlaix. Resam 2020 : le programme semestriel dévoilé

Publié le 15/02/2020 à 06h00

Le bureau du Résam : Andréa Lauro, Elisabeth Lévinski, Claire Hélène Garreau, claude Bonnard et, son directeur Vincent Morfoisse.

Le bureau du Résam : Andréa Lauro, Elisabeth Lévinski, Claire Hélène Garreau, claude Bonnard et, son directeur Vincent Morfoisse. | OUEST-FRANCE

Augmenter le portefeuille de compétence des bénévoles, favoriser les échanges et les projets interassociatifs via des sessions de formation et veiller à soutenir un développement local cohérent sur le pays de Morlaix, telle est la feuille de route présentée, jeudi 6 février dans les locaux de la MJC, par Vincent Morfoisse, le nouveau directeur du Resam, structure associative créée en 2001 qui intervient en soutien aux associations sur le territoire de Morlaix.

La plaquette du programme pour ce premier semestre 2020 compte plus de vingt nouvelles formations. Des thèmes d’actualité qui vont de la place des bénévoles aux fondamentaux du dirigeant associatif, en passant par une formation employeur ou encore par une formation de prise de parole en public et des techniques théâtrales.

L’accent est également mis sur les jeunes volontaires en service civique qui peuvent participer à des formations sur des thèmes comme l’intégration du handicap psychique, l’art pour tous ou l’engagement dans le développement durable.

Contact et inscriptions : au 02 98 88 00 19 ou sur formation@resam.net. Le programme du Resam est également à retrouver sur www.resam.net.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-resam-2020-le-programme-semestriel-devoile-6738004

 

15 février 2020

Morlaix communauté - La politique de la chaise vide de Plouigneau

Morlaix communauté

La politique de la chaise vide de Plouigneau

En ce lundi 10 février 2020, chacun a pu remarquer que la délégation Ignacienne était comme souvent...bien réduite !

Deux chaises vides (les places réservées à Bernard Le Vaillant et à Béatrice Picard) entre Mme Le Houérou, maire, et Joëlle Huon, représentant l’opposition (un poste).

Une situation souvent rencontrée durant ce mandat (depuis 2014). Est-ce le signe d’un désintérêt de la majorité de Plouigneau pour l’institution communautaire dont le champ de compétences ne cesse pourtant de s’accroître ? Est-ce le fait de calendriers de « surbookés » ? Une forme de désinvolture à l’égard d’une instance dont on n’a pas la totale maîtrise ? Une conception autarcique de l’action municipale ?

Toujours est-il que la deuxième commune de Morlaix communauté ne brille pas par son dynamisme au sein de la communauté d’agglomération.

En plus cet absentéisme ne permet même pas à la majorité Ignacienne de donner totalement de sa voix, puisque sur le vote du dernier PLUi-H la majorité de Plouigneau n’a pu exprimer que deux votes contre sur trois à sa disposition, en raison d’un seul pouvoir possible par personne).

A ce train-là certains peuvent encore se présenter pour plusieurs autres mandats aux élections municipales. Ce ne sont pas les séances du conseil communautaire qui les fatigueront.

Le Forficule rouge

(pince-oreille)

http://www.le-chiffon-rouge-morlaix.fr/2020/02/morlaix-communaute-la-politique-de-la-chaise-vide-de-plouigneau.html

 

15 février 2020

Casse de l'hôpital, fermeture des Mésanges - Le comité de défense de l'hôpital de Morlaix et la CGT manifestaient à Plougonven vendredi 14 février.

Casse de l'hôpital, fermeture des Mésanges - Le comité de défense de l'hôpital de Morlaix et la CGT manifestaient à Plougonven vendredi 14 février.

 

Casse de l'hôpital, fermeture des Mésanges - Le comité de défense de l'hôpital de Morlaix et la CGT manifestaient à Plougonven vendredi 14 février.

 

Casse de l'hôpital, fermeture des Mésanges - Le comité de défense de l'hôpital de Morlaix et la CGT manifestaient à Plougonven vendredi 14 février.

 

Casse de l'hôpital, fermeture des Mésanges - Le comité de défense de l'hôpital de Morlaix et la CGT manifestaient à Plougonven vendredi 14 février.

 

Casse de l'hôpital, fermeture des Mésanges - Le comité de défense de l'hôpital de Morlaix et la CGT manifestaient à Plougonven vendredi 14 février.

Le comité de défense de l'hôpital de Morlaix et la CGT étaient à Plougonven, sur l'annexe de l'hôpital de Morlaix, vendredi 14 février.

 

Photo Ouest-France

Ouest-France, 13 février

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plougonven-29640/plougonven-pour-la-saint-valentin-la-cgt-de-l-hopital-aux-mesanges-6735265

Plougonven. Pour la Saint-Valentin, la CGT de l’hôpital aux Mésanges

Un débrayage est prévu en début d’après-midi, vendredi 14 février, pour protester contre la fermeture du site des Mésanges.

Si la fermeture temporaire de plusieurs lits avait été annoncée au mois de décembre dernier dans le service SSR (Soins de suite et de réadaptation) des Mésanges à Plougonven, la CGT du Centre hospitalier du pays de Morlaix entend se mobiliser contre la fermeture du site, sans perspective de réouverture faute de médecins, expliquent les déléguées syndicales Julie Hamon et Christelle Carmès.

Un débrayage est prévu devant le bâtiment SSR de Plougonven, ce vendredi 14 février, de 14 à 15 h et en journée complète. Une mobilisation pour marquer le coup, sur notre secteur et se recentrer sur une problématique de l’hôpital, donc. C’est une fermeture de service qui prend le même chemin que la fermeture du service de cardiologie, qui ne fonctionne pas depuis trois ans, ajoute Christophe Boudrot, secrétaire de la section. L’espoir de recrutement est plus que faible, déplorent-ils.

http://www.le-chiffon-rouge-morlaix.fr/2020/02/casse-de-l-hopital-fermeture-des-mesanges-le-comite-de-defense-de-l-hopital-de-morlaix-et-la-cgt-manifestaient-a-plougonven-vendredi

 

Ouest-France

Brest. Alain Souchon a charmé la foule sentimentale de l’Arena

Publié le 14/02/2020 à 19h41

Plus de 3 000 spectateurs étaient venus applaudir le chanteur dans sa nouvelle tournée « Âmes Fifties ». Un voyage musical, drôle et poétique qui a séduit le public.

Alain Souchon sur la Scène de l’Arena servi par des jeux de lumières magnifiques. | OUEST-FRANCE

Pas d’Ultramoderne solitude pour Souchon hier soir. Ils étaient nombreux à être venus écouter « leur » chanteur dont l’album Âmes Fifties est déjà disque de platine depuis décembre 2019, avec plus de 100 000 ventes au compteur. « C’est la troisième fois que je viens l’écouter, témoigne Claire, venue de Quimper. J’ai amené mon ami qui ne le connaît pas. J’aimerais qu’il le découvre ». La dernière fois qu’il est monté sur scène, c’était aux côtés de son complice Laurent Voulzy, lors d’une tournée à guichets fermés.

Le grand retour solo

Démarrée en novembre, cette tournée 2019-2020 signe le grand retour solo d’Alain Souchon au plus grand bonheur de ses fans. Il faut dire que le ton est donné dès la première chanson avec l’incontournable Allô Maman Bobo !. Entouré de ses musiciens, le chanteur savoure son plaisir d’entendre son public chanter avec lui. Il aime ses fans et ça se voit. Dès la deuxième chanson, il présente ses complices. Michel-Yves Kochmann aux guitares, Jean-Luc Léonardon aux claviers, Éric Lafont à la batterie et Olivier Brossard à la basse et au violoncelle. Une formation rodée et intimiste. À 75 ans, le chanteur n’a rien perdu de sa présence sur scène. La gestuelle est ondulante et chaloupée. Une façon de vriller son corps comme s’il embrassait sa guitare qui n’appartient qu’à lui.

Les années 50 dans le rétroviseur

Entre deux morceaux, Souchon parle à son public ravi « Bonjour Brest !… » et se livre à quelques confidences sur les années 50. « Dans le ciel, il y avait le Bon Dieu, dans ces années-là… Bon, ici, il est resté un peu plus longtemps… Et puis, il y avait des autos, toutes de collection, des DS, des 2 CV, des Peugeot 203, en parfait état… et des GPS en papier, je ne sais pas comment vous expliquer… Et des téléphones avec des fils ! ».

Les chansons s’enchaînent dans une grande variété de rythmes et de styles musicaux, les textes sont ciselés. Certaines interruptions parlées servent à lancer une chanson. « Dans ces années-là, le Bon Dieu, qui était aussi à la campagne, avait inventé des petits hélicoptères tout bleus, très jolis qui se mettaient devant les fleurs. Ça s’appelait des libellules je crois… » S’enchaînent alors les premières notes de sa chanson Pardon, un hymne d’amour à la terre martyrisée. Son copain Voulzy n’étant jamais loin, c’est aussi à lui qu’il s’adresse entre deux chansons. « Dans la vie y’a des gens qui ont l’air méchant, et puis en fait ils sont gentils. Y’en a d’autres qui ont l’air gentil, comme ça, et en fait ils sont méchants. Prenez, par exemple, Laurent Voulzy avec ses dents du bonheur, sa petite voix douce, il a l’air gentil, eh bien il est gentil, on n’y comprend plus rien ! ». L’occasion de démarrer a cappella Belle-Île en Mer avec un public conquis qui en redemande.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/brest-alain-souchon-charme-la-foule-sentimentale-de-l-arena-6737570

 

Ouest-France

Bretagne. Un collectif d’artistes et d’auteurs lance un « cri d’alarme » pour sauver le breton

Publié le 14/02/2020 à 18h27 Lola CLOUTOUR

Ce vendredi 14 février 2020, des membres du collectif des artistes, auteurs et universitaires de Bretagne étaient réunis à Morlaix (Finistère), afin de lancer un appel à la population et aux élus.

Une partie des membres du collectif des auteurs, artistes et universitaires de Bretagne. | OUEST-FRANCE

« Il y a le feu à la maison », « l’attitude de Loïg Chesnais-Girard, c’est du mépris », « on doit rentrer dans une forme de révolte… » Les mots sont forts, les regards durs, ce vendredi 14 février 2020, dans les locaux de l’association Ar Falz – Skol Vreizh, à Morlaix (Finistère).

À la tribune, onze membres du collectif des artistes, auteurs et universitaires de Bretagne, réunis pour lancer un appel en forme de « cri d’alarme » afin de sauver les langues bretonnes. Comment en sont-ils arrivés là ?

Le 6 novembre 2019, le collectif, réunissant plus de 70 signataires, écrit au président de Région pour réclamer un « plan Marshall » qu’ils estiment nécessaire sur cette question linguistique.

Le 13 décembre 2019, Loïg Chesnais-Girard leur répond. « Je me suis engagé à augmenter chaque année le budget des langues régionales, rappelle-t-il dans ce courrier, rendu public par le collectif. Nous avons aussi installé une conférence territoriale de la langue bretonne. […] Mais l’institution régionale ne pourra pas tout faire toute seule. »

Paolig Combot, président d’Ar Flaz – Skol Vreizh, Yvon Ollivier, auteur, Yves Lebahy, géographe, et Clarisse Lavanant, chanteuse compositrice (de gauche à droite). | OUEST-FRANCE

« Une réponse inquiétante »

Une réponse qui « ne satisfait pas » le collectif, et qui « l’inquiète », a souligné Paolig Combot, président d’Ar Falz – Skol Vreizh. « Loïg Chesnais-Girard a refusé de nous rencontrer, poursuit Yvon Ollivier, auteur. Il n’y a aucune volonté politique alors que nous sommes en situation d’échec. » Un chiffre illustre le propos : « Seulement 3 % des élèves de la région fréquentent des filières bilingues. »

Avec cet « appel de Morlaix », les membres du collectif espèrent une prise de conscience de la population et des élus. « Le breton n’est plus la langue de la honte. Pour les Bretons, exister, c’est être différent. »

L’appel demande aux élus municipaux « d’appuyer les demandes d’ouverture de classes bilingues », aux régionaux « d’augmenter la part du budget consacré au gallo et au breton en le décuplant ».

La suite ? « Nous n’envisageons pas qu’il n’y ait pas de réponse politique, ont assuré les membres du collectif à Morlaix. C’est une question de dignité. »

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/bretagne-un-collectif-morlaisien-lance-un-cri-d-alarme-pour-sauver-le-breton-6737437

 

Ouest-France

Brest. Manu fait son service civique au Seamen’s Club

Publié le 14/02/2020 à 17h03

Le Seamen’s Club accueille tous les marins de commerce en escale au port de commerce de Brest (Finistère). Il peut compter sur le renfort précieux de Manu Fonléno, actuellement en service civique.

Manu a choisi le service civique au Seamen’s Club, un tremplin pour concrétiser ses projets. | OUEST-FRANCE

Depuis le mois de janvier, les bénévoles du Seamen’s Club accueillent en (indispensable) renfort Manu Fonléno, actuellement en service civique.

Né à Lambézellec, ce jeune homme de 20 ans a repris ses études pour passer un diplôme d’accès aux études universitaires (DAÉU). « J’ai choisi le Seamen’s Club afin d’améliorer mon niveau d’anglais, notamment en ayant des contacts avec les équipages des bateaux. L’aspect social et l’accueil me plaisent beaucoup », explique Manu, qui a le projet de travailler dans le tourisme.

   

À raison de 26 heures par semaine, le matin, il fait la visite des bateaux en escale pour signaler aux marins la présence du Seamen’s Club, et les accueille à partir de 18 h, lors de leur visite. Le service au bar, à la boutique et la gestion des stocks font aussi partie de son travail.

Avec le Seamen’Club, il sera aussi au cœur de Brest 2020.

Il a quitté la scolarité après sa seconde à Kérichen, et enchaîné ensuite plusieurs stages et emplois (hôtellerie, pâtisserie, communication, assistant au Festival Longueur d’ondes, etc.). Ce passage au Seamen’s Club lui permettra de se projeter dans l’avenir.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/brest-manu-fait-son-service-civique-au-seamen-s-club-6737292

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
14 février 2020

Le jour s'y prêtant, c'était tentant de le remettre

 

Ouest-France

Plougasnou. Yvon Tanguy, candidat de « Tous Unis Pour Plougasnou »

Publié le

À 67 ans, Yvon Tanguy tentera, en mars, d’obtenir un troisième mandat. | OUEST-FRANCE

Après 31 années au service de la municipalité (dont 13 comme maire), Yvon Tanguy a gardé la même envie : « Je n’ai aucune lassitude, au contraire ! ». Sur la demande de nombreux habitants, il a pris la tête d’une liste d’opposition, qu’il présentera à la presse le 23 février, au port du Diben.

Pourquoi se remettre une nouvelle fois en campagne ? « Il y a un vrai problème de concertation à Plougasnou : on n’est pas assez à l’écoute des habitants ; et c’est la même chose au conseil municipal. »

C’est pourquoi Yvon Tanguy a décidé d’axer sa campagne sur « la reprise de la communication ». Ces dernières semaines, il a rencontré les associations, les agriculteurs, les pécheurs, les commerçants pour écouter leurs revendications. « C’est ainsi que l’on construit un programme. » Et il y a six réunions publiques prévues au mois de mars.

Si, par respect pour la loi, il ne veut pas encore détailler ses projets, il affirme que ses priorités seront la démographie, les commerces et les services.

Contact : tousunispourplougasnou@orange.fr

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plougasnou-29630/plougasnou-yvon-tanguy-candidat-de-tous-unis-pour-plougasnou-6736074

 

Ouest-France

Morlaix. La Ville lance une consultation publique sur le quartier de la gare

Publié le

Dans le cadre du programme de restructuration du quartier de la gare, la mairie de Morlaix (Finistère) vient de lancer une consultation publique sur cette thématique. Le questionnaire est disponible jusqu’au 29 mars.

Morlaix est la seule ville du Finistère à bénéficier du programme de l’État Réinventons nos cœurs de ville, qui va permettre une restructuration du quartier de la gare. | ARCHIVES OUEST-FRANCE

Vendredi 7 février, une consultation publique sur le quartier de la gare a été lancée par la mairie de Morlaix. La Ville souhaite en effet consulter les habitants dans le cadre de la réhabilitation de ce secteur, qui va profiter du programme Réinventons nos cœurs de ville. « Chacun peut répondre au questionnaire, mais certaines questions sont cependant réservées aux riverains », précise la municipalité dans un communiqué.

Le questionnaire est disponible en ligne, sur la page d’accueil de la Ville, ou en version papier à la mairie. Cette première phase de consultation est ouverte jusqu’au dimanche 29 mars.

Dans un second temps, les personnes qui le désirent pourront « participer à différents événements (de type atelier participatif ou autre) afin de suivre l’avancement du travail, répondre aux interrogations des usagers et habitants et alimenter les réflexions autour du quartier de la gare ».

Trois groupements pluridisciplinaires (regroupant investisseurs, promoteurs, architectes, sociologues, paysagistes…) ont répondu à l’appel à projet et réfléchissent actuellement à la restructuration du quartier.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-la-ville-lance-une-consultation-publique-sur-le-quartier-de-la-gare-6735725

 

Le Diben jeudi 13 février 2020

Les conséquences des tempêtes consécutives

Photo pyb29 Photo pyb29

La nature souffre, notre littoral est agressé par les tempêtes consécutives et les pluies abondantes, les oiseaux sont épuisés.

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
13 février 2020

ASIMBONANGA

 

Ouest-France

Plougonven. Pour la Saint-Valentin, la CGT de l’hôpital aux Mésanges

Publié le

Un débrayage est prévu en début d’après-midi, vendredi 14 février, pour protester contre la fermeture du site des Mésanges.

Les délégués syndicaux et le secrétaire de section appellent à la mobilisation | OUEST-FRANCE

Si la fermeture temporaire de plusieurs lits avait été annoncée au mois de décembre dernier dans le service SSR (Soins de suite et de réadaptation) des Mésanges à Plougonven, la CGT du Centre hospitalier du pays de Morlaix entend se mobiliser contre la fermeture du site, sans perspective de réouverture faute de médecins, expliquent les déléguées syndicales Julie Hamon et Christelle Carmès.

Un débrayage est prévu devant le bâtiment SSR de Plougonven, ce vendredi 14 février, de 14 à 15 h et en journée complète. Une mobilisation pour marquer le coup, sur notre secteur et se recentrer sur une problématique de l’hôpital, donc. C’est une fermeture de service qui prend le même chemin que la fermeture du service de cardiologie, qui ne fonctionne pas depuis trois ans, ajoute Christophe Boudrot, secrétaire de la section. L’espoir de recrutement est plus que faible, déplorent-ils.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plougonven-29640/plougonven-pour-la-saint-valentin-la-cgt-de-l-hopital-aux-mesanges-6735265

 

Ouest-France

Municipales à Morlaix. Les candidats et l’environnement

Publié le

En vue des élections municipales à Morlaix, la rédaction d’Ouest-France a interrogé les candidats sur des thèmes bien précis. Pour ce premier volet, nous commençons par l’environnement.

À Morlaix (Finistère), l’environnement est au cœur des enjeux municipaux. | ARCHIVES

Les questions que nous avons posées aux candidats à l’élection municipale à Morlaix (Finistère) : quelles sont vos propositions sur la thématique de l’environnement ? Allez-vous notamment apporter des réponses au collectif Pacte de transition du pays de Morlaix qui relaie, auprès des candidats à l’échelle locale, le Pacte pour la transition ? Allez-vous vous engager pour l’amélioration de la circulation cycliste à Morlaix ? (la ville a reçu la note F (la pire étant le G) dans le baromètre cyclable publié la semaine dernière) ?

Didier Allain, Morlaix Alternative citoyenne (Divers gauche)

Pour répondre à l’urgence écologique, beaucoup peut être fait localement, rien ou presque ne l’a été. Nous approuvons les propositions du Pacte pour la transition : ce sont celles que nous portons dans nos engagements politiques ou associatifs. De la rénovation thermique du bâti au financement citoyen de la production locale d’électricité renouvelable en passant par la limitation de la pollution lumineuse, le développement du compostage, la tarification incitative de la collecte des déchets, l’approvisionnement en bio et local de la cuisine centrale, la création d’une maison de la nature avec le concours des associations et des jardiniers municipaux, la gratuité des bus, l’aménagement de la ville suivant un ordre de priorité piéton > vélo > bus > voiture, etc., nous avons toute une palette de projets pour construire la ville de demain avec ses habitant.es et avec ses partenaires de Morlaix Co. Pour rompre avec les décennies perdues, choisissons des élus résolument écologistes !

Jean-Philippe Bapceres, Morlaix avec vous (LREM)

Notre ambition, au-delà du dynamisme, est de faire de Morlaix un modèle de transition écologique, pour le bien des citoyens et de leurs enfants.

Notre programme détaillé compte 150 mesures dont 25 concernent directement la santé, la sensibilisation par l’éducation aux conduites vertueuses et réduiront notre empreinte carbone par des investissements pertinents.

Nous agirons pour supprimer les perturbateurs endocriniens et augmenter la part des aliments bio dans nos cantines (100 % d’ici à 2026).

Nous agirons pour réduire les rejets phytosanitaires dans nos cours d’eau. Nous renforcerons les actions sur le végétal.

Nous voulons agir pour la préservation de la biodiversité en subventionnant avec Morlaix Communauté, les abris à insectes / chauves-souris, oiseaux, mares…

Nous relèverons le défi de la note « F » attribuée à notre piètre performance en matière de mobilité apportée aux vélos, en augmentant les pistes cyclables et en proposant la location longue durée de vélos électriques.

Agnès Le Brun, Vivons Morlaix ! (Divers droite)

Nos propositions sont très nombreuses : nouvelle coulée verte rampe Saint-Nicolas, requalification de l’espace mairie-port, poursuivre la politique des « squares » (place face à la salle socioculturelle de Ploujean, réflexion sur la place des Otages) et augmentation des vergers participatifs, permis de végétalisation pour verdir encore plus les rues, poursuivre les choix pour la cuisine centrale en termes d’approvisionnement local, poursuivre la politique « zéro phyto », implication et investissement dans le projet de renaissance du Petit Launay.

Oui, nous répondrons bien entendu au collectif Pacte de transition du pays de Morlaix, compte tenu de l’importance des questions posées.

Ce baromètre n’a pas de valeur vu le très faible taux de réponses (88). Pour autant, nous connaissons les contraintes topographiques de la ville, la déclivité importante et l’étroitesse des rues, qui compliquent la circulation des vélos. Partout où cela est possible, nous agissons : rue de Brest, avenue de Würselen, zones de protection aux feux tricolores, etc. et nous continuerons en augmentant les locaux en pied d’immeuble pour garer les deux roues par exemple, en réorganisant à chaque chantier de voirie les flux routiers pour que chacun trouve sa place.

Jean-Paul Vermot, Morlaix ensemble (PS-PC-Génération·s)

À l’heure de l’urgence climatique, les villes ont un rôle primordial à jouer.

Nous défendons la mise en place de navettes électriques gratuites (pouvant accueillir un vélo) pour relier le centre-ville et les quartiers : vers la gare, vers le plateau nord-est et vers la route de Callac, via les parkings-relais existants.

Pour abaisser plus encore notre empreinte carbone, une société coopérative de production d’énergie propre sera proposée aux habitants.

Un réseau cyclable cohérent sera créé dans la ville avec des parkings vélo car les aménagements actuels sont insuffisants.

Un lieu pédagogique ouvert à tous pour promouvoir le bio local ouvrira : la Régie municipale du Maraîchage bio. La production sera servie dans nos cantines municipales.

Nous avons besoin pour ces projets des associations de défense du climat et nous signerons le Pacte pour la transition avec le collectif morlaisien.

Nous travaillerons sur le long terme avec les associations, les habitants pour lutter contre le réchauffement.

[Chaque candidat a été sollicité par courrier électronique, avec un nombre de signes à respecter. Nous publions ici leur réponse intégrale, éventuellement coupée s’ils ont dépassé le calibrage demandé.]

https://www.ouest-france.fr/elections/municipales/municipales-morlaix-les-candidats-et-l-environnement-6734870

 

Ouest-France

Plestin-les-Grèves. L’office culturel monte en puissance

Publié le 13/02/2020 à 06h20

La présidente, Jeanne Eliet, a présenté un important programme d’activités et d’animations pour l’année. | OUEST-FRANCE

C’est devant une cinquantaine d’adhérents que Jeanne Eliet, présidente de l’office culturel municipal (OCM), a mené, vendredi, l’assemblée générale de l’association.

Adhésion en hausse

Les adhésions sont encore en progression avec quatre cent soixante-dix inscrits. Les activités qui intéressent le plus sont les cours d’informatique, le chant avec OK chorale, le club photo, le yoga, ainsi que les cours de breton et d’anglais. Plestin et son canton représentent 61 % des adhésions, et 29 % viennent du Finistère. L’association est composée de deux tiers de retraités de plus de 60 ans.

Bilan des activités

Plus d’une trentaine d’ateliers et une dizaine de stages thématiques sont dispensés par année. S’il y a moins d’élèves en cours de musique, chorales et groupes instrumentaux font le plein. Près d’une centaine d’élèves sont inscrits aux cours de langues, et les cours d’informatique se développent pour les débutants et pour ceux qui souhaitent approfondir. La participation aux ateliers jeux et bridge est en hausse grâce au rapprochement avec le collège du Penker.

Coté événements, le circuit des Chapelles atteint des records avec une fréquentation de 25 000 visiteurs, ainsi que l’atelier théâtre Garance qui a attiré près de cinq cents spectateurs.

Projets pour 2020

Une vingtaine d’animations, de spectacles, et d’expositions, dont le 12e circuit des Chapelles, du 11 juillet au 18 août, ainsi que le Printemps des poètes, et les Journées européennes des métiers d’art.

Vie de l’association

Le bilan moral et financier ainsi que le budget 2020, ont été votés à l’unanimité. Tous les administrateurs sortants sont réélus : Denis Bénard, Chantal Desanlis, Jeanne Eliet, Hervé Goarin, Christiane Le Gléau, Maryvonne Zanaglia, et deux nouveaux administrateurs ont été élus : Hélène Le Bihan et Jean-Yves Cailleret.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plestin-les-greves-22310/plestin-les-greves-l-office-culturel-monte-en-puissance-6734692

 

Ouest-France

Saint-Jean-du-Doigt. Pont Ar Gler : ouverture de la saison 2020

Publié le

Stéphane Delplace, composition et piano, Émile Sécheret, violoncelle, et Lisanne Schick, alto. | OUEST-FRANCE

Le festival poursuit son aventure en 2020, avec toujours cette volonté de favoriser les rencontres entre les différents arts et les différents publics. En attendant le festival « Art et Musique », au mois de mai, le premier temps fort de l’année est l’accueil en résidence de la famille Schick, qui donnera lieu à une série de trois concerts dans la commune de Saint-Jean-du-Doigt.

Le jeudi 20 février, à 20 h 30, à la salle Kasino, duo Maria-Barbara Nytsch, au piano, et Sébastien Schick, à la contrebasse. Ce concert, qui sera enregistré, comprendra des pièces de Descenclos, Beethoven, Schumann et Bottesini.

Le lendemain, même heure même endroit, ce sera le trio Stéphane Delplace ( piano ), Lisianne Schick ( alto ) et Emile Secheret ( violoncelle ). Au programme, des compositions originales de Stéphane Delplace. Une des particularités de ce concert est la formation alto, violoncelle et piano, rarement utilisée par les compositeurs.

Enfin, le 22 février, à 15 h, à la salle Kasino, ce sera une improvisation de Maria-Barbara Nytsch et de Lisanne Schick, qui accompagneront des poèmes de Patrice Monfort.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-jean-du-doigt-29630/saint-jean-du-doigt-pont-ar-gler-ouverture-de-la-saison-2020-6734400

 

Ouest-France

Plougasnou. André Floch expose ses toiles à Keric an oll

Publié le 13/02/2020 à 05h41

André Floch, artiste Plouégatais et fin connaisseur de Plougasnou, expose actuellement ses toiles à la résidence Keric an oll, principalement des marines et des paysages. | OUEST-FRANCE

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plougasnou-29630/plougasnou-andre-floch-expose-ses-toiles-keric-oll-6734445

André Floch a plusieurs casquettes, mais pas celle du chef de gare

Jean-Yvon Ollivier & André Floch. Photo pyb29 André Floch gare de Roscoff samedi 02 mars 2019. Photo pyb29

Diaporama : Gare de Roscoff samedi 02 mars 2019

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
12 février 2020

Vous ne rêvez pas

 

Le Diben mercredi 12 février 2020

Le "Chrislou" a coulé dans le port de Primel-Diben

Photo pyb29 Photo pyb29 Photo pyb29

Le "Chrislou", le bateau en bois réalisé il y a 45 ans par Louis Remeur n'a pas résisté à la tempête Ciara, en effet une de ses béquilles a cédé et provoqué une voie d'eau.

Une journée pas ordinaire sur le port de Primel-Diben à Plougasnou 

 

Ouest-France

Municipales à Saint-Jean-du-Doigt. La maire Maryse Tocquer se représente

Publié le

La maire de Saint-Jean-du-Doigt (Finistère), Maryse Tocquer, se présente aux élections municipales de mars 2020, avec la liste Aujourd’hui et demain.

La liste « Saint-Jean-du-Doigt, Aujourd’hui et Demain ».  | OUEST-FRANCE

À 68 ans, l’actuelle maire de Saint-Jean-du-Doigt, Maryse Toquer, se présente aux prochaines élections municipales de mars 2020. Sa liste, Aujourd’hui et demain, a été présentée officiellement, samedi, sur la plage de la baie de Sainte-Barbe.

Après des premières annonces laissant à penser qu’elle ne se représenterait pas, elle s’y est finalement décidée, sous les sollicitations de son équipe, qui souhaitait poursuivre son travail. D’une moyenne d’âge de 47 ans, la liste se veut sans étiquette politique.

Son programme n’a pas encore été détaillé, mais son objectif est clair : « notre ambition est de construire l’avenir dans la continuité du mandat écoulé ». Les grands axes seront donc à nouveau : la mise en valeur de la commune, son développement et la « promotion des liens sociaux ».

Les candidats sont : Isabelle Bideau, employée commerciale, 48 ans ; Michel Cléach, retraité, 71 ans ; Yves-Marie Dayot, électricien marine, 44 ans ; Romain Gléran, maraîcher, 32 ans ; Julie Hofer, adjointe technique territoriale, 50 ans ; Virginie Jubeau, éducatrice de jeunes enfants, 34 ans ; Jérôme L’Helgouach, infirmier, 32 ans ; Monique Nédellec, retraitée, 64 ans ; Stéphane Remeur, chef de projet système, 48 ans ; Clément Reungoat, retraité, 61 ans ; Denis Seité, artisan carreleur, 42 ans ; Laurent Thomas, technicien de maintenance, 36 ans ; Emmanuel Tocquer, kinésithérapeute, 52 ans ; Maryse Tocquer (tête de liste), retraitée, 68 ans ; Anne-Flore Traon, agricultrice, 30 ans.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-jean-du-doigt-29630/saint-jean-du-doigt-la-maire-maryse-tocquer-se-represente-6733614

 

Ouest-France

Plougasnou. L’Amicale nautique de la Méloine soutient la SNSM

Publié le

Olivier Troussel patron de la vedette « Notre Dame du Trégor » ; Bernard Placier, trésorier de l’amicale nautique ; Katleen Trocme, trésorière de la station ; Dominique Ropars, président de l’Amicale nautique ; Jean François Derrien, président de la station SNSM. | OUEST-FRANCE

Cela fait de nombreuses années que l’association des plaisanciers du Diben et de Térénez (la Méloine) est engagée aux côtés des bénévoles de la station de la Société nationale de sauvetage en mer ( SNSM).

Cette année, la station de Primel a souhaité s’équiper du système Woalen, qui permet de mieux gérer les équipes et les moyens nautiques. Il contribue efficacement à l’amélioration des délais d’intervention pour les équipages.

Le système coûte 1 416 €. La Fondation Le Roch-Les Mousquetaires et l’Amicale nautique de la Méloine prennent en charge chacun 50 % du montant de la facture, soit 708 €.

La remise du chèque a été réalisée vendredi, lors d’une cérémonie qui a permis le rapprochement entre les plaisanciers et la SNSM.

À cette occasion, Dominique Ropars, président de l’Amicale, a appelé l’ensemble des plaisanciers à faire des dons aux stations SNSM locales. « La SNSM ne fonctionne qu’avec des bénévoles et des dons. Elle doit assurer la maintenance et l’efficience des moyens de secours, ainsi que la formation de ses personnels. »

Contact : anlameloine@gmail.com. Suivi de la SNSM de Primel : Facebook.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plougasnou-29630/plougasnou-l-amicale-nautique-de-la-meloine-soutient-la-snsm-6733255

La campagne des municipales est commencée !

Dominique Ropars, président de l’Amicale nautique "La Méloine" et canotier sur la vedette SNSM "Notre Dame du Trégor" et colistier sur la la liste "Tous unis pour Plougasnou" et soutien
de la liste "Vivons Morlaix" d'Agnès Le Brun

 

Le Diben mardi 11 février 2020

Plougasnou. La campagne des municipale ne bat pas son plein

Photo pyb29 Photo pyb29

Phot pyb29 Photo pyb29 Photo pyb29

Seules deux listes étaient représentées ce matin sur le marché, la liste "Ploug A Vous2020" et la liste "Tous unis pour Plougasnou"

 

11 février 2020

Encore une augmentation de l’électricité au 1er février !

 Au 1er février, les français subiront à nouveau une hausse des tarifs EDF de l'ordre de +2,4 %. Avec celles de juin et août dernier, l'augmentation aura été de 10 % de plus en huit mois ! Voilà les conséquences de la libéralisation du marché de l’énergie.

Un mécanisme bien rodé mis en place suite à l’introduction de la concurrence dans l’électricité présentée comme devant faire baisser les prix.

Les concurrents d’EDF n’ont pas investi dans des nouveaux moyens de production d’électricité. Ils doivent donc l’acheter pour la revendre aux clients :

Soit en s’approvisionnant sur le marché européen de l’électricité où les prix sont tirés vers le bas en raison d’un fort développement des énergies renouvelables fortement subventionné et des prix bas des combustibles fossiles,

Soit en utilisant l’ARENH (Accès Régulé à l’Electricité Nucléaire et Hydraulique) dispositif issu de la loi scélérate NOME (Nouvelle Organisation du Marché de l’Electricité) votée en 2010 qui oblige EDF à mettre à disposition 25% de sa production à ses concurrents, au prix fixé de 42 €/MWh.

Depuis deux ans, la forte hausse des prix de la tonne du CO2 couplée à une augmentation du coût des combustibles fossiles a fait grimper les prix de marché. Ceux-ci sont désormais supérieurs à ceux du nucléaire produit par EDF. Les concurrents se tournent tous vers l’Arenh qui était jusqu’ici peu utilisée car plus chère que le marché. Aujourd’hui la demande des concurrents dépasse l’offre de 25 % de la production nucléaire d’EDF autorisée par la loi. Ce mécanisme ne suffit plus à les rendre compétitifs Aussi, ces concurrents ont demandé que ce quota de 25% soit porté à 50% voire 100%. En attendant, pour que ces pseudo-concurrents ne perdent pas de clients ou pire disparaissent, la seule alternative est d’augmenter les tarifs réglementés de vente pour continuer de pouvoir rivaliser avec eux et maintenir cette concurrence factice.
C’est tout l’enjeu de la régulation du nucléaire voulu par le gouvernement avec en contrepartie le démembrement d’EDF.

La conséquence est une hausse des factures qui explosent pour les ménages et l’augmentation du nombre de foyers français en précarité énergétique.

Le PCF exige :

 - De sortir l’énergie de l’impasse de la libéralisation
 - Une baisse immédiate de la facture soit faite en ramenant la TVA à 5.5 %
 - l’interdiction des coupures d’énergie (électricité et gaz) tout au long de l’année pour les ménages en situation de précarité énergétique.

C’est tout le sens du projet de loi déposé par le groupe communiste républicain citoyen et écologiste (CRCE) au Sénat et qui sera débattue en séance publique le 6 février prochain.

http://www.le-chiffon-rouge-morlaix.fr/2020/02/encore-une-augmentation-de-l-electricite-au-1er-fevrier.html

 

Ouest-France

Guerlesquin. La liste « Agir ensemble pour Guerlesquin » dévoilée

Publié le 11/02/2020 à 06h31

La liste « Agir ensemble pour Guerlesquin », rassemblée autour de Paul Uguen. | OUEST-FRANCE

Paul Uguen a une longue carrière et expérience d’élu local à son actif. Maire de 1989 à 1995 et ensuite conseiller, il est réélu maire en 2001 jusqu’à 2014. L’équipe qui s’engage avec lui dans ces élections, est composée de huit hommes et sept femmes.

Une équipe qui veut « se rendre disponible au service de tous et mener un travail qui consistera à ce que Guerlesquin soit attractive dans tous les domaines, notamment au niveau économique, social et industriel. Un travail mené avec la population et les différents partenaires, Morlaix communauté et les services auxquels nous sommes associés. Nous ferons en sorte de trouver les moyens financiers ».

Paul Uguen évoque aussi les autres points du programme. Notamment « la prise en compte des besoins des associations, du social, de la jeunesse, des personnes âgées, des familles, avec une solidarité assurée ».

Les candidats de la liste

Paul Uguen (tête de liste), retraité technicien, 72 ans, conseiller ; Françoise Normand, opératrice de fabrication, 48 ans, conseillère ; Rémi Le Meur, agriculteur, 54 ans ; Elodie Le Brun, infirmière, 35 ans ; Gilbert Toudic, conducteur ambulancier, 54 ans ; Rachelle Tanguy, infirmière, 45 ans ; Pierre Le Dilavrec, imprimeur, 47 ans ; Annie Lahellec, retraitée, 56 ans ; Michel Barets, informaticien, 48 ans ; Françoise Le Bricquir, avicultrice, 50 ans ; Ludovic Le Bras, chargé d’affaires, 34 ans ; Valérie Desforges, retraitée notariale, 54 ans ; Jean-Pierre Perlot, retraité Tilly-Sabco, 61 ans ; Émilie Coail, responsable habillement, 28 ans et Lucien Le Meur, retraité, 77 ans.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/guerlesquin-29650/guerlesquin-la-liste-agir-ensemble-pour-guerlesquin-devoilee-6731111

 

Ouest-France

Pleyber-Christ. Julien Kerguillec présente sa liste « Ensemble, construisons demain »

Publié le 10/02/2020 à 17h09

Le candidat Julien Kerguillec vient de dévoiler sa liste pour les municipales. Avec un projet structuré en trois axes.

La liste « Ensemble, construisons demain ». | OUEST-FRANCE

La liste « Ensemble, construisons demain », menée par Julien Kerguillec, est constituée depuis plusieurs semaines. Elle se veut sans étiquette politique et comporte 23 colistiers et deux remplaçants, comme l’autorise désormais la loi.

« Cette équipe solide, diverse, répartie sur l’ensemble du territoire communal est déjà très impliquée dans la commune. Elle travaille collectivement, depuis plusieurs mois, à construire un programme municipal cohérent, soucieux de poursuivre le travail engagé et d’ouvrir de nouvelles perspectives », précise Julien Kerguillec.

Le projet s’articule en trois axes : dynamiser la commune et soutenir les initiatives, valoriser et approfondir les actions en faveur de l’écologie, prendre soin de tous, être à l’écoute des habitants et de leurs besoins. Une réunion publique est prévue, jeudi 12 mars, à la salle des fêtes, où seront présentés en détail l’équipe et le projet.

La liste des candidats

Julien Kerguillec (tête de liste), professeur de Lettres classiques, 40 ans, conseiller ; Emmanuel Bequet, technicien agricole, 38 ans ; Philippe Blandeau, adjoint technique territorial, 48 ans ; Aurélie Bonthonneau, assistante maternelle, 39 ans ; Alexandre Bouget, technicien de maintenance de l’habitat, 40 ans ; Jacqueline Bourbigot, éducatrice spécialisée retraitée, 62 ans ; Tangi Breton, éducateur à la protection de l’enfance, 39 ans ; Simon Buisson, conseiller d’accès aux droits, 37 ans ; Gilles Crenn, magasinier logisticien, 47 ans, conseiller ; Pierre-Yves Croguennec, menuisier charpentier, 40 ans ; Maria De Lourdes Da Silva, retraitée, 62 ans, conseillère ; Pascale Derrien, sage-femme retraitée, 59 ans ; Claire Lafosse, auxiliaire de vie scolaire, 37 ans ; Danièle Larhantec, comptable retraitée, 63 ans, adjointe ; Catherine Laurent, chargée de mission circuits courts et agrotourisme chambre d’agriculture, 48 ans ; Stéphane Lazennec, aide-soignant hospitalier, 49 ans ; Nolwenn Malengreau, garde technicienne en réserve naturelle, 37 ans ; Stéphane Néar, fonctionnaire de police, 45 ans ; Erwan Normand, gérant du Domaine de Treuscoat, 45 ans ; Marie-Claire Parcheminal, commerciale en assurance, 59 ans, adjointe ; Céline Péron, masseur kinésithérapeute, 39 ans ; Thierry Piriou, technicien retraité, 64 ans, maire sortant ; Yveline Salaün, fonctionnaire territoriale retraitée, 66 ans ; Marcel Scouarnec, ouvrier retraité ancien pompier volontaire, 68 ans et Patricia Terré, femme de ménage, 50 ans.

https://www.ouest-france.fr/elections/municipales/municipales-julien-kerguillec-presente-sa-liste-ensemble-construisons-demain-6730228

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
10 février 2020

C'est vrai, quoi...

 

Le Diben lundi 10 février 2020

Plougasnou. Images de la tempête Ciara

Photo pyb29 Photo pyb29 Photo pyb29

Photo pyb29 Photo pyb29

 

Ouest-France

Plougasnou. Un nettoyage collectif des plages organisé, samedi 15 février

Publié le 10/02/2020 à 09h10

Sortez les gants et les seaux ! Le collectif des Citoyens du climat de Morlaix (Finistère) organise un ramassage des déchets sur les plages de Plougasnou, samedi 15 février.

L’école de voile de Térénez est associée au projet de nettoyage collectif. | ARCHIVES OUEST-FRANCE

Le collectif des Citoyens du climat de Morlaix (Finistère) invite toutes les bonnes volontés à participer à un nettoyage collectif des plages de Plougasnou, samedi 15 février. Le rendez-vous est fixé à 13 h, à l’école de voile du port de Térénez.

« Nous sommes tous responsables de nos déchets, explique Maryse Marié-Benoist, membre du collectif. Ce genre d’action permet aussi de faire de la pédagogie et de rappeler que chacun peut agir au quotidien » pour la propreté de l’environnement.

Les participants peuvent venir avec leurs gants et leurs seaux. La mairie mettra également des sacs plastiques à disposition.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plougasnou-29630/plougasnou-un-nettoyage-collectif-des-plages-organise-samedi-15-fevrier-6729867

 

Ouest-France

Plougasnou. Les associations préparent leur année avec la mairie

Publié le

De très nombreux présidents d’association avaient répondu présent à l’appel d’Alain Choquer, adjoint à la vie associative et aux sports. | OUEST-FRANCE

Les présidents des principales associations se sont réunis jeudi, dans la nouvelle salle des conseils de la mairie. La cérémonie de réception du drapeau des villes médaillées de la Résistance aura lieu le deuxième week-end de septembre. En raison du très nombreux public attendu, les élus ont demandé aux associations de présenter des projets d’animations en rapport avec la Résistance, pour ces trois journées très spéciales : spectacle, fanfare, chorale, exposition… Chacune en fonction de ses compétences.

2020 : une année plus écologique

Dans le but de se passer à terme des gobelets en plastique, la mairie a par la suite proposé de réaliser un achat groupé de verres réutilisables, qu’elle revendrait à prix coûtants aux associations pour leurs différentes manifestations. La délicate question du lavage a été soulevée et la solution de faire appel aux Genêts d’or a été évoquée.

Chacun a ensuite annoncé ses manifestations de l’année, le but étant d’éviter d’organiser des manifestations en doublon. Sont reconduits la plupart des événements de 2019 : Place aux mômes, Port en fête, Puce de terre et de mer, fest-noz, Foire aux plantes, bal country, théâtre, brocante, tournoi de foot et de tennis, ruzboutrail, marché de Noël… À noter une première : l’organisation par l’APE de l’école du bourg d’une anim’fun, destiné aux enfants, autour de structures gonflables.

La réunion s’est achevée par la répartition entre les associations des postes de buvette/restauration durant les sept Mardis de Plougasnou.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plougasnou-29630/plougasnou-les-associations-preparent-leur-annee-avec-la-mairie-6729086

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
9 février 2020

Robois des Bains

 

Ouest-France

Municipales. Le candidat Yves Manach dévoile ses colistiers

Publié le

La liste d’Yves Manach « Écouter, agir, innover » compte deux élus sortants. Elle comprend des membres impliqués dans le monde associatif.

La liste Ecouter, agir, innover, est conduite par Yves Manach. Absent sur la photo, Daniel Disez.  | OUEST-FRANCE

Deux élus sortants sur quinze candidats : Yves Manach et Janine Adde. Deux élus qui étaient déjà ensemble sur la même liste, dans l’opposition. Pour faire sa liste sans étiquette, Yves Manach est allé chercher la majorité de ses colistiers dans le monde associatif.

Le projet ? « Comme l’indique le nom de la liste, l’objectif est de remettre les Plouégatais au premier plan en leur donnant la parole par l’ouverture des commissions et la consultation des habitants sur les questions qui nous concernent tous. »

Une réunion publique en mars

Lors de la leur réunion publique prévue le 6 mars, à 20 h, salle Guillaume-Le Jean, les membres de la liste expliqueront comment ils entendent « agir sur les questions laissées trop longtemps en suspens (assainissement, aménagement des voies, embellissement des espaces, la question des investissements qui ont été faits pour maintenir deux sites scolaires distincts) ». Enfin, ils veulent innover « en densifiant les liens sociaux avec la population en repensant l’offre de commerces dans le bourg en coopération avec les producteurs locaux, l’aménagement de voies pour les mobilités douces, et d’une aire de jeux pour faciliter les liens intergénérationnels. »

Les candidats de la liste

Janine Adde, retraitée, 65 ans, conseillère municipale ; Thorsten Barth, ingénieur informatique, 46 ans ; Sophie Bellec, exploitante agricole bio, 42 ans ; Benoît Corvez, professeur des écoles bilingue, 39 ans ; Florence Creismeas, employée de commerce, 46 ans ; Daniel Disez, conseiller service en carrosserie, 53 ans ; Martine Garion, retraitée, 65 ans ; Patricia Le Flem, assistante familiale, 42 ans ; Hervé Loussaut, éleveur, 58 ans ; Yves Manach (tête de liste), retraité, 62 ans, conseiller municipal ; Catherine Merlin, retraitée, 61 ans ; Marie Norant, superviseuse, 40 ans ; Clément Pepe, chef de chantier, 36 ans ; Mathieu Quenec’hdu, chargé d’affaires en électricité, 37 ans et Sébastien Ropars, artisan, 32 ans.

https://www.ouest-france.fr/elections/municipales/municipales-le-candidat-yves-manach-devoile-ses-colistiers-6728777

 

Le Diben samedi 08 février 2020

Saint-Jean-du-Doigt, aujourd'hui et demain

Saint-Jean-du-Doigt, aujourd'hui et demain. Photo pyb29

Saint-Jean-du-Doigt, aujourd'hui et demain. Photo pyb29 Saint-Jean-du-Doigt, aujourd'hui et demain. Photo pyb29

Sous le soleil, Maryse Tocquer dévoile sa liste dont la moyenne d'âge est de 47 ans

Liste Saint-Jean-du-Doigt, aujourd'hui et demain. Photo pyb29

 

Ouest-France

Plougasnou. Portes ouvertes et fin de travaux pour la mairie

Publié le 08/02/2020 à 05h40

Les bâtiments du fond ont été détruits pour laisser place à une nouvelle aile, qui accueillera la salle des conseils et les mariages. | OUEST-FRANCE

Samedi, une opération porte ouverte a permis aux habitants de visiter les locaux de la nouvelle mairie. Après dix-huit mois de travaux, et un peu de retard, le bâtiment est à nouveau ouvert au public.

Dès l’entrée, un visiteur s’exclame : « Plus grande, plus lumineuse ! On a l’impression d’entrer dans une nouvelle mairie ! » Associations, comptabilité, urbanisme, CCAS, état civil, archives, chaque section à son bureau propre, ce qui assure une meilleure confidentialité des échanges. Et un ascenseur assure l’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite.

Véronique Lancien, conseillère municipale, se souvient à quel point « les anciens locaux étaient tristes, froids et humides ». Grâce notamment à une nouvelle chaudière à granulés, l’ambiance a maintenant changé. « Et le second étage comporte plusieurs salles de travail ainsi qu’un espace détente, où il est possible de se restaurer. »

Initialement prévu pour l’automne 2019, le chantier a pris un peu de retard. La totalité n’a pas encore été réceptionnée car quelques détails restent à finir. C’est pour cette raison que le décompte général définitif (DGD) n’a pas encore été rendu public. Nathalie Bernard, maire, estime que la facture s’élève aux alentours de 800 000 € HT. Loin des 400 000 € évoqués au tout début du projet mais conforme à l’enveloppe votée en février 2018 par le conseil municipal.

Les points qui font encore débat

Aurait-il fallu construire du neuf plutôt que de rénover ? Quelle solution était la plus économique ? Et la plus écologique ? Le hall d’entrée, qui modifie la façade, fait aussi beaucoup parler de lui : marqueur visuel pour faire ressortir la « maison commune » ? ou, comme le dit l’ancien maire Yvon Tanguy, « onéreuse fantaisie architecturale ».

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plougasnou-29630/plougasnou-portes-ouvertes-et-fin-de-travaux-pour-la-mairie-6726962  

 

Ouest-France

Saint-Brieuc. Plage du Valais : André Ollivro souhaite « un collectif de sauvegarde de la baie »

Publié le

Le président d’Halte aux marées vertes appelle à la création d’un collectif de sauvegarde de la Baie de Saint-Brieuc, incluant toutes les associations déjà existantes.

André Ollivro. | OUEST-FRANCE

« Mr Cadec n’a pas les connaissances suffisantes pour différencier l’influence de la construction des moles du port du Légué et ses conséquences sur l’envasement de toute la baie de Saint-Brieuc. La conjonction de ces infrastructures avec y compris la barrière des bouchots de moules concourt inévitablement au changement de l’hydraulique du fond de Baie… », écrit dans un communiqué André Ollivro, président de halte aux marées vertes.

« Les collectifs de citoyens sont emplis de retraités ayant fait carrière dans des entreprises de génie civil ou d’autres travaillant sur la mécanique des fluides et la thermodynamique. Alors, j’appelle à la création d’un collectif de sauvegarde de la Baie de Saint-Brieuc, incluant toutes les associations déjà existantes tant sur Hillion, Langueux, Saint-Brieuc voire Plérin pour voir plus loin. […] Et faire en sorte que port-Brieuc ne soit pas la poubelle de l’agglo briochine mais bien les prémisses d’une silicone Vallée à la bretonne. »

https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-brieuc-22000/saint-brieuc-plage-du-valais-andre-ollivro-souhaite-un-collectif-de-sauvegarde-de-la-baie-6726839

 

Ouest-France

Municipales. À Morlaix, Agnès Le Brun présente une liste « de cohérence et de cohésion »

Publié le Lola CLOUTOUR

Ce vendredi 7 février, la maire sortante a présenté sa liste Vivons Morlaix ! Quatorze personnes sont des nouveaux entrants sur cette liste divers droite qui ne se veut rattachée à « aucune officine ».

Agnès Le Brun (au centre, en blanc) entourée des candidats de la liste Vivons Morlaix ! (Sur la photo sont absents : Antoine Jaubert, Antoine Morel, Camille Rivoalen et Marie Simon-Gallouedec). | OUEST-FRANCE

« Cohérence et cohésion. » Ce sont les mots utilisés par Agnès Le Brun pour définir sa liste Vivons Morlaix ! La maire sortante, candidate à sa propre succession, a présenté l’ensemble de ses colistiers, ce vendredi 7 février, dans son local de campagne.

Cohérence, « car nous avons des parcours et des origines géographiques variés. Les différents quartiers de Morlaix sont bien représentés, explique Agnès Le Brun. Mais il y a aussi une vraie cohésion car nous sommes tous unis par Morlaix. Notre profond et unique attachement c’est la ville : cet ancrage définit notre engagement. »

Quatorze entrants

Liste divers droite, Vivons Morlaix ! ne se veut « rattachée à aucune officine », poursuit la maire. En d’autres termes : ici, pas d’alliances entre tel ou tel parti. « Nous n’avons pas demandé de ticket d’entrée. D’ailleurs, dans le formulaire de candidature à remplir pour la préfecture, aucun colistier n’a indiqué d’étiquette politique. »

Sur les trente-trois noms, quatorze sont des nouveaux entrants. Comme, par exemple, Mendy Maillot et Guénaelle Cosquer. « On m’a proposé d’entrer sur la liste, raconte la première. Je suis avec intérêt le parcours d’Agnès Le Brun depuis 2008, j’ai donc accepté. » Les deux femmes souhaitent s’investir, notamment, sur la question du handicap afin de garantir d’avantage d’inclusion et de faire « évoluer les mentalités ».

À noter que l’actuel premier adjoint du conseil municipal, Bernard Guilcher, ne rempile pas pour un nouveau mandat d’élu. La moyenne d’âge de la liste menée par Agnès Le Brun est de 48 ans. Elle est composée de 17 femmes et 16 hommes. Le programme est en cours de finalisation et plusieurs réunions publiques et cafés-crêpes sont prévus d’ici le premier tour.

La liste complète (par ordre alphabétique)

Georges Aurégan, 58 ans, journaliste. Fabrice Bellec, 41 ans, agent technique territorial. Yann Beyer, 46 ans, commerçant. Guy Brillant, 68 ans, ingénieur à la retraite. Janick Budet, 64 ans, visiteuse médicale à la retraite. Brigitte Cabioch, 61 ans, assistante de vie scolaire. Guénaelle Cosquer, 42 ans, aide médico-psychologique. Alain Daniellou, 51 ans, conseiller de vente. Thomas de Roux, 40 ans, chargé d’affaires. Sandrine Doffenies, 41 ans, ouvrière d’Esat (Établissement et service d’aide par le travail). Bernard Fouler, 69 ans, enseignant à la retraite. Muriel Guillou, 51 ans, coordinatrice vie scolaire. Antoine Jaubert, 19 ans, étudiant. Charlotte Julie, 42 ans, déléguée commerciale. Agnès Le Brun, 58 ans, maire sortante, enseignante de lettres (en disponibilité de l’Éducation nationale). Yann Le Gallic, 56 ans, responsable d’achats dans l’industrie. Christiane Léon, 67 ans, infirmière à la retraite. Mendy Maillot, 31 ans, industrielle foraine. Éric Marteau, 52 ans, médiateur culturel. Antoine Morel, 19 ans, étudiant. Serge Moullec, 59 ans, chef d’entreprise. Tumaini Mulaki-Pety, 44 ans, accompagnant éducatif et social. Estelle Nicolas, 52 ans, cadre. Sabine Petton, 48 ans, secrétaire. Annie Piriou, 67 ans, professeure des écoles à la retraite. Jean-Charles Pouliquen, 49 ans, enseignant. Xavier Raoul, 27 ans, responsable de bar. Camille Rivoalen, 26 ans, directrice d’une entreprise d’insertion. Marie Simon-Gallouedec, 51 ans, enseignante. Christophe Stewart, 45 ans, responsable de bureau d’études. Marc Tanguy, 52 ans, cadre commercial. Marlène Tilly, 43 ans, consultante. Françoise Yvon-Vandreden, 61 ans, retraitée de l’industrie pharmaceutique.

https://www.ouest-france.fr/elections/municipales/municipales-morlaix-agnes-le-brun-presente-une-liste-de-coherence-et-de-cohesion-6726809

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
7 février 2020

Du vent!

 

Ouest-France

Brest. Un Forum pour combattre l’extrême droite

Publié le

Le 2e Forum social brestois se déroule sur deux journées, ce vendredi 7 février et samedi 8 février 2020, autour du thème de la lutte contre les idées d’extrême droite. Au programme, des débats, des films, des ateliers.

Quelques membres du Forum social brestois lors de la préparation du 2e Forum qui se déroule ce vendredi 7 février et samedi 8 février 2020, à Brest. | OUEST-FRANCE

Le 2e Forum social brestois se déroule sur deux journées, autour du thème de la lutte contre les idées d’extrême droite. Au programme, des débats, des films, des ateliers.

« Les dernières élections européennes ont été marquées par une nouvelle progression de l’extrême droite dans notre pays, explique Damien Davy, membre du FSB. Dans toute l’Europe, la situation n’est guère meilleure. La perspective d’une arrivée au pouvoir, en France, du RN en 2022 n’est plus simplement un scènario de politique-fiction. Le danger est bien présent, même si heureusement, rien n’est écrit par avance. »

Coorganisé par une douzaine d’organisations syndicales, politiques et associatives du Pays de Brest, le Forum social brestois ouvre son 2e opus ce vendredi 7 février 2020, à 20 h, autour du documentaire Ouvrir la voix, au cinéma Les Studios.

Samedi 8 février, ateliers sur la situation des migrants de 9 h 30 à 12 h, débats sur le frontisme municipal de 13 h 30 à 15 h 30, et sur l’extrême droite extraparlementaire de 16 h à 18 h, au patronage laïque Guérin. Une cantine et un bar seront à la disposition des participants, à partir de 20 h. Concerts Electro-Breizh, rap et punk à partir de 21 h 30.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/brest-un-forum-pour-combattre-l-extreme-droite-6726606

 

Ouest-France

Morlaix. Dialogues aura son coin librairie au Sew

Publié le

Dans l’ancienne Manufacture des tabacs, le Sew accueillera une antenne de la librairie Dialogues de Morlaix (Finistère). On y trouvera des livres en lien avec le projet culturel : théâtre, cinéma, musique…

À la fin de l’année 2020, Dialogues devrait avoir deux magasins dans la Cité du viaduc. | OUEST-FRANCE

Les livres s’invitent dans le projet du Sew ! Une fois le chantier terminé (ou au moins bien avancé), la librairie Dialogues de Morlaix (Finistère) ouvrira une antenne à la Manu, dans la petite cour aux magnolias. « L’idée, c’est de proposer des livres en lien avec les activités du site : cinéma, théâtre, musique, arts », explique Géraldine Delauney, directrice de la librairie. Les sciences ne seront sans doute pas oubliées, faisant écho à l’Espace des sciences, autre gros projet de la Manu qui doit aboutir en 2021.

« On aimerait avoir un espace modulable afin de pouvoir ranger les livres quand il y aura d’autres activités dans la cour », poursuit la responsable. Elle espère pouvoir ouvrir ce deuxième magasin morlaisien fin 2020. Les horaires devraient être « souples » pour s’adapter aux événements du Sew.

Dialogues s’installera dans la petite cour de la Manu. | CAPTURE ÉCRAN GOOGLE MAPS

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-dialogues-aura-son-coin-librairie-au-sew-6726582

 

Ouest-France

« Bien vivre à Plouégat-Guerrand » dévoile sa liste pour les élections municipales

Publié le

Renaud de Clermont-Tonnerre présente ses colistiers de « Bien vivre à Plouégat-Guerrand », une liste divers gauche comprenant quinze noms dont huit conseillers sortants.

La liste « Bien vivre à Plouégat-Guerrand » est conduite par Renaud de Clermont-Tonnerre. | OUEST-FRANCE

La liste « Bien vivre à Plouégat-Guerrand » est conduite par Renaud de Clermont-Tonnerre, de retour à la retraite dans la commune. Elle est constituée de huit élus sortants, dont deux adjoints et de sept habitants se présentant pour la première fois à une élection municipale.

Le groupe se retrouve une fois par semaine pour travailler sur son programme axé sur les questions sociales et environnementales, la poursuite du développement de la commune, et le lancement d’une grande réflexion sur l’avenir de la commune à long terme à construire avec les associations et les habitants.

Une première réunion publique aura lieu jeudi 13 février, à 20 h, au café du bourg « Chez Gisèle ». Ce sera l’occasion d’évoquer l’avenir de la base du Douron et l’assainissement, le regroupement des deux écoles ou encore la réhabilitation des chemins creux avec la mise en valeur de la biodiversité.

https://www.ouest-france.fr/elections/municipales/plouegat-guerrand-bien-vivre-plouegat-guerrand-devoile-sa-liste-6726546

 

Ouest-France

Plouégat-Moysan. Le maire sortant, François Girotto, présente sa liste

Publié le

C’est une liste qui ne porte pas de nom. En revanche, le programme est bien établi avec une dizaine de projets à la clé.

Le maire, sortant, François Girotto, entouré de ses quatorze colistiers. | OUEST-FRANCE

François Girotto l’avait annoncé très tôt, en octobre dernier, « d’être motivé pour un troisième mandat ».

En accord avec l’équipe qui l’a rejoint, il a fait le choix de ne pas donner un nom à sa liste. Pour les six élus sortants et les neuf nouveaux candidats, dont la moyenne d’âge est de 56 ans, ce qui compte avant tout « c’est l’intérêt général et d’être à l’écoute des administrés pour rendre la commune encore plus attractive, en privilégiant les relations humaines franches et fiables indispensables à un développement harmonieux et au bien vivre de ses habitants ».

Le programme s’inscrit « dans la continuité. Il a pour projet de poursuivre la dynamique de développement engagée depuis 2008 et 2014 ». Les projets retenus pour la nouvelle mandature sont l’aménagement d’un terrain au profit de la construction de logements sociaux et d’une maison d’assistantes maternelles, le remplacement des vestiaires du terrain de football, la réfection et mise en conformité du terrain, le remplacement de la verrière de l’école, l’étude globale d’aménagement d’un terrain constructible communal, la poursuite de l’enfouissement des réseaux et aménagement routier rue de Bellevue, la reprise du programme d’entretien des routes communales et la valorisation du patrimoine.

La liste des candidats

François Girotto (tête de liste), retraité défense nationale, 65 ans, maire ; Philippe Adam, technicien hospitalier, 50 ans, adjoint ; Joseph Breton, retraité, 63 ans ; Mathieu Briant, agriculteur, 36 ans ; Mickaël Cloarec, responsable agence bancaire, 40 ans, conseiller ; Rémi Geffroy, adjoint technique principal, 50 ans, adjoint ; Régis Grille, kinésithérapeute, 50 ans, conseiller ; Joël Leroux, retraité agriculteur, 62 ans ; Francis Lintanff, retraité de la fonction publique, 73 ans ; Pierre Marsault, retraité cadre commercial, 65 ans ; Yvan Pierre Mell, artisan coiffeur, 52 ans ; Patricia Merrant, secrétaire, 62 ans, conseillère ; Jean Meunier, retraité EDF, 68 ans ; Nathalie Pichon, assistante de direction, 43 ans ; Alain Quinio, retraité informaticien, 63 ans.

https://www.ouest-france.fr/elections/municipales/plouegat-moysan-le-maire-sortant-francois-girotto-presente-sa-liste-6726282

 

7 février 2020

6 février 2020 - 400 manifestants à Morlaix toujours aussi déterminés et mobilisés contre la réforme des retraites Macron!

Photo Pierre-Yvon Boisnard 6 février 2020 Morlaix

Photo Pierre-Yvon Boisnard 6 février 2020 Morlaix

Photo Pierre-Yvon Boisnard 6 février 2020 Morlaix

6 février 2020 - 400 manifestants à Morlaix  toujours aussi déterminés et mobilisés contre la réforme des retraites Macron!

 

6 février 2020 - 400 manifestants à Morlaix  toujours aussi déterminés et mobilisés contre la réforme des retraites Macron!

 

6 février 2020 - 400 manifestants à Morlaix  toujours aussi déterminés et mobilisés contre la réforme des retraites Macron!

 

6 février 2020 - 400 manifestants à Morlaix  toujours aussi déterminés et mobilisés contre la réforme des retraites Macron!

 

6 février 2020 - 400 manifestants à Morlaix  toujours aussi déterminés et mobilisés contre la réforme des retraites Macron!

 

Photo Pierre Yvon Boisnard 6 février 2020 Morlaix

Photo Pierre Yvon Boisnard 6 février 2020 Morlaix

Photo Pierre-Yvon Boisnard 6 février 2020 Morlaix

Photo Pierre-Yvon Boisnard 6 février 2020 Morlaix

Photo Pierre-Yvon Boisnard 6 février 2020 Morlaix

Photo Pierre-Yvon Boisnard 6 février 2020 Morlaix

Photo Pierre-Yvon Boisnard 6 février 2020 Morlaix

Photo Pierre-Yvon Boisnard 6 février 2020 Morlaix

Sous un soleil éclatant, 400 manifestants à Morlaix ce 6 février 2020 pour la nouvelle journée de grève et de manifestation à l'appel de l'intersyndicale CGT-FO-Solidaires-FSU, et ... du PCF:

Macron torpille la démocratie: appel du PCF à la manifestation et à la journée d'action et de grève du jeudi 6 février contre la réforme des retraites

La mobilisation est intacte et toujours aussi déterminée contre le projet anti-social et pro-finance de réforme des retraites de Macron et de sa majorité de "députés playmobil" (Fabien Roussel).

Plein de pensées tristes et émues pour Jean-Marc Nayet qui aurait dû être avec nous aujourd'hui... Et photographier la manif!

Morlaix Manif contre la réforme des retraites jeudi 06 février 2020
https://youtu.be/BOdjnrpu9NA
 
Morlaix. 400 personnes manifestent contre la réforme des retraites
https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-400-personnes-manifestent-contre-la-reforme-des-retraites-6724469

Et 3000 manifestants à Brest, 200 à Carhaix, 600 à 800 à Quimper, 150 à Quimperlé.

4000 à Rennes, 800 à Lorient, 600 à Saint-Brieuc. 

1000 à Évreux, 10 000 à Toulouse, 1000 à Montauban, 1500 à Rodez, 1800 à Tours, 5000 à 7000 à Bordeaux, 1500 à Orléans, 2000 à Poitiers...

L'intersyndicale CGT, Force Ouvrière, FSU et Solidaires, FIDL, MNL, UNL et UNEF s appelait ce 6 février au soir à une nouvelle journée d'action le 20 février.

http://www.le-chiffon-rouge-morlaix.fr/2020/02/6-fevrier-2020-400-manifestants-a-morlaix-toujours-aussi-determines-et-mobilises-contre-la-reforme-des-retraites-macron.html

 

Ouest-France

Municipales en Finistère. Le vote rural à l’heure des lobbys

Publié le Christian GOUEROU

Dans les communes rurales du Finistère, il y a le bourg et les exploitations agricoles, les natifs et les nouveaux habitants. Des électeurs qui ne sont plus les mêmes qu’il y a 20 ou 30 ans. Et des lobbys agricoles contre des lobbys verts…

L’espace agricole, traversé par de grandes questions sociétales, environnementales, devient un enjeu politique. Et de politique locale bien sûr. | ARCHIVES THIERRY CREUX

Les prochaines élections municipales donneront à voir ici et là des listes coquelicots, comme à Plomodiern (Finistère), qui remettent en cause le modèle agricole. Et d’autres communes où les agriculteurs pousseront pour défendre ce modèle. L’heure est au débat sur les pesticides, les plans d’épandages, le Plan local d’urbanisme (PLU) alors que la terre agricole est grignotée chaque année un peu plus par le béton et les routes. Les positions deviennent plus tranchées. Quelques exemples.

Les maires et les produits phytopharmaceutiques

Le 30 octobre 2019, Jean-Michel Parcheminal, maire de Plounéour-Ménez (Finistère) est convoqué devant le juge administratif de Rennes, pour défendre son arrêté municipal du 4 octobre 2019 portant sur la restriction de l’usage des produits phytopharmaceutiques à moins de 150 mètres d’un bâtiment d’habitation ou d’un captage d’eau dans la commune. Le maire assume : J’ai pris cet arrêté pour faire remonter le problème de santé publique que représente l’usage des pesticides. »

Mais, rien n’est simple. Toujours en octobre 2019, un collectif d’agriculteurs bio allume le maire de Plounéour-Ménez : Un rapport accablant de Morlaix communauté, datant du 18 janvier 2019, sur la capacité de la station à traiter les effluents, nous laisse à penser que l’écologie n’était pas la préoccupation première de monsieur le maire et de son prédécesseur.

Le couac au conseil départemental

Fin décembre au conseil départemental, des jeunes, entre 15 et 20 ans, présentent leur vision de l’environnement. L’élu Jacques Gouérou (divers droite) quitte la salle en les entendant parler du soja qui pollue, du bétail qui relâche du méthane, d’animaux gavés d’antibiotiques, des algues rouges. La droite parle d’agribashing, d’une attaque de front contre l’agriculture finistérienne.

La visite de Castaner

Depuis plusieurs années, l’association de protection animale L.214 a dénoncé des exploitations du département pour maltraitance animale. Les lanceurs d’alertes ont filmé après intrusions dans les exploitations. Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, vient en nord Finistère le 13 décembre 2019 et y présente la mise en place de la cellule Demeter au sein de la gendarmerie nationale. Ses missions ? Anticiper les actions des animalistes et antispécistes.

Un édito de la FDSEA

Ce mois de janvier 2020, l’édito du président de la Fédération départementale de syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA Finistère), Jean-Alain Divanac’h, sur le site de la FDSEA appelle les agriculteurs à la résistance aux lobbys environnementalistes. « Nous allons devoir compter sur nos propres forces pour isoler nos détracteurs. Dans nos campagnes, dans les mairies, dans les écoles, dans les associations, ne laissons plus d’espace aux pisseurs involontaires, aux coquelicots, à L214 et compagnie. À l’approche des élections municipales, notre présence et notre implication doivent clairement se faire ressentir. »

Le message, sans ambiguïté, montre la profondeur du fossé qui s’est creusé. Sommes-nous déjà dans un conflit sans retour possible, qui va durer, lobby contre lobby, chacun restant sourd à l’argument de l’autre ?

https://www.ouest-france.fr/bretagne/quimper-29000/municipales-en-finistere-le-vote-rural-l-heure-des-lobbys-6726097

 

Ouest-France

Dans l’océan Atlantique, des chercheurs de Laval analysent la pollution des bateaux

Publié le

Des enseignants-chercheurs de l’école d’ingénieurs de Laval (Mayenne) l’Estaca ont été missionnés pour mesurer la pollution des navires, notamment dans le Finistère. L’objectif est d’ensuite proposer des solutions pour réduire les émissions de particules fines.

Les bateaux assurant la desserte des îles d’Ouessant ou Sein seront analysés (photo d’illustration). | ARCHIVES OUEST-FRANCE

Nom de code : Capnav. Comprenez : Caractérisation des émissions de particules fines des navires. C’est le nom de la mission réalisée, depuis septembre 2019, par des enseignants-chercheurs de l’école d’ingénieurs de Laval, l’Estaca (École supérieure des techniques aéronautiques et de construction automobile). Une mission commandée par l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) et qui s’étalera sur trois ans.

Proposer des solutions

Objectif : « Permettre de quantifier les émissions polluantes générées par le transport maritime afin de proposer, à terme, des solutions techniques et de nouvelles normes réglementaires pour réduire les émissions », explique l’école. Des « solutions innovantes de réduction des émissions » seront ainsi étudiées, comme la motorisation GNL (Gaz naturel liquéfié) du navire Honfleur, de Brittany Ferries.

Des polluants responsables de milliers de décès

Des tests et mesures sont effectués dans l’océan Atlantique, notamment sur des bateaux assurant la desserte de l’île de Sein et d’Ouessant (Finistère).

Pour l’Estaca, il y a urgence : « Les polluants émis par les navires (oxyde de soufre, azote et particules fines) sont à l’origine de 50 000 à 60 000 décès chaque année en Europe. »

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/laval-53000/dans-l-ocean-atlantique-des-chercheurs-de-laval-analysent-la-pollution-des-bateaux-6724858

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
6 février 2020

Humour macroniste

 

Ouest-France

Morlaix. 400 personnes manifestent contre la réforme des retraites

Publié le

L’intersyndicale morlaisienne avait appelé à la mobilisation.

Les manifestants ont fait le tour de l’Hôtel de ville | OUEST-FRANCE

La mobilisation contre la réforme des retraites se poursuit à Morlaix. Suite à l’appel au rassemblement de l’intersyndicale locale (CGT, FSU, Solidaires, FO), près de 400 personnes étaient présentes place des Otages en fin de matinée, jeudi 6 février.

Améliorer le système actuel est une nécessité, ont déclaré les représentants syndicaux, qui indiquent vouloir continuer à se mobiliser, notamment devant les permanences LREM ou pendant les réunions de campagne des candidats de la majorité aux municipales. Les manifestants ont fait le tour de l’Hôtel de ville avant de rejoindre la place Charles-de-Gaulle. Avec le même mot d’ordre que depuis le 5 décembre : On ne lâche rien.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-400-personnes-manifestent-contre-la-reforme-des-retraites-6724469

Diaporama : Morlaix Manif contre la réforme des retraites jeudi 06 février 2020

 

Ouest-France

Morlaix. Décès du photographe Jean-Marc Nayet

Publié le

Bien connu des Morlaisiens, le photographe et homme d’engagement Jean-Marc Nayet, s’est éteint brutalement lundi, en son domicile de Locquénolé à l’âge de 75 ans.

Jean-Marc Nayet s’est éteint, lundi, à l’âge de 75 ans. | ARCHIVES OUEST-FRANCE

Originaire de Béthune, cet ancien employé d’Air France, amoureux de la Bretagne, mais aussi de la photo et de la pêche en Irlande, s’était installé avec sa femme Lucienne, dans le petit bourg de Locquénolé, au début des années 1990.

Homme de combat, compagnon de route du Parti communiste français, Jean-Marc Nayet était depuis toujours engagé dans de nombreuses causes sociales et humanitaires, utilisant son talent de photographe amateur pour couvrir et mettre en image les diverses manifestations de la vie locale, qu’elles soient politiques ou culturelles.

C’est dans ce cadre qu’il prendra part dans les années 2000, à un voyage en Palestine organisé à l’occasion du jumelage Morlaix-Wavel, un camp de réfugiés palestiniens au nord du Liban. Les photos qu’il en rapportera seront exposées par la suite dans des fêtes et dans des expositions, notamment à Traoñ Nevez, en Plouezoc’h. Mais au-delà de l’action politique, Jean-Marc Nayet était reconnu par tous comme un homme d’une grande gentillesse et comme un artiste d’une extrême sensibilité, ouvert à tous et présent dans beaucoup d’associations.

Son univers photographique s’étendait de la Bretagne à l’Irlande dont il était amoureux et où il passait une partie de l’année. Après une exposition sur les poilus à la Feuillée, il fut, avec Philippe Grincourt, un des deux photographes qui ont couvert le projet « Oeil Mosaïque » de l’artiste Pierre Chanteau.

Une cérémonie d’hommage à Jean-Marc Nayet aura lieu à l’espace funéraire de Saint-Thégonnec, samedi 8 février, à 17 h.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-deces-du-photographe-jean-marc-nayet-6724338

Jean-Marc Nayet en compagnie d'Hervé Gouédard le 1er mai 2018. Photo pyb29 Jean-Marc Nayet en compagnie d'Hervé Gouédard le 1er mai 2018. Photo pyb29

 

Ouest-France

Saint-Brieuc. Lors de la réunion des habitants de Cesson, mardi soir, le projet de 4e quai au Légué a fait l’unanimité contre lui

Publié le

Lors de la réunion sur la plage du Valais mardi soir à Saint-Brieuc, il a beaucoup été question du projet de quatrième quai au Légué.

Un terre-plein avec un nouveau quai est prévu dans la partie commerce du port du Légué (en second plan, sous la tour de Cesson). | SYNDICAT MIXTE DU GRAND LÉGUÉ

La semaine dernière, dans nos colonnes, Alain Cadec dénonçait la « dictature des collectifs » . Et bien en voici un qui risque de se faire entendre lors de l’enquête publique pour la construction d’un quatrième quai au port du Légué. Ce « quatrième quai », c’est plutôt un terre-plein de 4,8 ha construit dans l’avant-port, telle une nouvelle avancée sur la mer. Un projet à 12 millions d’euros prévu pour 2024.

Pour Alain Cadec, président du syndicat du port, « ce projet de quatrième quai ne créera pas d’ensablement supplémentaire dans l’enceinte du port ». Et donc pas de besoins de dragages supplémentaires. On notera d’ailleurs le choix des mots du président qui préfère parler de « sable » plutôt que de « vase ». « Libre à lui de venir mettre sa serviette en face de la plage du Valais », a souri, mardi soir, Patrice Le Goualher.

La destruction de la baie en cours

Une chose est sûre : ce projet a fait l’unanimité contre lui lors de la réunion. Plusieurs participants ont dit que le projet n’était pas viable économiquement, en raison de la baisse du trafic des marchandises au Légué ces dernières années. « L’accroissement de l’activité ne se fera jamais, c’est la destruction de la baie qui est en cours », dit André Ollivro. Le militant prône même la création d’une brèche dans le môle (le bras qui protège le port) pour « créer un effet chasse d’eau » lors des marées et « réensabler naturellement le Valais ». Pour lui, à cause de cet aménagement, « la mer n’a plus sa force aujourd’hui sur la baie de Saint-Brieuc ». Des idées largement partagées dans la salle.

André Ollivro a pris la parole. Près de 150 personnes étaient présentes à la réunion mardi soir à Saint-Brieuc. | OUEST-FRANCE

Dans l’entourage d’Alain Cadec, on insiste pour bien séparer la question du dragage du port et celle du quatrième quai, qui sont « deux sujets différents ». Mais pas sûr que les riverains l’entendent de cette oreille…

Lire aussi : Plage du Valais : la prise de conscience d’un « désastre » écologique

https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-brieuc-22000/saint-brieuc-le-projet-de-quatrieme-quai-au-legue-fait-l-unanimite-contre-lui-6724278

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
6 février 2020

Humour macroniste

 

5 février 2020

Décès de notre ami Jean-Marc Nayet ce mardi 4 février 2020 - Salut l'artiste!

Photo Le Télégramme

La cérémonie d'hommage de Jean-Marc Nayet aura lieu à l'espace funéraire de Saint Thégonnec samedi 8 février à 17h.

La famille demande ni fleurs ni couronnes mais des dons par chèque à "L'association pour un jumelage Morlaix-Wavel" - un camp palestinien du Liban - pour ceux qui le souhaitent. 

Né en 1944 dans la région de Béthune dans le Pas-de-Calais, Jean-Marc s'est retrouvé quasi immédiatement orphelin, son père ayant été tué avant sa naissance dans un bombardement et sa mère étant décédée deux mois après sa naissance. Il a été élevé par la sœur de sa mère avec ses deux filles. Puis il a intégré à l'adolescence l'école technique aéronautique d'Air France à Vilgenis. Il terminera sa carrière comme il aimait à le dire comme "cadre CGT d'Air France". Jean-Marc Nayet a vécu en région parisienne, à Champigny depuis les années 60, tout en étant fidèle à sa bande d'amis de jeunesse du Pas-de-Calais,  dont Daniel Roussel, le père de Fabien Roussel, journaliste à L'Humanité et correspondant au Vietnam, comme à sa promotion de Vilgenis. C'est à Champigny-sur-Marne qu'il rencontre Lucienne Nayet, qui y a été élue du PCF pendant 5 mandats, adjointe à la Culture, à la Jeunesse, à la Communication, à l'Initiative Publique, et que démarre leur vie commune en 1982, avec deux enfants chacun déjà qui ont formé ensemble une vraie famille. Lucienne est militante de la mémoire, présidente du Réseau du Musée de la Résistance Nationale depuis 10 ans, militante communiste. Jean-Marc a été adhérent du PCF pendant une dizaine d'années à partir de 1968 avant de rester sympathisant indépendant, fidèle lecteur et abonné de L'Humanité, répondant régulièrement aux demandes de souscription. A Champigny, les dernières années, Jean-Marc anime un atelier et des cours de photo dans un centre culturel. La photo, c'était pour lui "être un œil pour un lien social et culturel" selon les mots de Lucienne.  Jean-Marc et Lucienne se sont installés à Locquénolé dans le pays de Morlaix, il y a 15 ans. Jean-Marc Nayet participe à un voyage fondateur avec Pierre Santini et Marie-Paule Kerebel au Liban et dans le camp de réfugiés palestinien de Wavel avec l'espoir de développer au sortir de ce voyage un jumelage entre notre ville et sa région et Wavel. Depuis des années, il anime l'association de jumelage Morlaix-Wavel, vend de la vaisselle et de la céramique, des produits artisanaux au profit des Palestiniens. Il s'est déplacé plusieurs fois en Palestine et au Liban. Passionné d'Irlande, il y séjournait pour de la pêche au brochet et profiter de sa beauté et de sa quiétude quelques semaines tous les ans. C'était un formidable passeur, qui mettait ses talents artistiques au service de collaboration avec d'autres artistes, musiciens, plasticiens, peintres, de causes humaines et du peuple palestinien. 

Voici quelques-uns des très nombreux messages d'hommage et de peine lus sur internet pour Jean-Marc et Lucienne:

"Salut l'artiste!

C'est le cœur noué et sous le choc que nous avons appris le décès brutal mardi matin, 4 février, de notre copain Jean-Marc Nayet.

Compagnon de luttes et de rêve d'une autre société, animateur de l'association pour un jumelage Morlaix - Wavel (ce camp de réfugiés palestinien au nord du Liban où Jean-Marc avait été à plusieurs reprises, ainsi qu'en Palestine), un homme sensible, vif, drôle et cultivé que nous avons appris à connaître et à aimer aux côtés de notre amie et camarade Lucienne Nayet.

Chienne de vie qui fait disparaître nos plus grands témoins, un photographe de talent, un homme curieux, pince-sans-rire, adepte de l'humour noir, amoureux des mots et des images.

Ses expositions faisaient date: enfants palestiniens du Liban et de Palestine, poilus de Guy Denning à La Feuillée, bals populaires et fanfares, monuments aux morts, installations de Pierre Chanteau sur les côtes du Finistère (l’œil de Pythéas), commémorations et champs de bataille dans la grande guerre, collaborations fructueuses et multiples avec d'autres artistes (plasticiens, peintres, photographes, musiciens, poètes...).

Cet enfant de Béthune né en 1944, orphelin très jeune, ancien d'Air France, était un ami très cher de Fabien Roussel et de son père, un amoureux des artistes, de l'Irlande où il se rendait tous les ans pour pêcher. Récemment, nous avions passé un magnifique week-end ensemble avec Lucienne et les camarades du PCF Finistère en Touraine, à Saint-Pierre-des-Corps, Tours, Langeais, à l'invitation de nos camarades d'Indre-et-Loire. Nous avions eu plaisir à retrouver Fabien Roussel qui inaugurait la nouvelle fédé PCF de Tours et à participer à une cérémonie en souvenir de la tragédie du train de Langeais, un des derniers trains de déportés français parti de Rennes en août 1944, avec un discours de Lucienne Nayet, présidente du réseau du Musée de la Résistance Nationale de Champigny-sur-Marne.  

C'était un habitué de nos manifs dont il était un des photographes amateurs, de la fête du premier mai du PCF, la fête du viaduc, où ses photos ont été exposées a plusieurs reprises, et où il tenait le stand de Morlaix-Wavel comme à Traon Nevez à Plouézoc'h, ce fut aussi le photographe de plusieurs de nos campagnes électorales du PCF et du Front de Gauche ces dernières années, des mardis de l'éducation populaire et de plusieurs initiatives du PCF dont il était un ancien adhérent et un compagnon de route indépendant, un grand lecteur et ami de "L'Humanité".

Tu vas nous manquer terriblement Jean-Marc".  

Ismaël Dupont"

***

Jean-Marc nous a quittés

Rien ne laissait présager la disparition soudaine et brutale de notre ami Jean-Marc Nayet à la suite d'une crise cardiaque .
Car il était l'illustration même de la vie . D'une vie pleine dans tous les sens du terme .

Au-delà des différentes facettes de sa riche personnalité et de ses engagements dans le domaine culturel en particulier, je retiens son soutien indéfectible à la cause du peuple palestinien . Un soutien déterminé et lucide porteur de sa colère de voir l'inaction de notre pays et l'impunité d'Israel dans son action continue pour rendre de plus en plus difficile le développement d'un état palestinien économiquement viable . Toujours soucieux de ne pas en rester aux mots Jean- Marc était la cheville ouvrière du comité de jumelage Morlaix -Wavel .

L'autre dimension que je retiens c'est sa participation constante à toutes les luttes pour un monde meilleur débarrassé de toute exploitation et de toute aliénation .Ancien adhérent du PCF , il en était resté très proche , lucide et exigeant toujours fidèle à ses valeurs . Son arrivée avec Lucienne , avec leur riche expérience a été d'un grand apport dans le développement , l'enrichissement et l'évolution de notre réflexion .
Lucienne va , je n'en doute pas , continuer ses combats et nous serons à ses côtés comme face à cette épreuve qui la frappe si brutalement et si cruellement .

Alain DAVID

***

"Un sourire, une détermination.. Que dire de notre ami Jean Marc qui vient de nous quitter subitement. Au revoir l’ami et merci pour ta passion.

Glenn Le Saoût"

***

"C'était toujours un plaisir de croiser Jean Marc et son Leïca sur le marché ou dans des fêtes, qu'elles soient militantes ou non. Chacun de nous a des souvenirs à partager avec Jean Marc et sa femme Lucienne. Jean Marc était un homme engagé, mais engagé de la meilleure des façons qui soient : un engagement au service de l'humain. Un engagement qui force le respect. C'était un des ces communistes qui ont toujours su où était leur camps et qui ont su le défendre en gardant un esprit lucide face à un monde bien trouble, mais aussi plein des rêves et des espoirs de ceux qui se battent pour un avenir meilleur.
Salut Jean Marc. Et même si tu ne croyais pas trop en lui, quand tu te retrouveras devant l'autre Charlot, là haut, montre lui ton pin's de Lenine et n'hésite surtout pas à lui dire qu'on n'attend rien de lui pour construire une humanité meilleure et plus éclairée !" 

Rodolphe Thirard

***

"Quand un ami de cette qualité s’en va c’est comme si une part de nous-même avec nos engagements intellectuels et humanitaires respectifs s’en trouvait émiettée. 
Toutes mes amitiés sincères à Lucienne

Elyane Guiho, responsable d'Amnesty International dans le pays de Morlaix "

***

Lors du voyage des 108 élus en Palestine , j'ai partagé la même chambre pendant notre séjour.  J'ai découvert un breton d'adoption, resté fidèle à sa Nord.... un militant de la Paix, un artiste sachant prendre le bon cliché au bon moment. Je salue la mémoire de Jean Marc et adresse mes très sincères condoléances à son épouse, sa famille et ces camarades.

Claude Delevacq

***

Liberté, égalité, fraternité, 3 mots qui (pour moi) résument bien toute une vie d'engagement permanent. Toujours à l'écoute, c'était vraiment un vrai bonheur de converser avec toi, un grand vide et un exemple pour tous. Salut l'ami. 

Juan José Puil

***

"De tout cœur avec Lucienne . Jean-Marc aura marqué nos mémoires".

Jean-Paul Vermot

***

Nous perdons avec le départ de Jean-Marc un ami, non seulement du peuple palestinien mais de l’humanité toute entière, quelqu’un de précieux avec qui nous partagions tant de combats et de colères… Toute notre amitié et notre soutien à Lucienne.

François Rippe, président de l'AFPS pays de Morlaix

***

Je suis très chagriné par cette nouvelle ...Je ne connaissais pas Jean-Marc à Morlaix , mais à l'occasion de réunions ANACR à Châteaulin plusieurs fois dans l'année...Un homme chaleureux et très cultivé.

Jean-Claude Cariou (ANACR)

Décès de notre ami Jean-Marc Nayet ce mardi 4 février 2020 - Salut l'artiste!

 

Décès de notre ami Jean-Marc Nayet ce mardi 4 février 2020 - Salut l'artiste!

 

C'était au Liban. Jean-Marc toujours avec l'objectif devant lui. Nous avions participé à la commémoration de Sabra et Chatila puis j'avais accompagné Jean-Marc au camp de Wavel jumelé avec Morlaix. Jean-Marc s'inquiétait pour Lucienne qui venait de se faire opérer. Etaient là Pierre Barbancey, Patrick Le Hyaric, et Fernand Tuil lui aussi disparu. Quelle tristesse. - Yvonnne Rainero

Encore au Liban en septembre 2010, près de la frontière avec Israël, les ruines de la prison de Khiam où des Libanais et des Palestiniens ont été emprisonnés sans jugement dans des minuscules cellules et torturés par l'armée israélienne qui occupait le Sud Liban et ses collabos phalangistes. Et Jean-Marc toujours avec son appareil photo pour témoigner ! - Yvonne et Piero Rainero

http://www.le-chiffon-rouge-morlaix.fr/2020/02/deces-de-notre-ami-jean-marc-nayet-ce-mardi-4-fevrier-2020-salut-l-artiste.html

Salut l'Artiste !

 

Le Diben mercredi 05 février 2020

Ordre du jour du Conseil de Communauté Séance du lundi 10 février 2020

 

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
5 février 2020

Abject!

 

5 février 2020

Macron torpille la démocratie: appel du PCF à la manifestation et à la journée d'action et de grève du jeudi 6 février contre la réforme des retraites

Retraites : Macron torpille la démocratie
 
Face au rejet de l’opinion publique, l’autoritarisme en marche.
Alors que plus de 60 % des français.e.s continuent à demander le retrait de la réforme des retraites, le gouvernement fait le choix de bafouer la démocratie en s’entêtant à poursuivre son entreprise de casse de notre système de retraites. Des ouvriers aux cadres, des salarié.e.s du privé aux fonctionnaires, le refus de la retraite à points et de l’allongement de la durée de travail est massif.
L’étude d’impact qui vient d'être publiée , floue et incomplète, vient confirmer le risque de baisse drastique des pensions.
 Le Conseil d’État lui même, dans son avis, pointe du doigt les « projections financières lacunaires » de la réforme du gouvernement.  Face à son échec politique évident, Macron, le président de la Finance, agit par la force en foulant au pied les principes les plus élémentaires de notre démocratie. 
Pour préserver les intérêts des plus riches, de la finance et du MEDEF, il choisit le coup de force.
 Les forces de gauche et écologistes ont déposé une plateforme commune de propositions démontrant qu’il est possible d’améliorer notre système actuel sans le casser. 
 Ces propositions feront l’objet d’un texte de loi déposé à  l'assemblée nationale par les députés communistes. Les parlementaires communistes proposent aussi à l’ensemble des forces de gauche le dépôt d’une motion référendaire à l’Assemblée nationale permettant de repousser la discussion du projet de loi et l’organisation d’un référendum. 
 
La section du PCF du pays de MORLAIX appelle toutes et tous à participer à la prochaine mobilisation jeudi 06 Février :rassemblement à 11 h 00 Place des Otages à Morlaix 

http://www.le-chiffon-rouge-morlaix.fr/2020/02/macron-torpille-la-democratie-appel-du-pcf-a-la-manifestation-et-a-la-journee-d-action-et-de-greve-du-jeudi-6-fevrier-contre-la-refo

 

Ouest-France

Morlaix. Le sénateur Jean-Luc Fichet rencontre l’équipage du Charles Cornic

Publié le

Le sénateur PS est venu échanger avec les membres de l’équipage du baliseur de la baie de Morlaix, lundi 3 février.

Le sénateur se mobilise pour le maintien du Charles Cornic en baie de Morlaix. | DR

Il avait déjà notamment posé une question dans l’hémicycle à ce sujet dernièrement : le sénateur PS Jean-Luc Fichet a rencontré l’équipage du baliseur de la baie de Morlaix, le Charles Cornic, qui pourrait disparaître de la flotte des navires en charge de l’entretien des phares et balises.  Une fois de plus, c’est un service public dont on réduit la voilure. Et si à terme on confiait ça à du privé ? , s’indigne l’élu, qui compte  resensibiliser les maires concernés et réinterroger les services de l’État .

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-le-senateur-jean-luc-fichet-rencontre-l-equipage-du-charles-cornic-6721590

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
4 février 2020

Oups!

 

Ouest-France

Morlaix. L’intersyndicale appelle au rassemblement jeudi 6 février

Publié le

Une nouvelle mobilisation est attendue dans la cité du viaduc contre la réforme des retraites.

La semaine dernière, 300 opposants à la réforme des retraites étaient dans la rue à Morlaix | OUEST-FRANCE

L’intersyndicale morlaisienne (CGT, FSU, Solidaires, FO) appelle à la mobilisation contre la réforme des retraites, jeudi 6 février, à 11 h, sur la place des Otages. Le dernier rassemblement, mercredi 29 janvier, avait réuni près de 300 personnes pour manifester dans les rues de la ville.

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
4 février 2020

Soutien à Mila...

 

Ouest-France

Plougasnou. L’assemblée générale des anciens combattants

Publié le 04/02/2020 à 06h01

Nathalie Bernard, maire de Plougasnou, était présente à l’assemblée. | OUEST-FRANCE

L’assemblée générale de l’Union fédérale des anciens combattants et victimes de guerre et la section des médailles militaires de Plougasnou, présidée par Jacques Prigent, s’est tenue, dimanche, à la salle des associations. Il y avait 25 adhérents sur les 33 anciens combattants et 22 médaillés militaires que compte le comité local.

Après avoir évoqué les temps forts de l’année, dont une fructueuse collaboration avec le conseil municipal des jeunes, et renouvelé le bureau à l’identique, ce fut l’occasion pour l’association de préparer la passation du drapeau national des communes médaillées de la résistance française, qui doit leur être remis par Oyonnax.

Un moment très important pour l’association et pour la commune tout entière.

Plougasnou reçoit en effet à cette occasion les dix-huit collectivités territoriales en possession de la médaille de la Résistance française.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plougasnou-29630/plougasnou-l-assemblee-generale-des-anciens-combattants-6720118

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
3 février 2020

Pour le fun!!!

 

Ouest-France

Morlaix. Êtes-vous bien inscrit sur les listes électorales ?

Publié le

La date limite pour s’inscrire sur les listes électorales de votre commune est fixée au vendredi 7 février. En quelques clics, vous pouvez également vérifier votre situation.

Laurent Seite, venu vérifier qu’il était bien inscrit sur les listes de sa commune, et Armelle Le Fiblec, qui travaille à la sous-préfecture. | OUEST-FRANC

Laurent Seite a déménagé à Plouvorn en juillet dernier. Ce vendredi 31 janvier, il s’est déplacé au point numérique de la sous-préfecture de Morlaix (Finistère) pour vérifier qu’il était bien inscrit sur les listes électorales de sa nouvelle commune.

Aidé par Armelle Le Fiblec, il est allé sur le site www.demarches.interieur.gouv.fr, puis sur l’onglet « Interroger sa situation électorale ». Après avoir rentré quelques renseignements (nom, prénoms, commune…), le verdict tombe : il est bien inscrit à Plouvorn.

Si cela n’avait pas été le cas, il aurait eu jusqu’au vendredi 7 février pour réaliser les démarches nécessaires. Soit en ligne, sur le site internet cité plus haut, soit directement à la mairie avec un justificatif de domicile et d’identité. « Ces élections, c’est l’occasion pour les citoyens de s’exprimer », rappelle le sous-préfet Gilbert Manciet, qui incite les personnes à vérifier qu’elles sont bien inscrites.

Le point numérique de la sous-préfecture est ouvert du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 12 h 30. Une personne est à la disposition des usagers pour les aider dans leurs démarches administratives.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-etes-vous-bien-inscrit-sur-les-listes-electorales-6719195

 

Ouest-France

Plouezoc'h. Les derniers vœux d’Yves Moisan aux habitants

Publié le 03/02/2020 à 06h41

Une assistance nombreuse pour les vœux du maire. | OUEST-FRANCE

Après deux mandats de maire, qui avaient fait suite à deux mandats dans l’opposition, Yves Moisan ne se présente pas aux prochaines élections. Vendredi, il a présenté ses derniers vœux. Les habitants étaient venus encore plus nombreux que de coutume, mais il y avait aussi des élus des communes voisines et des responsables économiques.

Yves Moisan n’a pas dressé de bilan, il a débuté son allocution « en remerciant ceux qui sont engagés dans la vie de la commune. Pour ma part, ces années ont été un réel bonheur. C’est un engagement très enrichissant que je peux résumer en trois mots : la conviction pour partager son enthousiasme, l’humilité pour écouter et savoir se faire aider et le pragmatisme car à un moment, il faut décider en sachant que l’intérêt commun prime sur l’intérêt individuel. Les élus sont là pour écrire une histoire à long terme. »

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plouezoch-29252/plouezoc-h-les-derniers-voeux-d-yves-moisan-aux-habitants-6718880

 

Ouest-France

Morlaix. L’auteur Dominig Per, mardi au bar des 2 Rivières

Publié le

Dominig%20Per.

Mardi 4 février, de 18 h à 20 h, Dominig Per participera au rendez-vous mensuel intitulé Entrelire du bar des 2 Rivières.

Il y présentera son dernier livre On ne bâtit jamais rien sur du sable qui rencontre un beau succès localement. Lors de sa dédicace à la librairie Dialogues, il a signé un livre toutes les trois minutes durant trois heures !

Entrelire est une animation de l’association des 2 Rivières qui a démarré autour de l’envie de partager le goût de la lecture, et de découvrir des auteurs. C’est gratuit et ouvert à tous. Chacun amène un ou plusieurs livres qui lui plaisent

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-l-auteur-dominig-mardi-au-bar-des-2-rivieres-6718579

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
3 février 2020

On est rassuré!

 

Ouest-France

Brest. Une suspicion de coronavirus provoque un mouvement de panique, puis social, dans un hôpital

Publié le Philippe GUEGAN

Le coronavirus va-t-il permettre de renouer le dialogue social entre le personnel et la direction du centre hospitalier régional universitaire (CHRU) de la Cavale Blanche, à Brest (Finistère) ? Une suspicion d’infection par le virus chinois, associée à un pic d’activité aux urgences, a créé un gros malaise dans la nuit du samedi 1er février 2020.

Le personnel a fait jouer son droit de retrait samedi 1er février 2020, à 20 h. | OUEST-FRANCE

Tout a commencé ce samedi 1er février 2020, en fin d’après-midi. Un malade s’est présenté aux urgences de la Cavale Blanche, à Brest (Finistère), avec de la fièvre et de la toux. Lors de l’entretien d’admission avec le médecin de garde, une suspicion de coronavirus est retenue, avant d’être écartée plus tard en soirée. Dans ce cas, le protocole veut que le patient soit isolé dans un secteur confiné, à l’accueil post-urgences (APU), avec du personnel dédié.

« 140 passages aux urgences »

« Une infirmière et une aide-soignante ont été détachées pour s’occuper du patient », raconte Bahar Bourhis, infirmière déléguée CGT et présente comme membre du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT). Là où le bât blesse, c’est qu’à ce moment précis, le plateau des urgences, en grève depuis mai 2019, connaît un pic d’activité.

« Il était impossible de détacher une équipe en laissant une seule infirmière gérer l’activité du service », souligne la déléguée syndicale. « Dans la soirée, nous avons dénombré 140 passages aux urgences », reconnaît la direction par la voix de sa directrice de communication, Aurélia Derischbourg.

Histoire de compliquer un peu plus la situation, une rumeur circule dans le service, annonçant l’arrivée de quatre malades supplémentaires en provenance de Vannes (Morbihan), eux aussi suspectés d’êtres porteurs du coronavirus. « Nous ne savons pas d’où proviennent ces informations et la rumeur était infondée », grogne Aurélia Derischbourg.

 
Une suspicion d’infection par le coronavirus, associée à un pic d’activité aux urgences, a créé un gros malaise. | OUEST-FRANCE

« Nous avons appris hier soir que Brest, comme Rennes, était centre de référence en Bretagne pour le coronavirus », s’indigne Bahar Bourhis, qui fait jouer son droit d’alerte. Trop aussi pour le personnel qui, lui, décide à 20 h de faire jouer son droit de retrait.

« L’hôpital n’est pas un théâtre »

Directeur d’astreinte et cadre de garde sont alertés et déclenchent la procédure de renfort pour la deuxième fois de la journée. La situation permet surtout au personnel d’échanger avec sa direction sur ses conditions de travail et de programmer une réunion pour les jours qui arrivent.

En fin de matinée, ce dimanche 2 février 2020, le ton a changé et n’est plus du tout au dialogue. « Nous ne confirmons pas cette réunion, l’hôpital n’est pas un théâtre et il ne faut pas attendre de la direction des décisions à la suite de procédés que nous jugeons inacceptables ! » La fièvre n’est donc pas près de retomber.

« Il y a eu une instrumentalisation de ces suspicions, avec une mise en scène autour du conflit social, s’emporte Aurélia Derischbourg, qui reproche aux partenaires sociaux de ne pas avoir accepté les trois protocoles d’accords proposés. Les patients viennent à l’hôpital pour être soignés pas pour être instrumentalisés. »

https://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/brest-mouvement-de-panique-puis-social-l-hopital-de-la-cavale-blanche-6717780

 

Ouest-France

Pleyber-Christ. Balade pour la Journée mondiale des zones humides

Publié le

L’association Au fil du Queffleuth et de la Penzé organise une balade pour célébrer les Journées mondiales des zones humides, en partenariat avec Morlaix Communauté. Cette Journée mondiale célèbre la signature de la convention sur les zones humides datant du 2 février 1971.

La balade, intitulée Au fil de l’eau, se déroule sur le parcours Riboul Potic, ce dimanche. « C’est une balade pleine de surprises à la découverte des habitants des prairies humides et des mares et des techniques anciennes d’irrigation, explique l’équipe d’animation de l’association. Il faut se munir de chaussures adaptées et de vêtements chauds. »

Ce dimanche 2 février, de 14 h à 16 h. Rendez-vous à 14 h sur le parking du sentier Riboul Potic, ou pour du covoiturage, à 13 h 45, sur le parking de l’église de Pleyber-Christ. Gratuit.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/pleyber-christ-29410/pleyber-christ-balade-pour-la-journee-mondiale-des-zones-humides-6717521

 

Ouest-France

Municipales à Saint-Brieuc. Le local de campagne de l’Assemblée populaire dans un pas-de-porte vide

Publié le

Ce samedi 1er février 2020, l’Assemblée populaire a officiellement ouvert son local de campagne en vue des municipales dans un espace commercial vide, rue Saint-Gilles à Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor).9

Les membres de la liste Assemblée populaire devant leur local de campagne rue Saint-Gilles. | OUEST-FRANCE

Les membres de l’Assemblée populaires se sont installés dans l’ancienne fromagerie Luzerne et Pâquerette, au 5, rue Saint-Gilles, à Saint-Brieuc. Le collectif a inauguré, hier matin, son pied-à-terre, « au cœur de la ville », dans un espace commercial vide, « pour marquer la volonté de prendre en compte le réaménagement urbain. »

Les contributions des militants et des citoyens ont été accrochés en vitrine. | OUEST-FRANCE

Cette permanence sera ouverte tous les jours entre midi et 14 heures et aussi les mercredis et samedi, jours de marché. Elle se veut le lieu des rencontres entre les militants et les citoyens, de partages, de collectes d’idées… La feuille de route de l’Assemblée populaire (ex-Insoumis) sera publiée la première quinzaine de février avec une présentation publique le samedi 15 février petite salle de Robien.

Site : www.assembleepop2020.fr Adresse mail : assembleepop@gmail.com, contact : 06 95 26 85 11

https://www.ouest-france.fr/elections/municipales/municipales-saint-brieuc-le-local-de-campagne-de-l-assemblee-populaire-dans-un-pas-de-porte-vide-6717364

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
1 février 2020

C'EST À VOUS DÉGOÛTER DE TRICHER (presque) LÉGALEMENT...

Elle voulait exclure de toute nuance politique tout candidat se présentant dans des communes inférieurs à 9000 habitants, (la moitié des électeurs quand même!?)...

http://goutal.over-blog.com/2020/02/c-est-a-vous-degouter-de-tricher-presque-legalement.html

 

1 février 2020

Réunion de publique de Sandrine Le Feur, députée LREM, à Penzé: la réforme des retraites Macron mise en pièce devant une députée incapable de défendre le projet gouvernemental

Réunion de publique de Sandrine Le Feur, députée LREM, à Penzé: la réforme des retraites Macron mise en pièce devant une députée incapable de défendre le projet gouvernemental

 

Réunion de publique de Sandrine Le Feur, députée LREM, à Penzé: la réforme des retraites Macron mise en pièce devant une députée incapable de défendre le projet gouvernemental

 

Réunion de publique de Sandrine Le Feur, députée LREM, à Penzé: la réforme des retraites Macron mise en pièce devant une députée incapable de défendre le projet gouvernemental

 

Réunion de publique de Sandrine Le Feur, députée LREM, à Penzé: la réforme des retraites Macron mise en pièce devant une députée incapable de défendre le projet gouvernemental

 

Réunion de publique de Sandrine Le Feur, députée LREM, à Penzé: la réforme des retraites Macron mise en pièce devant une députée incapable de défendre le projet gouvernemental

 

Réunion de publique de Sandrine Le Feur, députée LREM, à Penzé: la réforme des retraites Macron mise en pièce devant une députée incapable de défendre le projet gouvernemental

 

Réunion de publique de Sandrine Le Feur, députée LREM, à Penzé: la réforme des retraites Macron mise en pièce devant une députée incapable de défendre le projet gouvernemental

 

Réunion de publique de Sandrine Le Feur, députée LREM, à Penzé: la réforme des retraites Macron mise en pièce devant une députée incapable de défendre le projet gouvernemental

 

Réunion de publique de Sandrine Le Feur, députée LREM, à Penzé: la réforme des retraites Macron mise en pièce devant une députée incapable de défendre le projet gouvernemental

 

Réunion de publique de Sandrine Le Feur, députée LREM, à Penzé: la réforme des retraites Macron mise en pièce devant une députée incapable de défendre le projet gouvernemental

 

Photos Fabris Cadou et Ismaël Dupont.

Une cinquantaine d'opposants à la contre réforme des retraites de Macron (FO, CGT, SUD, FSU, PCF, régionalistes, Gilets Jaunes) à Penzé (commune de Taulé) ont manifesté le jeudi 30 janvier devant le restaurant de Penzé, Tal ar Milin, avant la réunion débat organisée par la députée LREM Sandrine Le Feur. Sur l'argumentation, la députée macroniste n'a à peu près répondu a rien, se contentant de distribuer la parole et d'appeler à un débat apaisé malgré la violence de la réforme que sa majorité défend et le refus d'entendre une majorité de Français hostiles à la dégradation de leurs droits à la Retraite par Macron. Sandrine Le Feur par son impuissance à argumenter en faveur de la réforme a bien manifesté le vide de contenu progressiste et de justifications véritables de cette réforme malgré les éléments de langage.

Dans la salle, aux côtés de la députée En Marche, à peine une quinzaine de sympathisants en comptant le staff, tandis qu'au moins 60 personnes présentes étaient clairement hostiles à cette réforme.

Plusieurs interventions ont été très marquantes sur cette soirée, mais pas, celles, plutôt pathétiques, des macronistes et de Sandrine Le Feur: Martine Jézequel et Jean-Yvon Ollivier pour la CGT, Antoine Gauchard pour la FSU, des jeunes gilets jaunes. Je suis aussi intervenu à plusieurs reprises, sans obtenir le moindre début de réponse de la députée.

Une vingtaine de personnes ont pu s'exprimer dont 3 ou 4 simplement qui sympathisaient avec cette réforme pour des raisons idéologiques (des macronistes convaincus et bien à droite).

Ismaël Dupont

http://www.le-chiffon-rouge-morlaix.fr/2020/02/reunion-de-publique-de-sandrine-le-feur-deputee-lrem-a-penze-la-reforme-des-retraites-macron-mise-en-piece-devant-une-deputee-incapa

 

Ouest-France

Pays de Morlaix. Trois communes obtiennent un trophée Zéro phyto

Publié le

Les lauréates sont Lampaul-Guimiliau, Plounéour-Ménez et Sainte-Sève, récompensées pour avoir banni les produits phytosanitaires dans l’entretien des espaces verts, terrains de sport, cimetières…

La remise des prix des trophées Zéro phyto, à Rennes. 61 nouvelles collectivités ont été récompensées. | DR

Lampaul-Guimiliau, Plounéour-Ménez et Sainte-Sève viennent d’obtenir un trophée Zéro phyto, à l’occasion du Carrefour des gestions locales de l’eau, organisé les 29 et 30 janvier à Rennes.

À travers ces prix, qui existent depuis onze ans, la Région encourage les collectivités bretonnes à bannir définitivement l’usage de produits phytosanitaires dans l’entretien de leurs parcs et jardins publics, cimetières ou encore terrains de sport.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/pays-de-morlaix-trois-communes-obtiennent-un-trophee-zero-phyto-6716335