Actualités

                          Réalisation pyb29. Logo Halte aux marees noires. Pyb29 @HomardEnchaine

Actualités

 

Accueil Actualités Liens utiles Humeur Conseils municipaux Photos Assainissement Humour Les ports Bienvenue au Diben Courrier des lecteurs Contact

 

 

Ouest-France

REPORTAGE. Des nouveaux passagers dans le train Morlaix-Brest à cause de la hausse du carburant

Modifié le Publié le Gaëlle COLIN

Quelles alternatives à la voiture dans le pays de Morlaix ? ​Il existe quinze allers-retours en Morlaix et Brest (Finistère) en train, du lundi au vendredi. Hausse du prix de l’essence, moins de télétravail, prix compétitifs des abonnements SNCF : ils sont de plus en plus de passagers à franchir le cap, notamment pour aller travailler à Landivisiau, Landerneau ou Brest.

La SNCF note une augmentation de 13 % de voyages entre 2017 et 2019 sur la ligne Morlaix-Brest. Une tendance qui pourrait s’affirmer avec la hausse des prix du carburant.

La SNCF note une augmentation de 13 % de voyages entre 2017 et 2019 sur la ligne Morlaix-Brest. Une tendance qui pourrait s’affirmer avec la hausse des prix du carburant. | OUEST-FRANCE

Le jour est levé depuis une bonne heure déjà quand le train arrive en voie 1 à la gare de Morlaix (Finistère). Il repart quelques minutes plus tard, à 7 h 42, pour rejoindre Brest, et ce, du lundi au vendredi (1). La grande majorité de ses passagers va travailler à Landivisiau, Landerneau ou au terminus.

« J’ai fait pendant cinq ans le trajet sur la RN 12 entre ma maison à Saint-Martin-des-Champs vers le centre-ville de Brest, où je travaille, se rappelle Pierre Le Guezec. C’était fatigant, je n’arrivais pas à échapper aux bouchons, au niveau de Guipavas. Ce qui m’a convaincu définitivement, c’est le prix du carburant. C’était soit je me mets à temps partiel, soit je prends le train. »

« Je peux terminer ma nuit tranquillement »

Il faut compter 38 minutes pour relier la soixantaine de kilomètres séparant Morlaix de Brest en train. Soit dix de moins – en théorie – qu’en voiture. « En un mois, ça me revenait à plus de 200 € d’essence. Ce n’était plus tenable d’aller travailler. Et au moins, je peux terminer ma nuit tranquillement le matin, sans stress », souffle le voisin de Pierre Le Guezec.

Même constat dans la rame voisine. Sabrina et Louisiane, deux collègues qui travaillent en agence d’intérim sont montées ensemble, à l’arrêt de Landivisiau. Elles descendent juste après, à Landerneau, « c’est dix minutes de trajet », glissent-elles. Comme les autres, « on a commencé à regarder sérieusement l’alternative en début d’année, quand le prix de l’essence a dépassé les 1,90 € au litre ».

Avec leur abonnement à 40 € par mois, les deux femmes n’en payent que la moitié, le reste revenant à la charge de leur employeur. « C’est imbattable », assurent-elles. L’horaire imposé par la SNCF les fait arriver vingt minutes avant l’embauche. Pas grave. « Ça nous permet d’allumer la cafetière, de prendre le temps de commencer la journée dans des conditions sereines. Et il n’y a pas tant de retard ni de problème sur les lignes. »

Un argument économique plutôt qu’écolo ?

8 h 20, le train arrive à Brest. Le conducteur du train rappelle que ce trajet a dégagé « huit fois moins de CO2 que si vous avez utilisé la voiture ». Mais plus que l’argument écologique, c’est l’économie qui est le plus citée comme déclencheur.

La SNCF relativise ce constat : à la hausse du nombre d’usagers pourrait aussi être due au « retour de nos abonnés avec la fin du télétravail obligatoire ». Une augmentation du nombre de voyages enclenchée depuis juillet 2017. Pour Morlaix-Brest, cette croissance est « de 13 % de voyages entre 2017 et 2019. […] Nous observons depuis le début de l’année 2022 un retour de nos abonnés dans des proportions proches de 2019 », ajoute la SNCF. La hausse pourrait se confirmer avec les prix du carburant qui s’envolent.

Enfin, pour s’adapter au déploiement du télétravail, la Région et la SNCF proposent un abonnement de travail annuel, qui serait « rentabilisé à partir de trois allers-retours par mois ». Pour Morlaix-Brest, il faut débourser 107,50 € par mois ; Morlaix-Landivisiau 56,80 € mensuels.

(1) Il existe quinze allers-retours en semaine entre Morlaix et Brest.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/prendre-le-train-pour-ne-pas-subir-le-prix-a-la-pompe-b1379b36-da68-11ec-933c-01630d860ee9

 

Ouest-France

Saint-Jean-du-Doigt. Clôture des Journées de Pont Ar Gler

Publié le

L’ensemble Caravage a interprété Stravinsky à la salle Kasino, dimanche.

La onzième édition du festival des Journées de Pont Ar Gler s’est terminée dimanche, après avoir proposé, sur dix jours, neuf concerts à Saint-Jean-du-Doigt, Plougasnou et Locquirec, des séances de poésie et deux expositions d’arts plastiques au manoir de Pont Ar Gler.

Des styles de musique variés ont pu être proposés : baroque, œuvres de compositeurs du dix-neuvième et vingtième siècles, jazz contemporain, sans compter la création d’une pièce originale écrite par un jeune compositeur. L’association organisatrice a fait une large place aux jeunes talents, avec en particulier, un ensemble lauréat d’un concours à Berne (Suisse) et des musiciens qui étudient à la Royal School of Music de Londres.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-jean-du-doigt-29630/cloture-des-journees-de-pont-ar-gler-c4c9fd83-9211-42f4-a79a-dcd667a6782b

Pont ar Gler dimanche 22 mai 2022

Exposition de Sibylle Simon et poésie d'Alexis Gloaguen. Photos pyb29

Exposition de Sibylle Simon et poésie d'Alexis Gloaguen. Photos pyb29

 

Ouest-France

Plougasnou. Un stand pour découvrir les richesses naturelles

Publié le

Des associations nature partenaires (LPO, Bretagne vivante, Au fil du Queffleuth et de la Penzé, Groupe mammalogique breton, Ulamir-CPIE) ont tenu un stand à la pointe de Primel, dimanche. Des balades et des animations sur les thèmes de la biodiversité et de la protection de l’environnement ont été mis en place lors de la deuxième fête de la Nature, mettant en valeur le patrimoine naturel de Plougasnou.

Des associations nature partenaires (LPO, Bretagne vivante, Au fil du Queffleuth et de la Penzé, Groupe mammalogique breton, Ulamir-CPIE) ont tenu un stand à la pointe de Primel, dimanche. Des balades et des animations sur les thèmes de la biodiversité et de la protection de l’environnement ont été mis en place lors de la deuxième fête de la Nature, mettant en valeur le patrimoine naturel de Plougasnou. | OUEST-FRANCE

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plougasnou-29630/un-stand-pour-decouvrir-les-richesses-naturelles-223a3c8b-a64d-40fb-9b89-17dd2ca44882

 

Ouest-France

INFO OUEST-FRANCE. Algues vertes : les agriculteurs payés pour réduire les quantités de nitrates

Modifié le Publié le Thibaud GRASLAND

Le système des « paiements pour services environnementaux » va être déployé à grande échelle dans huit baies bretonnes concernées par les algues vertes. Les pouvoirs publics vont injecter 8,2 millions d’euros. Plus de 130 exploitations pourront recevoir jusqu’à 60 000 € sur cinq ans. Une première étape avant de contraindre les agriculteurs récalcitrants.

Les exploitants agricoles de huit baies en Bretagne seront invités à faire des efforts pour limiter les fuites azotées dans l’environnement, à l’origine de la prolifération des algues vertes.

Les exploitants agricoles de huit baies en Bretagne seront invités à faire des efforts pour limiter les fuites azotées dans l’environnement, à l’origine de la prolifération des algues vertes. | THIERRY CREUX / OUEST-FRANCE

L’État et l’Agence de l’eau ont annoncé la semaine dernière aux collectivités locales que 8,2 millions d’euros allaient être débloqués pour payer des agriculteurs, afin qu’ils changent leurs pratiques pour réduire la présence de nitrates dans les cours d’eau (à l’origine de la prolifération des algues vertes). Près de la moitié de cette somme (46 %, 3,8 millions d’euros) sera allouée à des exploitations de la baie de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), la plus touchée par les marées vertes.

8,2 millions pour lutter exclusivement contre les algues vertes

Le nom de ce dispositif : les « paiements pour services environnementaux » (PSE). Il est déjà en cours d’expérimentation en Bretagne, dans la région de Morlaix (Finistère) par exemple, pour des enjeux liés aux pesticides ou à l’érosion. Les baies de La Forêt, Douarnenez (Finistère) et de la Fresnaye (Côtes-d’Armor) se sont également inscrites dans une expérimentation de ce type en 2021, sur la thématique de nitrates et des algues vertes : l’Agence de l’eau leur a déjà alloué 3 millions d’euros pour rémunérer les agriculteurs de ces secteurs afin qu’ils réduisent les apports d’azote sur les terres.

Sermonné par la Cour des comptes et condamné par la justice administrative, lors de l’été 2021, pour sa passivité dans la crise des algues vertes en Bretagne, l’État a décidé de passer à la vitesse supérieure. La préfecture de Région a saisi en urgence l’Agence de l’eau Loire-Bretagne, en décembre 2021, pour débloquer 5 millions d’euros complémentaires, exclusivement orientés vers la réduction des nitrates pour les huit baies concernées par les algues vertes. De l’argent qui est donc essentiellement issu des redevances sur la facture d’eau. L’État abondera avec les conseils départementaux pour porter l’enveloppe à 8,2 millions. En urgence, car le dispositif expérimental des PSE, très encadré par la Commission européenne, doit être lancé avant la fin 2022.

Les agriculteurs rémunérés en fonction du résultat

La Cour des comptes avait encouragé l’État à déployer ce dispositif pour les algues vertes dans son rapport de juillet 2021 : « La réflexion sur les PSE a ici toute sa place pour rémunérer des externalités positives et de prises de risque de la part des exploitants et faire évoluer leur modèle économique », disaient les magistrats financiers. En février 2022, dans un rapport d’information de la commission des finances du Sénat, le parlementaire Bernard Delcros avait aussi souligné l’intérêt des PSE dans la lutte contre les algues vertes : « Les agriculteurs engagés dans un PSE sont évalués chaque année et rémunérés suivant l’effectivité du résultat », notait-il.

Le montant versé à chaque exploitation agricole est plafonné à 60 000 €. Pour la baie de Saint-Brieuc, les 3,8 millions d’euros correspondent à un accompagnement financier d’environ 70 exploitations agricoles. Le syndicat mixte de la baie de Saint-Brieuc, en charge de la politique de l’eau, avait ciblé 215 exploitations à accompagner, essentiellement dans des zones humides, pour réduire la présence de nitrates dans les cours d’eau. Le pays de Saint-Brieuc a choisi d’axer le travail à partir de trois indicateurs : la mise en herbe de zones humides, la couverture des sols en période de risque de lessivage et la réduction de la fertilisation minérale. « Il s’agit d’un engagement de l’exploitant par rapport à ses pratiques, explique Thierry Andrieux, président du syndicat de la baie de Saint-Brieuc. Certains ne s’engageront pas car ils ont déjà de bonnes pratiques. »

Des contrats individuels entre les agriculteurs et l’État

Pour l’État, en charge du déploiement du Plan de lutte contre les algues vertes, ces PSE sont une première étape incitative avant l’étape « réglementaire », c’est-à-dire contraignante. Le préfet de Région, Emmanuel Berthier, a annoncé à l’automne dernier la mise en place de « zones soumises à contraintes environnementales » (ZSCE), via des arrêtés préfectoraux. Chaque exploitant concerné devrait signer un contrat individuel de trois ans avec l’État. Si les obligations de moyens ne sont pas respectées, les autorités passeront à la contrainte.

Dans les Côtes-d’Armor, les taux de nitrates dans les ruisseaux sont repartis à la hausse depuis quelques mois. La concentration moyenne est passée de 24 à 27 mg/L en mars. Alors que, selon certains experts, il faudrait passer sous la barre des 10 mg/L pour limiter les marées vertes.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-brieuc-22000/algues-vertes-les-agriculteurs-seront-payes-pour-faire-des-efforts-et-reduire-l-usage-de-nitrates-89667042-da76-11ec-933c-01630d860ee9

 

Ouest-France

Revitalisation du bourg de Plouigneau : un Pass commerce et une enquête de fréquentation en cours

Publié le

La revitalisation du centre-bourg de Plouigneau (Finistère) est un des projets phare de l’équipe municipale. Diverses actions seront menées. Au programme, entre autres, une enquête de fréquentation qui s’intitule Shop’in, jusqu’au 20 juin 2022, et un pass commerce et artisanat.

La maire, Joëlle Huon, et Roger Héré, premier adjoint, présentent les diverses actions menées dans le cadre du projet de revitalisation du centre-bourg. | OUEST-FRANCE

Petites villes de demain est un programme gouvernemental piloté par l’agence nationale de la cohésion des territoires.

Une enquête de fréquentation

La candidature de Plouigneau (Finistère), proposé par Morlaix Communauté avait été retenue. L’objectif du programme, qui s’adresse aux communes de moins de 20 000 habitants, est de redynamiser les centre-bourgs avec un accent mis sur la centralité des services, commerces de l’habitat. « Nous allons aborder divers domaines, explique Roger Héré, premier adjoint. Nous allons essayer d’apporter à notre niveau des réponses à la redynamisation du centre-bourg ».

Une première action vient d’être lancée avec une enquête sur la fréquentation du centre-ville et des commerces. Les élus ont distribué dans les magasins des questionnaires de 25 questions, interrogeant sur les habitudes de fréquentation des commerces et la perception des usagers sur le dynamisme ou pas du centre-bourg.

Les questionnaires sont disponibles jusqu’au 20 juin 2022 dans les commerces et en ligne. Ils sont à déposer à la mairie. Les commerçants seront également interrogés.

Mesurer la santé des commerces

L’objectif est de prendre en compte les impacts de la crise sanitaire sur leur activité et mesurer la santé actuelle de leur activité. Cette enquête de fréquentation usager qui s’intitule Shop’in, est menée par le cabinet Scet (service, conseil, expertise et territoire). « Nous allons avoir les résultats de l’enquête avant les vacances d’été, précise le premier adjoint. Nous souhaitons également remobiliser l’association des commerçants en les accompagnant dans les actions qu’ils souhaitent mener. L’association est actuellement mise en sommeil », poursuit la maire, Joëlle Huon.

Pass commerce

Une autre action concerne l’adhésion au Pass commerce artisanat, piloté par la Région et Morlaix Communauté. Une somme de 7 500 € est disponible pour un projet de création ou de rénovation. La Région apporte 30 %, Morlaix Communauté 50 % et la commune 20 %. « Étant une ville de plus de 5 000 habitants, l’aide de la Région de 50 % passe à 30 %. La commune apporte les 20 % manquants. Pour nous, cela s’inscrit dans une démarche volontariste. Nous ne voulons pas que les commerçants soient lésés », précise la maire, Joëlle Huon. Prochainement une convention ORT (Opération de revitalisation de territoire) sera également signée. Le périmètre de centralité pris en compte par le projet Petites villes de demain sera défini. Celui semble s’étendre du supermarché jusqu’à l’ancien Ehpad (Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes).

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plouigneau-29610/revitalisation-du-bourg-de-plouigneau-un-pass-commerce-et-une-enquete-de-frequentation-en-cours-74f63e96-d830-11ec-899f-1eab8c400158

 

Perros-Guirec. Deux cagnottes pour soutenir la famille du skipper décédé

Le skipper du vieux gréément de Perros-Guirec, Sant-C'hireg, est décédé d'une crise cardiaque le 24 avril dernier. Ses amis mettent en place deux cagnottes.

Les amis du sant C'hireg lancent une cagnotte pour permettre à la compagne du skipper de racheter les parts.

Les amis du Sant C'hireg lancent une cagnotte pour permettre à la compagne du skipper de racheter les parts. ©Archives Le Trégor

Les amis de la famille et les amoureux du vieux gréement de Perros-Guirec, Sant-C’hireg se mobilisent. Le 24 avril dernier, lors d’une course amicale de paddle à Trégastel, le propriétaire et skipper du vieux gréement est décédé d’une crise cardiaque. 

À lire aussi

Deux cagnottes

Ses amis ont décidé de mettre en ligne deux cagnottes. 

« L’idée c’est de les soutenir, ses deux enfants d’un côté et sa compagne de l’autre afin qu’elle puisse racheter les parts pour continuer à faire naviguer le Sant C’hireg sur la côte de Granit rose »

Denis Le Bras, ancien propriétaire du bâteau.

Une cagnotte est en ligne sur le site Papayoux pour aider sa compagne à racheter les parts du Sant C’hireg et une autre sur le site Leetchi pour aider ses deux enfants de 14 et 16 ans. 

Poursuivre la navigation sur la côte de Granit rose 

Le Sant C’hireg est la réplique d’un bateau de pêche à la langouste des années 1920. Denis Le Bras l’a fait reconstruire dans les années 1980 pour développer la découverte de la côte de Granit rose et les techniques des vieux gréements.

Pendant 33 ans, il a accueilli de très nombreux touristes à bord. Manu a travaillé avec lui pendant 8 ans avant de racheter le bateau en 2020. Il s’apprêtait à lancer une nouvelle saison. Aujourd’hui, ses amis se mobilisent pour faire perdurer son idée.

https://actu.fr/bretagne/perros-guirec_22168/perros-guirec-deux-cagnottes-pour-soutenir-la-famille-du-skipper-decede_51163309.html

 

Ouest-France

Crise à l’hôpital. À Saint-Brieuc, les soignants privilégient les vacances à la prime de 350 €

Publié le Thibaud GRASLAND

Face au manque d’effectifs dans les services, la direction du GHT d’Armor, à Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), a décidé d’offrir une prime aux soignants qui accepteraient de décaler leurs vacances l’été prochain. Le dispositif séduit peu le personnel, qui semble privilégier le repos en famille après deux années pandémie.

L’hôpital Yves-Le Foll de Saint-Brieuc connaît une période de tension en raison d’un manque de personnel.

L’hôpital Yves-Le Foll de Saint-Brieuc connaît une période de tension en raison d’un manque de personnel. | ARCHIVES OUEST-FRANCE

C’est l’une des initiatives les plus marquantes, annoncée ces dernières semaines pour faire face au manque de personnel dans les hôpitaux : la direction du Groupement hospitalier de territoire (GHT) d’Armor, à Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), propose une prime de 350 € par semaine aux infirmiers et aides-soignants qui accepteraient de décaler leurs congés estivaux après le 15 septembre. L’objectif est « d’assurer la continuité de l’offre de soins à la population tout en permettant aux agents de partir en congés », indique la direction. Elle a aussi proposé « des hébergements à titre gracieux » pour les candidats éloignés ou encore une majoration de 30 % des heures supplémentaires.

Une poignée d’agents intéressés

Selon nos informations, seule une poignée de fonctionnaires (moins d’une dizaine), sur les 3 300 salariés de l’hôpital Yves-Le Foll, ont fait savoir à la direction qu’ils étaient intéressés par la prime. Essentiellement à l’Ehpad des Capucins, rattaché au centre hospitalier. « Après deux années de crise sanitaire et de rappels inopinés, les collègues ont surtout besoin de repos et de profiter de leur vie de famille, explique Maxence Forestier, secrétaire de la section locale de la CFDT. Certains ont travaillé 6 jours/7 et fait des semaines de 55 heures. »

En plus de la crise de vocation et de la hausse de l’absentéisme, les hôpitaux des Côtes-d’Armor sont confrontés à un autre problème : les sorties d’école pour les futurs infirmiers et aides-soignants n’auront lieu qu’au mois d’août cette année, alors qu’habituellement, les jeunes infirmiers viennent renforcer les effectifs sur toute la période estivale.

La direction demande aux agents d’être mobiles

« Ces mesures ne sont pas pour Saint-Brieuc mais pour les autres hôpitaux du groupement hospitalier (Lannion, Paimpol, Guingamp…) où ils sont obligés de fermer des services », rappelle Carine Le Tertre, secrétaire du syndicat Force Ouvrière. « On s’aperçoit que la direction recherche surtout de la mobilité pour aller renforcer les plus petits hôpitaux, confirme son homologue de la CFDT. Si cette prime était peut-être maladroite, la direction a au moins le mérite de proposer quelque chose. » Pour faire face à cette crise qui risque de durer, la CFDT a fait des propositions sur le long terme à la direction de l’hôpital briochin, comme l’ouverture d’une crèche ou des stagiairisations plus rapides.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-brieuc-22000/crise-a-l-hopital-a-saint-brieuc-les-soignants-privilegient-les-vacances-a-la-prime-de-350-92b37d0a-d81b-11ec-b74d-895ee302236d

 

Ouest-France

Morlaix. Un concours de peinture gratuit et ouvert à tous

Publié le

La 29e édition de Couleurs de Bretagne, concours de peinture et de dessins, reviendra à Morlaix (Finistère) le dimanche 10 juillet 2022, le 14 juillet à Guerlesquin et le 15 juillet à Carantec.

Les organisateurs : Armelle Desrobert et Patrick Le Vaillant pour Couleurs de Bretagne ainsi que les représentants des communes concernées : Élise Kérébel pour Morlaix, Thérèse Cornic, Guerlesquin et Catherine Mével-Bouchery élue à Carantec.

Les organisateurs : Armelle Desrobert et Patrick Le Vaillant pour Couleurs de Bretagne ainsi que les représentants des communes concernées : Élise Kérébel pour Morlaix, Thérèse Cornic, Guerlesquin et Catherine Mével-Bouchery élue à Carantec. | OUEST-FRANCE

Pour cette 29e édition de Couleurs de Bretagne, 49 communes sont impliquées dans la région. Localement, il s’agit de Carantec (Finistère), Guerlesquin et Morlaix. Les dates pour chacun étant différentes, les artistes peuvent participer à plusieurs événements. « Certains participants découvrent ainsi la région en organisant un circuit », se réjouit Armelle Desrobert, de l’association Couleurs de Bretagne.

Les journées de concours se dérouleront le dimanche 10 juillet à Morlaix, le 14 à Guerlesquin et le 15 à Carantec. Les inscriptions gratuites des artistes participants peuvent se faire le jour même sur site.

Tout le monde est bienvenu, des plus jeunes aux plus âgés, avec ou sans expérience. « Notre objectif principal est la mise en valeur du patrimoine de la Bretagne par la peinture et le dessin », conclut Patrick Le Vaillant, de l’association.

Contact : www.couleursdebretagne.org ; 02 87 57 25 19.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-un-concours-de-peinture-gratuit-et-ouvert-a-tous-e76e0204-d9f4-11ec-bb39-03252535a235

 

Ouest-France

Brest. L’exposition du « fil bleu » de Jacqueline Ledoux au Mac Orlan

Publié le

La photographe morlaisienne expose ses « Bleus de Bress » dans le hall de la salle de spectacles Mac Orlan, à Brest (Finistère). Une exposition à découvrir jusqu’au 11 juin 2022.

La photographe de Morlaix (Finistère) Jacqueline Ledoux et ses « Bleus de Bress ».

La photographe de Morlaix (Finistère) Jacqueline Ledoux et ses « Bleus de Bress ». | OUEST-FRANCE

À dire vrai, je n’avais pas du tout l’intention de faire une exposition à Brest, annonce Jacqueline Ledoux, photographe, avec une pointe de provocation. D’abord, je ne suis pas légitime, parce que je ne suis pas Brestoise. Et les Brestois là-dessus ils sont un petit peu…Mais la Morlaisienne fréquente tellement d’autochtones qu’elle fait un peu partie de la cité du Ponant. Forcément, à Brest, il y a un truc,poursuit-elle sur le même ton.Le truc, il faut le trouver.

C’est ce qu’elle a fait grâce à un enchaînement de hasards​. Premier coup de cœur au jardin des Explorateurs et à la corniche aux Capucins. Certaines de ces photos tapissent le mur du Mac Orlan.

Une « espèce de fil bleu »

En rentrant chez moi, j’ai regardé ma récolte. J’avais bien senti qu’il s’était passé quelque chose… Et là, comme une évidence, une espèce de fil bleu », qu’elle décide de suivre. Je vais rechercher d’autres indices de cette couleur qu’on n’associe pas forcément à Brest. Toujours taquine.

Autre coup du hasard, sa rencontre avec Patrice Coum, le directeur du Mac Orlan qui lui ouvre les murs du hall de la salle de spectacles. Le titre était déjà trouvé, Bleus de Bress. On était début 2020… On connaît tous la suite pendant deux ans : Le Covid-19.

Invitation à regarder « les lieux communs »

Qu’importe le manque d’exhaustivité, elle n’avait pas envie d’exactitude documentaire​. L’exposition est née. Elle affiche ces bleus insolents qui vont si bien à Brest.

Elle est aussi une invitation à regarder les lieux communs que nous partageons, où nous passons sans nous attarder et qui deviennent invisibles à force d’être familiers​. Son aventure brestoise n’est sans doute pas terminée.

À voir jusqu’au samedi 11 juin, à 18 h. L’exposition est visible les soirs de spectacle et sur demande. L’artiste propose également une rencontre hebdomadaire le samedi, de 14 h à 17 h.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/brest-l-exposition-du-fil-bleu-de-jacqueline-ledoux-au-mac-orlan-c9b6307a-d20f-11ec-a1ac-86b04ff580e5

 

Ouest-France

REPORTAGE. À Morlaix, des voitures anciennes quasi uniques réunies sous le viaduc

Publié le Sarah HUMBERT

Ils sont venus partager leur passion. À Morlaix (Finistère), plus d’une centaine de voitures anciennes, de plus de 50 ans, se sont réunies place des Otages, dimanche 22 mai 2022, dans le cadre du 26e rallye international du pays de Fougères. L’occasion pour le public de découvrir des histoires insolites, et des véhicules uniques.

Ken est venu d’Angleterre avec une Lagonda de 1924. Cette voiture est dans sa famille depuis plus de 70 ans.

Ken est venu d’Angleterre avec une Lagonda de 1924. Cette voiture est dans sa famille depuis plus de 70 ans. | OUEST-FRANCE

Le vrombissement des moteurs a laissé place aux discussions entre passionnées et amateurs, à Morlaix (Finistère), dimanche 22 mai 2022. Dans le cadre du 26e rallye international du pays de Fougères, plus d’une centaine de véhicules anciens s’étaient donné rendez-vous sous le viaduc. Ils ont tous plus de 50 ans. « C’est un peu comme un musée ambulant », dit Christophe Guihery, qui est venu du Morbihan, avec une Amilcar rouge, qui date de 1927.

Christophe Guihery a une Amilcar de 1927. La passion des voitures anciennes lui a été transmise par ses parents. | OUEST-FRANCE

« Il y a des voitures mythiques ici »

Sur place, il est heureux de pouvoir présenter son véhicule, raconter son histoire : « Je l’ai acheté en Belgique, mais c’est une voiture française. Elle fait moins de 350 kg. À l’époque, c’était une voiture légère, qui consommait moins. »

Pour lui, en possédant une Amilcar, « j’ai réalisé un rêve. Les voitures anciennes, c’est une passion familiale, qui ne m’a pas quitté ». Autour de lui, les curieux sont nombreux, mais surtout les autres propriétaires de voiture. « Il y a des voitures mythiques ici. C’est important qu’on puisse se retrouver, entre passionnés. »

Quelques pas plus loin, Ken est venu d’Angleterre, avec une Lagonda, qui date de 1924. Il estime qu’il y a environ « une dizaine de modèles comme celui-ci dans le monde ». Pour lui aussi, les voitures anciennes sont une histoire de famille, puisque « cette voiture appartenait à ma mère. Cela fait 70 ans que nous l’avons ».

Des véhicules quasi uniques

Parmi les nombreux curieux, Fabrice et Mélisande sont venus en famille. « On n’y connaît pas grand-chose, mais nos enfants aiment bien », glisse Mélisande. Yanis et Tilio semblent en effet avoir une bonne connaissance des différentes marques. « Il y a des voitures que je vois pour la première fois en vrai », raconte Yanis. Il a même pu monter dans l’un des véhicules.

Éric Godefroy possède une voiture dont il reste seulement deux exemplaires en circulation : une Citroën Rosalie 15 CV Coach Sical de 1933. | OUEST-FRANCE

Même sans s’y connaître le spectacle vaut le coup d’œil. Éric Godefroy, par exemple, est heureux de présenter sa « Citroën Rosalie 15 CV Coach Sical ». Il connaît tout l’historique de son véhicule. « À 25 ans, je me disais déjà que quand je serai vieux, je m’en achèterai une. » La voiture date de 1933. « Au départ, il y avait 12 exemplaires, qui ont été carrossés à Levallois, en coach décapotable. Aujourd’hui, il n’en reste que deux », indique-t-il.

Un peu comme dans un musée, les pièces sont effectivement quasiment uniques, et témoignent d’une époque révolue, et pourtant pas si lointaine.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/reportage-a-morlaix-des-voitures-anciennes-quasi-uniques-reunies-sous-le-viaduc-b053a0a0-d9b6-11ec-a896-2505cdfbbccd

 

Le Diben dimanche 22 mai 2022

 https://ekladata.com/qZDqUCLVJ2vy6GH88_7j1s739RQ.jpg

Mise en Demeure !

 

Ce vendredi, a été adressée

à "Ensemble, Majorité présidentielle",

président Richard FERRAND,

ainsi qu'aux 7 partis composant cette majorité,

une mise en demeure de cessation d'utilisation 

du nom d'ENSEMBLE.


Notre mouvement,

" ENSEMBLE !,

Mouvement pour une Alternative de Gauche, 

Écologiste et Solidaire ! "

entend ainsi protéger son nom

de l'inadmissible plagiat perpétré à son encontre.

 

Le rapt ne peut être une orientation politique.

 

Nous demanderons, par un référé, à la justice de se prononcer rapidement sur l'utilisation illégitime de notre nom pour éviter une injustice flagrante.

 

L’Équipe d'Animation Nationale d'Ensemble !

le 21 mai 2022

A la une du Blog : 25 Janvier 2015

 http://ensemble-finistere.eklablog.com/

 

Photo pyb29

 Contribuables, ensemble nous finançons la campagne électorale de notre députée.

 

Ouest-France

Législatives. Après réflexion, le NPA rejoint l’union de la gauche

Publié le

L’antenne locale du Nouveau parti anticapitaliste de Quimper (Finistère), annonce, ce dimanche 22 mai 2022, qu’il finit par rejoindre la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes).

Gérard Mas, porte-parole du Nouveau parti anticapitaliste à Quimper (Finistère).

Gérard Mas, porte-parole du Nouveau parti anticapitaliste à Quimper (Finistère). | ARCHIVES OUEST-FRANCE

L’antenne locale du Nouveau parti anticapitaliste de Quimper (Finistère), annonce ce dimanche 22 mai 2022 qu’il finit par rejoindre la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes). « Malgré nos désaccords intervenus après un processus de négociations avec la France Insoumise en raison, en partie, de la présence disproportionnée de candidats issus de forces politiques connectées au capitalisme, dont le Parti socialiste, et ce au détriment de la présence des anticapitalistes, le NPA 29 s’engage à soutenir les candidat.es de la NUPES avec qui nous avons mené des combats communs. »

« Urgent de battre les droites extrêmes »

« Parce qu’il est urgent de battre les droites extrêmes, de lutter contre la politique ultralibérale et autoritaire de Macron/Borne et de faire reculer les idées et actes racistes, sexistes et LGBTIphobes qui continuent d’imprégner le champ politique, nous appelons à voter pour les candidats de la Nupes […] »

https://www.ouest-france.fr/elections/legislatives/legislatives-apres-reflexion-le-npa-rejoint-l-union-de-la-gauche-b38bea1a-d9da-11ec-a896-2505cdfbbccd

 

Ouest-France

Finistère. Avec Jarlotte, leur buste de palpation, elles sensibilisent contre le cancer du sein

Publié le Sarah HUMBERT

Près de Morlaix (Finistère), un groupe de travail appelé Des Seins sans pépins fait de la prévention contre le cancer du sein, grâce à un buste de palpation. Trois professionnelles de santé expliquent.

Grâce au groupe de travail Des Seins sans pépins, ces professionnelles de santé veulent faire de la prévention sur les cancers du sein, à tout âge.

Grâce au groupe de travail Des Seins sans pépins, ces professionnelles de santé veulent faire de la prévention sur les cancers du sein, à tout âge. | OUEST-FRANCE

Elles plantent une petite graine, pour que les seins restent sans pépins. Près de Morlaix (Finistère), le groupe de travail Des Seins sans pépins, qui rassemblent des professionnels de santé libéraux du pôle de santé des rives du Jarlot (Plourin-lès-Morlaix et Plougonven) se mobilise pour prévenir le cancer du sein, chez toutes les femmes, « jeunes ou moins jeunes », explique Emmanuelle Nicolas, coordinatrice du groupe et kinésithérapeute.

Une palpation par mois à partir de 20 ans

Samedi 21 mai 2022, elle était, avec Élodie Coat et Marine Genais, toutes deux infirmières, au Monoprix de Morlaix, afin de présenter Jarlotte, un buste de palpation. L’idée, avec ce buste, est d’apprendre et de montrer comment faire de l’auto-palpation, afin de mieux connaître son corps et de repérer plus facilement des changements.

L’enjeu est d’autant plus important pour Des Seins sans pépins, « qu’avant 50 ans, il n’y a pas d’examen », poursuit la coordinatrice. Le groupe recommande une palpation tous les mois à partir de 20 ans, en plus d’un contrôle visuel, tout simplement.

Emmanuelle Nicolas précise que l’auto-palpation se fait « sur toute la zone du sein, jusqu’à l’aisselle et sous la clavicule ». Jarlotte, le buste, présente un sein sans anomalie et un autre, avec des zones plus dures. Des Seins sans pépins, en plus de montrer comment faire de l’auto-palpation, propose également un flyer, afin de rappeler les gestes.

Des femmes de 20 à 75 ans

Dans le Monoprix, ce jour-là, les clientes se succèdent devant le stand. « C’est vraiment super », dit une femme, après s’être renseignée.

Gisèle Maguet, responsable du magasin, a invité le groupe. « On a une clientèle large, qui permet de toucher du monde », explique-t-elle. Durant la matinée, une trentaine de personnes sont venues se renseigner, « de 20 à 75 ans environ », estime la coordinatrice.

Avec Jarlotte, acheté en 2021 pour 1 200 €, Des Seins sans pépins prévoit de faire un « Jarlotte tour », c’est-à-dire de le sortir lors de différentes occasions, pour faire la prévention. Le groupe sera par exemple présent à Carantec, le 18 juin 2022, lors de La Belle échappée, un événement qui a pour but de promouvoir la pratique physique chez les adolescents. Un événement de sensibilisation a déjà eu lieu au lycée Tristan-Corbière, à Morlaix.

54 000 cas de cancer du sein par an

En moyenne, 54 000 femmes sont touchées par un cancer du sein, chaque année. Avec Jarlotte, Des Seins sans pépins espèrent alerter sur cette maladie, « qui ne touche pas que les femmes de plus de 50 ans », indique Emmanuelle Nicolas. Il n’est jamais trop tôt pour prendre soin de soi.

Renseignements : seinssanspepins@gmail.com.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/finistere-avec-jarlotte-leur-buste-de-palpation-elles-sensibilisent-contre-le-cancer-du-sein-fa59473c-d997-11ec-a896-2505cdfbbccd

 

Ouest-France

Plougasnou et Saint-Jean-du-Doigt. Serge Wlodarczak, nouveau correspondant Ouest-France

Publié le

Serge Wlodarczak est le nouveau correspondant d’Ouest-France pour Plougasnou et Saint-Jean-du-Doigt (Finistère). Il rendra compte de l’actualité de cette commune dans nos colonnes.

Serge Wlodarczak est le nouveau correspondant de Ouest-France pour les communes de Plougasnou et Saint-Jean-du-Doigt.

Serge Wlodarczak est le nouveau correspondant de Ouest-France pour les communes de Plougasnou et Saint-Jean-du-Doigt. | OUEST-FRANCE

Serge Wlodarczak, 62 ans, vient de rejoindre l’équipe de la rédaction de Morlaix. Il rendra compte de l’actualité des deux communes Plougasnou et Saint-Jean-du-Doigt (Finistère) dans nos colonnes.

Ingénieur informatique de formation, ce consultant indépendant s’est installé dans la région en 2014, mais il venait déjà passer des vacances à Plougasnou dans les années 1970. « C’est l’un des plus beaux coins de France », défend Serge Wlodarczak. Une manière de jeter l’ancre de manière durable en baie de Morlaix pour celui qui a vagabondé de la Tanzanie à Montréal, en passant par l’Inde mais aussi Toulouse, la région de Londres ou encore la Guyane.

C’est son parcours professionnel qui l’a emmené aux quatre coins du monde : une carrière à l’international comme pilote d’équipe de 350 personnes ou encore directeur des risques et des projets pour Capgemini.

« Être acteur de la vie locale »

Désormais en terre bretonne et jeune retraité, Serge Wlodarczak approfondit ses connaissances en histoire, patrimoine et nature. « Je suis aussi un grand fan de science-fiction », glisse-t-il. Ayant un « attrait pour la vie de la commune », il s’est laissé tenter par la correspondance à Ouest-France. « J’avais aussi envie d’être acteur de la vie locale. Tout m’intéresse. »

Actualité associative, culturelle, économique, vie municipale, vie des écoles… Les correspondants de presse vont à la rencontre des acteurs locaux et des habitants et sont en relation avec la rédaction, qui couvre un secteur de 59 communes autour de Morlaix.

Pour contacter Serge Wlodarczak : 06 43 08 51 03 ; serge.wlodarczak@hotmail.com

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plougasnou-29630/plougasnou-et-saint-jean-du-doigt-serge-wlodarczak-nouveau-correspondant-ouest-france-47cab81c-d74e-11ec-862e-32dcdc637907

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
22 mai 2022

Alain Goutal

http://goutal.over-blog.com/2022/05/changement.html

 

Ouest-France

Landebaëron. Réunion publique autour de l’usine à saumons de Plouisy

Publié le Marion PIVERT

Jeudi 19 mai 2022, plusieurs associations organisaient une réunion publique à Landebaëron (Côtes-d’Armor) pour informer les citoyens du projet d’usine à saumons que l’entreprise Smart Salmon prévoit d’implanter à Plouisy.

Jeudi 19 mai, une réunion d’information sur le projet d’usine à saumons de Plouisy s’est tenue à Landebaëron en présence du maire et d’associations.

Jeudi 19 mai, une réunion d’information sur le projet d’usine à saumons de Plouisy s’est tenue à Landebaëron en présence du maire et d’associations. | OUEST FRANCE

Consommation d’eau, d’énergie, gestion des déchets, artificialisation des terres agricoles, les questions autour de l’usine à saumons que l’entreprise Smart Salmon prévoit d’implanter à Plouisy sont nombreuses. Jeudi 19 mai, Eau et rivières de Bretagne, Guingamp climat, le collectif Dourioù Gouez et la Confédération paysanne ont organisé une réunion publique pour informer les citoyens du projet en cours, à Landebaëron (Côtes-d’Armor).

« Où les 600 m3 d’eau par jour, qui représentent 5 % de la consommation d’eau de Guingamp Paimpol agglomération, vont-ils être pompés ? », interroge la représentante de l’association Eau et rivières de Bretagne. D’autant que le terrain acheté par l’usine n’est pour le moment pas relié au réseau d’eau, « ce qui va demander de gros investissements de la part de l’Agglomération. »

« On n’avait jamais entendu parler de ce projet »

Un membre de la Confédération paysanne évoque également les déchets que produirait une telle usine : « Phosphore, azote… Les déchets produits par l’usine risquent de poser problème et vous connaissez comme moi les algues vertes en Bretagne. Parce qu’une usine qui produit 10 000 tonnes de saumons, c’est l’équivalent d’une ferme qui produit 7 000 truies, on n’a pas encore d’usine d’aussi grande taille dans notre département. »

Si le maire, Sébastien Tondereau, a accepté d’accueillir une réunion publique dans sa commune, c’est que le projet lui pose question : « Je siège à GPA. En juin ou juillet, on a vu apparaître un compromis de vente de 10 ha à Smart Salmon dans l’ordre du jour du conseil d’agglomération. On n’avait jamais entendu parler de ce projet, c’est bizarre vu sa taille. »

Les associations ne comptent pas s’arrêter là et organisent une prochaine réunion publique à la maison des associations de Saint-Agathon, le mardi 31 mai.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/landebaeron-22140/landebaeron-reunion-publique-autour-de-l-usine-a-saumons-de-plouisy-1cee9a62-d80e-11ec-8904-9cb8c32f5ee6

 

Ouest-France

À Trégastel, les réfugiés ukrainiens attendent des jours meilleurs

Publié le Victor GUILLAUD-LUCET

Accueillis dans le village vacances du centre communal d’action sociale (CCAS) de Trégastel (Côtes-d’Armor), les réfugiés ukrainiens s’occupent comme ils le peuvent, en attendant de pouvoir retrouver une forme de stabilité.

Au sein du village vacances de Trégastel, Anna et Oksana attendent d’être relogées dans un logement pérenne.

Au sein du village vacances de Trégastel, Anna et Oksana attendent d’être relogées dans un logement pérenne. | OUEST-FRANCE

À l’intérieur du village vacances de Trégastel, dans les Côtes-d’Armor, le temps peut paraître long, pour les 65 réfugiés ukrainiens accueillis dans les bungalows, en attendant de trouver une solution d’hébergement pérenne. Certains s’occupent en regardant des vidéos sur leurs téléphones, rassemblés devant l’accueil du centre de vacances pour profiter du Wifi, tandis que de jeunes mères de famille jouent avec leurs enfants autour des tables de pique-nique.

« Les enfants n’ont plus peur des bombardements »

Parmi elles, Oksana, qui a fui Kiev avec ses deux enfants au début du conflit. La jeune femme reconnaît qu’il n’y a pas grand-chose à faire pendant la journée, mais elle compte bien rester quelque temps en Bretagne : « Au moins, les enfants sont heureux, ici. Ils n’ont plus peur des bombardements. » Elle espère trouver un logement individuel pour retrouver une forme d’équilibre, dans ce pays qu’elle ne connaît pas.

Lire aussi : Dans les Côtes-d’Armor, polémique autour de denrées périmées distribuées à des réfugiés ukrainiens

« Depuis qu’on est arrivés ici, les enfants jouent toute la journée. Ils n’ont plus peur des bombardements », témoigne Oksana. | OUEST-FRANCE

Valeria, elle, préférerait retrouver la clameur d’une grande ville. Logée dans un hôtel d’Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) jusqu’au 20 avril 2022, elle a été déplacée à Trégastel, faute de place : « Nous avons été très bien accueillis ici, mais je préférerais retourner en région parisienne pour y trouver du travail », confie la jeune femme, dont l’enfant est scolarisé à la maternelle de Trégastel.

Lire aussi : Guerre en Ukraine. À Louannec, Marharyta est loin des bombes mais loin des siens

Une forme de pudeur

Quand on les interroge sur leur périple pour venir jusqu’ici, la plupart des Ukrainiens préfèrent ne pas s’étendre sur le sujet : « Ils sont encore sous le choc », traduit dans français impeccable Anna, 23 ans, qui travaille sur son ordinateur non loin du petit groupe. Originaire de Kharkiv, la jeune femme a fait une partie de ses études à Lyon, où elle se trouvait lorsque la guerre a commencé.

N’ayant plus accès à ses comptes bancaires, Anna a dû se résoudre à rejoindre ces sas de réfugiés, où elle joue la traductrice entre ses compatriotes et les éducateurs de Coallia. Selon elle, il y a aussi une certaine forme de pudeur, dans ce refus de se livrer : « Certains d’entre eux ont encore des proches qui sont restés au pays pour se battre, comme le mari d’Oksana. Ça ne serait pas correct de se plaindre de notre situation, alors qu’eux risquent leur vie. »

https://www.ouest-france.fr/bretagne/tregastel-22730/a-tregastel-les-refugies-ukrainiens-attendent-des-jours-meilleurs-67c345bc-d816-11ec-b74d-895ee302236d

 

Ouest-France

Un nouveau lotissement et 14 logements en projet à Plougasnou

Publié le

Jeudi 19 mai 2022, les élus du conseil municipal de Plougasnou (Finistère) ont annoncé la concrétisation d’un deuxième lotissement, qui complétera celui de la rue Jean-Jaurès. Quatorze logements y seront créés.

Site du futur lotissement communal, rue François-Charles à Plougasnou (Finistère).

Site du futur lotissement communal, rue François-Charles à Plougasnou (Finistère). | OUEST-FRANCE

Destiné à améliorer l’offre d’habitat de la commune et favoriser l’installation de nouveaux arrivants, le projet de lotissement communal à l’entrée sud a été renforcé et étendu par le conseil municipal de Plougasnou (Finistère), qui s’est réuni jeudi 19 mai 2022.

Deux nouvelles parcelles acquises pour des logements

Le premier lotissement rue Jean-Jaurés sera complété par un second lotissement, rue François-Charles.

Initialement prévu pour 33 logements, le projet global a été consolidé par la décision d’acquisition de deux parcelles de 5 323 m² et 1 303 m², permettant la création de quatorze logements supplémentaires et l’amélioration de la desserte du site.

Les réserves foncières seront dès lors constituées par la commune et la viabilisation des terrains pourra suivre en 2023, ce qui permettra la vente des terrains à des acquéreurs privés.

Attribution des subventions aux associations

Le conseil municipal a voté les subventions octroyées aux associations œuvrant dans l’intérêt général, en particulier pour l’animation de la commune, les sports, la culture, l’éducation, le patrimoine, l’aide aux personnes en difficulté ou le devoir de mémoire. Ces subventions, d’un montant allant de 50 € à 20 000 €, ont été dévolues à 54 associations pour un total de 72 490 €. La plus importante subvention a été attribuée à la SRTZ (Société des régates de Térenez), qui anime l’école de voile depuis 1961 et compte plus de 800 membres, pour le fonctionnement de l’école et l’achat de bateaux.

Défense des services postaux

La Poste avait annoncé vouloir réduire les horaires d’ouverture du bureau de poste, passant de 22 heures à 15 heures hebdomadaires d’ici septembre. Et suggéré la mise en place d’une délégation du service postal vers la commune avec une participation financière partielle de La Poste.

Le conseil municipal a constaté la dégradation du service public depuis une dizaine d’années. Les élus ont déclaré leur engagement « pour la défense d’un service public postal de qualité » et leur « opposition à ces mesures ». Des actions seront entreprises lorsque les projets seront confirmés par La Poste.

Ce projet a fait l’objet, samedi dernier, d’une manifestation publique à Lanmeur.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plougasnou-29630/un-nouveau-lotissement-et-14-logements-en-projet-a-plougasnou-6a1783ca-d84b-11ec-9c43-14cb564c9f11

Compte rendu du conseil municipal du 19 05 2022.pdf

 

Ouest-France

Les élèves de Pierre Quentel exposent leurs œuvres à la salle du Préau à Locquénolé

Publié le

Les élèves du peintre Pierre Quentel, de l’Orpam (Office de retraités et personnes agées de Morlaix), de Trocoat et de son atelier, exposeront leurs créations, salle du Préau place de la mairie à Locquénolé (Finistère), du 24 mai au 5 juin 2022.

Les élèves lors d’une séance de pose.

Les élèves lors d’une séance de pose. | OUEST-FRANCE

Les élèves de deux cours dirigés par Pierre Quentel, peintre, exposeront leurs créations, salle du Préau place de la mairie à Locquénolé (Finistère), du 24 mai au 5 juin 2022, tous les jours de 15 h à 18 h 30. Au cours de cette exposition, auront lieu une conférence et un temps de libre-échange avec la salle autour de la signification des noms de lieux en langue bretonne animé par des membres de KLT (Kerne-Leon-Treger).

Pierre Quentel, artiste diplômé des Beaux-Arts d’Orléans, enseigne toutes les techniques du dessin et de la peinture : utilisation du fusain, du pastel, de l’aquarelle, de la peinture acrylique et huile, etc.

Il y a quelques années, il résumait comme tel :Une seule toile peinte peut tout raconter : une histoire complète avec personnages, environnement et atmosphère. Et il y a une palette plus large de techniques et de formes. Je peux peindre d’une façon réaliste des personnages, ou des arbres, et le tableau suivant, je peux peindre d’une façon totalement abstraite. J’adore faire des expériences, et les partager. Je cherche ma route vers la liberté.

La « découvrance

« Mon travail se partage entre ces trois axes complémentaires : créer, exposer et enseigner. J’aime ce mot « découvrance » qui est le vecteur commun de mon travail. Cette année, comme il y a quatre ans, je présente une nouvelle exposition des travaux de mes élèves de l’Orpam (Office de retraités et personnes agées de Morlaix), de Trocoat et de mon atelier à Locquénolé. J’ai choisi de faire se côtoyer ces deux associations et aussi adultes et enfants. L’art et le plaisir de découvrir sont le lien qui unit tous ces artistes », souligne Pierre Quentel.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/locquenole-29670/les-eleves-de-pierre-quentel-exposent-leurs-oeuvres-a-la-salle-du-preau-a-locunole-93ad4092-d848-11ec-9c43-14cb564c9f11

 

Ouest-France

ENTRETIEN. À Carantec, cet ancien instituteur possède 560 livres sur Pinocchio

Publié le

Le Carantécois (Finistère), instituteur en retraite, est probablement l’un des plus grands collectionneurs français de livres consacrés à la marionnette de bois vivante dont le nez s’allonge en même temps que les mensonges. Depuis plus de 35 ans, alors qu’il était encore instituteur à Laval (Mayenne), il voue au personnage de Pinocchio une passion dévorante.

Joseph Cabioch, lors de l’une de ses expositions, au siège régional du Crédit Mutuel à Laval.

Joseph Cabioch, lors de l’une de ses expositions, au siège régional du Crédit Mutuel à Laval. | JOSEPH CABIOCH

Joseph Cabioch est l’un des plus grands collectionneurs de livres consacrés au personnage mythique fait de bois, Pinocchio. Entretien avec cet ancien instituteur, qui vit désormais à Carantec (Finistère).

Comment est née cette passion de collectionneur ?

Bien qu’ayant des parents originaires de l’île de Batz pour mon père et de Santec pour ma mère, j’ai passé toute ma carrière d’enseignant comme instituteur et directeur d’école maternelle à Laval. J’ai enseigné à des enfants âgés de 6 ans et j’ai eu l’idée de leur projeter en classe la version longue du film de Luigi Comencini intitulé Les aventures de Pinocchio (1972). Soit six épisodes d’environ 50 minutes chacun avec Nino Manfredi dans le rôle de Gepetto et Gina Lollobrigida. J’ai continué à projeter ce film à mes élèves pendant de longues années. Je leur faisais aussi dessiner des Pinocchio en toute liberté et réaliser des saynètes. Au fil des années, je me suis passionné pour le petit pantin créé par le journaliste et écrivain italien Carlo Collodi en 1881.

Comment se concrétise cette passion aujourd’hui ?

Je détiens environ 560 livres consacrés à Pinocchio et je continue à m’en procurer de nouveaux lors de salons où je rencontre des illustrateurs de BD auxquels je demande des créations du petit personnage. C’est ainsi que je détiens un Pinocchio breton et un Pinocchio Frankenstein ! Et chaque année, en France, une dizaine de nouveaux livres consacrés à la marionnette sont publiés. Par ailleurs, quand il s’agit de livres anciens, je les restaure et les relie moi-même. Je détiens aussi une cinquantaine de Pinocchio en bois.

Partagez-vous votre passion ?

Oui, bien sûr. J’ai participé à une quinzaine d’expositions, notamment dans les médiathèques de Laval et de Lyon. J’ai aussi exposé au Musée de la marionnette à Tournai en Belgique ainsi que chez une relieuse au Moulin de Kéréon à Saint-Sauveur (29). En 2014, j’ai prêté ma collection au conseil départemental des Côtes-d’Armor pour une exposition au château de la Roche-Jagu consacrée à l’Italie.

Et pour les Carantécois ?

Mon voisin, Yves Masson, membre du bureau du cinéma Étoile de Carantec, m’a proposé de mettre sur pied une journée Pinocchio. C’est ainsi que sera projeté le film de Comencini cité plus haut. J’ai préparé également une projection consacrée à 50 illustrateurs de Pinocchio et une exposition dans le hall du cinéma. Un marionnettiste sera présent. L’ensemble s’intitulera La vérité sur Pinocchio et va être programmé pour la seconde quinzaine de juillet (au-dessus de 6 ans). Les Carantécois vont donc être gâtés. Pour, déjà, en savoir plus, ils peuvent se documenter sur http://pinokio.fr/

https://www.ouest-france.fr/bretagne/carantec-29660/entretien-a-carantec-cet-ancien-instituteur-possede-560-livres-sur-pinocchio-8bf440a2-d853-11ec-899f-1eab8c400158

 

Ouest-France

Lamballe Terre et Mer. Jean-Luc Barbo : « Le changement climatique est un dossier urgent »

Publié le Recueilli par Anne-Lyse RENAUT

Jean-Luc Barbo est le président de la Commission locale de l’eau (CLE) du pays de Saint-Brieuc et vice-président de Lamballe Terre et Mer, en charge de la transition énergétique. Il s’exprime sur les nombreux sujets du territoire, tels que les algues vertes, le parc éolien…

Jean-Luc Barbo, est le 7e vice-président de Lamballe Terre et Mer, en charge de la transition écologique et énergétique.

Jean-Luc Barbo, est le 7e vice-président de Lamballe Terre et Mer, en charge de la transition écologique et énergétique. | OUEST-FRANCE

Jean-Luc Barbo, est le président de la Commission locale de l’eau du pays de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor). Il est également vice-président en charge de Lamballe Terre et Mer (LTM), en charge de la transition énergétique. L’actualité du territoire est l’occasion de discuter avec lui de sujets locaux tels que les algues vertes, le parc éolien en mer… Rencontre.

Pouvez-vous nous parler un peu de plan de lutte contre les algues vertes ?

Comme beaucoup d’acteurs du territoire, je participe aux travaux du 3e plan de lutte contre les algues vertes de la baie de Saint-Brieuc. La Commission locale de l’eau (CLE) et ses membres seront amenés à émettre un avis sur ce dossier.

Quel est l’objectif de ce plan ?

Par rapport aux deux précédents, ce plan n’a rien de vraiment nouveau dans sa finalité, à part un volet réglementaire qui pourrait venir s’appliquer au bout de trois ans, si les résultats attendus ne sont pas au rendez-vous.

L’objectif est toujours de faire évoluer les systèmes et les pratiques agricoles sur le bassin-versant de la baie, en cherchant au maximum à éviter les fuites d’azote vers le milieu naturel.

Je le répète une fois de plus, ce phénomène récurrent en baie de Saint-Brieuc, c’est la partie visible d’une transition écologique inaboutie. À travers ce nouveau plan, une très forte diminution de la prolifération d’algues vertes est attendue et espérée.

En parlant d’environnement, la fermeture de la RD28 pour protéger les amphibiens a fait couler beaucoup d’encre…

Sur de nombreux projets environnementaux, on voit deux blocs s’opposer : ceux qui défendent des intérêts particuliers sur le court terme et ceux qui défendent l’intérêt général à moyen et long terme.

Faire une distinction entre l’espèce humaine et l’espèce animale, comme j’ai pu l’entendre au sujet de la fermeture de la route départementale à la Poterie, nous montre que le plus grand prédateur sur cette terre, l’Homme, à travers quelques individus opposés à cette fermeture, ne se remet toujours pas en cause au niveau de son entière responsabilité dans la disparition inquiétante de la diversité du vivant sur terre.

Les mêmes, pour certains, dans le dossier du parc éolien en mer, veulent nous faire croire que la baie de Saint-Brieuc est un joyau au niveau de ses ressources halieutiques et de sa biodiversité marine, alors que tous les océans et les mers du globe sont en souffrance au niveau écologique. J’ai beaucoup de difficultés à croire à leur sincérité et au sérieux de leur argumentation sur les sujets environnementaux.

Vous le répétez souvent, le changement climatique est un « dossier urgent »…

Oui, nos sociétés du Nord, dites riches, ne le prennent pas suffisamment en compte. À travers la construction du Plan Climat Air Énergie Territorial (PCAET), obligatoire pour LTM (plus de 20 000 habitants), nous essayons de mobiliser les citoyens et les entreprises sur cette thématique.

À quel point devrions-nous baisser notre empreinte carbone ?

Sur LTM, nous produisons environ 800 000 tonnes de GES (gaz à effet de serre) et nous en stockons à peine 10 %. Aujourd’hui, notre empreinte carbone est de 10 tonnes équivalent CO2/hab/an. En 2050, il faudra qu’elle soit de 2 tonnes équivalent CO2/hab/an, c’est-à-dire l’empreinte carbone actuelle d’un habitant d’un pays parmi les plus pauvres de la planète.

Prolifération des algues vertes, effondrement de la biodiversité, emballement climatique… c’est bien notre génération et celle de nos parents qui en sont responsables. C’est la génération de nos enfants et de nos petits-enfants qui en seront les victimes.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/lamballe-armor-22400/lamballe-terre-et-mer-jean-luc-barbo-le-changement-climatique-est-un-dossier-urgent-6aeca05e-d536-11ec-bd06-4e730397c904

 

Ouest-France

À Trégastel, le centre de vacances est devenu un « sas » d’accueil pour les réfugiés ukrainiens

Publié le

Le centre de vacances du CCAS de Trégastel (Côtes-d’Armor) accueille actuellement 65 Ukrainiens ayant fui la guerre. Un hébergement provisoire, en attendant de trouver des logements pérennes pour ces familles.

Oksana et ses enfants ont fui Kiev et vivent actuellement à Trégastel (Côtes-d’Armor).

Oksana et ses enfants ont fui Kiev et vivent actuellement à Trégastel (Côtes-d’Armor). | OUEST-FRANCE

Ils sont actuellement 65 à être accueillis dans les bungalows du centre de vacances du CCAS de Trégastel : 65 Ukrainiens ayant laissé leur vie derrière eux pour fuir la guerre qui ravage leur pays.

La plupart d’entre eux sont d’abord arrivés à Paris, mais faute de places, ils ont été redirigés dans différents départements, en fonction des logements disponibles. Des opérations de « desserrement » de la région parisienne, qui auraient conduit 262 Ukrainiens dans le Trégor depuis début mars, selon les chiffres de la préfecture des Côtes-d’Armor.

Lire aussi : Réfugiés ukrainiens. Plus de 200 titres de séjour délivrés dans les Côtes-d’Armor

Un « sas » d’hébergement d’urgence

Depuis le 20 avril 2022, le centre de Trégastel est un « sas », selon le terme consacré de la préfecture, autrement dit un endroit pouvant accueillir en urgence plusieurs dizaines de familles, en attendant de trouver une solution d’hébergement plus pérenne. « Ici, nous pouvons accueillir une centaine de personnes dans 35 mobile homes », détaille Céline Hervé, cheffe de service à Coallia, l’association chargée par la préfecture d’aider les réfugiés dans leurs démarches administratives.

Sur le site, Aurélie Le Bellec, de la Protection civile, passe tous les après-midi pour s’occuper des réfugiés, notamment en organisant des rendez-vous avec des infirmiers. De leur côté, les bénévoles de la Croix-Rouge de Lannion et Perros-Guirec travaillent avec la Banque alimentaire des Côtes-d’Armor pour proposer deux distributions de nourriture par semaine.

Les réfugiés Ukrainiens logent dans les bungalows du village vacances du CCAS de Trégastel. | OUEST-FRANCE

Lire aussi : Dans les Côtes-d’Armor, polémique autour de denrées périmées distribuées à des réfugiés ukrainiens

Une fois arrivés sur place, les réfugiés sont pris en charge par des éducateurs de Coallia, qui les aident à obtenir un titre de séjour valable six mois. Grâce à ce document, les réfugiés peuvent travailler légalement en France, et aussi bénéficier de différentes aides d’État.

« Dans un second temps, nous cherchons à les héberger dans des logements adaptés à la situation », précise Céline Hervé. Des logements communaux répartis à travers tout le département, qui pourront permettre aux familles de retrouver un peu d’intimité, mais aussi un emploi pour certains d’entre eux. Un début de stabilité pour ces familles, même si de nombreux réfugiés n’attendent qu’une seule chose : retourner au pays une fois la guerre terminée.

Plusieurs situations différentes

La période d’accueil dans ces « sas » se veut la plus courte possible, selon Sophie-Hys Le Méhauté, directrice adjointe de la Direction départementale de l’emploi, du travail et des solidarités (DDETS) des Côtes-d’Armor : « En moyenne, les réfugiés y restent trois semaines », explique la fonctionnaire.

« Mais dans les faits, certains ne restent que quelques jours avant qu’un logement adapté ne soit trouvé, alors que d’autres peuvent y rester un mois, ajoute Céline Hervé. Tous les cas sont uniques, et les solutions ne sont pas les mêmes pour tous. »

À la mi-juin, le centre de vacances de Trégastel retrouvera sa fonction première, et ne pourra plus accueillir de réfugiés. Pourtant, chaque semaine, une vingtaine de nouveaux arrivants remplacent ceux ayant trouvé un logement : « Nous trouverons alors d’autres hébergements, comme des internats scolaires », affirme la représentante de la préfecture.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/tregastel-22730/a-tregastel-le-centre-de-vacances-est-devenu-un-sas-d-accueil-pour-les-refugies-ukrainiens-012c34e2-d813-11ec-b74d-895ee302236d

 

Ouest-France

Harcèlement, place de Strasbourg, à Brest : « C’est un challenge de sortir dans la rue ! »

Publié le

Place de Strasbourg et dans le Haut de Jaurès, à Brest (Finistère), des collégiennes et des lycéennes ressentent « un gros sentiment d’insécurité », notamment en lien avec des personnes alcoolisées qui squattent l’espace public. Jeudi 19 mai 2022, elles ont témoigné auprès de la police, de Bibus et des élus, qui se sont engagés à agir.

Place de Strasbourg et ses alentours, ainsi que dans le Haut de Jaurès, à Brest (Finistère), le harcèlement de rue est fréquent à l’encontre des collégiennes et lycéennes, mais aussi des habitants du quartier.

Place de Strasbourg et ses alentours, ainsi que dans le Haut de Jaurès, à Brest (Finistère), le harcèlement de rue est fréquent à l’encontre des collégiennes et lycéennes, mais aussi des habitants du quartier. | ARCHIVES OUEST-FRANCE

« C’est vraiment un challenge de sortir dans la rue et de traverser la place de Strasbourg ! », proteste cette collégienne de l’Iroise. « Pour aller au lycée, on adapte notre tenue. Des jupes pas trop courtes, des hauts pas trop décolletés. On baisse la tête quand on marche », ajoute une lycéenne.

« C’est pour éviter d’être importunées, de subir des regards insistants, des sifflements comme si on était des chiens voire des remarques dénigrantes et sexistes…, déplore une autre élève. On met en place des stratégies pour éviter certains endroits. Il faut que ça change ! »

Jeudi 19 mai 2022, la cité scolaire de l’Iroise a organisé une réunion de restitution des deux marches contre le harcèlement de rue, place de Strasbourg et dans le Haut de Jaurès. Un processus mis en place à la suite de la « situation d’agression » vécue par une lycéenne en novembre.

« Tu me donnes ton tel ? »

La première, dite exploratoire, a été suivie par 80 collégiennes et lycéennes, le 31 mars 2022.

Des collégiennes et des lycéennes ont témoigné des désagréments subis au quotidien, place de Strasbourg et alentours, à Brest (Finistère). | OUEST-FRANCE

La seconde, dite observatoire, ouverte aux habitants du quartier, a été suivie par une vingtaine de personnes, le 5 avril. À chaque fois, un état des lieux minutieux des endroits potentiellement dangereux a été réalisé. Et de nombreux témoignages édifiants et percutants ont été recueillis.

Arrêt de bus et de tram, œuvre d’art, contre-allées devant le lycée ou reliant des rues… Une vingtaine de lieux posant problème ont été recensés. Secteurs mal éclairés, suspicion de deal de drogues, végétation trop dense, saleté, etc. Le terminus du bus 14 et 17 n’est « jamais utilisé par les élèves » car « squattés par des personnes alcoolisées qui nous insultent » ! Ou qui les interpellent, sans gêne : « Tu me donnes ton tel ? »

« On ne descend jamais à cet arrêt »

Des filles préfèrent « attendre leur bus dans un supermarché » plutôt qu’à l’arrêt de bus, trop mal fréquenté. L’arrêt de tram du Pilier rouge est décrit comme « un point noir sale, horrible ». « On ne descend jamais à cet arrêt par crainte d’être agressées. »

La police a parfois été mise en cause pour son manque d’écoute. Deux policiers – un homme et une femme – expliquent que « des contrôles sont déjà effectués. Mais ce n’est pas facile d’évincer ces personnes, car elles sont nombreuses. »

Le policier martèle : « L’important, c’est de faire un signalement au commissariat, pour laisser une trace ». Et « n’hésitez pas à faire appel aux services de police, à faire le 17. Il faut intervenir à l’instant T ».

Des élèves souhaitent davantage de présence policière. Et des rondes à pied sur la place, « aux horaires de début et de fin des cours ». Elles demandent aussi « un accompagnement des victimes à déposer plainte ».

Une application pour smartphone

RATP-Dev, gestionnaire de Bibus, promet une application Wip pour smartphone d’ici juin, avec développement du copiétonnage pour ne plus marcher seule et d’une alarme sonore. Des boutons d’urgence équipent chaque station de tram.

Gaëlle Morvan, maire adjointe de Saint-Marc, a accompagné l’établissement depuis le début dans sa démarche. Elle espère que la « Ville affichera sa volonté de dire “stop” au harcèlement de rue ».

Karine Coz-Elléouet, première adjointe en charge de l’égalité femmes-hommes et la lutte contre la discrimination, salue la qualité du travail. Mais la tâche n’est pas simple : « On est sur un sujet complexe, d’alcoolisation ou de drogues sur la voie publique, de misère sociale et de problèmes psychologiques. Il n’y a pas de solutions miracles. » Mais, elle l’assure : « Vous pouvez compter sur nous ! »

Les lycéennes et collégiennes espèrent que les engagements seront tenus.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/harcelement-place-de-strasbourg-a-brest-c-est-un-challenge-de-sortir-dans-la-rue-ce98b364-d80f-11ec-8904-9cb8c32f5ee6

 

Ouest-France

À Morlaix, l’Association pour le soutien aux adultes en difficulté a aidé 200 foyers en 2021

Publié le

L’Association pour le soutien aux adultes en difficulté (Asad) œuvre sur les pays de Morlaix et Landivisiau, ainsi que sur Haut Léon Communauté (Finistère). Son objectif principal est de permettre à tous de se maintenir ou d’accéder à un logement, condition préalable pour s’épanouir et s’intégrer en société.

L’assemblée générale de l’association pour le Soutien aux adultes en difficulté s’est tenue à la salle Lyautey. En présence d’une quarantaine de personnes dont quelques élus

L’assemblée générale de l’association pour le Soutien aux adultes en difficulté s’est tenue à la salle Lyautey. En présence d’une quarantaine de personnes dont quelques élus | OUEST-FRANCE

Lors de l’assemblée générale qu’Albert Thomas vient de présider, en mai 2022, à la salle Lyautey à Landivisiau (Finistère), on notait la présence de plusieurs élus et représentants des différentes structures communautaires. Créée il y a 37 ans pour favoriser l’insertion par le logement, l’Asad (Association pour le soutien aux adultes en difficulté) emploie six salariés, tous travailleurs sociaux.

Au cours de l’année 2021, la structure a soutenu quelque 200 ménages. Au vu de ses missions, l’association est quotidiennement en contact avec le Conseil départemental, la Direction départementale de l’emploi, du travail et des solidarités la Mission locale, les CCAS Centre communal d’action sociale, les offices HLM, les hôpitaux et bien d’autres partenaires. Depuis mai 2016, les bureaux de l’association se situent au 13-15, rue de Kerfraval à Morlaix (Finistère).

Une augmentation des plus de 60 ans

Dirigée par Sophie Cabaret, l’Asad intervient pour l’insertion dans le logement au niveau des recherches, du maintien dans le logement, avec des mesures d’accompagnement.

Elle coordonne également divers meublés et équipés pour personnes isolées, des familles bénéficiaires du RSA ou de l’allocation handicapée et gère des logements en bail glissant. Au niveau de la typologie des personnes accueillies, 58 % sont des personnes isolées, 27 % sont des familles monoparentales, 11 % des couples avec enfants et 3 % des couples sans enfant.

Depuis les dix dernières années, l’association voit une réelle augmentation des personnes âgées de plus de 60 ans ayant des difficultés et à se loger. Au niveau de la situation socioprofessionnelle, la grande majorité de nos ménages vit en dessous du seuil de pauvreté et 33 % sont bénéficiaires du RSA​, faisait remarquer le président.

Des logements temporaires

À partir de novembre 2020, l’Asad a pris en charge dix mesures de l’accompagnement vers et dans le logement(AVDL). Des mesures qui sont notamment positionnées sur les ménages entrant en logements temporaires. En 2021, l’association gérait ainsi un parc de douze habitats d’insertion temporaire meublés et équipés, tous loués à des bailleurs sociaux. Ces logements répondent à différents objectifs : une transition ou une pause, l’évaluation des capacités d’autonomie et les besoins en accompagnement. Notamment la mise en place d’un programme de recherche d’emploi ou de soins, les dossiers de surendettement…

32 ménages en sous-location

Par ailleurs, dans le cadre d’un agrément avec le Conseil départemental, l’Asad a été agréée par ce dernier pour mobiliser 25 logements permanents sur le territoire. Soit dans le cadre d’un bail glissant ou d’une sous-location, l’association louant un logement dans le parc public et le sous-louant à un ménage en difficulté. En 2021, quelque 32 ménages ont ainsi séjourné en sous-location et tous ont pu bénéficier d’une mesure d’accompagnement social lié au logement.

« Sur ces 32 situations, certains étaient en procédure d’expulsion à des stades plus ou moins avancés. Par contre, tous étaient dans une dynamique positive par rapport à la solution du bail glissant… »

Contact : Tel. 02 98 88 80 11 ou par mail à asad.morlaix@gmail.com

https://www.ouest-france.fr/bretagne/landivisiau-29400/a-morlaix-l-association-pour-le-soutien-aux-adultes-en-difficulte-a-aide-200-foyers-en-2021-99e1dd3c-d80d-11ec-899f-1eab8c400158

 

Ouest-France

Ploudalmézeau. La charpentière de marine et harpiste a mis à l’eau son premier « navire »

Publié le

Il y a un an, dans le cadre d’un partenariat avec Pôle emploi, le chantier naval Serica avait accueilli à Ploudalmézeau (Finistère) Célestine Doedens, charpentière de marine et harpiste. Jeudi 19 mai 2022, elle a mis à l’eau son premier « navire ».

Jeudi à l’heure de l’apéro, l’arrivée de Célestine et de son « bébé » a fait son petit effet. Sous l’œil des curieux, avant la mise à l’eau, toute une délégation composée de copains, de clients du chantier Serica et de son patron Jim Bresson (à droite) a traversé le port.

Jeudi à l’heure de l’apéro, l’arrivée de Célestine et de son « bébé » a fait son petit effet. Sous l’œil des curieux, avant la mise à l’eau, toute une délégation composée de copains, de clients du chantier Serica et de son patron Jim Bresson (à droite) a traversé le port. | OUEST-FRANCE

Il n’a pas encore de nom. Ce n’est certes pas le plus grand bateau jamais mis à l’eau à Portsall, mais c’est certainement le plus charmant et celui qui a l’une des plus belles histoires !

Sorti du chantier naval Serica de Jim Bresson à Ploudalmézeau (Finistère), il a été construit par Célestine Doedens, charpentière de marine, sur des plans de 1906 inspirés des prames de pêche de l’île de Monhegan sur la côte est des États-Unis.

L’aventure a commencé lorsque la jeune harpiste costarmoricaine, également luthière, avait souhaité découvrir une autre façon de travailler le bois. S’étant rendu compte que le métier de charpentière de marine n’était pas (trop) dangereux pour ses si précieux doigts, elle s’était lancée dans l’aventure.

À défaut de fracasser une bouteille sur l'étrave du "navire", quelques gouttes d'une boisson à bulle aspergées feront l'affaire ! | OUEST-FRANCE

CAP en poche, fin 2020, Célestine avait rejoint le chantier Serica dans le cadre d’un contrat AFPR (Action formation préalable à l’embauche), financé avec l’aide de Pôle emploi. Au terme de celui-ci, la jeune femme devait rendre un rapport présentant ses acquis.

Lire aussi : Rénové en Finistère, Maguy va revoir sa Normandie

Moment de vérité ! "Flottera ? Flottera pas ? " Quelle que soit la taille du bateau, au moment de sa première mise à l'eau le suspens est identique. | OUEST-FRANCE

« Un maximum de techniques de charpente marine »

Jim Bresson a toujours le souci de partager un maximum de son savoir avec ceux qui viennent travailler à ses côtés. C’est donc tout naturellement qu’il a cherché pour sa nouvelle recrue « une façon plus sympa d’apprendre les différentes techniques ». Il a proposé à la jeune femme de « construire un bateau qui, même petit, lui offrirait l’opportunité de s’exercer sur un maximum de techniques de charpente marine ».

"C'est bien joli tout cela, mais maintenant faudrait peut-être que j'apprenne à godiller" remarque Célestine ! | OUEST-FRANCE

Pour cela, il avait trouvé le canot idéal : le wee pup. Cette simple annexe – 2,30 m de long sur 1 m de large pour 35 kg – allait permettre à Célestine de réviser tout ce qu’elle avait appris en formation, tout en travaillant différentes essences de bois : le mélèze pour les bordés à clins, le red cedar pour les marottes (tableaux avant et arrière), le chêne pour les pièces plus structurelles (membrures, courbes).

Fin d'une aventure Ploudalmézienne pour Célestine et son annexe en partance pour leur nouveau port d'attache, Douarnenez ! | OUEST-FRANCE

« Petite peut-être, mais au grand caractère »

Vendredi midi, Célestine et sa précieuse annexe sont parties pour Douarnenez. Là-bas, le wee up prendra peut-être le nom de Storm rider (Chevaucheur de tempête), « en référence à ses origines américaines, mais aussi un peu par ironie vue la taille de [sa] barque… Petite peut-être, mais au grand caractère ! » conclut Célestine.

Ouf ! Tout va bien, même à quatre à bord ! | OUEST-FRANCE

Le virus de la charpente marine semble maintenant bien implanté. Même si la musique reste présente dans sa vie (entre autres dès cet été de se lancer dans la construction de harpes) il est une chose qui n’étonnerait pas ses copains : « Qui sait, maintenant qu’elle a l’annexe, peut-être se lancera-t-elle dans la construction du bateau qui va avec… ».

https://www.ouest-france.fr/bretagne/ploudalmezeau-29830/ploudalmezeau-la-charpentiere-de-marine-et-harpiste-a-mis-a-l-eau-son-premier-navire-a791598c-d838-11ec-899f-1eab8c400158

 

Ouest-France

Côtes-d’Armor. Pas d’inéligibilité pour le binôme LFI de Plestin-les-Grèves

Publié le

Yves-Marie Le Lay et Marielle Lemaître, qui s’étaient présentés aux départementales 2021 dans le canton de Plestin-les-Grèves (Côtes-d’Armor), ont vu leur compte de campagne retoqué par la commission nationale des comptes de campagne et des finances publiques. La décision a été confirmée par le tribunal administratif de Rennes, qui n’a pas retenu l’inéligibilité contre le binôme, aucune irrégularité n’ayant été relevée.

Yves-Marie Le Lay et Marielle Lemaître se sont présentés aux départementales 2021 dans le canton de Plestin-les-Grèves.

Yves-Marie Le Lay et Marielle Lemaître se sont présentés aux départementales 2021 dans le canton de Plestin-les-Grèves. | OUEST-FRANCE

Le tribunal administratif de Rennes (Ille-et-Vilaine) a confirmé le rejet du compte de campagne d’Yves-Marie Le Lay et Marielle Lemaître. Le binôme s’était présenté aux élections départementales 2021, dans le canton de Plestin-les-Grèves (Côtes-d’Armor).

Les candidats avaient vu leur compte de campagne rejeté par la Commission nationale des comptes de campagne et des finances publiques (CNCCFP), parce que les documents étaient arrivés presqu’un mois après la date limite.

Aucune irrégularité relevée

Selon les conclusions du tribunal administratif de Rennes, en déposant son compte de campagne après l’expiration du délai imparti, les candidats ont méconnu une obligation substantielle. Il résulte cependant de l’instruction que ce retard est exclusivement imputable à une défaillance de leur expert-comptable. En outre, la commission nationale n’a relevé aucune irrégularité dans l’établissement de leur compte de campagne. Le manquement constaté ne présente pas un caractère délibéré.

De ce fait, le tribunal a décidé de ne pas prononcer de sanction d’inéligibilité à l’encontre des deux candidats. Yves-Marie Le Lay se présente aux législatives comme suppléant de la candidate de la Nupes, Marie-Amélie Troadec, dans la cinquième circonscription des Côtes-d’Armor.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/lannion-22300/cotes-d-armor-pas-d-ineligibilite-pour-le-binome-lfi-de-plestin-les-greves-2b0ab8ba-d840-11ec-8904-9cb8c32f5ee6

 

Ouest-France

La commune de Locquirec veut privilégier les primo-accédants

Publié le

Le conseil municipal de Locquirec (Finistère) s’est réuni le jeudi 19 mai 2022. Sur la presqu’île où les prix de l’immobilier flambent comme partout sur le littoral, la municipalité acquiert du terrain pour le réserver principalement aux primo-accédants.

Vivre à Locquirec ? Les jeunes vont pouvoir y croire, des lots constructibles leur seront réservés.

Vivre à Locquirec ? Les jeunes vont pouvoir y croire, des lots constructibles leur seront réservés. | OUEST-FRANCE

Le conseil municipal s’est tenu jeudi 19 mai 2022.

Augmentation des prix de l’immobilier, pénurie de terrains, forte attractivité de la presqu’île… Les primo-accédants sont pénalisés. C’est en pensant à eux que la municipalité de Locquirec (Finistère) décide d’acquérir une parcelle, sise impasse Parc Treiz, proche de la résidence du Moguérou, et de la Pointe du corbeau. L’acquisition de cette parcelle d’un peu pus de 6 000 m² et inscrite en zone 1AUH du plan local d’urbanisme, est consentie au prix de 45 € le m², soit 278 460 €.

À lire aussi : TÉMOIGNAGE. Sans location disponible dans sa commune bretonne, ce couple devra vivre au camping

L’objectif de la municipalité est de permettre à de jeunes ménages de venir s’installer à Locquirec. Le maire Gwénolé Guyomarc’h envisage de réserver les lots à ces primo-accédants « avec un cahier des charges bien précis ». Dans la même veine de ce qui a été réalisé il y a plusieurs années, dans le lotissement de Keranroc’h.

Notamment afin de financer cette acquisition, la commune va réaliser un emprunt de 400 000 €.

Règlement local de publicité : « Nos remarques ont été balayées »

Le règlement local de publicité intercommunal de Morlaix Communauté est loin de faire l’unanimité du conseil municipal (neuf voix contre ; six abstentions).

Pour Gwénolé Guyomarc’h, le maire, ce règlement ne tient pas compte des différences entre les communes urbaines, rurales et littorales. « On se bat pour conserver nos commerces et en installer de nouveaux, comment peut-on leur interdire de faire de la pré-enseigne ? » Réjane Louin, qui a suivi le dossier au niveau de l’agglo, s’abstient : « Nos remarques ont été balayées d’un coup de main. Au Moulin de la rive, tous les panneaux seront interdits. »

Conseil en bref

Presbytère. Plusieurs avenants abondent le marché initial : 7 487 € pour la réalisation d’un sommier béton sur le pignon de la salle socioculturelle (ancien préau de l’Ère du Large). 24 300 € sont nécessaires pour des travaux de rejointoiement et reprise de maçonnerie sur les murs de clôture. 9 327 € pour des éléments de charpente nécessaires pour des raisons techniques et esthétiques dans la partie presbytère et garage. La centrale double-flux thermodynamique est moins chère que prévu de 1 384 €. Tous les travaux de peintures ont été confiés à l’entreprise Lautrou de Guimaëc, pour 33 170 €.

Local SNSM. Accord pour poser une gouttière nantaise pour 527 €, et installer des branchements pour la webcam, et l’anémomètre pour 497 €.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/locquirec-29241/la-commune-de-locquirec-veut-privilegier-les-primo-accedants-cba215ce-d819-11ec-899f-1eab8c400158

 

Ouest-France

Le Havre Allmer Cup. Elodie Bonafous : « L’idée, c’est de ne pas rentrer dans une spirale négative »

Publié le Recueilli par Valentin PINEAU

Douzième de la dernière Solitaire du Figaro, Elodie Bonafous connaît un début de saison en demi-teinte (23e de la Solo Maître Coq, 6e de la Route des îles du Ponant). Sur la Le Havre Allmer Cup (départ dimanche 22 mai, 17 h), la Finistérienne, désormais à la barre du Figaro Bénéteau III Quéguiner – La Vie en Rose, veut se relancer et se rassurer. Entretien.

Elodie Bonafous ne vient pas au Havre pour faire de la figuration.

Le bilan de son début de saison : « Sur la Solo Maître Coq, je suis clairement passée à côté »

Avant les deux courses, il y a eu la prise en main d’un nouveau bateau, d’un nouveau projet, avec des nouveaux sponsors. Ça a été une grosse phase hivernale de mise en place d’une routine, d’un fonctionnement. Ça s’est très bien passé. J’ai fait une grosse période d’entraînement cet hiver avec le Pôle Finistère Course au large.

La première course, la Solo Maître Coq, ne s’est pas passée comme je l’aurais souhaité, malheureusement. J’ai l’impression d’être clairement passée à côté de ma course. Les facteurs ne sont pas très compliqués à analyser. Il y avait un peu de stress, un peu de pression, et j’avais mis tellement d’énergie sur les entraînements, sur le fait de prendre mes marques sur ce projet-là…

J’ai eu du mal à rentrer dans le mode course. Ce n’était pas si terrible que ça mais il y a eu un bon coup de Trafalgar avec peu de vent le dernier matin, ce qui a rendu le résultat pire que ce qu’il était. C’était un peu difficile comme entrée de saison, je ne mets pas de pression.

Sur la deuxième course, la Route des îles du Ponant, j’étais contente d’être en duo avec Alexis Loison, un bon Figariste. Je me disais que ça allait m’aider à rerentrer dans ce rythme de course, et que ça allait me redonner du dynamisme. Ça s’est plutôt bien passé, même si on a eu un petit aléa au début qui a fait qu’on s’est fait décrocher du paquet de tête. On a réussi à tenir le rythme et à finir proche de ce groupe qui a mené la course tout du long. Je suis plutôt satisfaite de la manière.

La découverte de la course havraise : « C’est cool de changer de zone de navigation »

On a eu deux semaines de pause avant cette course. J’ai vraiment essayé de bien me reposer, d’en profiter pour couper un peu. Mine de rien, les courses s’enchaînent et je pense que c’est important d’arriver frais et lucide à chaque fois. J’ai pris du temps pour moi. Depuis le début de semaine, je me remets dans le bain. Et j’arrive au Havre plus motivée que jamais.

Je n’ai jamais eu l’occasion de faire la Allmer Cup. Lors de ma première saison en Figaro (en 2019), elle avait été reprogrammée après la Solitaire. Malheureusement, elle avait été annulée faute de skippers. L’année dernière, elle n’était pas au programme. Ça va être une nouveauté. C’est bien qu’il y ait pas mal de monde à venir, que ça s’inscrive dans le championnat. C’est une bonne nouvelle car les organisateurs sont motivés.

C’est cool de changer un peu de zone de navigation. Je suis contente de changer. On a beaucoup tourné entre Groix, Belle-Île, l’Île d’Yeu et l’Île de Ré. Ce n’est pas mal de changer un peu. Et puis, finalement, on traverse souvent la Manche et la côte sud-anglaise pendant la Solitaire mais on n’a pas trop l’occasion de le faire avant. Je trouve que c’est une bonne course en plus pour trouver des repères sur ces zones-là. »

LIRE AUSSI. Le Havre Allmer Cup. Guillaume Pirouelle : « Une course à la maison, ce n’est pas tous les jours ! »

Ses ambitions : « Je veux surtout me rassurer »

Je veux surtout me rassurer un peu. J’ai bien marché l’année dernière, j’étais satisfaite de mes résultats et de mon travail cet hiver. J’ai un peu déchanté sur la première course. L’idée, c’est de ne pas rentrer dans une spirale négative, de couper court à tout ça. Un loupé, ça peut arriver. Maintenant, il faut marquer le coup, rentrer dedans sur cette deuxième course en solitaire.

Je ne me mets pas de pression sur le résultat, je n’ai pas envie de me fixer une place précise. Mais j’ai vraiment envie de batailler dans le groupe de tête, de réussir à être à l’initiative quand des opportunités se présentent. Je veux avoir eu l’impression d’être dans le match, dans le coup !

J’aime mixer les formats. Si je devais choisir, je pense que je préférerais mettre les petits parcours côtiers avant. Car après la grande course, on a l’impression d’avoir gravi l’Everest alors qu’il faut y retourner ensuite. Mais on s’adapte, c’est le cœur de notre métier. Les parcours côtiers, c’est sympa. Il y a beaucoup de contacts, de jeu, et une grande question de vitesse. Ça va être une belle course condensée sur une semaine ! »

https://www.ouest-france.fr/sport/voile/solitaire-du-figaro/le-havre-allmer-cup-elodie-bonafous-l-idee-c-est-de-ne-pas-rentrer-dans-une-spirale-negative-6f9424b2-d7be-11ec-862e-32dcdc637907

 

Ouest-France

À Morlaix, des expositions et conférences lors de la Semaine de la Résistance

Publié le

La Ville de Morlaix (Finistère) organise un cycle de conférences et d’exposition en lien avec la Résistance, du lundi 23 mai au 28 mai 2022. Les scolaires et le public pourront rencontrer des témoins de la Résistance morlaisienne.

La mairie, le réseau Musée de la Résistance, les amis de la fondation pour la mémoire de la déportation et le comité d’entente des associations patriotiques organisent une Semaine de la Résistance. | OUEST-FRANCE

Le 27 mai est reconnu journée nationale de la Résistance depuis 2013. Cette date fait référence à la première réunion du Conseil national de la Résistance en 1943, dans le Paris occupé.

Mise en valeur des Résistants locaux

Pour accompagner cette commémoration, la Ville de Morlaix (Finistère) a décidé d’organiser une semaine autour de ce thème, avec des temps de rencontres, des expositions, des témoignages sur cette période et une mise en valeur des Résistants du territoire qui ont agi localement pour la libération du pays », ​explique l’adjoint et correspondant défense Yvon Laurans. Ce dernier, avec les responsables du réseau Musée de la Résistance, des Amis de la fondation pour la mémoire de la déportation, du comité d’entente des associations patriotiques a mis en place un programme étoffé du lundi 23 mai au 28 mai 2022.

Des expositions

Mardi 24 mai et mercredi 25 mai, à La Virgule, rue de Paris, les biographies des groupes de résistants seront présentées et expliquées aux scolaires. La carte du petit Résistant sera remise à chaque élève des huit classes qui seront présentes. L’exposition à La Virgule s’intitule Figures de Résistance en baie de Morlaix. L’entrée est gratuite et ouverte à tous.

Une autre exposition intitulée Signes de la collaboration et de la Résistance sera installée du lundi 23 mai au vendredi 27 mai dans la salle Ange-de-Guernisac au premier étage de l’hôtel de ville. Elle est constituée de quarante-deux panneaux autour du graphisme et de l’image dans les stratégies de propagande entre 1940 et 1945.

Des rencontres

À La Virgule, une nouvelle rencontre est organisée vendredi 27 mai à 17 h sur Les enfants de la Résistance avec Martial Morant, membre du comité d’entente des associations patriotiques.

Le samedi 28 mai à 15 h, des lectures seront faites par des jeunes morlaisiens. Elles seront suivies à 16 h par une rencontre avec Lucienne Nayet, la présidente du réseau Musée de la Résistance ; Maryvonne Moal, présidente des Amis de la fondation pour la mémoire de la déportation ; Martial Morant, Michel François Le Meur, fils d’Anna Le Meur, résistante morlaisienne. Un dialogue sera instauré entre les participants et le public.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/a-morlaix-des-expositions-et-conferences-lors-de-la-semaine-de-la-resistance-499fcda6-d68d-11ec-b454-e079b320fc17

J'ai une pensée en lisant cet article pour Pierre Rochereuil ancien président des Amis de la fondation pour la mémoire de la déportation

Plougasnou 24 avril 2016. Photo pyb29

Cérémonie de la Déportation Plougasnou le 24 avril 2016. Photo pyb29

 

Le Diben vendredi 20 mai 2022

Plougasnou. Conseil municipal du jeudi 19 mai 2022

Touche pas à ma poste. Bidouille pyb29

Voeu présenté par Nathalie Bernard en fin de conseil municipal et adopté à l'unanimité.

Enfin un conseil à visage découvert. Photo pyb29

Diaporama : "Nous ne voulons pas d’une agence postale communale" Mobilisation devant l'agence postale de Lanmeur

Compte rendu du conseil municipal du 19 05 2022.pdf

 

Trégastel. Le préfet demande une enquête sur les denrées périmées distribuées aux réfugiés ukrainiens

Dans un courrier, le préfet des Côtes-d'Armor prend en main la situation des réfugiés à Trégastel. Tout en défendant les associations, il demande une enquête à ses services. 

Stéphane Rouvé, le préfet des Côtes d'Armor, demande une enquête à ses services.

Stéphane Rouvé, le préfet des Côtes-d'Armor, demande une enquête à ses services. ©Archives Le Trégor

Par Rédaction Lannion Publié le  

Stéphane Rouvé, le nouveau préfet des Côtes-d’Armor, a pris en main, jeudi 19 mai, le dossier des denrées périmées distribuées aux réfugiés ukrainiens, que nous révélions cette semaine. Ses services vont mener l’enquête.

« J’ai demandé à mes services d’établir si les faits constatés dans votre article relèvent, ou non, d’un dysfonctionnement de la chaîne d’approvisionnement du centre ».

Stéphane Rouvé, préfet des Côtes-d’Armor

« Pas de maîtrise sur les apports extérieurs »

À lire aussi

Par ailleurs le nouveau préfet rappelle le fonctionnement de ce type de centre : 

« Si la distribution de l’aide alimentaire est réalisée deux fois par semaine auprès de chacune des familles, les associations n’ont en revanche pas la maîtrise des apports extérieurs de marchandises, qui pourraient être réalisés en dehors de ce circuit agréé, par lequel, comme pour chaque centre, les associations responsables de la livraison des marchandises s’approvisionnent exclusivement auprès de la banque alimentaire. »

Le préfet rappelle aussi la différence entre date limite de consommation et date de durabilité minimale des produits. 

Des produits largement dépassés

Pour autant dans notre article, nous faisions état, photos à l’appui, de produits dont la date de consommation était dépassée depuis plus d’un an pour certains, voir plus pour d’autres. 

La mairie de Trégastel avait fait un signalement à la préfecture avant la publication de l’article.

704 déplacés Ukrainiens

Stéphane Rouvé signale aussi que dans le département des Côtes-d’Armor : 

« 485 titres de séjour, 261 attestations pour mineurs et 299 cartes Ada ont été délivrés couvrant 587 personnes. 704 déplacés ukrainiens bénéficient actuellement de la couverture santé (puma et css) et 148 enfants sont scolarisés dans le département ».

Lors de notre reportage, aucune des associations n’avait souhaité répondre à nos questions. 

https://actu.fr/bretagne/tregastel_22353/tregastel-le-prefet-demande-une-enquete-sur-les-denrees-perimees-distribuees-aux-refugies-ukrainiens_51105905.html

 

Ouest-France

Saint-Jean-du-Doigt. L’ensemble Crome a joué aux Journées de Pont-Ar-Gler

Publié le

Dimanche, dans le cadre des Journées de Pont Ar Gler, l’ensemble Crome, jeunes musiciens de Lausanne a joué leurs compositions originales. Un jazz aux accents contemporains. L’ensemble a été, en 2021, lauréat du concours organisé par le Lyceum de Berne.

Dimanche, dans le cadre des Journées de Pont Ar Gler, l’ensemble Crome, jeunes musiciens de Lausanne a joué leurs compositions originales. Un jazz aux accents contemporains. L’ensemble a été, en 2021, lauréat du concours organisé par le Lyceum de Berne. | OUEST-FRANCE

https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-jean-du-doigt-29630/lensemble-crome-a-joue-aux-journees-de-pont-ar-gler-5cb24524-a12f-47f3-b0fa-a1be6932de44

 

Ouest-France

Bretagne. À Landivisiau, la centrale à cycle combiné gaz assure 20 % des besoins bretons

Publié le

La centrale à cycle combiné gaz de Landivisiau (Finistère) commercialise sa production d’électricité depuis le 31 mars 2022. Elle se met en route en fonction de la demande et des besoins en énergie en Bretagne, mais pas que. En avril 2022, la structure a tourné 520 heures, soit quasiment deux tiers du mois.

Idar Ait Bengrir, responsable exploitation, méthodes et performance centrales électriques à TotalÉnergies et Arnaud Gougeon, directeur de la centrale électrique de Landivisiau.

Idar Ait Bengrir, responsable exploitation, méthodes et performance centrales électriques à TotalÉnergies et Arnaud Gougeon, directeur de la centrale électrique de Landivisiau. | OUEST-FRANCE

De l’extérieur, elle ronronne doucement et évacue de temps à autre une petite fumée blanche de vapeur d’eau. C’est le signe que la centrale à cycle combiné gaz de Landivisiau, dans le Finistère, fonctionne. Elle commercialise enfin l’électricité qu’elle produit depuis jeudi 31 mars 2022, douze ans après le Pacte électrique breton signé entre l’État, la Région, l’ADEME, RTE et l’Anah(1), pour prévenir de tout black-out régional.

Dans ces énormes tuyaux, la chaleur récupérée de la combustion du gaz est récupérée puis transformée en vapeur, avant d’être réinjectée dans la turbine à vapeur, ce qui produit un complément d’énergie électrique. | OUEST-FRANCE

La structure prend ses marques, afin d’assurer « 20 % des besoins de la Bretagne à elle seule », glisse Arnaud Gougeon, directeur de la centrale électrique. Cette dernière a une capacité de production de 446 mégawatts, soit l’alimentation de 400 000 foyers.

À plein régime plus de six mois par an

L’énergie fabriquée ne s’arrête pas aux seules frontières locales : en avril 2022, l’usine a tourné 520 heures, sur les 720 que compte le mois. « Aujourd’hui, la centrale fonctionne bien. On estime la mettre en route plus de la moitié de l’année, car nous sommes dans une position critique, en bout de ligne. Rien que cette semaine, elle a fonctionné 24 heures/24, sauf le dimanche, confirme Idar Ait Bengrir, responsable exploitation, méthodes et performance des centrales électriques pour TotalÉnergies. Nous assurons la stabilité du réseau électrique breton. S’il n’y a pas de besoin spécifique en Bretagne, la centrale tourne quand même pour le réseau français. »

Ce fonctionnement très régulier de l’équipement est potentiellement lié au contexte national, puisque douze réacteurs nucléaires sont à l’arrêt.

Derrière ce cube gris, bien isolée, la turbine à gaz. La centrale a un rendement de l’ordre de 58 % d’électricité sur les 100 % de gaz initiaux. « Cela signifie que 58 % de l’énergie contenue dans le gaz est valorisée pour produire de l’énergie électrique », confirme TotalÉnergies. | OUEST-FRANCE

« On ne démarre pas la centrale car c’est profitable »

Cette importante productivité va à l’encontre de ce qu’espérait le président du conseil régional, Loïg Chesnais-Girard, en décembre 2021. S’il défend l’équipement, il soulignait aussi que « moins la centrale fonctionnera, mieux cela sera ».

Ce qui induisait ainsi une baisse de la consommation d’électricité à la pointe bretonne, mais également moins de rejet de CO2 (estimé à 500 000 tonnes si la centrale fonctionne six mois dans l’année). « On ne démarre pas la centrale car c’est profitable, tempère Arnaud Gougeon. C’est RTE qui nous appelle obligatoirement et nous répondons aux besoins. »

Le chantier n’est pas encore achevé sur le site de la centrale à cycle combiné gaz de Landivisiau : la chaudière va être recouverte de panneaux pour éclaircir sa couleur, pour l’instant orange. | OUEST-FRANCE

Plus localement, le chantier n’est pas encore tout à fait fini à Landivisiau. La chaudière, orange vif à l’heure actuelle, va être recouverte de plaques pour adoucir son teint, et d’autres bâtiments sont en cours de finition. Des arbres et de la pelouse parachèveront le site : « Tout sera terminé d’ici la fin septembre 2022. Cet été, il devrait y avoir environ 150 personnes pour terminer les travaux. » En tout, ce sont quarante salariés qui sont opérationnels pour y transformer le gaz en électricité.

(1) Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie ; Réseau de transport d’électricité ; Agence nationale de l’habitat.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/landivisiau-29400/bretagne-a-landivisiau-la-centrale-a-cycle-combine-gaz-assure-20-des-besoins-bretons-5cdfa53c-d780-11ec-862e-32dcdc637907

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
19 mai 2022

Alain Goutal

http://goutal.over-blog.com/2022/05/ca-n-a-pas-traine-dessin-du-prochain-symbiose.html

 

Ouest-France

Finistère. Près de 150 voitures anciennes proposent un voyage dans le temps, à Morlaix

Publié le Sarah HUMBERT

Elles ont au moins un demi-siècle, et pas une ride. Dimanche 22 mai 2022 à Morlaix, près de 150 véhicules anciens seront place des Otages, à partir de 10 h, à Morlaix, dans le cadre du Rallye international du pays de Fougères. Une présentation des équipages est prévue à 14 h 30.

La Delage « D8 Figoni » devrait venir d’Inde, pour le rallye. Elle a été achetée en 1930 par le maharadjah d’Indore.

La Delage « D8 Figoni » devrait venir d’Inde, pour le rallye. Elle a été achetée en 1930 par le maharadjah d’Indore. |  APPF

Sans même faire un tour de roue, elles font voyager. À Morlaix, dimanche 22 mai 2022, près de 150 véhicules anciens vont se réunir, place des Otages, à 10 h. Ils se sont donné rendez-vous dans le cadre du 26e Rallye international du pays de Fougères, qui a lieu cette année dans le pays de Morlaix. Voici trois bonnes raisons de venir admirer leur carrosserie.

La Wanderer W23 Cabriolet de 1939 est une voiture allemande. | APPF

Parce qu’il y aura des voitures du monde entier

Le rallye se dit international, et ce n’est pas pour rien. Si un peu plus de la moitié des voitures vient de France, l’autre moitié, elle, aura parcouru des kilomètres. Des véhicules « d’Irlande, d’Angleterre, de Belgique, de Suisse, mais aussi, normalement, d’Inde et d’Israël sont attendus », explique Patrick Rollet, le président de l’association Automobile et patrimoine du pays de Fougères, qui organise l’événement.

Le rallye international du pays de Fougères, lors d’une précédente édition, en Ille-et-Vilaine. | ARCHIVES OUEST-FRANCE

Parce que c’est l’occasion de faire un voyage dans le temps

Les voitures les plus récentes ont au moins 50 ans, c’est l’une des conditions pour participer. Sur place, les curieux pourront donc admirer des voitures qui ont près d’un demi-siècle. Il y aura, par exemple, « une voiture de 1909, qui vient des États-Unis et une voiture de 1912, qui vient d’Angleterre ». Patrick Rollet indique : « Parfois, certaines personnes sont inscrites avec une voiture, mais viennent avec une autre, en raison de soucis mécaniques. » Parce qu’elles sont anciennes, les voitures sont aussi parfois fragiles.

Parce qu’il y aura des véhicules quasi uniques

La plupart sont rares, mais certains sont uniques. À noter, « une 407 Cabriolet Viotti, qui date de 1962, qui a appartenu à l’acteur Peter Sellers, qui a joué dans La Panthère rose », raconte le président.

Il y a aura également une « Delage D8 Figoni, peinte aux couleurs du maharadjah d’Indore, qui l’a acheté en 1930 ».

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/finistere-pres-de-150-voitures-anciennes-proposent-un-voyage-dans-le-temps-a-morlaix-2bf83a54-d51b-11ec-886a-4b2eee6de82d

 

Ouest-France

Une « vélorution » en hommage à Jean-Pierre Cloarec à Morlaix

Publié le

En mémoire de Jean-Pierre Cloarec, élu morlaisien et partisan de la mobilité douce investi dans le pays de Morlaix, décédé il y a un an, cinq structures pour lesquelles il militait ont voulu lui rendre un hommage en lien avec ses engagements. Une vélorution, un périple à vélo est organisé samedi 21 mai 2022.

Jean-Pierre Cloarec, toujours attentif aux situations d’exclusion, en pleine action de sensibilisation et d’amélioration de l’accessibilité sur la voie publique.

Jean-Pierre Cloarec, toujours attentif aux situations d’exclusion, en pleine action de sensibilisation et d’amélioration de l’accessibilité sur la voie publique. | PHOTO APAV

Jean-Pierre Cloarec, élu morlaisien, militant écologiste et partisan de la mobilité douce et des déplacements à vélo s’investissait totalement sur le territoire du pays de Morlaix (Finistère), entre autres, dans le soutien aux projets locaux.

Cinq organisations dans lesquelles il militait sont à l’initiative de l’hommage qui lui sera rendu à travers la ville. Il s’agit de : Apav (À pied, à vélo), Bretagne vivante, Trocoat (Association de quartier Troudousten/Coatserho), Morlaix alternative citoyenne(Mac) et les Cigales taol sikour (club d’investissement pour une épargne solidaire en soutien aux projets locaux).

Une vélorution (contraction de vélo et révolution), périple à vélo à travers la ville, est proposée samedi 21 mai 2022.

Au départ de la place des Otages à 14 h, cette déambulation cyclable dans les rues de Morlaix, fera découvrir l’histoire et le présent de plusieurs sites particulièrement chers à Jean-Pierre », annonce Michel Corvez de Trocoat et Apav.

Chacun pourra rejoindre le parcours aux étapes suivantes : le lavoir de la Fontaine au lait vers 14 h 30, le bois de Langolvas 15 h, le verger de Ty Dour 15 h 30, le lavoir/fontaine de Nec’hoat vers 16 h 15.

Cette boucle de 11 km environ se clôturera à 17 heures à la salle de quartier de Troudousten autour d’un pot de l’amitié et du souvenir.

Tous ceux qui souhaitent participer, en mémoire de Jean-Pierre, sont bienvenus », invite Michel Corvez.

Départ : À 14 h, place des otages. Samedi 21 mai 2022, de 14 à 17 h.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/une-velorution-en-hommage-a-jean-pierre-cloarec-a-morlaix-98875be6-d6a1-11ec-b454-e079b320fc17

Jean-Pierre Cloarec et Delphine Van Hauwaert du Ouest-France. Photo pyb29

Jean-Pierre Cloarec et Delphine Van Hauwaert du Ouest-France. Photo pyb29

 

Ouest-France

Plougasnou. Ping-pong : Mathéo Flamanc est 5e au concours régional

Publié le

Mathéo Flamanc, pongiste plougasniste, avec Isabelle Guilbault, responsable du club, a terminé cinquième des championnats de Bretagne de tennis de table dans la catégorie poussins. Lors des tours de qualification, il a fini premier de sa poule en battant le champion du Finistère.

Mathéo Flamanc, pongiste plougasniste, avec Isabelle Guilbault, responsable du club, a terminé cinquième des championnats de Bretagne de tennis de table dans la catégorie poussins. Lors des tours de qualification, il a fini premier de sa poule en battant le champion du Finistère. | OUEST-FRANCE

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plougasnou-29630/ping-pong-matheo-flamanc-est-5e-au-concours-regional-318cd705-5cfd-4dc0-b798-333f6173a307 

 

Ouest-France

Lannion. Une nouvelle étude d’avant-projet pour le pont-aval

Publié le

Le conseil de Lannion-Trégor communauté (Côtes-d’Armor) s’est réuni ce mardi 17 mai 2022. L’ordre du jour n’a pas suscité de débat particulier. Deux questions diverses ont été posées sur le pont-aval.

Deux questions diverses ont été posées à la fin du conseil sur le pont-aval.

Deux questions diverses ont été posées à la fin du conseil sur le pont-aval. | DR.

Un petit ordre du jour et une heure et demie de réunion… Voilà qui a dû satisfaire les élus qui se plaignaient de la longueur des réunions du conseil de Lannion-Trégor communauté (Côtes-d’Armor). Mais certains seront sans doute restés sur leur faim, quant aux réponses faites aux deux questions diverses posées sur le futur pont-aval.

La première portait sur le calendrier de la concertation. Réponse de Joël Le Jeune, président de l’Agglo : Lannion-Trégor communauté (LTC) organisera la concertation publique relative à ce dossier conformément aux obligations réglementaires. Ce projet a pris du retard compte tenu de la crise sanitaire, mais aussi du souhait de la ville de Lannion de retravailler le rond-point d’entrée de ville, rive gauche, pour mieux desservir le quartier de Nod Huel, et lui donner une forme plus urbaine. Cette modification du rond-point implique de reprendre l’étude d’avant-projet. Le nouvel avant-projet devrait être prêt d’ici six à sept mois. Lorsqu’il sera prêt, le conseil communautaire sera amené à délibérer sur le calendrier et les modalités de la concertation publique fin 2022 ou début 2023. Lorsque le projet sera considéré comme définitif, l’enquête publique s’ouvrira en 2024.

Des résultats à la disposition du public

Quant aux études d’impact et acoustique, elles seront également reprises dans le nouvel avant-projet. Les résultats seront mis à la disposition du public et seront présentés en commission.

Pas question de débat pour le président qui clôt la séance. Françoise Le Men, élue de Lannion, prend tout de même la parole, estimant avoir levé la main avant. Il semblerait que vous réduisiez la concertation à une enquête publique. Ce n’est pas la nature de la délibération du 29 septembre 2020. Le conseil municipal de Lannion s’est prononcé pour une réunion publique, certains riverains s’interrogent sur des accès. Réponse de Joël Le Jeune : Ces questions étaient posées au président et n’appelaient pas de débat. J’y ai répondu.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/lannion-22300/lannion-une-nouvelle-etude-d-avant-projet-pour-le-pont-aval-ce4f4a0c-d6da-11ec-bf35-fdeaaac234b0

 

Ouest-France

Après les vols de câbles téléphoniques, Orange est sur le pont pour réparer les lignes dans le Poher

Publié le Anthony RIO

Plusieurs centaines de mètres de câbles téléphoniques ont été volées ces derniers jours dans le Poher. Ce mercredi 18 mai 2022, une équipe d’Orange travaillait d’arrache-pied pour rétablir les lignes à Cléden-Poher (Finistère), où plus de 350 abonnés sont privés de téléphone fixe et d’internet depuis le début du mois.

Des techniciens d’Orange en intervention après des vols de câbles téléphoniques à Cléden-Poher.

Des techniciens d’Orange en intervention après des vols de câbles téléphoniques à Cléden-Poher. | OUEST-FRANCE

Ce mercredi 18 mai 2022 en matinée, quatre techniciens de l’opérateur Orange sont en pleine manœuvre à Cléden-Poher (Finistère). À Kerhervé, juste à côté de la route nationale 164, deux d’entre eux sont sous terre, dans une chambre où se trouvent des dizaines de câbles.

C’est à cet endroit que 300 mètres de câbles téléphoniques ont été volés dans la nuit du jeudi 5 au vendredi 6 mai, et 300 nouveaux mètres le week-end dernier, privant plus de 350 abonnés de téléphone fixe et d’internet à Cléden-Poher.

Didier, Mohsen, Ridha et Mounir s’arment de patience tout au long de l’intervention pour rétablir les lignes. Avec minutie, ils reconnectent les fils de cuivre, par paire, couleur par couleur. Chaque paire est assemblée à la main grâce à un connecteur fixé à l’extrémité des fils. Il faut réaliser la même opération près de 5 000 fois pour réparer les lignes à Cléden-Poher, dans une position inconfortable et les pieds dans l’eau.

Retour à la normale prévu ce 18 mai

« Tout devrait être réparé ce jour (mercredi 18 mai 2022), estime Frédéric Ansquer, pilote des incidents réseaux à Orange en Bretagne. C’est une opération assez lourde car il faut de la présence humaine et du matériel. Là, ça représente une tonne de câbles à dérouler. Ça demande une bonne journée pour un câble de 300 mètres. »

Il estime qu’il faut en moyenne trois semaines à un mois de réparation. « Dès qu’un vol est constaté, on doit rapatrier du matériel. Sachant qu’il y a plein de câbles différents et que les stocks diminuent à cause des vols (Neuf dans le Finistère depuis un mois et demi, soit 3 800 mètres). Ce délai de transport est assez long. Notre boulot est de faire tout ça le plus rapidement possible. »

Dans le cas de Cléden-Poher, le vol de câbles en cuivre ne touche « que » les lignes téléphoniques fixes et internet. Pas le réseau mobile. « C’est pour cela qu’on peut proposer des prêts de téléphones », précise Orange.

« Un fléau »

Le délégué régional de Bretagne de l’opérateur, Damien De Kerhor, parle d’un « fléau pour Orange et pour la population. Le réseau, ce sont les loisirs, la sécurité, la vie. Ces vols interrompent ça. Ça désorganise aussi nos équipes. » D’autres chantiers doivent être interrompus pour redéployer les techniciens. « Tout ceci est un surcoût pour Orange. »

Le délégué régional appelle au « civisme » en « contactant la gendarmerie lorsque des choses douteuses sont constatées le soir et la nuit. » Orange a déposé plusieurs plaintes dans le cadre de ces vols. La gendarmerie indique qu’une enquête est en cours.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/cleden-poher-29270/apres-les-vols-de-cables-telephoniques-orange-est-sur-le-pont-pour-reparer-les-lignes-dans-le-poher-385f6362-d6a6-11ec-9b2d-786031940fdf

 

Ouest-France

Les syndicats dénoncent un malaise dans les Établissements catholiques associés du pays de Morlaix

Publié le Sarah HUMBERT

Mardi 17 mai 2022, plusieurs syndicats alertent sur la situation au sein des établissements catholiques associés du pays de Morlaix (Ecam). Enseignants et personnels dénoncent un malaise au travail.

Les syndicats entendent se mobiliser et alerter d’une situation qu’ils jugent inquiétante au sein des établissements catholiques associés du pays de Morlaix.

Les syndicats entendent se mobiliser et alerter d’une situation qu’ils jugent inquiétante au sein des établissements catholiques associés du pays de Morlaix. | OUEST-FRANCE

« Il n’y a rien de pire pour un prof que de ne pas réussir à faire son boulot correctement », dit Pascale Picol, secrétaire académique pour la CGT EP (établissement privé). Mardi 17 mai 2022 au soir, elle s’est réunie avec Marie-Claire Tréguer, mandatée par la CFDT FEP (Fédération de la formation et de l’enseignement privés) et Albine Belinger, secrétaire académique pour Sundep-Solidaires.

Une cinquantaine de témoignages

Près d’une vingtaine d’enseignants et de personnels du groupe scolaire Ecam (Établissements catholiques associés du pays de Morlaix), étaient également présents. Depuis plusieurs mois, la colère gronde dans leurs rangs. L’Ecam regroupe les collèges Saint-Joseph, Saint-Augustin, Sainte-Marie et le lycée Notre-Dame-du-Mur – Le Porsmeur, soit environ 1 850 élèves, 220 enseignants et 53 « personnes du droit privé », qui dépendent non pas de l’Éducation nationale, mais de l’Organisme de gestion de l’enseignement catholique (Ogec), et 25 AESH (Accompagnant des élèves en situation de handicap).

« Il y a une souffrance générale », glisse une participante. En cause, un « management toxique », d’après les syndicats. Surcharge de travail, manque d’effectif, pressions… Lorsque le personnel s’exprime, la liste est longue. En septembre 2021, les syndicats ont reçu une lettre, anonyme, de plusieurs pages, dénonçant, par exemple, un grand malaise et pointant du doigt la gestion des établissements. Depuis, une cinquantaine de témoignages allant dans ce sens ont déjà été recueillis par les syndicats. Ils souhaiteraient qu’un audit externe soit mené, « au niveau humain et financier ».

Au fil des mois, plusieurs fois, des rencontres qui devaient permettre aux trois partis d’échanger (syndicats, coordinateur de l’Ecam et DDEC) ont été annulées ou repoussées, par absence des uns ou des autres, rendant le dialogue difficile.

« Aucun dysfonctionnement objectivable pour le rectorat »

Contacté, le coordinateur Ecam, Thierry Lavarec, explique par mail que « lors du dernier CSE du 10 mai, il a été fait état de situations de personnels ou d’enseignants qui évoquent des difficultés ressenties du climat social au sein du groupe. J’ai souhaité rencontrer les délégués départementaux dès le mois d’octobre ». Un rendez-vous est prévu avec les représentants des syndicats, le 23 mai 2022.

Les syndicats ont alerté le rectorat ainsi que la direction départementale de l’enseignement catholique en Finistère (DDEC). Contacté, le rectorat confirme qu’il « a bien été saisi officiellement par une intersyndicale départementale […]. À ce jour, les autorités académiques n’ont constaté aucun dysfonctionnement objectivable. Le rectorat reste attentif à l’évolution de la situation […] ».

Du côté de la DDEC, elle indique elle aussi avoir été informée de la situation. Elle a échangé par deux fois avec les syndicats. Elle annonce avoir proposé « que les personnes susceptibles d’être concernées adressent un courrier ou prennent rendez-vous […], la confidentialité leur étant garantie. À ce jour, un seul courrier a été reçu ».

De leur côté, fait rare pour des établissements privés, les syndicats envisagent de déposer un préavis de grève. « C’est hors de question de faire la rentrée de septembre 2022 comme ça », concluent-ils.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/les-syndicats-denoncent-un-malaise-dans-les-etablissement-catholiques-associes-du-pays-de-morlaix-cd87c2aa-d67d-11ec-ad4b-9f2aae12236c

 

Ouest-France

Le cinéma Étoile de Carantec, en situation de fragilité, veut croire en l’avenir

Publié le

L’association cinéma Étoile de Carantec (Finistère) a repris ses projections le 19 mai 2021 après les fermetures dues au Covid. La précarité de sa situation, due à la baisse sensible du nombre d’adhérents et à l’énorme chute de fréquentation de la salle, a été mise en évidence lors de l’assemblée générale 2022, qui s’est tenue au cinéma mardi 17 mai 2022. Le président Loïc Goupil croît beaucoup en l’action des bénévoles qui l’entourent pour redresser la barre.

Le président Loïc Goupil et Anne Choquer, secrétaire, lors de l’assemblée générale du 17 mai 2022.

Le président Loïc Goupil et Anne Choquer, secrétaire, lors de l’assemblée générale du 17 mai 2022. | OUEST-FRANCE

Déjà, lors de l’assemblée générale 2021, la trésorière de l’association Cinéma Étoile de Carantec (Finistère), Marie-Paule Gentilhomme, marquait son inquiétude : Notre résultat net de 14 463 € en 2020 ne reflète en rien l’activité du cinéma. Les aides gouvernementales nous ont permis d’avoir une trésorerie exceptionnellement bonne. Mais, actuellement, nous piochons dans nos réserves pour assurer son fonctionnement. Mardi 17 mai 2022, lors de l’assemblée générale 2022, elle a rappelé : Le bon résultat net comptable de 2021, soit de 28 907 €, est dû aux aides de l’État et de la Région, qui ont été supérieures de 12 000 €, à celles de 2020.

Très forte chute de fréquentation en 2021

Dans un contexte où le nombre d’adhérents à l’association a nettement chuté de 214 en 2020 à 133 en 2021, la fréquentation de la salle a, elle, chuté de manière inquiétante en 2021. Du 19 mai 2021, date de réouverture, au 31 décembre 2021, le nombre de spectateurs a été de 5 865 », indique le président, Loïc Goupil. Avant la crise, il était d’environ 13 000 par an. La moyenne de spectateurs par séance a été de 28, alors que le taux de rentabilité se situe aux environs de 40 », a-t-il déploré.

Quid en 2022 ?

Depuis le 1er janvier, la salle a accueilli 3 193 spectateurs pour 165 séances, soit une moyenne de 20 par séance. La chute est donc inquiétante et rapide. Ainsi la trésorière et le bureau ont-ils prévu, pour 2022, un déficit de 14 410 €, sans compter le solde de tout compte à verser au projectionniste du fait de son départ (rupture conventionnelle de contrat) le 27 mai, pour un montant de l’ordre de 5 000 €.

Le recrutement d’un remplacement va être lancé et, en attendant, les bénévoles assureront les projections. Heureusement, nous avons une trésorerie qui nous évite le stress de fin de mois. Depuis le début de cette année, nous prenons entre 1 500 € et 2 000 € par mois sur nos réserves pour faire fonctionner le cinéma », observe Marie-Paule Gentilhomme.

Les animations continuent

Dimanche 22 mai à 17 h, l’animation Un livre, un film fera le lien entre la littérature et le 7e art. Et, dans les semaines à venir, un hommage sera rendu à l’acteur disparu Michel Bouquet, avec un documentaire et un film. Le film Pinocchio, de Comencini, sera également présenté, assorti d’un débat et d’une exposition. Et les souvenirs de Charles Vanel donneront lieu à un film et à un témoignage. Enfin, de nombreux films sont prévus pour le jeune public, qui représente plus de 50 % de la fréquentation.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/carantec-29660/le-cinema-etoile-de-carantec-en-situation-de-fragilite-veut-croire-en-l-avenir-1ccd4290-d68d-11ec-b454-e079b320fc17

 

Ouest-France

Finistère. Avec leur buste de palpation, elles veulent prévenir les cancers du sein

Publié le

C’est un drôle d’outil qui, pourtant, permet de sensibiliser au cancer du sein. À Morlaix (Finistère), l’association Les seins sans pépins possède un buste de palpation, avec lequel elle fait de la prévention et de la sensibilisation. Elle sera samedi 21 mai 2022 au Monoprix de Morlaix.

Jarlotte, le buste de palpation de l’association Les seins sans pépins, sera au Monoprix de Morlaix, samedi 21 mai 2022, de 10 h à 13 h.

Jarlotte, le buste de palpation de l’association Les seins sans pépins, sera au Monoprix de Morlaix, samedi 21 mai 2022, de 10 h à 13 h. | OUEST-FRANCE

« On s’est rendu compte qu’on avait du mal à entrer en contact avec les femmes plus jeunes », explique Emmanuelle Nicolas, coordinatrice de l’association Les seins sans pépins. L’objectif de l’association est de favoriser la prévention et le dépistage du cancer du sein.

Elle regroupe des professionnels de santé libéraux du pôle de santé des rives du Jarlot (Plourin-lès-Morlaix et Plougonven). Samedi 21 mai 2022, ces professionnels seront au Monoprix de Morlaix, avec Jarlotte, un buste de palpation que le groupe possède depuis quelques mois. Ils vont ainsi lancer le « Jarlotte tour, qui a pour but de venir au plus près des femmes du bassin morlaisien pour leur parler palpation et prévention tout au long de l’année », détaille Emmanuelle Nicolas. L’association a par exemple déjà rencontré des élèves de terminal du lycée Tristan-Corbière.

Samedi 21 mai, rendez-vous de 10 h à 13 h.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/finistere-avec-leur-buste-de-palpation-elles-veulent-prevenir-les-cancers-du-sein-3b78fc60-d6a2-11ec-ad4b-9f2aae12236c

 

18 mai 2022
UNE TECHNO NOMMÉE PREMIÈRE MINISTRE POUR CONTINUER LA POLITIQUE DE RÉGRESSION SOCIALE.
 
Communiqué du PCF Pays de Morlaix, 18 mai 2022

Elisabeth Borne vient d'être nommée première ministre par le président Emmanuel Macron. Sa carrière de technocrate engagée sur la voie des réformes libérales a été une suite d'aller-retour entre les entreprises privées et les ministères. Elle s’est illustrée par la privatisation et la mise en concurrence du système ferroviaire, secteur clé pour la transition écologique, la prolongation de six ans des autoroutes aux multinationales qui les gèrent en rackettant les usagers, et sa réforme de l’assurance chômage qui pénalise un million d'allocataires et de sans-emplois.

En dépit de certains commentaires médiatiques attribuant un pedigree de gauche à cette libérale pur jus, et même si nous pouvons, sur le principe, et parce que les femmes ont été trop exclues des fonctions politiques les plus importantes, nous féliciter du choix d'une femme comme première ministre, les états de service d'Elisabeth Borne ne nous laissent pas de doute sur le projet et l'agenda politique qu'elle entend servir.

Aux élections législatives des 12 et 19 juin, l'enjeu est donc de retrouver un espoir de progrès social, loin des politiques de privatisation et d'austérité, et de résister à ces orientations néo-libérales en votant pour les candidats d'Union de la Gauche rassemblés dans la Nouvelle Union Populaire Sociale et Écologique, et donc en votant Sylvaine Vulpiani et Arnaud Caroff dans la circonscription de Morlaix!

Les communistes soutiennent les candidats de la NUPES et participent partout sur le territoire national à cette union historique de la gauche et des écologistes au premier tour des élections législatives qui correspond à l'urgence sociale et politique du moment.

Ne laissons pas les coudées franches aux candidat.e.s de la LREM, remaquillée en "Renaissance", représenté.e.s localement par Sandrine Le Feur. Avec Emmanuel Macron, ils ont comme projet la destruction méthodique de ce qui reste du système social français, des services publics, de la protection sociale, des droits des salariés.

En juin, remettons le progrès social et les jours heureux à l'ordre du jour! En particulier, il faut empêcher le président des riches d'opérer une nouvelle remise en cause des droits à la retraite et du système des retraites par répartition, et de prendre ses mesures visant les allocataires du RSA. 

Les communistes s'emploieront sur la circonscription de Morlaix comme partout en France à faire élire un maximum de députés de gauche, dans leur diversité, pour porter l'exigence d'une autre politique, en faveur du pouvoir d'achat, des salaires, d'un vrai partage des richesses, d'un autre modèle de développement que celui porté par la finance capitaliste dont le président Macron est un serviteur zélé.  

http://www.le-chiffon-rouge-morlaix.fr/2022/05/elisabeth-borne-une-techno-nommee-premiere-ministre-pour-continuer-la-politique-de-regression-sociale-communique-du-pcf-pays-de-morlaix-18-mai-2022.html

 

Photo pyb29

Sylvaine Vulpiani à Lanmeur samedi 14 mai 2022. Photo pyb29

Sandrine Le Feur n'était pas à Lanmeur !

 

Ouest-France

Perros-Guirec. Le maire réagit au classement Unesco de la côte de Granit rose

Modifié le Publié le Victor GUILLAUD-LUCET

Interrogé sur l’inscription de la côte de Granit rose à l’Unesco, le maire de Perros-Guirec, Erven Léon, émet des réserves sur le diagnostic établi par l’association.

Le maire de Perros-Guirec insiste notamment sur le fait qu’un travail de fond est déjà engagé pour protéger le patrimoine naturel de Ploumanac’h.

Le maire de Perros-Guirec insiste notamment sur le fait qu’un travail de fond est déjà engagé pour protéger le patrimoine naturel de Ploumanac’h. | OUEST-FRANCE

« Le diagnostic établi par l’associationCôte de Granit rose : respect et protection témoigne d’une méconnaissance du travail quotidien des élus et des associations locales », tranche Erven Léon, maire de Perros-Guirec. Dix jours après l’annonce officielle du périmètre retenu pour l’inscription de la côte de Granit rose à l’Unesco, les maires des quatre communes concernées (Trébeurden, Trégastel, Pleumeur-Bodou et Perros-Guirec) ont publié un communiqué de presse regrettant de ne pas avoir été associé à la définition de ce périmètre. Ils fustigent également « une méconnaissance de la réalité » du terrain, et des actions d’ores et déjà menées par les élus et autres acteurs du territoire.

Préservation du littoral : un travail de fond déjà engagé

Quelques jours avant la publication de ce communiqué, Erven Léon émettait déjà des réserves sur le diagnostic établi par l’association : « La démarche est intéressante en ce qui concerne l’enrichissement culturel et scientifique qu’entraîne ce projet, estime l’édile. Mais à la lecture des communiqués de l’association, on a l’impression que rien n’est fait. »

Pourtant, le maire de Perros-Guirec insiste sur le fait qu’avec la Maison du littoral, un véritable travail de fond est déjà engagé pour la protection du site de Ploumanac’h : « Depuis 1995, la Ville travaille sur le site des Landes de Ploumanac’h, avec une redéfinition et une protection des cheminements, l’entretien de ceux-ci. Cela nous coûte entre 200 et 250 000 € par an. Donc nous sommes déjà dans l’action vis-à-vis de la sauvegarde de notre patrimoine. »

Pas d’impact sur le tourisme

D’autre part, l’élu s’avoue dubitatif quant à la volonté de réguler le « tourisme de masse », évoqué par l’association par le biais d’un classement à l’Unesco. Selon lui, le sentier des douaniers de Ploumanac’h connaît en effet des périodes « d’hyper-fréquentation » sur certaines périodes, « mais je ne vois pas comment cette reconnaissance mondiale pourrait réduire la fréquentation pendant les périodes de pointe. À partir du moment où on renforce la notoriété d’un lieu, plus de gens y viendront en été. »

Mais l’association entend réguler la fréquentation de la côte de Granit rose « en développant un tourisme plus culturel, permettant de répartir davantage les visiteurs sur le territoire ». Un objectif que partage Erven Léon, tout en montrant une incohérence dans le propos : « Pour que tout le monde ne soit pas au même endroit en même temps, il faut mobiliser un territoire plus large. Si seulement quatre communes sont intégrées au périmètre, ça n’a pas de sens. »

Contactée, Marielle Kerbaol, la présidente de l’association à l’origine de ce projet, ne souhaite pas réagir. Elle indique être à l’écoute de ces critiques, tout en continuant à travailler sur le dossier scientifique.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/perros-guirec-22700/le-maire-reagit-au-classement-unesco-319229a6-d5ee-11ec-9a86-07eb4bd130d9

 

Ouest-France

À Morlaix, le jardin du Comité des chômeurs et solidaires permet « de créer du lien social »

Publié le Sarah HUMBERT

Il cultive la solidarité, en plus du jardin. À Morlaix (Finistère), le Comité des chômeurs et solidaires existe depuis 1993 et a pour but de défendre les chômeurs et les personnes en situation précaire. Bernard Gouédic, vice-président, fait le point sur l’association.

Bernard Gouédic est vice-président du Comité des chômeurs et solidaires à Morlaix. L’association existe depuis 1993 et possède un jardin, dans la cité du viaduc.

Bernard Gouédic est vice-président du Comité des chômeurs et solidaires à Morlaix. L’association existe depuis 1993 et possède un jardin, dans la cité du viaduc. | OUEST-FRANCE

Bernard Gouédic, vice-président du Comité des chômeurs et solidaires à Morlaix (Finistère), fait le point sur les actions de l’association.

Qu’est-ce que le Comité des chômeurs et solidaires, à Morlaix ?

Nous existons depuis 1993 et nous adhérons au Mouvement national des chômeurs et précaires (MNCP), depuis 1998. L’association regroupe des personnes aux chômages, mais pas que, comme l’indique le nom. Il y a aussi des personnes solidaires. L’idée est partie d’un constat : les gens au chômage sont souvent isolés, le comité leur permet de se regrouper. Il faut rappeler qu’en 1993, le chômage était plus présent.

Quelles actions mènent le comité ?

Nous défendons les gens auprès des institutions, que ce soit la Caisse d’allocations familiales (CAF), le Département ou Pôle emploi, par exemple. Toute personne en situation de précarité peut venir vers nous, on l’aidera dans la mesure de nos possibilités. On accompagne dans les démarches, qui sont parfois difficiles à réaliser, notamment par rapport au numérique. Aujourd’hui, pour s’inscrire auprès de nombreuses institutions, il faut Internet, et ce n’est pas le cas de tout le monde. Cela peut aussi être une aide pour faire un CV.

L’association a également une vocation sociale ?

En fonction des parcelles, les modes de culture changent, mais l’idée est de tendre vers des pratiques naturelles. Ici, de la permaculture. | OUEST-FRANCE

Oui, le comité permet de créer du lien social, de rompre l’isolement. Nous possédons un terrain d’1,6 hectares, sur lequel est installé un jardin solidaire. Ceux qui viennent peuvent échanger. Régulièrement, on essaie d’organiser des événements, pour nous faire connaître et rassembler. Aujourd’hui, l’association compte environ 85 membres.

Renseignements : mncp29@gmail.com ou 02 98 88 75 10 – 06 19 82 40 03.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/a-morlaix-le-jardin-du-comite-des-chomeurs-et-solidaires-permet-de-creer-du-lien-social-366de992-d4ef-11ec-886a-4b2eee6de82d

 

Deux femmes tuées en chutant des falaises d'Étretat : « Il est urgent d'agir ! »

En quatre mois, deux femmes sont décédées après avoir chuté accidentellement des falaises d'Étretat. François Auber, maire de Saint-Jouin-Bruneval veut agir.

Deux femmes sont décédées récemment à la suite de chutes accidentelles à Étretat. Un amire également concerné par les falaises de la côte d'Albâtre veut agir.

Deux femmes sont décédées récemment à la suite de chutes accidentelles à Étretat. Un maire concerné par ces problématiques liée aux falaises de la côte d’Albâtre veut agir. (©Illustration/MC Nouvellon)

Par Murielle Bouchard Publié le

Les chutes accidentelles, qui ont eu pour conséquence le décès de deux promeneuses en quatre mois, ont eu lieu à Étretat mais c’est le maire de Saint-Jouin-Bruneval, commune également connue pour ses magnifiques falaises sur la côte d’Albâtre qui, mardi 17 mai 2022, a décidé de prendre la parole sur le sujet.

Pour rappel, jeudi 6 janvier dans la matinée, une jeune femme de 24 ans, originaire du Finistère, glissait des falaises d’Étretat après avoir fait une photo avec son compagnon. Tombée à l’eau, elle n’avait pu être réanimée. La semaine dernière, jeudi 12 mai exactement, dans les mêmes circonstances, une randonneuse de 62 ans domiciliée dans la Sarthe perdait la vie.   

Une « fierté locale » certes mais une responsabilité aussi

« Quand j’ai lu les articles sur ces drames, je me suis dit qu’il y avait urgence à agir. Je suis très modeste sur la question mais je pense vraiment qu’on ne peut pas se contenter de dire que c’est la faute du promeneur imprudent », explique l’élu. Certes François Auber le sait, « un maire est protégé de toute responsabilité lorsqu’il a pris un arrêté identifiant les risques encourus, mais franchement quand vous arrivez en vacances ou en week-end quelque part, est-ce que vous commencez par lire une feuille A4 vous alertant comme ça ? »

À lire aussi

François Auber part de son exemple personnel : « Je connais bien notre magnifique littoral et parce que je suis conscient des dangers, je n’y vais pas avec mon chien ou avec des enfants. Mais il est arrivé que même des adultes avec qui je me promène soient mal à l’aise à cause du vertige par exemple. » 

"Je pense à toutes ces familles qui sont détruites par ces drames alors qu'à la base la personne est partie se promener. Il y a urgence, j'en suis convaincu, à ce qu'on ne se contente plus de notre responsabilité juridique mais que l'on songe aussi à notre responsabilité morale vis à vis des risques de cette côte qui est aussi notre fierté locale."

François Aubert

L’imprudence du promeneur n’est pas seule en cause

Le constat fait, quelle solution propose le maire ? Il faut « informer et le faire bien. » 

"Il n’est pas possible d’exiger de la prudence des promeneurs sans expliquer ce qui l’attend : Peut-il s’engager sur ce sentier avec des enfants, un chien ? Appréhender le vertige… Faut-il des conditions physiques spécifiques ? Parfois le cheminement ne devrait pas faire moins d’un mètre de large, car certains tronçons contraignent le promeneur à s’engager entre le vide d’un coté, des fils barbelés de l’autre et sur un sol de glaise instable."

Extrait d'une tribune publiée par François Auber

Pour le maire de Saint-Jouin, « le promeneur ne doit pas découvrir les risques une fois engagé sur le sentier, que l’on soit en haut ou en pied de falaise, il doit pouvoir avoir connaissance du risque avant de s’engager. Du Tréport au Havre, ces falaises ont toujours été le théâtre d’éboulements, elles sont fragiles et friables, mais le recul du trait de côte accélère inexorablement le phénomène des éboulements de falaises. »

Agir avant cet été

Le maire espère que ce « coup de gueule » sera suivi d’effet. « Encore une fois, je suis modeste, mais je pense qu’avec ces accidents, nous avons l’obligation d’agir. » Et d’agir vite : « avant les vacances d’été ». 

« Je propose que des actions d’informations et de balisage soient menées dès cet été… Et dans un second temps, il faudra engager des actions plus structurelles d’aménagements, comme l’application du droit pour reculer des clôtures, accélérer la maitrise foncière pour sécuriser de manière définitive ces espaces d’accueil du public. » François Auber appelle à plus de concertation entre communes concernées.

« Toutes les instances supra-communales doivent pouvoir s’organiser pour permettre aux promeneurs d’emprunter des cheminements en toute connaissance de cause et avec le maximum de sécurité », explique François Auber qui ne reste pas les bras croisés. « Je suis en contact avec des pompiers et des étudiants pour mener des actions de prévention, j’espère lors de la période estivale », conclut le maire.

https://actu.fr/normandie/saint-jouin-bruneval_76595/deux-femmes-tuees-en-chutant-des-falaises-d-etretat-il-est-urgent-d-agir_51025354.html

 

Ouest-France

Douarnenez. La pilotine Amiral Muselier sort des chantiers Gléhen

Publié le Marion GONIDEC

La pilotine « Amiral Muselier », construite par le chantier Gléhen à Douarnenez (Finistère) a été mise à l’eau, mardi 17 mai 2022, en fin d’après-midi. Elle rejoindra la station de Pilotage de Nice-Cannes-Villefranche après les essais.

La pilotine « Amiral Muselier », construite à Douarnenez par le chantier Gléhen, est destinée à la station de pilotage de Nice Cannes-Villefranche.

La pilotine « Amiral Muselier », construite à Douarnenez par le chantier Gléhen, est destinée à la station de pilotage de Nice Cannes-Villefranche. | CHANTIER GLÉHEN

« Le chantier a démarré à l’été 2021 et se termine pour la phase construction. Nous allons démarrer les essais dès la fin de cette semaine », introduit Gaël Guillemin, directeur général du chantier Gléhen.

Cette société de construction et de réparation du Finistère est présente au Guilvinec, son berceau historique, à Douarnenez (le plus important site de production), et à Loctudy (réparation uniquement).

Mardi 19 mai 2022, la pilotine Amiral Muselier a été mise à l’eau en fin d’après-midi. Elle est destinée à la station de pilotage de Nice Cannes-Villefranche (Alpes-Maritimes), qu’elle rejoindra, au départ de Brest, à la fin juin.

« Ce bateau est un bateau polyvalent, à la fois pilotine, et aussi avec une fonction de navire d’assistance à l’accostage et de remorquage. Nous avions déjà fait ce type de bateaux pour la station des Sables-d’Olonne (Vendée), un navire plus petit et moins puissant mais avec les mêmes fonctionnalités de remorquage et de pilotage. C’est aussi un bateau inspiré des contrats que nous avons eu avec la Direction générale de l’armement (DGA), les sept pousseurs pour la Marine Nationale », détaille Gaël Guillemin.

« Un contrat important »

Pour le chantier Gléhen, ce contrat à près de deux millions d’euros représente « un contrat important, qui représente près d’un tiers du plan de charge annuel. Nous espérons attirer d’autres clients sur ce secteur-là », complète Gaël Guillemin.

Dix personnes à temps plein ont travaillé à la construction de la pilotine dans la cale rehaussée à quatorze mètres sous crochets ce qui a permis de terminer le bateau entièrement à l’intérieur, y compris les phases de peinture ou les assemblages de superstructure, à l’abri des intempéries.

Pour cette mise à l’eau, Nicolas Plumion, le directeur de la station de pilotage de Nice Cannes-Villefranche a fait le voyage jusqu’à Douarnenez. « Les premières discussions ont eu lieu au salon Euroméditerranée. Nous avions besoin de remplacer une unité qui était âgée de plus de vingt ans », détaille le président de la station de pilotage qui précise que cette nouvelle unité a pu être construite grâce à l’aide financière de la Région Sud.

Une grande polyvalence

« La pilotine va servir principalement au port de Nice, elle permet d’assister les navires à l’entrée et à la sortie lors des manœuvres. On sert des navires jusqu’à 210 m et nous avions besoin d’un outil polyvalent qui soit un peu le couteau suisse de Nice », reprend Nicolas Plumion.

Elle est équipée d’un canon à mousse et d’un canon à eau pour la lutte anti-incendie ainsi que d’une grue pour la mise en œuvre de matériel antipollution ou le retrait d’objets flottants de la navigation, « une initiative qui est née après la tempête Alex, quand la mer était jonchée de troncs d’arbres et que nous avons souhaité participer », détaille le président de la station.

La pilotine, qui affiche l’objectif de supprimer les rejets en soufre et de limiter les particules fines, remplira sa mission de service public du littoral des Alpes-Maritimes jusqu’à Monaco et viendra renforcer les moyens de la préfecture paritime pour l’assistance aux navires.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/douarnenez-29100/douarnenez-la-pilotine-amiral-muselier-sort-des-chantiers-glehen-bae367e8-d5fc-11ec-9a86-07eb4bd130d9

 

Ouest-France

Audierne. Le point sur le projet d’houlomoteurs, près de la cale de Sainte-Évette

Publié le

À Esquibien, commune nouvelle d’Audierne (Finistère), le projet houlomoteur n’est pas encore totalement ficelé. Il pourrait inclure la consolidation de la digue, voire le rallongement (60 m) de celle-ci.

Un projet houlomoteur, à l’initiative de la Région Bretagne, devrait voir le jour au niveau de la digue de Sainte-Évette. | OUEST-FRANCE

Aux dires d’Éric Bosser et Michel Collorec, tous les deux adjoints de la commune nouvelle d’Audierne-Esquibien, « le projet d’houlomoteurs, piloté par la Région Bretagne avance. Il permettra de produire de l’énergie dans le secteur. »

Pour rappel, l’énergie houlomotrice est produite par les vagues qui s’enchaînent à la surface de la mer sous l’effet du vent.

Cette technologie, au même titre que l’éolien, utilise l’énergie de la mer pour fabriquer de l’électricité.

Trois blocs béton

« Trois blocs béton de 20 m fabriqués à Lorient (Morbihan) seront installés probablement à l’extrémité de la digue. Un bloc est actuellement en expérimentation à Sainte-Anne du Portzic, près de Brest (Finistère). »

Le projet n’est pas encore totalement ficelé. Il pourrait inclure la consolidation de la digue, voire le rallongement (60 m) de celle-ci. « Le spot des surfeurs devra être pris en compte. Il ne faut pas l’amoindrir en cassant l’arrivée des vagues. L’étude finale, dont le rapport devrait sortit au dernier trimestre, nous fixera. »

https://www.ouest-france.fr/bretagne/audierne-29770/audierne-le-point-sur-le-projet-d-houlomoteurs-pres-de-la-cale-de-sainte-evette-8d0cf7fc-d5ee-11ec-b057-36a81c28cadb

 

Ouest-France

Finistère. Ce collège va accueillir la première classe à horaires aménagés pour le cirque en France

Publié le

Le collège de Lanmeur (Finistère) accueillera, à partir de septembre 2022, la première classe à horaires aménagés cirque de France. Des élèves pourront ainsi allier pratique du cirque et études.

Le collège Aux Quatre Vents de Lanmeur (Finistère) va accueillir une classe à horaires aménagés cirque (photo d’illustration).

Le collège Aux Quatre Vents de Lanmeur (Finistère) va accueillir une classe à horaires aménagés cirque (photo d’illustration). | ARCHIVES OUEST-FRANCE

Le collège Aux-Quatre-Vents à Lanmeur (près de Morlaix, dans le Finistère) va accueillir la première classe à horaires aménagés cirque de France, à partir de septembre 2022.

Depuis 2019, en partenariat avec Le Carré Magique, pôle national cirque en Bretagne, le collège avait une classe expérimentale cirque, destinée à des élèves qui bénéficient d’un enseignement artistique au sein d’un travail transdisciplinaire profond sur le cirque.

Des pré-inscriptions

Elle évolue donc et va proposer des horaires aménagés aux élèves intéressés par la pratique du cirque, à partir de la rentrée prochaine. Ce nouveau dispositif s’adresse aux élèves qui seront en sixième pour la rentrée 2022-2023.

Les pré-inscriptions se font auprès du collège jusqu’au 8 juin 2022.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/lanmeur-29620/finistere-ce-college-va-accueillir-la-premiere-classe-a-horaires-amenages-pour-le-cirque-en-france-47d6859e-d53b-11ec-bd06-4e730397c904

 

Ouest-France

Loire-Atlantique. Mer : un plan d’action en eaux troubles

Publié le Augustin Flepp Presse Océan 

La nouvelle feuille de route de la façade atlantique donne la priorité aux activités maritimes au détriment de l’environnement, déplorent plusieurs associations écologiques.

Au large de Saint-Nazaire, le futur parc éolien sera mis en service fin 2022.

Au large de Saint-Nazaire, le futur parc éolien sera mis en service fin 2022. | PHOTO EDF-CH

Trop technocratique, trop grande priorité accordée à l’économie, absence de mesure pour lutter contre les algues vertes​. C’est peu dire que la nouvelle feuille de route maritime du grand Ouest n’a pas suscité un énorme élan d’enthousiasme.

Le 6 mai 2022, Didier Martin, préfet de la région Pays de la Loire, et Olivier Lebas, préfet maritime de l’Atlantique, ont adopté le document stratégique de la façade maritime Nord Atlantique – Manche Ouest. Avec ses 2 700 km de côtes, ce territoire représente 40 % du linéaire national. Ce plan de 52 pages comprend 114 nouvelles actions qui visent à concilier les activités humaines comme la pêche, le tourisme ou la production d’énergie et la protection des habitats aquatiques.

« Les agriculteurs doivent changer leur type de production »

Ce plan d’action est le fruit d’un dialogue constant et constructif entre les acteurs, qui est remarquable, s’est félicité Didier Martin. Il permet de relever le défi d’une action commune pour le développement durable des activités maritimes et littorales et un usage partagé de la mer.

Cette feuille de route correspond à la déclinaison locale des orientations de la stratégie nationale pour la mer et le littoral adopté par un décret le 23 février 2017. Le texte sera mis en œuvre de 2022 à 2027, sous la responsabilité des préfets coordonnateurs de façade.

Lors de la consultation publique organisée du 20 mai au 20 août 2021, de nombreux acteurs – riverains du littoral, défenseurs de l’environnement, professionnels de la pêche – ont émis des réserves sur les ambitions du texte. Certaines personnes reprochaient le caractère trop technocratique, trop vaste et insuffisamment hiérarchisé des propositions. Elles proposaient de réfléchir à des petites actions précises, faciles à suivre, comme la préservation de la biodiversité, la consommation locale, la sobriété numérique. D’autres déplorent la trop grande priorité accordée à l’économie au détriment de l’environnement.

En outre, des contributeurs constataient que les mesures pour lutter contre la prolifération des algues vertes sont insuffisantes. Il faut faire en sorte que les agriculteurs changent leur type de production, qui génère des algues vertes mortifères dues à la trop grande concentration des élevages industriels, et se diriger vers de plus petites productions respectueuses des sols, et donc, de ce qui se déverse ensuite en mer.

Renforcer les sanctions contre les pollueurs

Plusieurs pistes étaient envisagées pour désamorcer les conflits d’usages entre les différentes activités de pêche, mais aussi entre la pêche et le développement des énergies marines renouvelables. Les contributeurs citaient le Japon en exemple et son parc éolien devenu un récif producteur de ressource pour les poissons.

Enfin, des participants de la consultation demandaient un meilleur traitement des eaux usées, des taxes/amendes plus importantes à l’encontre des pollueurs, un renforcement des contrôles et des sanctions.

A noter : une déclinaison locale de directives européennes

Plan d’actions. Le document stratégique de façade correspond à la déclinaison locale de deux directives européennes : la directive-cadre « stratégie pour le milieu marin » (DCSMM), dont le but est d’atteindre un bon état écologique des écosystèmes marins, et la directive-cadre « planification de l’espace maritime » (DCPEM) visant à coordonner les activités humaines dans l’espace maritime de chaque État membre. Déployé sur une durée de six ans, le plan d’action présente 115 fiches d’actions nouvelles, dont 67 sont à dimension sociale et économique et 48 à dimension environnementale. Le document, qui compte 52 pages, a été structuré en cinq axes différe nts : une identité maritime ancrée dans le territoire, une économie bleue durable à promouvoir, un patrimoine naturel à enrichir, un aménagement durable et résilient des territoires marins et littoraux. A cela s’ajoute également la recherche et l’innovation au cœur du rayonnement de la façade.

Didier Martin, préfet de la région Pays de la Loire, et Olivier Lebas, préfet maritime de l’Atlantique | PHOTO PO-AF

Une zone de migration

Diversité. L’Estuaire de la Loire est un lieu complexe mêlant des activités humaines comme la pêche et la conchyliculture, des sites portuaires et industriels majeurs (Saint-Nazaire, Donges) et des aires marines protégées (Natura 2000). Il y a une grande diversité de milieux et d’espèces : roselières, prairies humides, ... Située sur une route de migration majeure, elle constitue un espace de reproduction et d’alimentation pour moult espèces, notamment les goélands bruns, marins et argentés. La baie de Bourgneuf semi-fermée est la deuxième zone la plus importante de France pour les récifs d’hermelles (vers). Au large de Saint-Nazaire, le futur parc éolien offshore prévoit la construction de 80 éoliennes sur78 km2.

L’Estuaire de la Loire. | INFOGRAPHOE PRESSE OCÉAN-CÉCILE GRAVOUIL

Des associations dénoncent des objectifs insuffisants

Selon plusieurs associations de protection de la nature, le plan d’action ne prend pas en compte les activités terrestres polluantes. Elles fustigent les dérogations accordées pour l’utilisation de nitrate, à l’origine des algues vertes.

Le document stratégique ne tient pas compte des polluants terrestres dont une partie contamine les fonds marins. C’est le constat partagé par plusieurs associations – France Nature environnement, Eau & rivières de Bretagne et Bretagne vivante – qui ont émis un avis défavorable à ce plan d’action en raison d’un manque d’ambition environnementaleet d’une absence de lien entre la terre et la mer.

En 2019, elles avaient déjà émis des réserves sur la première partie du DSF. Le développement durable doit mettre au même niveau l’économie, le social et l’environnement qui en sont les trois piliers, assure Jean-Yves Pirio d’Eau et Rivières de Bretagne. Certains pays, comme la Suède, l’ont bien compris. La France pas encore​. Ces associations de protection de la nature regrettent que les actions visant à atteindre le bon état écologiqueen 2026 exigé par l’Union Européenne soient inabouties.

Elles jugent inacceptables ​les demandes de dérogations à l’emploi de nitrate pour fertiliser les cultures, une des principales causes de la prolifération des algues vertes toxiques en Bretagne.

90 % des pollutions
marines issues de la terre

Les trois associations déplorent le manque d’interactions terre-mer. Pourtant, toujours selon elles, 90 % des pollutions marines côtières seraient à l’origine des activités terrestres. De nombreuses substances, issues de ces activités terrestres mais également maritimes, se retrouvent en mer​. Ces associations listent le plomb, le mercure, les dioxines, les perturbateurs endocriniens, les pesticides, les herbicides, les microplastiques… Des substances dangereuses pour la santé publique​.

Mireille Bourdon, représentant de FNE Pays de la Loire, salue l’important travail collectif et la démarche de participation pour l’élaboration de plan d’action​. Elle estime néanmoins que ces efforts sont insuffisants pour parvenir à des compromis acceptables​. Ces associations veulent un changement complet de méthodeavec des moyens financiers à la hauteur des enjeux environnementaux.

Pour l’association Tara Océan, le texte n’a pas les moyens de ces ambitions​. Pour lutter contre la pollution plastique, la fondation recommande de réduire à la source les déchets et d’interdire certains emballages à usage unique comme les petites bouteilles d’eau ou les emballages souples de barres chocolatées.

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/loire-atlantique/loire-atlantique-mer-un-plan-d-action-en-eaux-troubles-130aee92-d534-11ec-bd06-4e730397c904

 

Ouest-France

Plougasnou. La Fête de la nature revient, samedi et dimanche

Publié le

La Fête de la nature fait son retour ce week-end. Une dizaine de rendez-vous et d’animations sont au programme.

On y retrouve par exemple le printemps des oiseaux, le samedi, à découvrir lors d’une balade entre le bourg et le bois de la Métairie.

Le dimanche, une balade autour des étangs de Mesquéau pour y découvrir les plantes médicinales et comestibles locales sera proposée.

À ne surtout pas manquer, le jeu de l’oie géant concocté avec les écoliers des Aires marines éducatives.

Le programme complet est à retrouver sur le site internet de la mairie. Informations et réservation auprès de l’office de tourisme : 02 98 67 35 46.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plougasnou-29630/la-fete-de-la-nature-revient-samedi-et-dimanche-8f483a62-9766-411b-87e9-b6649786858f

Le programme

 

Ouest-France

Législatives. Ensemble ! 22 soutient la dynamique de la Nupes dans les Côtes-d’Armor

Publié le

Le mouvement Ensemble ! 22 ​soutiendra les candidat(e)s la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) et propose dans chaque circonscription de réunir des assemblées locales ouvertes aux citoyens.

Le mouvement Ensemble ! 22 appelle à une forte participation aux prochaines élections législatives.

Le mouvement Ensemble ! 22 appelle à une forte participation aux prochaines élections législatives. | OUEST-FRANCE

Dans un communiqué, le mouvement Ensemble ! 22 (Côtes-d’Armor) se réjouit que « les forces de gauche et écologistes aient réussi à construire un rassemblement pouvant permettre à de nombreux(ses) député(e)s d’entrer à l’Assemblée nationale. »

« C’est l’occasion de faire reculer l’emprise des idées d’extrême droite néofascistes et d’en finir avec les divisions attisées par ceux qui ne veulent pas de changement. C’est l’occasion de prendre à bras-le-corps la question des inégalités sociales et territoriales, de mettre en place les mesures nécessaires pour garder la planète habitable et donner la priorité au vivant. Pour cela, la participation de toutes et tous aux élections législatives sera nécessaire. »

« Susciter une véritable dynamique unitaire gagnante »

Ensemble ! 22 indique qu’il apportera sa participation active à la campagne pour les candidat(e)s désigné(e)s par la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) dans le département.

« Pour assurer le succès de cette campagne, pour réaliser un bloc populaire social et politique, pour susciter une véritable dynamique unitaire gagnante, Ensemble ! 22 propose dans chaque circonscription de réunir des assemblées locales largement ouvertes aux citoyens, au mouvement social et à toutes les forces de la gauche et des écologistes. »

https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-brieuc-22000/legislatives-ensemble-22-soutient-la-dynamique-de-la-nupes-dans-les-cotes-d-armor-43d4b4a4-d52f-11ec-886a-4b2eee6de82d

Communiqué :  Ensemble!22 soutient la dynamique de la NUPES

 

Lanmeur. 120 personnes défendent leur bureau de Poste

Élus et habitants de Lanmeur et Plougasnou ont manifesté contre les réductions d'horaires de leurs bureaux de Poste. 

’appel de la CGT et des élus de Plougasnou et Lanmeur, 120 personnes ont manifesté pour la défense des services publics.

A l'appel de la CGT et des élus de Plougasnou et Lanmeur, 120 personnes ont manifesté pour la défense des services publics. ©Christine Varési/Le Trégor

Par Rédaction Lannion Publié le   mis à jour le 16 Mai 22 à 17:28

Samedi 14 mai, cent vingt personnes ont manifesté leur mécontentement, devant le bureau de Poste de Lamneur.

Ce qu’elles souhaitent toutes, c’est de conserver un service cohérent dans les deux communes de Lanmeur et Plougasnou. Plus de 900 personnes ont signé la pétition lancée il y a un mois.

Réduction des horaires d’ouverture

La Poste a en effet pour projet une réduction importante des horaires d’ouverture des deux bureaux.

« Elle habitue ainsi les usagers à ne plus avoir accès au bureau, indique Elsa Naudet, syndicaliste CGT. Ce qui amène à une réduction de la fréquentation, et à ce que La Poste ferme ses bureaux et propose à tous les maires de créer leur propre agence communale. »

Les mairies n’ont pas reçu de courrier officiel. 

« Ce sont les syndicats qui nous ont alertés d’une réduction des horaires imminente dans les deux bureaux »

Nathalie Bernard, maire de Plougasnou

À propos de la suggestion de la Poste de créer une agence communale, Nathalie Bernard et son homologue, Cathy Lucas, maire de Lanmeur, réaffirment leur désaccord.

Après la fermeture de la trésorerie, les menaces sur les bureaux de Poste sont un nouveau coup dur pour les habitants. 

Un participant a réalisé un diaporama de la manifestation :

https://www.youtube.com/watch?v=JKdOWC3oZmQ

https://actu.fr/bretagne/lanmeur_29113/lanmeur-120-personnes-defendent-leur-bureau_51004621.html

 

Ouest-France

Perros-Guirec. De gros moyens mis en place pour le Gwada Breizh

Publié le

Une grue de capacité de levage de 300 t, avec une flèche pouvant s’élever jusqu’à 117 m, est intervenue ce lundi 16 mai 2022, pour poursuivre les travaux de préparation à la remise en flottaison du Gwada Breizh.

Une grue de 300 t a soulevé l’arrière du « Gwada Breizh » afin de permettre aux plongeurs de passer des sangles auxquelles les ballons seront accrochés.

Une grue de 300 t a soulevé l’arrière du « Gwada Breizh » afin de permettre aux plongeurs de passer des sangles auxquelles les ballons seront accrochés. | OUEST-FRANCE

Une grue de capacité de levage de 300 t, avec un flèche pouvant s’élever jusqu’à 117 m, est intervenue ce lundi pour poursuivre les travaux de préparation à la remise en flottaison du Gwada Breizh. L’objectif était de soulever le navire par l’arrière pour permettre aux plongeurs de passer sept sangles sous le bateau et accrocher des ballons étanches à ces sangles, ce qui permettra de le remettre d’aplomb.

15 juin, prochaine grande marée

Les préparatifs sont plus longs que prévu et l’opération de remorquage du bateau ne se fera pas cette semaine », confie l’expert désigné par l’assurance, qui ne donne pas de délai pour la fin de l’opération de remise en flottaison, ni de date pour le remorquage, alors que la date du 15 juin, prochaine grande marée, est avancée par des sources proches du dossier.

En tout cas, de nombreux badauds ont assisté à l’opération, certains y allant de leurs avis.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/perros-guirec-22700/perros-guirec-de-gros-moyens-mis-en-place-pour-le-gwada-breizh-02a54e02-d53f-11ec-80b0-0bd8f395e0c1

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
16 mai 2022

Aalin Goutal

http://goutal.over-blog.com/2022/05/matignon.html

Margaret Thatcher sort de ce corps.

 

Ouest-France

À Saint-Thégonnec, l’année de la concrétisation pour le Territoire zéro chômeur

Publié le

Après trois ans de mobilisation des entreprises, des habitants et des personnes privées d’emploi, l’association de Saint-Thégonnec (Finistère) Nevez Amzer, Terre d’Emplois Solidaires, est prête pour l’étape suivante.

Membres du bureau de l’association Nevez Amzer, Terre d’Emplois Solidaires lors de l’assemblée générale dans les locaux de Loc.

Membres du bureau de l’association Nevez Amzer, Terre d’Emplois Solidaires lors de l’assemblée générale dans les locaux de Loc. | OUEST-FRANCE

Des actions sur le terrain

Le projet de Territoire zéro chômeur de longue durée (TZCLD) a demandé de la part des bénévoles et salariés d’imaginer des actions pour mobiliser les habitants et les acteurs du territoire. Une communication faite de rencontres auprès des entreprises et habitants de la commune, la Grève du Chômage mise en place cet automne, la collecte à la déchèterie d’objets et matériaux destinés à la destruction et leur revalorisation à l’atelier de Loc, la fabrication de nouvelles créations en bois ainsi que des cadeaux aux nouveau-nés.

Ces actions de mobilisation ont permis d’augmenter le nombre de volontaires de personnes privées d’emploi autour d’activités de maraîchage, de recyclage, d’un service de livraison à domicile et d’une activité de blanchisserie-couture qui seront proposées par la future Entreprise à But d’Emploi en septembre.

Dernière ligne droite

Les démarches, engagées depuis trois ans afin d’entrer dans le dispositif TZCLD sont sur le point d’aboutir, comme le déclare le président, Norbert Beaumont.

« Une forte mobilisation a été nécessaire tout au long de la maturation de notre démarche et notre projet avance bien. Notre dossier complet a été déposé en avril et en juillet prochain, l’ouverture à la candidature TZCLD de 50 nouveaux territoires au niveau national nous laisse espérer d’en faire partie. Le cahier des charges étant connu, nous avons rédigé notre dossier de candidature et la visite en avril d’une équipe de TZCLD National, en présence de Patrick Valentin, l’inventeur du concept, a permis d’affiner notre réponse. »

Rendez-vous en automne

Le choix du nom de la future Entreprise à But d’Emploi (EBE) qui doit voir le jour après la sélection du mois de juillet, a fait l’objet d’un sondage. Les propositions retenues sont Nevez Amzer (le Printemps en Breton) et Terre d’Emplois Solidaires.

Trois réunions en visioconférence ont permis d’élaborer les statuts de l’association Nevez Amzer-Terre d’Emplois Solidaires. Celle-ci a pour vocation de porter la future Entreprise à but d’emploi (EBE). L’ouverture de l’EBE de Saint-Thégonnec Loc-Eguiner est projetée à l’automne. Son futur directeur a été embauché en décembre en la personne de Guillaume Quintin », explique le président.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-thegonnec-loc-eguiner-29410/a-saint-thegonnec-l-annee-de-la-concretisation-pour-le-territoire-zero-chomeur-a7bd82aa-d27f-11ec-ae82-2d315f0470e2

 

Ouest-France

Fiscalité locale. « Les dotations de l’État aux communes bretonnes gravement menacées »

Publié le Olivier MÉLENNEC

Selon Yann Le Meur, un des grands spécialistes des finances des collectivités, les récentes réformes fiscales de 2020-2021 vont avoir à moyen terme un impact sur les ressources des communes et des intercommunalités. C’est particulièrement vrai en Bretagne.

Yann Le Meur est l’un des grands spécialistes des finances des collectivités.

Yann Le Meur est l’un des grands spécialistes des finances des collectivités. | OUEST-FRANCE

Les finances locales viennent d’être profondément réformées avec, en particulier, la suppression de la taxe d’habitation. Quel impact ces réformes vont-elles avoir sur les recettes fiscales des collectivités ?

Les suppressions de taxe d’habitation et de taxe foncière industrielle, qu’accompagne une redistribution des taxes entre collectivités, se traduisent par un chambardement de la fiscalité locale. Une fois disparue la taxe d’habitation, la pression fiscale va se concentrer sur la taxe foncière, en particulier sur celle des ménages imposables que sont les propriétaires de logements. Des tendances se dessinent déjà.

Quelles sont-elles ?

Les collectivités qui voient apparaître un besoin de financement par l’impôt ne peuvent plus bénéficier de l’effet d’une augmentation de taux sur des bases d’imposition perdues. Il en résulte un phénomène de transfert d’impôt, parfois fort, vers la taxe foncière des contribuables restant imposés. Ce besoin de financement se trouve, en particulier, dans les intercommunalités où se réalisent de plus en plus les projets importants. À ces augmentations de taux, éventuelles et différenciées, s’ajoute celle provenant de l’actualisation forfaitaire des valeurs locatives en rapport avec l’inflation de l’année précédente. En 2022, c’est 3,4 %, contre 0,2 % en 2021. Les contribuables assujettis à la taxe foncière vont donc voir son montant augmenter, dans certains cas fortement.

On entend parfois que la suppression de la taxe d’habitation entraîne une perte de recettes fiscales pour les collectivités. Est-ce exact ?

À taux d’imposition constant, les effets strictement fiscaux de la suppression de la taxe d’habitation sont très largement neutralisés par le mécanisme compensatoire ingénieux imaginé par le gouvernement. Cela coûtera 25 milliards d’euros par an à l’État. Il faut souligner le caractère non seulement intégral mais par surcroît dynamique et robuste de ces compensations de pertes fiscales. Mais cette sécurité se gagne au prix d’une sophistication sans précédent du paysage financier local.

Vous montrez que les réformes récentes auront un impact sur les dotations que l’État verse aux collectivités. Un impact qui sera très négatif pour nombre de communes bretonnes…

Les réformes entraînent indirectement une profonde transformation, indésirable, des critères fiscaux entrant dans le calcul des dotations que verse l’État aux collectivités. En Bretagne, y compris la Loire-Atlantique, soit 1 415 communes, nos simulations montrent que cette réforme engendrera à moyen terme une perte annuelle de dotation globale de fonctionnement (DGF) estimée à 67 millions d’euros, soit une diminution de 7,2 %. Et ceci au profit, en grande partie injustifié, des communes d’autres régions. Seule la Corse serait moins bien traitée que la Bretagne. J’ajoute que la DGF n’est pas la seule dotation touchée. Des pertes conséquentes sont aussi à attendre en fonds de péréquation intercommunal et communal (FPIC).

Certaines communes seront-elles plus particulièrement désavantagées ?

Selon nos calculs, sur les 1 237 communes bretonnes désavantagées (90 %), 581 connaîtront un effet à la baisse puissant car supérieur à 10 € par habitant. Et cela dépassera 80 € par habitant dans 117 communes, ce qui est énorme. Les petites communes seront parmi les plus touchées, notamment dans le Centre Bretagne. Peuplées de 500 habitants, Langoëlan (Morbihan) et La Chapelle-Neuve (Côtes-d’Armor) pourraient ainsi chacune perdre annuellement 150 000 € à terme. C’est insupportable ! Je signale que 80 % de ces effets sont sans cause réelle. Quand on décèle qu’une commune voit s’envoler de 30 % son indicateur de richesse fiscale servant au calcul de sa DGF, laquelle s’effondre, alors que cette commune ne s’est en rien enrichie, on comprend qu’il y a une anomalie quelque part.

Peut-on encore corriger cette anomalie ?

Bien sûr. Il convient d’identifier, dans le système d’équations, les effets pervers, car sans cause réelle, des réformes fiscales sur les dotations, puis de construire un coefficient correcteur pérenne de ces effets. C’est ce que notre équipe de recherche a fait. Ne reste plus maintenant qu’à faire voter, au nom de la justice et de la justesse, un amendement à la loi de finances pour 2023.

Yann Le Meur est chargé d’enseignement à la faculté des sciences économiques de Rennes 1. Il a fondé et dirigé jusqu’en avril 2022 la société Ressources Consultants Finances, spécialisée dans l’étude, le conseil et la prospective en finances publiques locales.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/fiscalite-locale-les-dotations-de-l-etat-aux-communes-bretonnes-gravement-menacees-7f46b1c6-d12f-11ec-8683-fd3702e27bb5

 

15 mai 2022

C'est finalement une soixantaine de personnes (dont 2 Morlaisien.ne.s!) qui se sont réunies à Brest ce samedi 14 mai pour dénoncer la violence insupportable des forces israéliennes hier lors des funérailles de Shireen Abu Akleh assassinée mercredi matin par un sniper alors qu'elle couvrait une attaque des militaires israéliens dans le camp de Jénine, et pour réaffirmer leur soutien au peuple palestinien.

Claude Léostic, AFPS Pays de Brest

Shireen Abu Aqleh, grande journaliste d'al Jazeera, a été assassinée à Jénine mercredi matin par l'armée israélienne. Portant un gilet pare-balles et un casque PRESSE, elle était, avec ses collègues, clairement identifiable. Un sniper de l'armée israélienne qui menait une attaque militaire au camp de réfugiés de Jénine l'a abattue d'une balle dans la tête, là où le casque ne la protégeait pas. Les soldats ont tiré sur les autres journalistes aussi, en blessant un deuxième. Selon les témoins oculaires ils tiraient pour tuer.
 
Après un passage à Naplouse et Ramallah, Shireeen a été amenée aujourd'hui à Jérusalem, sa ville, pour y être enterrée dans le cimetière chrétien de Sion. Alors que l'énorme cortège l'accompagnant se trouvait sur l'esplanade de l'hôpital français de Jérusalem, les soldats israéliens ont attaqué violemment la foule qui portait le  cercueil, le faisant pratiquement tomber à terre. Ils ont frappé les porteurs, et toutes les autres personnes présentes, ont arraché les drapeaux palestiniens et lancé des grenades lacrymogènes. 
 
Insupportable, inacceptable, honteux et monstrueux. Les mots me manquent.
 
L'AFPS avait décidé en urgence, au vu de ces événements, d'appeler à un rassemblement le samedi 14 mai à 14 h 30 devant le monument aux morts à Brest pour dénoncer la violence israélienne et rappeler notre solidarité avec le peuple palestinien.
 
 Plusieurs camarades du PCF du Pays de Brest étaient présents à ce rassemblement.
À Brest, l’indignation après la mort d’une journaliste d’Al-Jazeera

Les membres de France Palestine Solidarité avaient imprimé des photos pour rendre hommage à la journaliste tuée au cours d’une opération israélienne. (Le Télégramme/Jean-Luc Padellec)

Un rassemblement de France Palestine Solidarité s’est tenu à Brest, ce samedi, pour rendre hommage à la journaliste d’Al-Jazeera tuée par un soldat israélien.

Des militants brestois de France Palestine Solidarité ont improvisé un rassemblement, ce samedi 14 mai, en début d’après-midi, devant le monument aux morts de Brest, pour exprimer leur indignation après la mort de la journaliste Shireen Abu Akleh, mercredi dernier, en Cisjordanie. Alors qu’elle couvrait un raid de la police israélienne, en portant un gilet pare-balles et un casque « Press », cette grande voix de la Palestine sur la chaîne Al-Jazeera a été tuée d’une balle en pleine tête par un soldat de l’armée israélienne. Puis, vendredi, lors de ses funérailles, les soldats israéliens ont attaqué violemment la foule qui portait son cercueil sur l’esplanade de l’hôpital français de Jérusalem.

Pour Claude Léostic, la présidente de l’AFPS nord-29, qui a vécu en Palestine pendant la deuxième intifada, « cet acte odieux met en évidence le caractère violent et criminel de l’État d’Israël ». Son association demande la traduction de l’État d’Israël devant la cour pénale internationale pour crime de guerre.iuz

http://www.le-chiffon-rouge-morlaix.fr/2022/05/brest-14-mai-2022.mobilisation-pour-denoncer-l-assassinat-a-jenine-de-la-journaliste-shireen-abu-akleh.html

 

Ouest-France

Paimpol. Une escale dans la joie et la bonne humeur pour la régate de la SNSM

Publié le Naomie JOURAND

Les clubs de Saint-Quay-Portrieux, Perros-Guirec et Paimpol, ont participé à une régate au profit de la SNSM, ce week-end. Partis de Saint-Quay, samedi, les régatiers ont fait escale le soir dans le port de Paimpol, avant de mettre les voiles vers Perros-Guirec dimanche.

La régate a eu lieu sur deux jours.

La régate a eu lieu sur deux jours. | OUEST-FRANCE

Pour la première fois de leur histoire, les régatiers des clubs de Saint-Quay-Portrieux, Paimpol et Perros-Guirec (Côtes-d’Armor) se sont retrouvés pour une régate en l’honneur de la SNSM (sauveteurs en mer). Partis le samedi 14 mai 2022 au matin de Saint-Quay-Portrieux, les régatiers se sont retrouvés au port de Paimpol le soir, tout sourire. Ils sont repartis le lendemain en direction du port de Perros-Guirec. Trente-trois bateaux étaient sur la ligne de départ : 22 régates et onze rallyes.

Cinq mois de préparation

À l’origine, chaque club proposait une régate dans son bassin. Les dirigeants de Saint-Quay et Perros qui ont pris contact avec moi pour décaler notre régate afin de ne pas se marcher sur les pieds, j’ai tout de suite proposé de n’en faire qu’une seule​, raconte Didier Thomas, président du Cercle nautique de Paimpol.

Yann Colin, Christophe Michaut et Didier-Marc Thomas, responsables des clubs de Perros-Guirec, Saint-Quay-Portrieux et Paimpol, étaient ravis de la première journée de leur régate commune. | OUEST-FRANCE

Une association qui a nécessité cinq mois de préparation, mais qui aujourd’hui porte ses fruits. En tant qu’organisateur, on a des étoiles dans les yeux ! ​poursuit Didier Thomas.

En l’honneur de la SNSM, la régate a permis des échanges entre plaisanciers et sauveteurs : Le projet était de mettre un homme orange dans chaque bateau afin d’avoir des vrais mélanges, ça a très bien fonctionné », se réjouit Christophe Michaut, membre du club quinocéen. Chaque participant a donné 10 € à la SNSM lors de son inscription.

Chaque participant a fait un don de 10 € à la SNSM lors de son inscription. | OUEST-FRANCE

Après cette première édition réussie, les présidents des trois clubs n’ont désormais qu’une volonté : se tourner vers l’avenir. On a envie que l’association se pérennise », révèle Yann Colin, président du club de Perros-Guirec.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/paimpol-22500/paimpol-une-escale-dans-la-joie-et-la-bonne-humeur-pour-la-regate-de-la-snsm-2232155c-d463-11ec-8cf8-13e381b3bad5

 

Ouest-France

Législatives 2022. Morlaix : Sandrine Le Feur représentera Renaissance

Publié le

Sandrine Le Feur et Eric Grall sont les candidats de Renaissance, nouvelle appellation de La République en Marche (LREM). Ils se lancent dans la course des législatives pour la circonscription de Morlaix.

Sandrine Le Feur et Eric Grall sont les candidats de Renaissance pour les élections législatives du 12 juin, dans la circonscription de Morlaix.

Sandrine Le Feur et Eric Grall sont les candidats de Renaissance pour les élections législatives du 12 juin, dans la circonscription de Morlaix. | OUEST-FRANCE

Sandrine Le Feur et Eric Grall sont les candidats de Renaissance pour les élections législatives du 12 juin, dans la circonscription de Morlaix.

Qui sont-ils ?

Sandrine Le Feur, 31 ans, est agricultrice bio, propriétaire exploitante à Pleyber-Christ. À l’issue de son premier mandat de cinq ans à l’Assemblée nationale, elle se présente à nouveau aux suffrages des citoyens de la quatrième circonscription car, dit-elle, il reste encore beaucoup à faire et je souhaite aussi opérer un plus large rassemblement. Son suppléant, Eric Grall, 60 ans, est maire de l’Île de Batz depuis octobre 2021 et vice-président de Haut Léon Communauté. Il est aussi l’un des dix délégués communaux finistériens investis par Horizons, le parti politique de l’ancien Premier ministre, Édouard Philippe, créé en octobre 2021. Professionnellement, Eric Grall est cadre dirigeant auprès du groupe français de taille mondiale Atos, leader international du numérique sécurisé. L’atout majeur des deux candidats est, selon eux, leur très grande complémentarité.

Que proposent-ils ?

Sandrine Le Feur et Eric Grall veulent une Europe qui aille plus loin, avec une défense commune. Très attachés à la transition écologique, ils disent aussi se pencher avec une grande attention sur la situation de la santé en France : Il faut investir au niveau national dans l’hôpital et le secteur médico-social. Il faut revaloriser les métiers d’infirmière et d’aide-soignante. La question du plein-emploi est également au cœur de leur programme : Nous souhaitons pouvoir proposer les meilleures formations possible, en adéquation avec les besoins existants dans certains secteurs en tension. Notre objectif est vraiment le plein-emploi et le progrès social. Par ailleurs, au niveau local, Sandrine Le Feur et Eric Grall se disent très attachés à la langue bretonne, dans le droit fil de l’avancée historique obtenue en avril 2021 avec le vote de la loi portée par le député morbihannais Molac sur la protection et la promotion des langues régionales.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/carantec-29660/legislatives-2022-morlaix-sandrine-le-feur-representera-renaissance-2341cbf2-d37f-11ec-a58a-046aa6594035

 

Ouest-France

Société. « Le maintien de l’ordre est l’arbitre de la paix sociale »

Publié le Samuel NOHRA

Elles sont au cœur de l’actualité et font débat. Quel est le rôle des forces de maintien de l’ordre dans des mouvements sociaux déstructurés où la violence devient omniprésente ? Patron adjoint des CRS de l’Ouest, le commissaire Christian Ghirlanda essaie d’apporter des réponses pertinentes dans un livre très documenté.

DESCRIPTION : Après de brefs heurts avec des étudiants de Rennes 2, le calme est revenu aux abords du lycée. TITRE : Des épreuves du bac sous tension à Rennes LEGENDE : Une soixantaine de CRS ont été mobilisés hier matin, pour permettre à 450 élèves de passer les épreuves anticipées du bac. Page 4

DESCRIPTION : Après de brefs heurts avec des étudiants de Rennes 2, le calme est revenu aux abords du lycée. TITRE : Des épreuves du bac sous tension à Rennes LEGENDE : Une soixantaine de CRS ont été mobilisés hier matin, pour permettre à 450 élèves de passer les épreuves anticipées du bac. Page 4 | OUEST FRANCE

Le commissaire Christian Ghirlanda sait de quoi il parle. Aujourd’hui chef adjoint des compagnies républicaines de sécurité de l’Ouest, il a commencé sa carrière dans la police en 1985 comme gardien de la paix et effectué la majeure partie de sa carrière dans les CRS. En région lyonnaise, en Corse puis en Bretagne. Alors le maintien de l’ordre, ce n’est pas qu’un concept pour lui. Un homme de terrain expérimenté qui a décidé de prendre la plume pour coucher sur papier sa vision de la crise que vit le maintien de l’ordre depuis des années.

« J’ai pris le parti de ne pas cantonner l’étude du maintien de l’ordre à la seule opposition entre manifestants et forces de l’ordre sous les feux de milles smartphones qui en filment le moindre frémissement », explique-t-il en préambule. Pour lui, et il en est intimement convaincu, « le maintien de l’ordre à une fonction majeure de régulateur de la vie en société. Il garantit le vivre ensemble dans la liberté d’expression de ses revendications. Il est l’arbitre de la paix sociale ». Et surtout de préciser. « Il est avant tout d’essence politique. La part de la manœuvre policière n’est qu’un simple moyen de gestion parmi d’autres. »

« Faire face aux évolutions »

Christian Ghirlanda, directeur zonal adjoint des compagnies républicaines de sécurité de l’Ouest. | OUEST-FRANCE

En 192 pages, le commissaire Ghirlanda cherche donc « à éclairer sur un sujet sensible, qui crée des réactions épidermiques et qui touche toute la population directement ou indirectement… » Les images des affrontements récents entre forces de l’ordre et Bonnets rouges, Gilets jaunes, zadistes, opposants à la loi travail et autres mouvements sociaux sont encore très vivaces. Avec une remise en cause permanente de leur utilisation.

Rappelant l’évolution de leur doctrine d’emploi du XVIIIe siècle à aujourd’hui, « de leur autonomie en se séparant de l’art de la guerre », l’officier de police analyse aussi la transformation des mouvements sociaux. « Du sujet du roi devenu révolutionnaire puis citoyen contestataire pour se revendiquer maintenant comme individu anticipé. » Des manifestations encadrées, notamment par les syndicats, des années 1990 à celles d’aujourd’hui « totalement déstructurées » et noyautées par les «black block» et des éléments radicaux adeptes de la violence

. « On doit s’interroger sur quelle puissance donner à la force publique et comment la faire évoluer face aux évolutions de la contestation de rue. » Des réponses surtout politiques.

Le maintien de l’ordre arbitre de la paix sociale par Christian Ghirlanda aux éditions Economica. 192 pages. 27 €.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/societe-le-maintien-de-l-ordre-est-l-arbitre-de-la-paix-sociale-fd0a1f08-d201-11ec-b0ed-05ec53e3374f

 

Le Diben dimanche 15 mai 2022

Demain je m'éclipse

Lune 15 mai 2022. Photo pyb29

 

Ouest-France

Roscoff. Une statue pour rendre hommage à Alexis Gourvennec

Publié le Arthus VAILLANT

Durant près d’un mois, deux sculpteurs vont tailler un bloc de granit pour réaliser la statue de Saint Alexis, au port de commerce de Roscoff. L’œuvre, clin d’œil à Alexis Gourvennec, sera ensuite transportée jusqu’à la Vallée des Saints, à Carnoët (Côtes-d’Armor).

Marc Kerangueven, président de la Sica, Anne-Hélène Marc, de la caisse locale du Crédit Agricole et Jean-Marc Roué, de Brittany Ferries, fendent une pierre de granit symbolique avant de laisser place aux sculpteurs, à Roscoff, samedi.

Marc Kerangueven, président de la Sica, Anne-Hélène Marc, de la caisse locale du Crédit Agricole et Jean-Marc Roué, de Brittany Ferries, fendent une pierre de granit symbolique avant de laisser place aux sculpteurs, à Roscoff, samedi. | OUEST-FRANCE

Un imposant bloc de granit trône sur le parking du port de commerce de Roscoff, dans l’espace portuaire Alexis Gourvennec.

À partir du lundi 16 mai, les sculpteurs Stéphane Rouget et Lucille Leroy vont tailler la pierre de 4,25 m de long et pesant 14 tonnes. Ceci, dans le but de réaliser la statue de Saint Alexis, qui sera par la suite transportée vers la Vallée des Saints, dans les Côtes-d’Armor.

Le lieu de travail et le saint n’ont pas été choisis par hasard. Nous souhaitions fêter l’anniversaire de Brittany Ferries et commémorer la disparition, il y a 15 ans, d’Alexis Gourvennec par la statue, indique Jean-Marc Roué, président du conseil de surveillance de Brittany Ferries.

Nous avons commencé par le dessin puis la maquette, en concertation avec les mécènes, précise Lucille Leroy. Quelques détails vont pouvoir être ajoutés pour faire un clin d’œil à Alexis Gourvennec.

L’entreprise, la coopérative agricole Sica Saint-Pol-de-Léon, également fondée par Alexis Gourvennec, et le Crédit Agricole financent le projet. Cette statue nous permet de symboliser tout le travail qu’il a réalisé pour la Bretagne et lui rendre hommage, souligne Marc Kerangueven, président de la Sica.

Saint des voyageurs, Alexis est un évangéliste qui est venu des îles britanniques vers la Bretagne​, précise Jean-Marc Roué. Des traces de son passage dans la région ont été retrouvées et son nom est apposé à plusieurs chapelles à Plougasnou ou Noyal-sur-Vilaine.

La statue doit être prête pour les environs du 15 juin avant un mois de transport jusqu’à la Vallée des Saints. Les visiteurs pourront assister, de l’extérieur du parking, à l’évolution du taillage. Une caméra a été installée pour une retransmission en direct.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/roscoff-29680/roscoff-une-statue-pour-rendre-hommage-a-alexis-gourvennec-aa880eac-d37d-11ec-80ba-493b1bbfdada

 

Ouest-France

Le jardinage et l’agriculture en fête à Belle-Isle-en-Terre, ce dimanche 15 mai 2022

Publié le

Bourse d’échange de plants, ateliers pour les adultes, animations pour les enfants, spectacle, marché, expositions et conférences. Il y a de quoi faire et de quoi voir à Belle-Isle-en-Terre (Côtes-d’Armor), ce dimanche 15 mai 2022, pour la 18e Fête du jardinage et de l’agriculture.

La Fête du jardinage et de l’agriculture à Belle-Isle-en-Terre (Côtes-d’Armor) est toujours très prisée par les amateurs de plantes. 

La Fête du jardinage et de l’agriculture à Belle-Isle-en-Terre (Côtes-d’Armor) est toujours très prisée par les amateurs de plantes.  | ARCHIVES OUEST-FRANCE

Partager, goûter, échanger, discuter, apprendre, comprendre, ou bien encore débattre.Tels sont les objectifs de la Fête du jardinage et de l’agriculture, organisée par l’association Eau & Rivières de Bretagne. Elle se déroule ce dimanche 15 mai 2022, à Belle-Isle-en-Terre (Côtes-d’Armor).

Véritable cœur de cette fête, la bourse aux plantes et le marché de producteurs investiront le centre régional d’initiation à la rivière (Crir). Pour mettre la main à la pâte, de nombreux ateliers sont proposés : autour des algues, avec Claire Maerten, de 11 h à 12 h ; pour un jardin sans effort, avec Jean-Luc Pichon, de 10 h à 16 h ; « Si on faisait pousser des fermes »​, avec l’association Terre de lien, à 14 h. Jardin solidaire, les vers de terre amis des jardiniers, la fresque pour le climat, ou bien encore le camélia, seront également au menu d’autres ateliers.

Spectacle et conférences

Deux animations ciblent les plus jeunes : « Ma première bouture et mon premier semis »​, sur le stand d’Eau & Rivières et grimpe d’arbre, de 14 h à 18 h. Côté spectacle, Pierre-Yves Prothais présentera Eau fil de soi​, en résonance avec la nature. Des séances sont programmées à 14 h et 16 h.

Clément Doedens, pour sa part, donnera une conférence sur « le sol et les vers de terre »​, à 10 h ; tandis que Michel Raffray, président du syndicat départemental d’alimentation en eau potable, interviendra à 11 h, autour de la « gestion quantitative de l’eau potable en Côtes-d’Armor dans le contexte de l’évolution climatique »​. Deux autres conférences sont au programme de l’après-midi : « Climat : nous pouvons adapter nos jardins, mais nos enfants ? »​, à 14 h, par Laurent Labeyrie, expert du changement climatique ; « Zéro pesticide dans notre eau, c’est possible »​, à 15 h 30, avec Guy Le Hénaff. Buvette et restauration seront proposées sur le site.

De 10 h à 18 h, château de Castel-Mond, à Belle-Isle-en-Terre. Gratuit.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/belle-isle-en-terre-22810/le-jardinage-et-l-agriculture-en-fete-a-belle-isle-en-terre-ce-dimanche-15-mai-2022-0f96099e-d067-11ec-9a5d-1e5046ed7ce7

 

Ouest-France

À Lanmeur, 120 personnes défendent leur bureau de poste

Publié le

Samedi 14 mai 2022, élus, représentants syndicaux et habitants ont manifesté contre les menaces qui planent sur les bureaux de poste de Lanmeur et Plougasnou (Finistère).

À l’appel de la CGT et des élus de Plougasnou et Lanmeur, 120 personnes ont manifesté pour la défense des services publics.

À l’appel de la CGT et des élus de Plougasnou et Lanmeur, 120 personnes ont manifesté pour la défense des services publics. | OUEST-FRANCE

« Un bureau de poste, c’est pratique, en plus ça participe à la vie du bourg, quand on y vient, on passe à la boulangerie », soulignent Maryvonne et Marie-Odile, deux habitantes de Lanmeur (Finistère). Près d’elles, Jean, retraité, déplore la perte d’un service de qualité : « Je voulais envoyer un colis à ma fille, qui vit aux États-Unis, c’est désormais impossible à partir de la poste de Lanmeur car il faut une machine spéciale. J’ai été obligé d’aller à Morlaix, ce qui représente une perte de temps sans compter l’essence. »

Comme eux, 120 personnes sont venues manifester leur mécontentement, samedi 14 mai 2022 devant le bureau de poste, place Tanguy-Prigent. Ce qu’elles souhaitent toutes, c’est de conserver un service cohérent sur les deux communes de Lanmeur et Plougasnou. Plus de 900 personnes ont signé la pétition lancée il y a un mois.

La Poste a en effet pour projet une réduction importante des horaires d’ouverture des bureaux : « Elle habitue ainsi les usagers à ne plus avoir accès au bureau, indique Elsa Naudet syndicaliste CGT. Ce qui amène à une réduction de la fréquentation, et à ce que La Poste ferme ses bureaux et propose à tous les maires de créer leur propre agence communale. »

« Évidemment que la fréquentation ne sera pas au top ! »

« Pour l’instant, nous n’avons pas eu de courrier officiel, ce sont les syndicats qui nous ont alertés d’une réduction des horaires imminente dans les deux bureaux, ironise, Nathalie Bernard, la maire de Plougasnou. La commune a plus de 10 000 habitants en été, avec un service restreint à l’après-midi, juste au moment où les gens sont à la plage. Évidemment que la fréquentation ne sera pas au top ! »

À propos de la suggestion de la Poste de créer une agence communale, Nathalie Bernard et son homologue, Cathy Lucas, maire de Lanmeur, réaffirment leur désaccord.

Après la fermeture de la Trésorerie, les menaces sur les bureaux de poste sont un nouveau coup dur pour les habitants. Florence Héré, déléguée CGT Finances publiques, appuie : « Le service public est le patrimoine de ceux qui n’en ont pas. »

https://www.ouest-france.fr/bretagne/lanmeur-29620/a-lanmeur-120-personnes-defendent-leur-bureau-de-poste-c3d492d0-d37e-11ec-a58a-046aa6594035

Pas beaucoup de plouganistes, de lanmeuriens, de guimaëcois... dans les manifestants (environ 6000 hab).

Photo pyb29

Après la poste, le Trésor public, viendra la gendarmerie, il nous restera l'église.

Diaporama : "Nous ne voulons pas d’une agence postale communale" Mobilisation devant l'agence postale de Lanmeur

 

Ouest-France

Législatives à Morlaix. Lutte ouvrière veut « faire entendre le camp des travailleurs »

Publié le

Patricia Blosse, 62 ans, est la candidate pour Lutte ouvrière dans la quatrième circonscription du Finistère. Son suppléant est Alain Marchal, et ils veulent ensemble porter la voix et les intérêts des travailleurs. Le premier tour des élections législatives aura lieu le 12 juin, le second, le 19 juin 2022.

Patricia Blosse, 62 ans, infirmière retraitée, est candidate aux législatives dans la 4e circonscription du Finistère, pour Lutte ouvrière. Son suppléant est Alain Marchal, 67 ans, retraité du transport.

Patricia Blosse, 62 ans, infirmière retraitée, est candidate aux législatives dans la 4e circonscription du Finistère, pour Lutte ouvrière. Son suppléant est Alain Marchal, 67 ans, retraité du transport. | OUEST-FRANCE

Patricia Blosse (titulaire) et Alain Marchal (suppléant) sont les candidats de Lutte ouvrière pour les élections législatives du 12 juin 2022, dans la circonscription de Morlaix (Finistère). C’est le même duo que le parti avait présenté localement, en 2017.

Qui sont les candidats ?

Patricia Blosse, 62 ans, vit à Scrignac (Finistère) et est retraitée. Elle a été infirmière à l’hôpital de Morlaix. Elle est encartée Lutte ouvrière depuis les années 2000. « Nous voulons faire entendre le camp des travailleurs et mettre en avant le programme de Nathalie Arthaud », souligne la candidate.

Son suppléant, Alain Marchal, 67 ans, est livreur à la retraite vivant à Plounévez-Moëdec (Côtes-d’Armor). Lui est militant depuis les années 1980.

Que proposent-ils ?

Ils veulent défendre « le pouvoir d’achat et revaloriser les salaires et les retraites. Il faut fixer un minimum de 2 000 € par mois. Nous souhaitons mettre en avant la force collective de la classe ouvrière. Pendant le Covid, les patrons étaient absents. Pas les infirmières, pas les éboueurs, ni les caissières. Mais nous n’aurons rien sans lutte, il faut se battre ».

Le binôme souligne « les problématiques des salariés, qui sont globales. Leur force de frappe peut être très importante : si on arrête de produire, tout est bloqué et c’est là que nous pouvons imposer. Il y a de l’argent dans les caisses de l’État ».

La candidate est pour l’expropriation des grandes entreprises, puisque « les travailleurs les ont payés, c’est légitime qu’elles leur reviennent ».

Patricia Blosse rappelle enfin qu’il faudrait mettre un terme « au secret des affaires. Les travailleurs enrichissent la classe capitaliste et c’est donc normal qu’ils soient au courant de ce qui se passe dans leur entreprise. Si nous sommes élus, nous rendrons les mêmes comptes pour chaque loi votée ».

Contact : patricia.blosse@gmail.com

https://www.ouest-france.fr/elections/legislatives/legislatives-a-morlaix-lutte-ouvriere-veut-faire-entendre-le-camp-des-travailleurs-4b25b01e-cf8a-11ec-9e3e-278bc975ec11

 

Ouest-France

Plougonvelin. Le chanteur d’Archimède se livre avant son concert

Publié le

Le duo Archimède, le groupe pop qui compte dans le paysage musical français, revient à l’Espace Keraudy le samedi 21 mai. Le chanteur Nicolas Boisnard se confie.

Frédéric et Nicolas (de gauche à droite), les deux frangins du duo Archimède, seront en mode « full band » (clavier, bassiste, batteur, guitare et chant), samedi 21 mai à l’Espace Keraudy.

Entretien

Si Dan Ar Braz n’est plus à présenter, et constituera culturellement et musicalement un moment fort de la soirée du samedi 21 mai à l’Espace Keraudy, la venue du groupe Archimède, le groupe pop rock aux cinq albums salués par la critique, aux millions de vues sur You Tube, nommé deux fois aux Victoires de la musique, fréquentant avec bonheur de nombreux plateaux télés, ne va pas passer inaperçu. Avec chaleur et simplicité, Nicolas Boisnard, le chanteur du groupe, a répondu à quelques-unes de nos questions.

Que représente ce concert à Plougonvelin pour Archimède ?

Après deux années où la privation de concerts a impacté psychiquement beaucoup d’entre nous, on est reparti de plus belle avec beaucoup d’envie.

Vous avez donné une centaine de concerts en France, que place tient la Bretagne ?

Nous sommes de Laval, donc du Grand Ouest, nous avons déjà joué en première partie de Johnny Hallyday au parc-expo de Brest en 2012, au Vauban aussi en 2014 je crois, on est content de revenir « au bout du monde », comme on dit chez vous.

Vous semblez jouer avec aisance sur les mots qui viennent se poser sur les sonorités très pop et harmonieuses de Frédéric, comment se passe votre collaboration ?

Je ne suis pas instrumentiste, je chante, donc je suis mon propre instrument ; les mots, je m’y suis peut-être familiarisé avec un DEA de philosophie à l’époque étudiante, depuis la musique m’a attrapé, je n’ai pas écrit de thèse doctorale, mais des chansons ; quant aux harmonies, avec Frédéric, on a été biberonné par nos parents, aux Beatles, aux Beach Boys, à Dutronc ; ça joue dans nos harmonies.

Vous avez aussi écrit une chanson pour Johnny Hallyday ?

Oui, À l’abri du monde pour son album L’attente, sorti en 2012, évidemment c’est très flatteur d’avoir composé pour ce monstre sacré.

Vos chansons respirent la fraîcheur, un peu de gouaille légère, d’amusement aussi, tout en ayant du sens, le tout porté par des mélodies et les rythmiques binaires ou ternaires de Frédéric, c’est quoi votre secret ?

On soigne nos musiques et le propos, sans jamais lever le poing, on touche le public autrement avec un univers pop, souvent enjoué.

Samedi 21 mai, à 20 h 30, à l’Espace Keraudy, 20 h 30, concerts Dan Ar Braz et Archimède.  Tarif : 15 € ( entrée + boisson). Informations, réservations : Espace Keraudy-02-98-38-00-38 ou Intermarché Plougonvelin : 02 98 48 23 79 ou www.lalittorale-iroise. fr ; tel 06 79 24 45 56. L’intégralité de la billetterie sera reversée au profit d’une action solidaire menée par l’association La Littorale.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plougonvelin-29217/le-chanteur-darchimede-se-livre-avant-son-concert-8e33b2d4-ceef-11ec-8f4e-56c4107ae8f9

 

Ouest-France

Roscoff. L’estran sous les feux de photographes en herbe

Publié le

Delphine a apporté son expérience d’artiste.

Delphine a apporté son expérience d’artiste. | OUEST-FRANCE

Du 27 avril au 12 mai, les élèves de l’unité d’enseignement de Perharidy, rattachée au collège Jacques-Prévert de Saint-Pol-de-Léon, se sont initiés à la photographie lors d’un projet culturel, en lien avec le centre d’art Gwinzegal de Guingamp.

Accompagnés par Lou Le Jard, médiatrice culturelle au centre d’art, et de Delphine Burtin, artiste photographe venue de Suisse, les collégiens ont expérimenté diverses techniques et appréhendé les notions de cadrage, prises de vues et lumière.

Le projet, intitulé, Estran, avait pour objectifs de les amener à regarder le paysage qui les entoure et à le vivre ensuite par le prisme de l’objectif.

L’artiste les a invités dans une aventure scientifique. La collecte d’éléments naturels sur la plage et la presqu’île a permis d’inventer de drôles de bêtes, des chimères de l’estran, auxquelles les collégiens ont donné vie.

Ces chimères seront à découvrir dès le 9 juin dans l’espace culturel du centre de soins de Perharidy et en septembre au centre d’art Gwinzegal.

https://www.ouest-france.fr/france/bretagne/roscoff/lestran-sous-les-feux-de-photographes-en-herbe-dbe9d1d1-5996-4275-b31d-b04532e08ce6

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
13 mai 2022

Alain Goutal

http://goutal.over-blog.com/2022/05/il-l-a-dit.html

 

Ouest-France

Élections législatives 2022. Nupes entre en campagne à Lannion et Paimpol

Publié le Christina BRUN

Marie-Amélie Troadec, habitante de Tréguier (Côtes-d’Armor), est candidate aux élections législatives dans la 5e circonscription du département. Elle représentera la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes).

Marie-Amélie Troadec, 40 ans, est artiste plasticienne domiciliée à Tréguier (Côtes-d’Armor). Elle se présente aux élections législatives de la cinquième circonscription des Côtes-d’Armor et représente la Nouvelle union populaire écologique et sociale.

Marie-Amélie Troadec, 40 ans, est artiste plasticienne domiciliée à Tréguier (Côtes-d’Armor). Elle se présente aux élections législatives de la cinquième circonscription des Côtes-d’Armor et représente la Nouvelle union populaire écologique et sociale. | OUEST-FRANCE

En 2022, la campagne des élections législatives – qui auront lieu les 12 et 19 juin – est marquée par l’apparition d’un nouveau parti fédérant la gauche : la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes). À Paimpol (Côtes-d’Armor), ce vendredi 13 mai, une foule dense était réunie sur la place de la République, à 18 h, pour la présentation d’une candidate Nupes de la cinquième circonscription des Côtes-d’Armor : Marie-Amélie Troadec.

Déjà candidate en 2017

Artiste plasticienne, âgée de 40 ans et domiciliée à Tréguier, elle s’était déjà portée candidate aux législatives de 2017, représentant alors La France insoumise (LFI). Elle avait obtenu 13,5 % des voix.

Marie-Amélie Troadec, 40 ans, habite à Tréguier. Elle avait déjà été candidate aux dernières législatives, en représentant La France insoumise. | OUEST-FRANCE

« La dynamique nationale de la gauche est incroyable. Elle montre que l’on peut s’opposer à Emmanuel Macron et proposer autre chose aux gens. » Sans détailler son programme, elle assure toutefois que le logement, l’écologie et l’humain seront ses priorités. « Je ne suis pas politicienne, ce n’est pas mon objectif de vie ; par contre, je souhaite représenter les citoyens. »

Entourée de militants du Parti communiste, d’Europe Écologie-Les Verts et de la France insoumise, Marie-Amélie Troadec (au centre, en jaune) est candidate Nupes de la cinquième circonscription des Côtes-d’Armor. | OUEST-FRANCE

En réaction à la candidature dissidente de Vincent Le Meaux (PS), qui n’a pas rejoint l’union de gauche, elle confie : « Nous avons essayé de le contacter à plusieurs reprises, nous n’avons pas eu de réponse. Pour moi, la Nupes vise à rassembler les citoyens. J’ai l’impression qu’il ne pense pas aux gens, mais à sa place. »

Marie-Amélie Troadec fera campagne avec Yves-Marie Le Lay, son suppléant. Habitant près de Lannion, ce militant écologiste de 72 ans s’était présenté aux élections départementales, l’an dernier, sous la bannière de La France insoumise.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/lannion-22300/elections-legislatives-2022-nupes-entre-en-campagne-a-lannion-et-paimpol-a9cf96ac-d2d7-11ec-8fd0-9941437d80ae

 

Le Diben vendredi 13 mai 2022

Ordre du jour de la prochaine réunion du conseil municipal

La prochaine réunion du Conseil Municipal se tiendra le :

Jeudi 19 mai 2022 à 18H00 à la Mairie.

Dispositions particulières applicables compte tenu de la situation sanitaire :

- Les membres du conseil municipal peuvent être porteurs de deux pouvoirs

- Le quorum est fixé au tiers des membres présents

- Le port du masque est recommandé

Ordre du jour :

- Désignation du secrétaire de séance

- Approbation du procès-verbal de la séance du conseil municipal du 24 mars 2022

- Information sur les décisions prises dans le cadre des délégations accordées par le conseil municipal au Maire

FINANCES - ADMINISTRATION GENERALE

- Attribution des subventions 2022 aux associations

- Attribution des subventions aux projets pédagogiques des écoles primaires communales

- Demande de subvention : Répartition du produit des amendes de police par le département

- Création d’un budget annexe lotissement communal Rue François Charles

- Budget primitif lotissement Rue François Charles

- Budget annexe « Camping de la mer » : Décision modificative 2022-01

- Budget annexe « Port de Terenez » : Décision modificative 2022-01

- Instauration de l’indemnité forfaitaire annuelle pour fonctions essentiellement itinérantes au sein de la commune

URBANISME, TRAVAUX

- Acquisition de la parcelle CH 214

- Acquisition de la parcelle CA 83

- Cession de la parcelle CI 76

- Convention de passage pour le réseau de distribution d’électricité avec le SDEF

- Schéma Directeur d’Aménagement Lumière avec le SDEF

- Présentation du règlement local de publicité intercommunal

QUESTIONS ORALES

INFORMATIONS DIVERSES

https://www.mairie-plougasnou.fr/actus/13-mai-ordre-du-jour-de-la-prochaine-reunion-du-conseil-municipal

 

Ouest-France

Roscoff. La route des Casinos du Trégor au Léon les 4 et 5 juin

Publié le

Les organisateurs ont fait le point, mardi, au Casino Groupe Tranchant.

Les organisateurs ont fait le point, mardi, au Casino Groupe Tranchant. | OUEST-FRANCE

La Trégor-Léon, Route des Casinos, a été créée en 2014 par quatre clubs, le yacht-club de Trébeurden, la Société des régates de Perros-Guirec, le yacht-club de Roscoff et le Canot club de Primel. Avec des escales dans chacun des ports, et des départs alternés entre Trégor et Léon.

Les organisateurs, réunis au casino Groupe Tranchant, mardi, ont dévoilé les parcours prévus samedi 4 et dimanche 5 juin, pour la 8e édition. « On unit nos forces pour faire se rencontrer des concurrents de divers clubs. On attend une trentaine de bateaux. »

Cette année, la Trégor-Léon comptera encore une régate et une croisière rallye. Les départs auront lieu à Perros-Guirec, l’arrivée se jugera à Roscoff, après escales à Trébeurden, le samedi soir et au port du Diben, le dimanche midi. La remise des prix se fera à Roscoff.

Pratique : les futurs participants peuvent se pré-inscrire en ligne sur : yachtclub-trebeurden.com/manifestation/tregor-leon/.

https://www.ouest-france.fr/france/bretagne/roscoff/la-route-des-casinos-du-tregor-au-leon-les-4-et-5-juin-fbf3e946-bfbc-455b-815b-33231dd87be2

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
13 mai 2022

Alain Goutal

http://goutal.over-blog.com/2022/05/charisme.html

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
13 mai 2022

http://goutal.over-blog.com/2022/05/c-est-ce-we.une-belle-affiche-et-du-beau-monde.html

 

Ouest-France

Morlaix. Ces huit Finistériens se rendent dans un camp de réfugiés palestiniens

Publié le Sarah HUMBERT

Jeudi 12 mai 2022, huit Finistériens, membres de l’association France Palestine solidarité à Morlaix (Finistère), sont partis pour le Moyen-Orient, à Jalazone, un camp de réfugiés palestiniens, en Cisjordanie. Ils entretiennent depuis plusieurs années des liens avec les habitants, qu’ils veulent maintenir.

Des membres de l’association France Palestine solidarité se rendent dans le camp de réfugiés palestiniens de Jalazone, en Cisjordanie, à partir du 12 mai 2022.

Des membres de l’association France Palestine solidarité se rendent dans le camp de réfugiés palestiniens de Jalazone, en Cisjordanie, à partir du 12 mai 2022. | OUEST-FRANCE

« Notre mission, c’est de répondre à l’appel des Palestiniens, qu’on vienne les voir chez eux », explique François Rippe, président de l’association France Palestine solidarité à Morlaix (Finistère). Jeudi 12 mai 2022, avec sept autres membres de l’association, il s’est envolé pour le Moyen-Orient, pour une dizaine de jours. Dans un premier temps, le groupe ira dans le camp de réfugiés palestiniens, à Jalazone, en Cisjordanie. François Rippe aime à le rappeler : « Jalazone, c’est 16 000 habitants, à peu près comme Morlaix, mais qui vivent sur une surface d’un km2 ». L’association entretien des liens avec le camp depuis 2016. Elle partage par exemple un projet solidaire auprès des enfants en situation de handicap avec une association locale.

« Je veux voir concrètement ce qui se passe sur place »

Le dernier voyage de l’association au sein du camp remonte à 2018. « On va actualiser notre soutien. Ça va aussi nous permettre d’avoir une relation directe avec les gens sur place », poursuit le président. En quatre ans, il s’attend à ce que la situation se soit « dégradée, au niveau économique et social ».

Michèle Abramovicz, secrétaire de l’association, était déjà allée dans le camp en 2018. Elle en garde un souvenir très net : « Je me rappelle d’une femme, qui était avec ses enfants dans la rue, et qui avait un pistolet ». Sylvie Beguin, membre de l’association, y va pour la première fois. « Je veux voir concrètement ce qui se passe sur place. J’y vais pour l’échange humain, la solidarité », dit-elle.

Des échanges avec des ONG

Sur place, les Finistériens vont également échanger avec plusieurs ONG (organisations non gouvernementales), hors de Jalazone, dédiées à la cause des femmes, des agriculteurs ou encore en soutien aux prisonniers politiques. « Nous serons avec un traducteur », précise François Rippe. Ils ont également prévu de se rendre à Jérusalem et dans la Vallée du Jourdain.

Chaque année, l’association parvient à lever entre « 3 000 € et 4 000 € », pour accompagner le peuple palestinien.

Le 18 juin 2022, de 14 h à 17 h, l’association organise une conférence sur l’apartheid en Israël, à Ti An Oll, à Plourin-lès-Morlaix.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-ces-huit-finisteriens-se-rendent-dans-un-camp-de-refugies-palestiniens-888241ea-ce2f-11ec-a6a8-aa0fbe61df0e

SALAH HAMOURI Plourin-les-Morlaix le 30 novembre 2018

Vidéo : Salah Hamouri à Plourin lès Morlaix le 30 novembre 2018

 

Ouest-France

Lanmeur. Ils appellent à manifester samedi devant La Poste

Publié le

Nathalie Bernard, Cathy Lucas et Jean-Luc Fichet appellent les habitants à se mobiliser samedi pour sauver les bureaux de Poste de Plougasnou et Lanmeur.

Nathalie Bernard, Cathy Lucas et Jean-Luc Fichet appellent les habitants à se mobiliser samedi pour sauver les bureaux de Poste de Plougasnou et Lanmeur. | OUEST-FRANCE

« Nous ne voulons pas d’une agence postale communale. » Nathalie Bernard et Cathy Lucas, maires de Plougasnou et de Lanmeur sont énervés. « Il y a plusieurs semaines, Nadine Mollia, cheffe de projet à la direction régionale, nous a annoncé l’intention de La Poste de réduire les horaires des bureaux, elle nous incite à ouvrir une agence communale (N.D.L.R. : Ouest-France du 29 avril). Cela veut dire qu’il faudrait qu’on embauche du personnel. En compensation, nous ne recevrions que 1 064 €, et les frais de fonctionnement seraient à notre charge. »

Jean-Luc Fichet, sénateur PS confirme : « Mercredi, à Botmeur, lors d’une réunion sur le maintien du commerce en milieu rural, le responsable départemental a bien dit que La Poste allait réduire de manière importante, le nombre de ses postes. La députée LREM Sandrine Le Feur soutient le projet. Dans un courrier à la maire de Lanmeur, elle encourage la commune à réfléchir. »

Départ de la perception, prise en charge par les communes de la Maison France service, menaces sur les bureaux de poste…

Les trois élus fulminent contre le désengagement de l’État. Ils se joignent à l’appel de la CGT, à se mobiliser samedi à 11 h, devant le bureau de poste.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/lanmeur-29620/ils-appellent-a-manifester-samedi-devant-la-poste-77767c40-9715-470c-a858-2a2d93bd86f9

 

Ouest-France

Plougasnou. Le projet de classe bilingue est en bonne voie

Publié le

Dernière ligne droite. Le projet est en en bonne voie. La décision sera tranchée par l’inspection d’académie à la fin du mois de juin, en fonction du nombre d’élèves inscrits.

Françoise Reguer et Jean-Paul Bellec, adjoints au maire en charge de la vie scolaire et de la culture, présentent l’affiche annonçant le projet d’ouverture d’une classe bilingue à Plougasnou.

Françoise Reguer et Jean-Paul Bellec, adjoints au maire en charge de la vie scolaire et de la culture, présentent l’affiche annonçant le projet d’ouverture d’une classe bilingue à Plougasnou. | OUEST-FRANCE

Le projet

Jérôme Palud, inspecteur de l’Éducation Nationale langue et culture régionale, et Amélie Brard, chargée de développement à l’Office Public de la langue bretonne, ont animé ce mardi 10 mai une réunion d’information. Son objet : le projet d’ouverture d’une classe maternelle bilingue français-breton à l’école Marie-Thérèse Prigent, à la rentrée de septembre. Ce projet est porté par la municipalité de Plougasnou.

« L’enseignement se fait en parité horaire entre le français et le breton, animé par un enseignant spécialement formé, qui présente le breton sous forme ludique pour susciter l’intérêt des enfants : jeux, comptines » indique Amélie Brard.

L’enseignement bilingue suivra les enfants année après année, dans les écoles primaires, puis collèges et lycées offrant cette possibilité. « Cet enseignement bilingue dès la maternelle facilite l’apprentissage de langues étrangères par la suite, en particulier l’Anglais » précise Jérôme Palud.

Un enseignant spécialisé réservé

Un parent d’élève demande s’il est possible que les enfants plus grands, qui n’ont pu démarrer les classes bilingues, puissent bénéficier de sessions d’initiation pour favoriser l’utilisation de la langue bretonne en famille. Cela nécessiterait des intervenants extérieurs, qui pourront être organisés par la mairie s’il y a suffisamment de demandes.

« Un enseignant spécialisé a été réservé, ainsi que les structures scolaires nécessaires » confirme Françoise Reguer, maire adjoint chargée de la vie scolaire. La décision finale d’ouverture de la classe sera prise par l’inspection d’académie fin juin. S’il n’y a pas de minimum stipulé – il y a à date huit enfants inscrits -, le nombre de demandes sera un facteur déterminant. Il est donc primordial que les parents intéressés s’inscrivent en mairie d’ici début juin.

8 000 enfants, dont 3 000 dans le Finistère, étaient inscrits en maternelle bilingue à la rentrée 2021.

En tout, 19 300 élèves suivent en Bretagne l’enseignement bilingue français-breton, réparti entre l’enseignement public, l’enseignement catholique et le réseau Diwan.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plougasnou-29630/le-projet-de-classe-bilingue-est-en-bonne-voie-9dec0073-b283-4652-a7b5-6dfe0f49cb73

 

Ouest-France

Brest. Charles Kermarec, le cofondateur de Dialogues, reconnu coupable d’agression sexuelle

Publié le Delphine VAN HAUWAERT

L’annonce de sa mise en examen, à l’automne 2018, avait été retentissante à Brest (Finistère). Au terme d’une audience fleuve, et malgré une demande de relaxe du parquet, le cofondateur de la librairie Dialogues a été condamné à un an de prison avec sursis.

Le tribunal judiciaire de Brest. | PHOTO D’ILLUSTRATION OUEST-FRANCE

Le tribunal judiciaire de Brest. | PHOTO D’ILLUSTRATION OUEST-FRANCE

Que s’est-il passé, ce jour d’août 2018, dans le bureau brestois de Charles Kermarec, cofondateur de la librairie Dialogues ? Jeudi 12 mai 2022, huit heures d’audience ont tenté de lever le voile sur cette scène qualifiée par la plaignante d’agression sexuelle, et par le prévenu, de discussion anodine.

L’homme de 74 ans le répète, encore et encore : quand la salariée a quitté son bureau, elle était « enjouée ». Mais une collègue de la jeune femme dit avoir croisé une personne « choquée, en état de panique ».

« Elle n’allait pas bien »

Devant le tribunal judiciaire, celle qui a travaillé quinze ans à la librairie, rue de Siam, raconte avoir été convoquée pour une question d’emploi du temps. « Je revenais de vacances. M. Kermarec m’a dit que j’avais un joli bronzage et m’a demandé de lui montrer mon ventre. » Elle explique s’être exécutée, « parce que c’est mon patron ». Charles Kermarec lui aurait ensuite demandé si elle « avait envie ». « J’ai répondu non, et il m’a enlacée. » La scène se serait terminée avec le départ de la salariée.

D’autres employés témoignent l’avoir vue en pleurs ce jour-là et perturbée les semaines suivantes. « Je voyais, au fil des mois, qu’elle n’allait pas bien », dit l’un. « Elle avait peur de se retrouver en tête à tête avec lui », dit un autre.

La jeune femme déposait une main courante quelques semaines plus tard, en septembre 2016, « pour me protéger, mais aussi les autres salariées », dit-elle. La plainte ne viendra que plus tard, en janvier 2018, alors qu’elle est en arrêt de travail pour syndrome anxiodépressif.

Cinq témoins à la rescousse

Elle débouchera sur la mise en examen de Charles Kermarec en octobre 2018. À l’époque, sont évoqués dans la presse au moins une dizaine d’autres témoignages d’agressions sexuelles (et pour lesquels un non-lieu a été décidé).

Sur la scène brestoise, la nouvelle est retentissante. Dans une tribune, des personnalités volent au secours du libraire, dénonçant « une cabale » contre le cofondateur de Dialogues. Le Planning familial leur répond, scandalisé de la remise en cause des propos d’une femme se présentant comme victime.

À l’audience, partie civile comme défense sont d’accord sur un point : « l’impact désastreux » de cette médiatisation.

Parmi les cinq témoins cités par Charles Kermarec, Irène Frachon, la pneumologue française ayant fait éclater le scandale du Mediator, était l’une de celles à avoir pris publiquement sa défense à l’époque. Elle maintient ses déclarations à son procès, encensant le courage et la clairvoyance de celui qui a « osé », à l’époque, l’éditer.

Les quatre autres témoins, tous des salariés de l’entreprise, assurent n’avoir jamais observé un seul geste ambigu de la part du patron. D’autres personnes interrogées au cours de l’enquête évoquent pourtant « des regards malsains », « des photos prises à l’insu de jeunes salariées » et « des mains aux fesses ».

Des « imprécisions » pointées

Tous en revanche reconnaissent « le fort caractère » du prévenu. Au fil des témoignages, c’est un management parfois très autoritaire qui est dépeint, ce que reconnaît le mis en cause.

Selon Irène Frachon, interrogée par le président sur la cabale dénoncée à l’époque, ce trait de caractère « peut donner envie à des salariés d’en découdre, de régler des comptes ». Charles Kermarec ne met pas en cause la salariée, qu’il juge « influençable », mais d’autres personnes qui auraient pu la pousser à mentir.

« Le milieu du travail est sujet à des acrimonies, à des revanches, à des rancœurs », abonde Romain Liverato, le vice-procureur. Face à « l’absence de preuve », et « des imprécisions » dans la déclaration de la plaignante, il demande la relaxe.

Le prévenu fera appel

Pour l’avocate de la victime en revanche, aucun doute : « Le notable brestois, le bon libraire, a profité de son statut et a eu un comportement inapproprié vis-à-vis d’une salariée. »

Le tribunal est de cet avis, condamnant Charles Kermarec à un an de prison avec sursis. Il est également inscrit au fichier des auteurs d’infraction sexuelle.

La défense a immédiatement annoncé sa décision de faire appel.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/brest-charles-kermarec-le-cofondateur-de-dialogues-reconnu-coupable-d-agression-sexuelle-708e9546-d21e-11ec-b0ed-05ec53e3374f

 

Le Diben jeudi 12 mai 2022

Plougasnou. Commémoration du 8 Mai

Photo pyb29  Photo pyb29

Photo pyb29  Photo pyb29

Photo pyb29  Photo pybb29  Photo pyb29

Petite participation cette année, la cérémonie n'était pas annoncée sur le site de la municipalité.

 

Ouest-France

Sibiril. Les travaux du phare de Moguériec démarrent ce lundi 16 mai

Publié le

Le chantier avance pour le phare sauvé du port de Moguériec, à Sibiril (Finistère). Le sémaphore avait été retiré de son socle en septembre 2021 pour une cure de jouvance. Un nouveau socle va être coulé à partir du 16 mai.

Le port de Moguériec va bientôt retrouver son phare !

Le port de Moguériec va bientôt retrouver son phare ! | OUEST-FRANCE

Enlevé en septembre 2021, le phare de Moguériec, de construction Eiffel, est en cours de rénovation pour retrouver une nouvelle jeunesse. L’association Sauvons le phare de Moguériec, présidée par Arnaud Lampire, annonce que le nouveau socle de l’édifice lumineux sera coulé la semaine du 16 mai 2022, sous réserve de la météo.

Le charme du phare conservé

De plus, les bénévoles informent que le nouveau fût en inox vient d’être soudé et sera percé dans quelques jours pour permettre à quelques centaines de rivets de maintenir les éléments en fonte qui faisaient tout le charme de la lanterne​, décrit l’association. Puis, la porte, les fenestrons et tous les éléments d’origine viendront se positionner à la bonne place.

Mais, il faudra encore être patient pour le revoir tout au bout de la digue. Affaire à suivre !

https://www.ouest-france.fr/bretagne/sibiril-29250/sibiril-les-travaux-du-phare-de-mogueriec-demarrent-ce-lundi-16-mai-7393e8bc-d210-11ec-89e5-ab463735eb0c

 

Ouest-France

Cinq bonnes raisons de se rendre au jardin de Pont ar Gler à Saint-Jean-du-Doigt

Publié le 12/05/2022 à 08h00

Musique de chambre, lectures, peinture et cinéma sont au programme de cette 11e édition d’un festival d’art et musique. Du 13 au 22 mai 2022, la poésie sera partout dans ce jardin à Saint-Jean-du-Doigt (Finistère) où se mêlent art et végétal.

Véronique Gaudrat a invité Caroline Coppey, plasticienne, Sybille Simon, peintre et sculpteur, et Jean-Michel Kerdiles (absent sur la photo) céramiste, à exposer leurs œuvres dans le jardin du manoir.

Véronique Gaudrat a invité Caroline Coppey, plasticienne, Sybille Simon, peintre et sculpteur, et Jean-Michel Kerdiles (absent sur la photo) céramiste, à exposer leurs œuvres dans le jardin du manoir. | OUEST-FRANCE

La 11e édition du festival du jardin de Pont ar Gler à Saint-Jean-du-Doigt (Finistère) se déroulera du 13 au 22 mai 2022.

Pour le dialogue entre le paysage et l’art

Découvrir un vaste espace qui invite à l’émotion artistique. C’est l’idée de ce festival, imaginé il y a onze ans, par la famille Gaudrat dans son jardin botanique. Pour cette 11e édition, elle a convié trois artistes à investir les lieux. Les couleurs de Caroline Coppey sont empruntées à la palette de Monet, dont elle est une théoricienne éclairée.

Le jardin est son terrain de jeu, où ses grandes toiles sur bois et inox folâtrent avec l’ombre, la lumière et l’eau et dialoguent avec les céramiques de Jean-Michel Kerdiles. Peintre et sculpteur, Sybille Simon expose dans une des dépendances du manoir plusieurs toiles et sculptures aux noms très évocateurs, Descente de croix (bronze), Un homme méditant, La louve ou Torero crevé, et qui dégagent force et rigueur.

Pour les jeunes prodiges

« J’ai donné carte blanche à de jeunes musiciens, confie Véronique Gaudrat. Chaque édition a sa couleur avec toujours un même niveau de qualité. » Diplômé de la Royal academy of music entre autres, le violoniste Emmanuel Coppey, se produira avec Clara Orif, soprano, le 13 mai 2022 à la salle Kasino. En solo, il interprétera, samedi 14 mai, à 17 h 30, à l’église de Saint-du-Doigt, et le 15 à 17 h 30, à Locquirec, l’Intégrale des Sonates et Partitas de J-S Bach. Le soir à 20 h, salle Kasino, il sera de nouveau sur scène avec Marcel Cara à la harpe et Clara Orif, pour un projet original sur la complainte amoureuse d’Abélard.

Pour les journées du jazz

Le festival accueille les lauréats du concours de jazz du Lyceum club international à Berne. L’ensemble Crome explore le jazz contemporain et la musique de chambre, il jouera le 15 mai 2022 à 20 h à la salle Kasino.

Pour l’éveil à la musique

Jean-Baptiste Doulcet, pianiste et compositeur, a construit tout un programme en lien avec sept classes (Plougasnou, Plouigneau, Lanmeur, Plouezoc’h et Locquirec). En marge des différents concerts des 21 et 22 mai 2022, l’ensemble Caravage ira à la rencontre des écoliers. Une restitution est prévue le 22 mai à 16 h, salle Kasino.

Pour la poésie et le cinéma

Pierre-Oliver Simon évoquera Stradivarius, tandis que Koulitz Kedez, poète breton, fera une lecture à deux voix de ses poèmes. L’écrivaine morlaisienne Catherine Urien lira des extraits de son roman L’œil du silence/Histoire de Max et Leonora, et Alexis Gloaguen, des textes ayant trait à l’écriture du paysage. Le 18 mai au Douron, sera projeté le film d’André Sauvage sur Paris.

Tout le programme est sur www.pontargler.com

https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-jean-du-doigt-29630/cinq-bonnes-raisons-de-se-rendre-au-jardin-de-pont-ar-gler-a-saint-jean-du-doigt-787a347c-d133-11ec-84d2-d424ece0224b

 

Ouest-France

Morlaix. Le cinéaste Jacques Doillon, ce soir, à La Salamandre

Publié le

 | REUTERS

Le cinéaste Jacques Doillon sera dans le Finistère, entre le 12 et le 15 mai, à l’occasion de la présentation de quatre de ses films de jeunesse restaurés : Les doigts dans la tête (1974), La Drôlesse (1979), La femme qui pleure (1980) et La vie de famille (1984).

Ils sont actuellement diffusés au cinéma dans le cadre d’une minirétrospective « Jacques Doillon jeune cinéaste ». À cette occasion, le producteur, réalisateur et acteur de 78 ans, sera ce soir à La Salamandre, dans le cadre de la projection du film La Drôlesse, à 20 h 30.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/le-cineaste-jacques-doillon-ce-soir-a-la-salamandre-114ad907-0db9-4a4b-9853-bd26f4c2914a

 

Communiqué de l’AFPS

Journaliste palestinienne assassinée par Israël : des sanctions s’imposent

Ce matin, mercredi 11 mai, à Jénine, Israël a franchi un pas supplémentaire dans la violation permanente du droit et dans les crimes de guerre : Shireen Abu Aqleh, journaliste américano-palestinienne de 51 ans a été assassinée par l’armée israélienne d’une balle en pleine tête.
Un nombre important de soldats de l’armée d’occupation avaient pris d’assaut la ville de Jénine et bouclé une maison pour arrêter un jeune Palestinien. Des confrontations avec des dizaines de jeunes palestiniens s’en sont suivies.

Shireen Abu Aqleh qui portait un gilet pare-balle barré du mot « PRESS » a été touchée par une balle réelle à la tête. Elle est décédée.

Un autre journaliste, Ali Samoudi, a également été touché d’une balle réelle dans le dos. Il a précisé « les forces d’occupation ont ciblé directement les journalistes. »

Des témoins ont déclaré que les soldats ont tiré à balles réelles en direction de jeunes Palestiniens et des équipes de presse.

Le 25 avril 2018, le journaliste palestinien Ahmed Abu Hussein succombait à ses blessures dans la bande de Gaza. Un soldat israélien l’avait visé par balle. Un autre journaliste, Yasser Mortaja, était mort sur le coup de la même manière. Ces deux journalistes couvraient la “marche du retour.”

Les journalistes palestiniens (et parfois internationaux) sont soumis quotidiennement à des restrictions de déplacements et à des interdictions d’accès, à des confiscations ou destructions de leur matériel, à des arrestations. Selon un décompte de Reporters Sans Frontières, en quatre ans, au moins 144 journalistes palestiniens ont été victimes de violations de la part des forces de l’ordre israéliennes dans la bande de Gaza, à Jérusalem-Est et en Cisjordanie : tirs de gaz lacrymogènes, balles en caoutchouc, coups de matraques, grenades assourdissantes, tirs à balles réelles...

Shireen Abu Aqleh, 51 ans, journaliste de terrain expérimentée a été l’une des premières correspondantes d’Al Jazeera en Palestine. Pendant un quart de siècle, elle a été au cœur des actions de la résistance palestinienne pour en rendre compte. Faisant fi du danger, elle a couvert les guerres, les attaques et les agressions de l’occupation israélienne contre les Palestiniens.

Israël tente de bâillonner ceux qui documentent les crimes de guerre, comme il l’a fait en désignant comme terroristes les ONG de défenses des droits humains palestiniennes. Israël assassine les journalistes, celles et ceux qui résistent : 11 jeunes du village de Beita, village qui refuse la colonisation de ses terres ont été assassinés par l’armée israélienne en une année.

Le premier ministre israélien a donné à ses soldats un permis de tuer. Ils en usent et en abusent y compris contre les journalistes.

Les crimes de guerre israéliens sont connus, documentés. Ils durent depuis des décennies. Ils n’entrainent cependant aucune sanction de la part de la communauté internationale. Jusqu’à quand ? L’Union européenne se déclare choquée par le meurtre de Shireen Abu Aqleh. Prendra-t-elle enfin des sanctions contre Israël ?

L’AFPS transmet ses condoléances les plus sincères à la famille de Shireen Abu Aqleh. Elle transmet sa solidarité aux journalistes palestinien·nes et aux comités de résistances populaires qui la côtoyaient quotidiennement.

Elle exhorte la France, l’Union européenne de mettre fin à l’impunité dont bénéficie Israël depuis toujours en prenant des sanctions immédiates. Les crimes de guerres doivent être sanctionnés de la même manière où qu’ils soient perpétrés.

Le Bureau national de l’AFPS
Le 11 mai 2022

Photo : capture d’écran Al Jazeera

https://www.france-palestine.org/Journaliste-palestinienne-assassinee-par-Israel-des-sanctions-s-imposent

 

Ouest-France

ENTRETIEN. « La France Insoumise ne veut pas l’union, elle veut l’écrasement »

Publié le Recueilli par Fabrice BERNAY

Pour le premier secrétaire fédéral du Parti socialiste dans les Côtes-d’Armor, Vincent Le Meaux, l’accord national à gauche de la Nupes (Nouvelle union populaire écologique et sociale) n’est pas valable. Il pourrait annoncer sa candidature aux législatives à Lannion, ce week-end, face à LFI, tout en restant au PS.

Vincent Le Meaux, premier secrétaire fédéral du Parti socialiste des Côtes-d’Armor, rejette l’accord voté par le bureau national du PS et les autres forces de gauche, dont la France insoumise.

Vincent Le Meaux, premier secrétaire fédéral du Parti socialiste des Côtes-d’Armor, rejette l’accord voté par le bureau national du PS et les autres forces de gauche, dont la France insoumise. | ARCHIVES OUEST-FRANCE

Serez-vous candidat aux législatives dans la circonscription de Lannion ?

Je ne suis pas encore en phase d’annonce officielle de ma candidature. J’essaie de mener des discussions pour représenter la gauche dans le Trégor-Goëlo. LFI n’est pas ouverte au dialogue, à tel point qu’ils ont choisi leur suppléant. Je dénonce un accord national, d’appareil parisien, qui ne prend pas en compte la réalité des territoires.

À Guingamp, il y a une candidature LFI avec Murielle Lepvraud, et celle du dissident PS Alain Gueguen… Ce sera donc aussi le cas à Lannion ?

Je me prépare à franchir ce pas, s’il n’y a pas d’accord avec la LFI. Je donnerai ma réponse ce week-end. On ne peut pas effacer le Parti socialiste après tout ce qu’il a fait dans le territoire de Lannion-Guingamp : Pierre-Yvon Trémel, Noël Le Graët, Annie Le Houérou, Yannick Botrel, Alain Gouriou, Corinne Erhel…

Et que faites-vous de l’accord national de la Nupes ?

Pour moi, il n’est pas valable. En tout temps, les statuts du Parti socialiste confèrent exclusivement aux militants le pouvoir de ratifier des conventions avec des partis extérieurs. Un conseil national du parti ne peut pas le faire. Les statuts sont reniés. La Nupes n’est pas l’union de la gauche, mais la soumission d’une partie de la gauche aux desiderata de Jean-Luc Mélenchon. Paris décide, la province dispose… j’y suis farouchement opposé. La France insoumise ne veut pas l’union : elle veut l’écrasement, nous soumettre.

N’est-ce pas intenable de rester au PS tout en contestant cet accord ?

Je me sens toujours socialiste. Je suis militant de cette fédération depuis plus de vingt-cinq ans. Je cotise, j’ai toute ma place au PS. S’il considère que je franchis les limites, qu’il me le dise, ainsi qu’à tous ceux qui contestent la teneur de cet accord. Il y a le PS à Ivry et le PS dans les territoires. Beaucoup de fédérations prennent des motions pour contester l’accord Nupes.

Certains, comme le PS Antoine Ravard, franchissent le pas : il est candidat Nupes dans la circonscription de Loudéac-Lamballe…

La troisième circonscription est l’une des plus difficile pour le PS. En 25 ans, à Saint-Brieuc, on est à 4 législatures socialistes sur 5. Pour Dinan, 4 sur 5. Guingamp, 3 sur 5. Lannion, 4 sur 5. Loudéac-Lamballe, c’est 1 sur 5. Je lui souhaite beaucoup de force pour battre Marc Le Fur. Avec cet accord, on est humiliés, après avoir tant donné dans nos collectivités.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/lannion-22300/entretien-la-france-insoumise-ne-veut-pas-l-union-elle-veut-l-ecrasement-750be29c-d13b-11ec-9936-87af3f063350

 

Ouest-France

Finistère. Avec des travailleurs « cassés », l’été s’annonce « difficile » dans les hôpitaux publics

Publié le Béatrice CHOT-PLASSOT

Le syndicat Sud, à travers sa branche santé sociaux, alerte sur la situation qui s’annonce « très compliquée » pour l’été 2022 dans les établissements publics hospitaliers de tout le Finistère. En cause : « l’épuisement » du personnel et les difficultés de recrutement.

Les membres du syndicat Sud santé sociaux, représentants du personnel des établissements hospitaliers publics de Quimper, Brest, Carhaix, Morlaix (Finistère).

Les membres du syndicat Sud santé sociaux, représentants du personnel des établissements hospitaliers publics de Quimper, Brest, Carhaix, Morlaix (Finistère). | OUEST-FRANCE

L’été approche, et la situation dans les établissements hospitaliers publics du Finistère s’annonce « très alarmante ». Un constat dressé, dès ce printemps 2022, par le syndicat Sud et sa branche santé sociaux. Et ce dans tout le département : que ce soit dans les hôpitaux (notamment les services de médecine, chirurgie, obstétrique ; de psychiatrie ; de gériatrie), comme dans les Ehpad (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes).

En termes de personnel, médical et paramédical, « le vivier est à zéro, asséché », constatent les représentants syndicaux Sud, travaillant dans les structures de Quimper, Brest, Carhaix et Morlaix.

Mais si ces services sont en difficulté, selon les syndicalistes, c’est « notamment à cause de l’absentéisme » des personnels : « Dans le Finistère, il s’élève à 10-15 % des effectifs, contre 7 à 8 % pour la moyenne nationale. » La faute à un contexte qui provoque « épuisement et perte de sens » chez les travailleurs hospitaliers, qui sont « cassés ».

« Nos hôpitaux sont en tension chaque semaine. »

« Par exemple, un des gros sujets en ce moment », souligne Sylvain Madec, du centre hospitalier universitaire (CHU) de Brest-Carhaix, « c’est la question des douze heures : aujourd’hui, les services ne fonctionnent plus sur des plages horaires en 3x8, mais en 2x12. » Un allongement du temps de travail qui fatigue les équipes.

« Nos hôpitaux sont en tension toutes les semaines, à cause du manque de lit. Chaque semaine, il y a des patients de Brest qui vont à Morlaix, des patients de Morlaix qui vont à Quimper, etc. », décrit Francis Landouar, représentant Sud au CH de Morlaix.

« Et cet été, on va avoir un afflux [touristique, N.D.L.R.]. Avec les moyens qu’on a aujourd’hui, ce sera très difficile d’accueillir correctement. » « On met des patients en danger », abonde Catherine Ferrant, syndicaliste Sud au CH de Cornouaille, à Quimper, « comment la population va-t-elle être prise en charge ? »

D’après Myriam Vals, représentante des travailleurs du CHU de Brest, « il y a un risque de déclencher le plan blanc. C’est la grosse menace de cet été. » Sur cette question, la direction de l’hôpital brestois ne souhaite pas s’exprimer pour le moment, indiquant que « les recrutements et le plan d’action sont en cours ».

https://www.ouest-france.fr/bretagne/finistere/finistere-avec-des-travailleurs-casses-l-ete-s-annonce-difficile-dans-les-hopitaux-publics-72d3ce84-d147-11ec-9936-87af3f063350

 

Ouest-France

Le groupe de blues breton The Wacky Jugs décroche un titre mondial du blues aux États-Unis

Publié le

The Wacky Jugs, groupe de blues entre Pontivy (Morbihan) et Douarnenez (Finistère) a brillé à l’International Blues challenge à Memphis. C’est la première fois qu’un groupe européen, et a fortiori breton, remporte le premier prix.

Les Wacky Jugs, groupe de blues breton entre Pontivy et Douarnenez, ont décroché le titre mondial du blues à Memphis, Tennessee.

Les Wacky Jugs, groupe de blues breton entre Pontivy et Douarnenez, ont décroché le titre mondial du blues à Memphis, Tennessee. | ARCHIVES OUEST-FRANCE

Le groupe de blues The Wacky Jugs, installé en Bretagne et accompagné par La Criée, agence de Douarnenez (Finistère) représentée par Manon Fouquet et Tangi Le Boulanger, vient de remporter, à Memphis, le titre mondial de blues de l’IBC (International Blues Challenge).

« Dans les conditions américaines »

The Wacky Jugs étaient sélectionnés pour représenter la France au concours International Blues challenge, à Memphis, aux États-Unis. « C’est la tête haute qu’on rentre », commente Manon Fouquet, de La Criée. Et pour cause : le quintet de blues basé en Bretagne et composé de Jack Titley, Gurvan Leray, Jonathan Caserta, Joseph Detailleur et Rowen Berrou vient de remporter le sésame. Julien Le Vu, ingénieur du son, accompagnait le groupe en tant que photographe et vidéaste. « Nous sommes partis à la fin du mois d’avril, nous sommes descendus à la Nouvelle-Orléans, raconte Manon Fouquet. Puis, nous sommes remontés sur la route de Memphis et on s’est arrêtés à Clarksdale, la ville du blues par excellence ! »

Une première pour un groupe européen

De retour à Memphis, le groupe a progressivement passé toutes les étapes de sélection au cours de différents concerts de vingt-cinq minutes, « dans les conditions américaines, pas de balance, il faut amener son matériel, tout est timé ! », poursuit Manon Fouquet.

En lice avec quelque 300 groupes venus du monde entier, le quintet a plus que séduit les différents jurys et s’est ainsi retrouvé en demi-finale dans un autre club. « L’étau se resserrait et nous avons appris dimanche soir que nous passions en finale lundi dernier. Ce qui a fait la différence, dans les retours qu’on a eus, c’est que le groupe a un son assez roots. The Wacky Jugs, à la base, leur son, c’est vraiment celui de jug band, la musique des années 1920, années 1930, de Memphis, de là. Dans leurs trois morceaux, ils ont fini par une reprise de Four Streets, une rue de Memphis ! L’émotion était palpable. » Ce titre mondial du blues offre de belles répercussions au groupe breton : une récompense de 3 000 dollars, des contrats pour plusieurs grands festivals nord-américains comme le «Big Blues Bender» à Las Vegas (Nevada) ou une participation à la croisière »Legendary Rhythm’n’Blues Cruise» dans les Caraïbes, ainsi qu’un enregistrement professionnel incluant mixage et mastering.

« La finale a été intense»

«Le concours a commencé avec d’entrée de jeu avec deux très belles prestations des Wacky Jugs qui se sont retrouvés en demi-finale dans les bars de la célèbre Beale Street, avant d’obtenir sa qualification pour la finale au sein du légendaire Orpheum Theatre où se sont produits les plus grands artistes du rock, de la soul et du blues. La finale a été intense avec vraiment dix très bons groupes venus d’Arizona, du Mississippi, du Kansas ou de l’Ohio, mais l’originalité et le talent de nos Bretons ont marqué les esprits des jurés», commente Fred Delforge, le président de l’association «France Blues» qui avait sélectionné les »Wacky Jugs» pour l’édition 2022 de l’IBC. C’est la première fois que des « non-Nord américains» gagnent la catégorie reine, des allemands avaient déjà gagné, mais dans la catégorie solo/duo il y a une douzaine d’années.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/finistere/le-groupe-de-blues-breton-the-wacky-jugs-decroche-un-titre-mondial-du-blues-aux-etats-unis-3753955a-d148-11ec-8683-fd3702e27bb5?_ope=eyJndWlkIjoiODkzNTE0In0%253D

 

Ouest-France

Bretagne. Une statue géante d’Alexis Gourvennec sculptée pour la Vallée des Saints

Publié le Modifié le

Alexis Gourvennec, à bord du « Duc de Normandie » le 6 juin 1986. Quinze ans après sa mort, une statue monumentale sera sculptée à son effigie.

Alexis Gourvennec, à bord du « Duc de Normandie » le 6 juin 1986. Quinze ans après sa mort, une statue monumentale sera sculptée à son effigie. | ARCHIVES OUEST-FRANCE

C’est l’année des anniversaires : la compagnie de transports maritimes Brittany Ferries fête en grande pompe ses 50 ans ; fin 2021, la Sica Saint-Pol soufflait sa soixantième bougie.

2022 marque aussi les quinze ans de la mort d’Alexis Gourvennec, qui n’est autre que le créateur de la première, et à l’origine de la seconde.

Une statue de saint, clin d’œil au Paysan de la République

Les deux entreprises, avec l’aide du Crédit agricole, ont dévoilé leur dernier projet : le financement d’une statue monumentale en granit représentant saint Alexis, et qui devrait ensuite rejoindre la Vallée des saints de Carnoët (Côtes-d’Armor). Un clin d’œil pour le « Paysan de la République », Alexis Gourvennec.

Pour rappel, ce dernier s’était fait connaître comme leader des manifestations de paysans bretons. Le 8 juin 1961, la sous-préfecture de Morlaix avait été prise pour réclamer la mise en place d’un marché au cadran régulant plus équitablement la vente des légumes à Saint-Pol.

La statue devrait atteindre 4,25 mètres de haut et pèsera 13 tonnes. Le chantier commencera à partir du 16 mai 2022, au port du Bloscon de Roscoff.

https://www.ouest-france.fr/economie/transports/transport-maritime/brittany-ferries/bretagne-une-statue-geante-d-alexis-gourvennec-sculptee-pour-la-vallee-des-saints-88d88934-d144-11ec-8683-fd3702e27bb5

Portrait d'Alexis Gourvennec

 

Ouest-France

Brest. Face aux problèmes de recrutement à l’hôpital, la CGT organise un bureau d’embauche

Publié le Laura DANIEL

Les difficultés à recruter risquent de diminuer l’offre de soins de l’hôpital de Brest cet d’été. Pour y répondre, la CGT a décidé de mener son propre bureau d’embauche. Il a passé la matinée place de la Liberté, ce mercredi 11 mai 2022, pour trouver des candidats.

Un demandeur d’emploi se renseigne sur les postes à pourvoir à l’occasion du bureau d’embauche organisé par la CGT du CHU de Brest, ce 11 mai 2022.

Un demandeur d’emploi se renseigne sur les postes à pourvoir à l’occasion du bureau d’embauche organisé par la CGT du CHU de Brest, ce 11 mai 2022. | OUEST-FRANCE

Place de la Liberté, à Brest (Finistère), un bureau de fortune a pris place sous une tonnelle à l’effigie de la CGT, ce mercredi 11 mai 2022. Sur les coups de 11 h, deux femmes se renseignent auprès de syndicalistes, avant de remplir un formulaire.

« C’est la sixième candidature qu’on enregistre physiquement, en plus d’une trentaine sur internet. C’est pas mal ! » salue Thomas Bourhis. Secrétaire général de la CGT du CHRU de Brest, il fait partie de ceux ayant porté cette action originale : organiser un bureau d’embauche pour pallier les difficultés de recrutement.

« Nous transmettons les CV à la direction des ressources humaines. Ils acceptent toutes les initiatives pouvant aider. Mais nous prenons quand même les contacts des candidats, pour s’assurer qu’ils aient bien un retour… » explique le syndicaliste.

Des profils de soignants recherchés

L’initiative avait déjà eu lieu en juin 2021, permettant de recueillir une quarantaine de candidatures et d’embaucher trois agents. « La difficulté, c’est qu’on cherche plutôt des profils de soignants, quand les candidatures que l’on reçoit visent davantage des postes sans qualification », relève le syndicaliste de la CGT.

L’an dernier, les difficultés de recrutement étaient telles que la direction avait suspendu temporairement les temps partiels. Une telle mesure ne devrait pas être prise cette fois, ou alors seulement sur la base du volontariat.

Reste que le CHRU aura à nouveau du mal à remplacer ses 7 000 agents durant leurs congés d’été. « La moitié des postes nécessaires ne sont pas pourvus pour l’instant », indique Thomas Bourhis.

Diminution de l’offre de soins

Conséquence : « Il y aura une diminution de l’offre de soins à Brest cet été », assure-t-il. Les conditions de travail des agents seront également impactées, avec des réorganisations pouvant perturber leur vie personnelle (garde d’enfants, dates de vacances…)

Pour le syndicaliste, c’est bien une « politique de recrutement globale », à l’année, qui doit être menée pour répondre à ces carences régulières. « Nous demandons un plan d’attractivité de l’hôpital depuis un an. On a eu des revalorisations de salaire, mais ce n’est pas suffisant face au malaise dans le secteur », estime-t-il.

Un protocole d’accord est, par ailleurs, en cours pour aligner les salaires des aides-soignants et infirmiers contractuels avec ceux des titulaires. « On met du temps à le signer, et ce delta pousse certains à aller travailler ailleurs », relève Thomas Bourhis.

Contactée, la direction de l’hôpital a indiqué « ne pas être en mesure de répondre dans l’immédiat » à nos questions sur cette problématique de recrutement.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/brest-face-aux-problemes-de-recrutement-a-l-hopital-la-cgt-organise-un-bureau-d-embauche-1d5d31e2-d134-11ec-8683-fd3702e27bb5

 

Ouest-France

Le Brestois Yohann Nédélec approché pour intégrer un prochain gouvernement

Modifié le Publié le

L’ancien maire du Relecq-Kerhuon, aujourd’hui vice-président de Brest Métropole, aurait pu être débauché. Mais le socialiste a dit non. Il l’assure : il est bien à Brest !

Yohann Nédélec.

Yohann Nédélec. | ARCHIVES

L’info avait largement commencé à fuiter dans le courant de l’après-midi, mercredi, par l’intermédiaire de Laurent Prunier, ex-leader de la droite brestoise et départementale. Bien renseigné sur le petit monde politique local, il écrivait sur les réseaux sociaux que Yohann Nédélec avait été approché pour faire partie du prochain gouvernement.

Le principal intéressé, vice-président de Brest Métropole et adjoint au maire de Brest, socialiste convaincu, confirme : « Oui, c’est vrai, j’ai été approché avant-hier, pour réfléchir à la possibilité d’intégrer le gouvernement ».

« Bien à gauche, bien à Brest ! »

Il ne communique pas le nom de son interlocuteur et assure ne pas connaître le poste qu’on lui aurait proposé s’il avait dit oui. « C’était un appel, courtois, poli, mais assez rapide, je n’ai pas eu besoin de réfléchir longtemps ».

Fidèle à ses convictions, il a décliné la proposition. « Il n’y a pas eu d’ambiguïté là-dessus, reprend-t-il. Je n’ai pas soutenu Emmanuel Macron et je déplore ce que j’ai vu sur les plateaux télé avec Marisol Touraine, Manuel Valls ou François Rebsamen… Je suis bien à gauche, je suis bien à Brest et je n’ai pas besoin d’autre chose ! »

Il se dit toutefois « flatté » par la proposition, « mais ça s’arrête là. Je ne rêve pas de ça ! »

Du côté des Marcheurs, l’information pourrait en faire tiquer quelques-uns. À commencer peut-être par Marc Coatanéa, candidat désigné par LREM pour les Législatives sur la circonscription de Brest centre.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/brest-yohann-nedelec-approche-pour-integrer-un-prochain-gouvernement-716b769e-d144-11ec-8683-fd3702e27bb5

 

Ouest-France

La 5e édition du festival Les Originales se tiendra du 14 au 21 mai dans le pays de Morlaix

Publié le

Le festival Les Originales se tiendra du 14 au 21 mai 2022. Un chapiteau sera implanté à Plourin-lès-Morlaix (Finistère), d’autres spectacles seront programmés au Roudour, au théâtre du pays de Morlaix, à la Maison des jeunes et de la culture et au bar des Deux rivières.

Eric Pellerin, le directeur artistique du festival Les Originales.

Eric Pellerin, le directeur artistique du festival Les Originales. | OUEST-FRANCE

Nous étions tellement impatients qu’elle arrive cette cinquième édition des Originales ! Placée sous le signe des voyages imaginaires, la voici enfin pour des moments de partages, d’émotions, de rires, de poésie et d’énergie », ​raconte Eric Pellerin, le directeur artistique du festival Les Originales, association basée à Morlaix (Finistère).

Des animations du 14 au 21 mai

Cette année, plusieurs spectacles et animations s’étaleront du 14 au 21 mai 2022 de Plourin-lès-Morlaix à Saint-Martin-des-Champs et à Morlaix. Nous allons installer un chapiteau derrière la mairie de Plourin-lès-Morlaix. Il y a deux ans, nous avions émis l’idée de faire une programmation conséquente sur l’ensemble d’un week-end dans cette commune. Pendant deux jours, Plourin-lès-Morlaix deviendra une commune en chanson.

Contes, spectacle, musique, exposition…​

Deux randonnées chantées et contées seront animées par Alain Diverrès le samedi 14 mai et le lendemain dimanche 15 mai 2022, par Yves Briens, comédien, chanteur, conteur, accompagné de la voix et de l’accordéon de Steve Normandin.

Pour cette nouvelle édition, nous innovons avec le spectacle Kourouk et Mashka de Sylvie et Steve Normandin, destiné aux touts petits d’un à six ans, mais aussi en proposant au public un passe chapiteau de 30 €, qui donne accès à tous les spectacles du week-end !

Dans la programmation des 14 et 15 mai, Christian Paccoud et le Sister System, quatre femmes et l’accordéoniste chanteur pour un récit de nos vies et de notre société », mais aussiLe Trio Marcaurel, qui revisitera les grands standards de la chanson française. ​Dominique Babilotte pour un spectacle sur les chansons de Nougaro, entre jazz et java. Dominique Babilotte n’imite pas Nougaro, il le chante tout en chaleur et douceur. Jusqu’au 23 mai 2022, le hall de la mairie accueillera une exposition de photos autour de la chanson. Il y aura des portraits d’artistes qui sont passés dans le festival depuis sa création.

Un stand de petite restauration est prévu. Il permettra de savourer des spécialités bretonnes et africaines. Elles seront concoctées par l’école alternative des monts d’Arrée de Pleyber-Christ. Le repas africain sera au profit de cette école alternative qui accueille des migrants.

La programmation continue avec La Caravane passe, au Roudour, cabaret électoral au bar des Deux rivières de Morlaix, Louise O’sman à la Maison des jeunes et de la culture de Morlaix, Lili Cros et Thierry Chazelle au théâtre. La billetterie est accessible en ligne sur le site du festival. Les billets seront également en vente sur place.

Contact : 06 16 34 36 97 ou www.festival-lesoriginales.fr

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/la-5e-edition-du-festival-les-originales-se-tiendra-du-14-au-21-mai-dans-le-pays-de-morlaix-288a2628-cfaf-11ec-9378-0401fd75356b

 

Ouest-France

Morlaix Communauté achètera le site de HOP ! à la fin de l’année

Publié le

Alors que HOP ! devrait quitter Morlaix (Finistère) d’ici la fin 2022-début 2023, le site de l’aéroport s’est trouvé un autre avenir. De son côté, HOP ! Training change de main pour reprendre son nom historique, Icare. Son activité commencera à la fin mai 2022. Morlaix communauté devrait racheter l’entièreté du site laissé vacant par HOP ! à la fin de l’année.

Morlaix communauté offre une aide à l’investissement de 875 000 € pour Icare, et rachètera l’entièreté du site morlaisien laissé vacant par HOP !.

Morlaix communauté offre une aide à l’investissement de 875 000 € pour Icare, et rachètera l’entièreté du site morlaisien laissé vacant par HOP !. | ARCHIVES OUEST-FRANCE

Depuis le 31 mars 2022, Icare a pris place dans les locaux de HOP ! Training, pérennisant au passage dix-sept emplois et comptant en créer six autres en quatre ans. De nouveaux simulateurs de vols devraient arriver au sein de l’école de pilotage.

Un important investissement : 8 millions d’euros pour acquérir et installer le simulateur de vol A320 et 874 600 € de travaux d’adaptation du hangar de 1 400 m² où se trouvera ce dernier.

Une aide de 875 000 €

« Le rachat de l’école de pilotage permet de conserver l’accueil de près d’un millier de stagiaires à Morlaix. Ils dormiront et consommeront sur le territoire, cela représente des retombées économiques directes », souligne Solange Creignou, vice-présidente chargée de l’économie à Morlaix communauté. La collectivité deviendra ainsi propriétaire de l’ensemble du site laissée vacant par le départ de HOP ! d’ici la fin 2022-début 2023.

Les élus de Morlaix communauté ont de plus voté une subvention d’aide à l’investissement de 875 000 € pour Icare, notamment pour le rachat de la société et l’achat du simulateur A320.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-communaute-achetera-le-site-de-hop-a-la-fin-de-l-annee-4c59186a-d07d-11ec-9a5d-1e5046ed7ce7

 

Ouest-France

Châteauneuf-du-Faou. Le grand sonneur du pays Dardoup Hervé Irvoas s’en est allé

Publié le

Châteauneuf-du-Faou vient de perdre soudainement une de ses grandes figures : Hervé Irvoas. Ancien élu, ce sonneur de renom et passeur de mémoire de la culture bretonne est décédé subitement lundi 8 mai 2022 en fin d’après-midi.

Le promoteur du pays Dardoup, Hervé Irvoas s’en est allé subitement.

Le promoteur du pays Dardoup, Hervé Irvoas s’en est allé subitement. | DR

Hervé Irvoas est décédé subitement lundi 8 mai 2022 en fin d’après-midi. « Le monde de la culture bretonne, de la musique et de la danse est en deuil », confie, émue, Isabelle Guéguen, adjointe en charge de la culture, du patrimoine et du rayonnement de Châteauneuf-du-Faou (Finistère).

Ancien adjoint au maire à Châteauneuf-du-Faou, Hervé Irvoas était un sonneur de renom et un homme de culture. Il a été membre fondateur du Printemps de Châteauneuf-du-Faou. Ses obsèques auront lieu vendredi 13 mai 2022, à 14 h 30, à l’église Saint-Julien de Châteauneuf-du-Faou.

De la Lorraine à Morlaix

Né le 1er août 1943 à Gogney en Lorraine, Hervé Irvoas était le fils d’un gendarme d’origine bretonne et d’une mère lorraine. Ses premiers souvenirs sont marqués par une double culture, celle de l’est de la France d’une part et par la découverte de la Bretagne vers l’âge de 6 ans, d’autre part.

Quelques années plus tard, il est devenu sonneur auprès du bagad et du cercle du lycée Tristan-Corbière de Morlaix : un choc culturel, un coup de foudre, une passion qui ne s’est jamais tarie.

Cette première immersion culturelle, à Morlaix, sera décisive. « Il se retrouve alors comme tous ces Bretons exilés qui redécouvrent leurs racines avec bonheur. C’est à Châteauneuf-du-Faou, en 1955, à la nomination de notre grand-père comme commandant de brigade de Gendarmerie que papa a sa véritable révélation. Il se retrouve alors en immersion culturelle et côtoie des gens qui parlent breton, des femmes qui portent la coiffe et un certain Georges Le Meur qui dirige brillamment le cercle celtique local », confie le fils d’Hervé Irvoas.

Par la suite, plusieurs rencontres décisives avec Yann Goaz, Per Guillou de Carhaix, Hervé Guillou ou encore Jean-Pierre Sinou de Bannalec lui permettent de découvrir et de peaufiner ses connaissances des terroirs. C’est notamment auprès d’Auguste Salaün qu’il explore les subtilités du pays de l’Aven. Par la suite, il sera le compère de Guy Madec durant dix-sept ans ainsi que de Serge Riou après 1985.

Hervé Irvoas a remporté la plupart des grands concours de sonneurs dont la plume de paon à Quimper, le trophée Matelin an Dall à Lorient ou encore le championnat de Bretagne à Gourin en 1991.

Élu durant six mandats

Ancien professeur d’Anglais, d’allemand et de musique, Hervé Irvoas a été adjoint à la culture à Châteauneuf-du-Faou, durant six mandats de 1995 à 2020 et 1er vice président à la CCHC (Communauté de communes de Haute Cornouaille) durant six ans. « Beaucoup de personnes le considèrent comme un mentor, un homme d’action généreux et attentionné, un passeur de mémoire. »

« Toute sa vie, il a eu à cœur de former des jeunes sonneurs et d’aider de toutes les façons possibles ceux qui sont allés à sa rencontre. En effet, que ce soit par la lutherie, il fabriquait lui-même ses propres instruments, la technique instrumentale ou encore la connaissance du terroir Dardoup sonné ou dansé, il aura eu jusqu’à son dernier souffle de sonneur ce feu brûlant, cette même passion de la transmission et de la formation des sonneurs en devenir », conclut le fils d’Hervé Irvoas.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/chateauneuf-du-faou-29520/chateauneuf-du-faou-le-grand-sonneur-du-pays-dardoup-herve-irvoas-s-en-est-alle-41215222-d07e-11ec-8f40-deb4cb488c04

 

Ouest-France

Morlaix Communauté compte rénover et réhabiliter 2 225 logements d’ici 2027

Publié le

La première pierre de la politique de réhabilitation du parc immobilier de Morlaix Communauté a été posée lors du conseil communautaire de lundi 9 mai 2022. Une convention d’opération programmée d’amélioration de l’habitat a été approuvée à l’unanimité. 14,3 millions d’euros sont mis sur la table par l’agence nationale de l’habitat. Deux autres opérations suivront, avec un objectif de réhabilitation de 2 225 logements d’ici cinq ans.

L’ambition de Morlaix Communauté est de réhabiliter 2 225 logements sur son territoire en cinq ans.

L’ambition de Morlaix Communauté est de réhabiliter 2 225 logements sur son territoire en cinq ans. | ARCHIVES VINCENT MOUCHEL/OUEST FRANCE

Ce n’est pas une nouveauté : le parc immobilier de Morlaix (Finistère) et des vingt-cinq autres communes alentour est ancien et en mauvais état. 28 400 logements sur les 40 000 existants du secteur ont été construits avant 1975. Il faut donc réhabiliter et rénover. Cette question était à l’ordre du jour du conseil communautaire de lundi 9 mai 2022.

Quel est l’état des lieux du parc immobilier des communes de Morlaix Communauté ?

D’après des études menées par l’Agglo, il existe 40 000 logements répartis dans les vingt-six communes du territoire. Un quart se trouve à Morlaix. 71 % ont été construits avant 1975 et 4 000 sont vacants. Ce dernier chiffre est éloquent : il a bondi de 64 % depuis 2008. Il y a un véritable besoin de rénover l’habitat local.

Les chiffres du parc immobilier et les objectifs de Morlaix communauté pour les cinq années à venir. | OUEST-FRANCE

Pourquoi mener cette politique de l’habitat ?

« C’est un enjeu majeur : il existe une tension véritable en termes de disponibilité de logement. De plus, notre population est vieillissante et nous attendons 7 000 habitants de plus d’ici 2040. La situation s’est accélérée avec le Covid », argumente Jean-Paul Vermot, président de Morlaix Communauté. Une première Opération programmée d’amélioration de l’habitat (Opah) a été votée à l’unanimité lors du conseil communautaire. Le mode d’habitat a également évolué : il y a de plus en plus de logements pour une ou deux personnes que pour des familles. Il faut donc plus de logements et « éradiquer le mal-logement », ajoute le président.

En quoi consiste ce premier volet d’amélioration ?

Cette première opération est « très ambitieuse », qualifie Stéphane Lozdowski, conseiller chargé de l’habitat à Morlaix Communauté. Elle vise la réhabilitation et la rénovation de 1 105 logements, dont 1 035 de propriétaires occupants et 70 de propriétaires bailleurs, dans l’agglomération de Morlaix, à partir de septembre/octobre 2022. Il y aurait un potentiel de 40 habitats indignes et très dégradés à rénover.

Combien cela va-t-il coûter à la collectivité ?

2,3 millions d’euros d’opérations seront investis par Morlaix Communauté pour les cinq ans à venir. L’Agence nationale de l’habitat participe à hauteur de 14,3 millions d’euros.

Qui peut prétendre à ces travaux de rénovation ?

Les habitants peuvent se saisir des organismes partenaires de l’Agglo pour la réalisation de ces objectifs, tels que l’Agence départementale d’information au logement (Adil), Héol, le conseil départemental. Il s’agit d’un accompagnement juridique, financier et technique. Cela peut aussi se concrétiser via des aides à l’accession, pour « accompagner les travaux de rénovation. Cela peut aller de 3000 à 6000 €, en fonction des revenus. L’objectif est d’en financer 210 en cinq ans », continue Stéphane Lozdowski.

Combien d’autres opérations sont envisagées par Morlaix Communauté ?

Deux supplémentaires. L’ambition globale est la rénovation de 2 225 logements d’ici 2027, dans l’ensemble des communes de Morlaix Communauté. La seconde opération visant les copropriétés dégradées de la Ville sera mise en place au premier trimestre 2023. En même temps que la troisième, aussi concentrée à Morlaix pour éradiquer le mal-logement, améliorer la performance énergétique, et adapter les logements à l’âge ou au handicap.

En tout, l’Agglo mettra treize millions d’euros pour mener à bien cette politique.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-communaute-compte-renover-et-rehabiliter-2-225-logements-d-ici-2027-b8a517da-d073-11ec-9a5d-1e5046ed7ce7

 

Ouest-France

Baie de Morlaix. La pêche récréative et professionnelle des coquillages de nouveau autorisée

Publié le

Une contamination microbiologique avait été relevée sur des huîtres et des palourdes des zones de production baie de Morlaix aval et amont. La pêche récréative et professionnelle et le ramassage en général de tous les coquillages de cette zone étaient interdits depuis vendredi 29 avril 2022. La préfecture du Finistère vient de la lever.

La pêche professionnelle et récréative des coquillages dans la baie de Morlaix est de nouveau possible dans la baie de Morlaix, zones aval et amont.

La pêche professionnelle et récréative des coquillages dans la baie de Morlaix est de nouveau possible dans la baie de Morlaix, zones aval et amont. | ARCHIVES OUEST-FRANCE

C’est désormais bon : la pêche professionnelle et récréative de tous les types de coquillages dans la zone de production baie de Morlaix est levée. La préfecture du Finistère l’avait interdit, vendredi 29 avril 2022, à cause d’une contamination microbiologique relevée sur des huîtres et des palourdes.

Absence de tout signal d’alerte

Cette décision de retirer l’interdiction fait suite à « l’absence de tout signal d’alerte durant la période de 28 jours suivant la récolte des coquillages de la zone de production ». Ils peuvent ainsi être de nouveau commercialisés et consommés.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/baie-de-morlaix-la-peche-recreative-et-professionnelle-des-coquillages-de-nouveau-autorisee-b8517cb6-d05e-11ec-9a5d-1e5046ed7ce7

 

Le Diben mardi 10 mai 2022

Plougasnou. Marché en musique

Photo pyb29 Photo pyb29

Aalma dili en balade sur le marché de Plougasnou ce mardi matin

AALMA DILI - Pour Quelques Dinars De Plus

 

Ouest-France

L’Agglo de Morlaix reprend le contrôle sur l’avenir de la friche industrielle de Tilly-Sabco

Publié le

Le site industriel de Guerlesquin (Finistère), liquidé en 2018, est devenu une friche de plus de 25 hectares. Aucun repreneur ne s’est officiellement lancé pour une reprise de ces anciens abattoirs. Morlaix Communauté a repris la main sur le droit de préemption urbain, afin d’être réactif et d’éviter que l’ex-Tilly-Sabco ne tombe entre les mains d’un repreneur qui ne garantit pas résorption des dégâts constatés et la sécurité du site.

L’abattoir Tilly-Sabco a été liquidé judiciairement en 2018. Depuis, les bâtiments sont à l’abandon, à Guerlesquin (Finistère).

L’abattoir Tilly-Sabco a été liquidé judiciairement en 2018. Depuis, les bâtiments sont à l’abandon, à Guerlesquin (Finistère). | ARCHIVES OUEST-FRANCE

Les abattoirs de volailles de Tilly-Sabco ont définitivement fermé leurs portes en 2018. Un caillou dans la chaussure de la commune de Guerlesquin (Finistère), puisque le site industriel de 25 hectares, situé au bord de l’étang du Guic, n’a toujours pas trouvé de repreneur. Pour le moment. Le dossier a évolué depuis le dernier conseil de Morlaix Communauté, qui s’est tenu lundi 9 mai 2022.

Ces anciens abattoirs sont devenus des friches

Vrai. L’activité a définitivement cessé en 2018, où 63 salariés officiaient encore. Pour rappel, Tilly-Sabco a été une locomotive pour le bassin d’emploi local : dans les années 1980, la société faisait alors travailler 800 personnes. Avec les autres abattoirs léonards de Gad à Lampaul-Guimiliau, cette fermeture a marqué durablement les esprits. « C’est une friche emblématique », souligne Jean-Paul Vermot, président de Morlaix Communauté.

Plus rien ne bouge pour l’ex-Tilly

Faux. Il n’y a pas de repreneur officiel pour le moment, mais les élus de Morlaix Communauté ont voté, lundi 9 mai 2022, le retrait du droit de préemption urbain à la commune de Guerlesquin,qui n’est pas propriétaire du site, sur le périmètre des friches de Tilly-Sabco, soit 17 hectares de bâtiments et 8 365 m² situés plus proches du bourg.

Concrètement, cela signifie que l’Agglomération reprend la main dans ce dossier, afin « d’être réactif au cas où un porteur de projet se présente. Il vaut mieux voter cette délibération maintenant. Guerlesquin n’a pas les finances pour l’acquérir s’il y a des offres concurrentes qui ne garantissent pas la résorption des dégâts constatés et la sécurité du site », poursuit le président de l’Agglo.

Morlaix Communauté rachète le site

Faux. Ce droit de préemption urbain ne signifie pas acte de propriété. L’idée est de garder plus ou moins le contrôle sur l’avenir de la friche. Des études vont pouvoir être lancées, avec le concours de l’Établissement public foncier (EPF), notamment sur la question des pollutions, le chiffrage des travaux de démolition, etc. « L’idée serait de passer une convention avec l’EPF, à l’image de ce qui a été fait récemment pour la friche du garage Ford de Plouigneau », glisse Solange Creignou, vice-présidente chargée de l’économie. À terme, Morlaix Communauté pourrait faire une offre ou non d’acquisition du site. La collectivité souhaite en effet voir « une nouvelle activité économique de production permettant de générer des emplois locaux ».

Le site actuel ne peut pas rester tel quel

Vrai. Les anciens abattoirs font l’objet de visites et d’acte de vandalisme. En octobre 2021, une rave party avait accueilli plus de mille teufeurs.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/guerlesquin-29650/l-agglo-de-morlaix-reprend-le-controle-sur-l-avenir-de-la-friche-industrielle-de-tilly-sabco-021e8968-cfb2-11ec-9e3e-278bc975ec11

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
10 mai 2022

Alain Goutal

http://goutal.over-blog.com/2022/05/too-much.html

 

Le Diben mardi 10 mai 2022

Morlaix. Conseil communautaire du 9 mai en images

Photo pyb29

Il n'y a pas de photo du public, il n'y en avait pas !

 

Ouest-France

Morlaix. Vingt photographes à la galerie Couleurs des arts

Publié le

Vingt photographes exposent leurs photos à la galerie Couleurs des arts.

Vingt photographes exposent leurs photos à la galerie Couleurs des arts. | OUEST-FRANCE

La galerie Couleurs des arts accueille une exposition intitulée Mai P[h]otos. L’exposition collective regroupe des photographes amateurs et professionnels et est organisée sous l’égide de l’association Bara Trégor.  C’est la première édition mais ce rendez-vous photographique sera annuel, toujours au mois de mai », ​précise Arnaud Delacourt, commissaire de l’exposition. Chaque artiste présente plusieurs de ses œuvres dans les deux salles de la galerie. Les photographes viennent de la région morlaisienne, de Brest, mais aussi des Côtes-d’Armor.

Jusqu’au samedi 28 mai, l’exposition Mai P[h]otos se tient à la galerie Couleurs des arts au 9, rue au Fil.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/vingt-photographes-a-la-galerie-couleurs-des-arts-48635559-9245-4eb5-bd6c-bf1cb49ecd3c

 

Perros-Guirec. Le parking prévu pour les touristes à Ploumanac'h mal parti

Crapaud épineux, rat des moissons ou linotte mélodieuse : la cour administrative d'appel de Nantes pourrait chercher la petite bête pour plomber le parking prévu à Ploumanac'h.

Selon l'avocat de la trzele secteur présentait

Selon l'avocat de la requérante, ce secteur de Perros-Guirec présente « des enjeux très forts en matière environnementale ». ©Le Trégor

Par Rédaction Lannion Publié le  

L’habitante de Perros-Guirec qui avait fait annuler un volet du Plan local d’urbanisme (Plu) de la commune en mars 2021 a demandé ce vendredi 6 mai 2022 à la cour administrative d’appel de Nantes d’annuler ce jugement du tribunal administratif de Rennes qui ne lui avait « que partiellement » donné raison.

Lannion-Trégor Communauté (LTC) – dont la délibération du conseil communautaire du 7 novembre 2017 avait donc été annulée en partie – a aussi contesté de son côté cette décision de première instance

Forte fréquentation touristique

Les juges rennais avaient en fait censuré l’urbanisation de la seule partie sud de Mezo Bras : elle ne peut être vue comme « limitée », comme l’exige la loi, au vu de la « vaste zone naturelle » que jouxte la zone, la « proximité avec le littoral » et « la densité de l’urbanisation permise ».

Erika Verdon, pour sa part, conteste toujours l’urbanisation de l’ensemble du secteur et la création d’un parking pour « répondre à la forte fréquentation touristique » de Ploumanac’h – élu en 2015 Village préféré des Français.

Un terrain « gorgé d’eau »

Propriétaire de plusieurs parcelles incluses dans cette zone, la requérante – présente ce vendredi à l’audience – s’inquiète tout particulièrement du fait qu’un « emplacement réservé » ait été arrêté sur cette « zone humide » : le terrain est « habituellement gorgé d’eau » et « recouvert de plantes hygrophiles une partie de l’année ».

Mais ce parti pris d’urbanisation était justifié par « la nécessité de prévoir un nouveau lieu de stockage facilement accessible depuis le port pour les remorques à bateaux actuellement stockés sur les quais », expliquaient à l’époque les élus locaux.

Différentes espèces animales

Lors de l’audience en appel, le rapporteur public a proposé de donner raison à Erika Verdon : « Aucune analyse » n’a été faite des différentes espèces animales qui peuplent le secteur, comme le crapaud épineux, le rat des moissons ou encore la linotte mélodieuse. Or cette « insuffisance » a été « de nature à exercer une influence » sur le sens de la décision des élus.

« Pas compatible » avec le Scot

Le magistrat, dont les avis sont souvent suivis par les juges, a aussi proposé de rejeter l’appel incident de Lannion-Trégor Communauté. L’intercommunalité devrait donc verser en conséquence 1 500 € à Erika Verdon pour ses frais de justice, selon lui. Ils viendraient s’ajouter aux 1 000 € qui lui avaient déjà été payés en première instance.

L’avocat d’Erika Verdon a pour sa part rappelé aux juges nantais que l’extension de l’urbanisation à Mezo Bras n’était « pas compatible » avec les orientations du Schéma de cohérence territoriale (Scot) du Trégor, et que le secteur présentait « des enjeux très forts en matière environnementale ».

L’avocate de Lannion-Trégor Communauté n’a pour sa part pas fait d’autres observations à l’audience que celles déjà mentionnées dans ses mémoires écrits mais a d’ores et déjà prévenu les juges nantais qu’elle allait leur faire suivre une « note » complémentaire. Ils rendront leur arrêt dans les prochaines semaines.*

GF (PressPepper)

https://actu.fr/bretagne/perros-guirec_22168/perros-guirec-le-parking-prevu-pour-les-touristes-a-ploumanach-mal-parti_50827628.html

 

Ouest-France

Législatives à Morlaix. Sylvaine Vulpiani veut « être une élue proche des citoyens »

Publié le Sarah HUMBERT

Sylvaine Vulpiani et Arnaud Caroff sont les candidats de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes). Ils se lancent dans la course des législatives, pour la circonscription de Morlaix (Finistère).

Sylvaine Vulpiani et Arnaud Caroff sont les candidats de la Nouvelle union populaire écologique et sociale pour les élections législatives, dans la circonscription de Morlaix (Finistère).

Sylvaine Vulpiani et Arnaud Caroff sont les candidats de la Nouvelle union populaire écologique et sociale pour les élections législatives, dans la circonscription de Morlaix (Finistère). | OUEST-FRANCE

Sylvaine Vulpiani (titulaire) et Arnaud Caroff (suppléant) sont les candidats de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) pour les élections législatives du 12 juin 2022, dans la circonscription de Morlaix (Finistère). Derrière leur candidature se retrouvent localement Europe Écologie-Les Verts, Génération.s, La France insoumise, le Parti communiste français, Ensemble !, Les jeunes communistes et le Parti socialiste.

Derrière la candidature de Nupes, se retrouvent localement Europe Écologie-Les Verts, Génération.s, La France insoumise, le Parti communiste français, Ensemble !, Les jeunes communistes et le Parti socialiste. | OUEST-FRANCE

Qui sont les candidats ?

Sylvaine Vulpiani, 58 ans, vit à Plouescat (Finistère) et est juriste. Elle a auparavant travaillé comme aide-soignante et secrétaire médicale. D’abord encartée au Parti socialiste, puis à Génération.s, elle a assuré deux mandats de conseillère régionale. « J’ai l’intention d’être une élue proche des citoyens », dit-elle. Son suppléant, Arnaud Caroff, 41 ans, « se considère comme un citoyen engagé ». Militant La France insoumise, il n’est encarté auprès d’un aucun parti. Il habite et travaille à Saint-Martin-des-Champs, dans une enseigne de produits biologiques.

Que proposent-ils ?

Dans son programme, qui défend des valeurs « humanistes et bien à gauche », le binôme souhaite par exemple se pencher sur « les déserts médicaux. Pour lutter contre cela, il y a plusieurs solutions, qu’il faut réfléchir à l’échelle du territoire ».

Les deux candidats, sous leur bannière écologique et sociale, veulent également « changer le modèle agricole », notamment « les modes de production. Il faut sortir de l’élevage intensif ». Ils proposent aussi « d’aider les agriculteurs qui se convertissent en bio, en rachetant leur dette, et d’accompagner l’installation des jeunes ». Promesse phare de la campagne de la Nupes, le binôme indique que s’il accède au pouvoir, il mettra en place « une allocation autonomie de 1 063 € pour tous étudiants qui étudient à la faculté et en lycée professionnel, qui sont autonomes, ne dépendent plus de leurs parents ».

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/legislatives-sylvaine-vulpiani-est-la-candidate-de-l-union-de-la-gauche-pour-la-circo-de-morlaix-58901fb8-cf95-11ec-9e3e-278bc975ec11

 

Ouest-France

Plounéour-Ménez. Les habitants questionnent l’utilité de la 5G dans les monts d’Arrée

Publié le

Une journée festive et informative a été organisée dimanche 8 mai 2022 par les habitants du territoire de Plounéour-Ménez (Finistère) afin d’alerter sur la multiplication des antennes 5G. Une cinquantaine de personnes étaient présentes.

Le collectif des monts d'Arrée a organisé un pique-nique convivial et revendicatif au rond-point du pylône du Roch Trédudon, dimanche 8 mai 2022.

Le collectif des monts d'Arrée a organisé un pique-nique convivial et revendicatif au rond-point du pylône du Roch Trédudon, dimanche 8 mai 2022. | OUEST-FRANCE

Dimanche 8 mai 2022, sous un soleil de plomb, des habitants de Plounéour-Ménez (Finistère) et des monts d’Arrées, regroupés sous l’appellation de Collectif des monts d’Arrée, ont organisé une journée d’information autour des antennes 5G. Une nouvelle antenne relais dans la commune est en projet, sur le château d’eau, route du Relec. Une cinquantaine de personnes étaient présentes.

Une réunion d’information et de discussion

Après un pique-nique au rond-point du pylône du Roch Trédudon pour commencer la journée, les participants sont descendus à pied jusqu’au bourg de la commune avec une grande antenne en bambou, portée à bout de bras. L’événement ? Une conférence du journaliste Nicolas Bérard, pour la sortie de son nouveau livre Ce monde connecté qu’on nous impose.

De quoi mieux comprendre les inquiétudes qui animent le collectif quant aux effets pour la santé et le paysage, de la multiplication des antennes 5G.

« Une antenne à Plounéour-Ménez ? Pour quoi faire ! »

La question globale sur l’utilité des antennes 5G dans ce monde toujours plus connecté, est posée. Quels sont les véritables enjeux de ces implantations que l’on voit fleurir partout autour de nous ? Quel avenir on nous prépare sans nous demander notre avis ? Carte blanche a été donné aux opérateurs téléphoniques pour couvrir le territoire national sans demander l’avis aux gens​, dit Céline, habitante d’un village proche de l’implantation de la future antenne, près du château d’eau.

Elle poursuit : On arrive très bien à communiquer sans ces antennes. En plus, la fibre optique arrive dans nos villages pour alimenter les maisons. Je pense que cela ne sert à rien de vouloir regarder des films sur son portable, d’avoir une voiture ou un frigo connecté. Cette antenne, nous n’en voulons pas mais nous ne sommes pas pour la lutte, nous préférons informer pour que les gens se mobilisent sur cette question très importante pour l’avenir.

Le projet d’antenne téléphonique est en cours, mais des études complémentaires, notamment sur l’impact sur le paysage, ont été demandées par la municipalité. « Nous avons été bien reçus par le maire qui fait ce qu’il peut. Pour voir un peu plus loin, la consommation électrique de toutes ces antennes va faire exploser la consommation globale. Comment va-t-on faire dans les années qui viennent ? Toutes les préconisations des scientifiques disent de baisser drastiquement notre consommation dans les trois années à venir, sinon nous courons à la catastrophe », ​explique Janique, une habitante des monts d’Arrée, inquiétée par cette implantation.

Contact : antenneplouneour@outlook.fr

Mais au fait, c’est quoi exactement la 5G ?

Selon l’Agence nationale des fréquences (ANFR), la 5G est une nouvelle génération de téléphonie mobile, qui « permet de s’adapter à l’augmentation exponentielle des usages digitaux, et ainsi d’éviter la saturation du réseau. […] La 5G promet des débits jusqu’à dix fois supérieurs à ceux de la 4G ».

Les opérateurs ont principalement déployé la 5G dans trois bandes de fréquences : 700 MHz et 2,1 GHz, déjà utilisées par la 3G et 4G. Pour la bande 3,5 GHz, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail indique « qu’il semble peu probable que la 5G, dans cette bande de fréquence, constitue un nouveau risque pour la santé ».

Toute personne peut demander gratuitement à l’ANFR de faire mesurer l’exposition aux ondes électromagnétiques, dans des habitations ou des lieux publics sur https://mesures.anfr.fr/#/

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plouneour-menez-29410/plouneour-menez-les-habitants-questionnent-l-utilite-de-la-5g-dans-les-monts-d-arree-69a94c28-ceca-11ec-8f4e-56c4107ae8f9

 

Ouest-France

À vos votes : le Château du taureau en lice pour être le monument préféré des Bretons

Publié le

Le « Monument préféré des Français » fait son retour sur France 3. L’émission animée par Stéphane Bern invite à un voyage patrimonial et historique du pays. Les téléspectateurs sont invités à départager leur monument qui représentera la Bretagne, pour prétendre au titre de Monument préféré des Français. Ils sont trois concourir dans la région. Le Château du taureau de Plouezoc’h (Finistère) fait partie des présélectionnés.

Le château du Taureau est un des endroits plébiscités par les touristes se rendant en séjour dans le pays de Morlaix. Il est en lice pour représenter la Bretagne au titre de Monument préféré des Français.

Le château du Taureau est un des endroits plébiscités par les touristes se rendant en séjour dans le pays de Morlaix. Il est en lice pour représenter la Bretagne au titre de Monument préféré des Français. | ARCHIVES OUEST-FRANCE

Il n’en restera plus qu’un. Quatorze monuments représentants les régions françaises vont être sélectionnés pour le titre de Monument préféré des Français 2022, au sein de l’émission éponyme de France 3, animée par Stéphane Bern.

Pour la Bretagne, trois sont à départager : le Château du taureau à Plouezoc’h dans le Finistère, le haras national d’Hennebont dans le Morbihan et la chapelle de la maison Saint-Yves à Saint-Brieuc dans les Côtes-d’Armor. Le public peut voter jusqu’au 27 mai, à 23 h 59, sur le site de France TV.

Le classement et le monument préféré des Français seront dévoilés lors de l’émission.

Contre les pillages anglais

Pour rappel, le Château du taureau, situé en pleine mer, a été construit au XVIe siècle par les habitants de Morlaix pour protéger la ville des pillages anglais.

Il a ensuite été restauré puis agrandi par Vauban, à la demande de Louis XIV. Il est désormais ouvert à la visite un système de navettes partant de Carantec et de Plougasnou.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plouezoch-29252/a-vos-votes-le-chateau-du-taureau-en-lisse-pour-etre-le-monument-prefere-des-bretons-26fb21da-cf8d-11ec-9e3e-278bc975ec11

 

Ouest-France

Législatives à Morlaix. Sylvaine Vulpiani représentera l’union de la gauche

Publié le

Sylvaine Vulpiani représentera la Nouvelle union populaire écologique et sociale pour les élections législatives, dans la circonscription de Morlaix, le 12 juin 2022. Sa candidature marque l’alliance des partis de gauche et des Verts.

Sylvaine Vulpiani est la candidate de la Nouvelle union populaire écologique et sociale pour la circonscription de Morlaix, pour les élections législatives du 12 juin 2022.

Sylvaine Vulpiani est la candidate de la Nouvelle union populaire écologique et sociale pour la circonscription de Morlaix, pour les élections législatives du 12 juin 2022. | OUEST-FRANCE

Sa candidature a été rendue publique lundi 9 mai 2022 au matin. Après plusieurs jours de discussion, Sylvaine Vulpiani a été désignée pour représenter la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) pour les élections législatives du 12 juin 2022, dans la circonscription de Morlaix.

Des valeurs « humanistes et bien à gauche »

Derrière sa candidature se retrouvent localement Europe écologie les Verts, Génération. s, La France Insoumise, le Parti communiste français, Ensemble !, Les jeunes communistes et le Parti socialiste.

D’abord encartée PS, puis Génération. s, Sylvaine Vulpiani a déjà assuré deux mandats de conseillère régionale, le dernier s’est achevé en 2021. À 58 ans, cette juriste se lance dans un nouveau défi. Son suppléant sera Arnaud Caroff, 41 ans, est militant pour la France Insoumise. Il n’a jamais assuré de mandat politique. Le binôme souhaite porter des valeurs « humanistes et bien à gauche ».

https://www.ouest-france.fr/elections/legislatives/legislatives-a-morlaix-sylvaine-vulpiani-representera-l-union-de-la-gauche-124e5752-cf65-11ec-9e3e-278bc975ec11

 

Le Diben lundi 09 mai 2022

Conseil de Communauté Séance du lundi 9 mai 2022 à 18h - Espace du Roudour

Ordre du jour

1. Approbation du procès-verbal de la séance du Conseil de Communauté du 28 mars 2022

2. Information relative aux décisions prises par délégation (Article L 5211-10 du CGCT)

3. Modification de la composition d’une commission intercommunale

Aménagement - Habitat - Mobilités - Mer et littoral

Habitat – Logement :

4. Convention OPAH Durable et Solidaire

5. Dispositifs d’aides financières aux projets innovants

Aménagement :

6. Retrait délégation DPU Tilly Sabco

7. Conseil de développement commun à la communauté d’agglomération et au PETR du Pays de Morlaix

Mobilités :

8. Conventions navettes estivales sur les communes de Carantec, Plougasnou, Locquirec

9. Service de navettes pour la Fête de la Musique : convention entre Morlaix Communauté et la Ville de Morlaix

10. Aide à l’acquisition de VAE

Cohésion sociale - Jeunesse - Liens intergenerationnels

11. Subventions jeunesse

Economie - Tourisme - Commerce

Subventions et Aides aux entreprises, Associations :

12. Forum de la création et de la jeune entreprise : subvention à la CCIMBO de Morlaix

13. Reprise du centre de formation aéronautique Hop! Training à Morlaix : Hangar 1 : cession des droits par Hop! Subvention à l’investissement

Commerce :

14. Fonds de concours installation ou maintien du commerce et de l’artisanat : Plourin-lès-Morlaix

Parcs d’activités :

15. Cession de terrain à la Maison du Bâtiment (ZAE du Haut-Launay – Saint Martin des Champs)

16. Levée d’option – Achat bâtiment à Carantec par JLC Investissement

Équipements Communautaires :

17. Subvention au Club Nautique Morlaisien – année 2022

Tourisme :

18. Subvention Château du Taureau – saison 2020

19. Subvention 2021-2022 – Centre des Monuments Nationaux

Culture

20. Espace des sciences - Convention de partenariat 2022

Ressources Finances

21. Comptes de gestion 2021

22. Comptes administratifs 2021

23. Affectation des résultats 2021

24. Bilan des acquisitions et cessions d’immeubles – compte administratif 2021

25. Sollicitations dotation de soutien à l'investissement local (DSIL) 2022 et autres cofinancements

26. Sollicitation de financements pour la création de salles d’exposition temporaires à la Manufacture des tabacs de Morlaix

Ressources Humaines

27. Comité social territorial

28. Tableau des emplois

https://www.morlaix-communaute.bzh/

 

Le Diben lundi 09 mai 2022

Saint-Jean-du-Doigt. Fête du violon 8 mai 2022

Photo pyb29

"Le courant triphasé est composé quant à lui de quatre câbles : trois conducteurs de phase et un câble neutre."

Diaporama : Fête du Violon Saint Jean du Doigt 2022

 

Ouest-France

Roscoff. Passionné de mer et assureur, il donne 1 500 € à la SNSM

Publié le

La « SNS295 » a remorqué la vedette de l’assureur plaisancier au port de Roscoff-Bloscon.

La « SNS295 » a remorqué la vedette de l’assureur plaisancier au port de Roscoff-Bloscon. | OUEST-FRANCE

Le Saint-Politain Xavier Bourhis est un passionné de mer, naviguant dès qu’il le peut, au départ du port de plaisance de Roscoff-Bloscon. Conscient de l’aide utile que les sauveteurs SNSM,  des bénévoles qui prennent des risques pour tous , peuvent apporter en mer, il fait des dons, à titre personnel depuis longtemps, à la station roscovite.

En février, il a apporté 1 500 € en tant qu’assureur indépendant à l’enseigne Générali. Il assure 1 500 professionnels de la mer ou plaisanciers, et a ainsi décidé de donner 1 € par contrat. Face à la gratuité des secours, il martèle volontiers son militantisme pour la SNSM.  Je serais favorable à une taxe SNSM pour les plaisanciers. 

Samedi, alors qu’il était en mer en baie de Morlaix, il a eu une panne moteur. Il a appelé le Cross Crossen pour demander assistance. C’est finalement la station roscovite qui est venue l’aider.  Je ne pensais pas un jour avoir besoin de ce secours matériel personnellement. Tout s’est bien fini. Je revendique encore plus fort la nécessité pour tous d’aider les sauveteurs bénévoles.  Une conclusion sans contestation…

https://www.ouest-france.fr/france/bretagne/roscoff/passionne-de-mer-et-assureur-il-donne-1-500-a-la-snsm-e03e36cf-61fc-4b7b-8ad6-b3f14427e729

 

Ouest-France

Locquirec. Le poste de secours sera inauguré le 25 juin

Publié le

Jeudi 5 mai, le président national de la SNSM, le vice-amiral Emmanuel de Oliveira a visité le nouveau poste de secours en construction au port de Locquirec.

Jeudi 5 mai, le président national de la SNSM, le vice-amiral Emmanuel de Oliveira a visité le nouveau poste de secours en construction au port de Locquirec. | OUEST-FRANCE

« Le poste de secours sera inauguré le samedi 25 juin, nous organiserons une petite fête », a annoncé, Jean-Yves Pontailler, jeudi 5 mai, à l’occasion de la visite du président national de la SNSM (Société nationale de sauvetage en mer), le vice-amiral Emmanuel de Oliveira, accompagné de l’inspecteur général de zone, Pierre Bichard et du délégué départemental, Pascal Meyer.

Cette visite a permis de faire le point sur les équipements. La vedette Enez Glaz qui, après quinze ans de navigation, est depuis novembre 2021 à Saint-Malo pour une remise en état, afin de naviguer encore quinze années de plus.

Au niveau des bénévoles, la station renouvelle son appel. « Nous avons toujours besoin de former des membres d’équipage, il y a une seule contrainte, celle d’habiter à moins de 15’ de la station. »

https://www.ouest-france.fr/bretagne/locquirec-29241/le-poste-de-secours-sera-inaugure-le-25-juin-6130584a-86b3-4f09-8a08-6157a4e5b13a

 

Ouest-France

Châtelaudren-Plouagat. Hommage émouvant aux patriotes, hier

Publié le

C’est avec émotion que Patrice Olivo, écrivain, a retracé le parcours de son père et ses camarades durant la Seconde Guerre mondiale.

C’est avec émotion que Patrice Olivo, écrivain, a retracé le parcours de son père et ses camarades durant la Seconde Guerre mondiale. | OUEST-FRANCE

L’histoire

La commémoration du 8 Mai a été empreinte d’émotion, hier, lorsque Patrice Olivo, écrivain, a rendu hommage à ceux qui ont risqué ou laissé leur vie pour la France entre 1939 et 1945, en retraçant l’odyssée de Marcel Cachin, fondateur, avec Jean Jaurès, du journal l’Humanité, dans la région de Châtelaudren-Plouagat. Le plan d’enlèvement de Marcel Cachin a été mis au point par André Cavelan et Louis Le Bon, mareyeur à Saint-Brieuc.

Fondateur, avec Jaurès, du journal l’Humanité

Marcel Cachin, dans une camionnette, se rend de Lancerf, à Châtelaudren, puis à Plouagat, chez Jean Druillenec, au Ribot. André Cavelan prend des précautions avec François Olivo, sympathisant communiste. Ils empruntent un char à banc pour conduire les deux fugitifs, le couple Cachin, au manoir de Bel-Air, avant de prendre la direction de Savenay, puis Nantes. Pour organiser des embuscades contre l’ennemi, c’est chez Albert Ellien, à Lanrodec, que les armes et les munitions étaient disposées, son isolement aurait dû lui éviter d’être suspecté, mais la dénonciation allait l’atteindre. Le 11 août 1943, la milice perquisitionne et le soir même, François Olivo, Jean Cornet et Roger Le Coz sont emprisonnés.

Patrice Olivo a lu les noms de ceux qui ont risqué ou perdu leur vie pour la France : « André Cavelan, Albert Ellien, Roger Le Coz, Jean Cornet, Hyacinthe Tilly, Joseph Darcel, la fratrie Touément, François Olivo et bien d’autres que j’oublie, ou que je ne connais pas ».

François Olivo a été déporté à Auschwitz, puis à Buchenwald, de 1943 à 1945. De retour à Châtelaudren il est décédé à 54 ans, des suites de sa déportation.

Les jeunes du CMJ ont aussi lu des passages de Nuit et Brouillard.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/chatelaudren-plouagat-22170/hommage-emouvant-aux-patriotes-hier-86186eac-84f4-4b02-b669-7c36d03b69a0

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
8 mai 2022

Alain Goutal

http://goutal.over-blog.com/2022/05/lupus-lupus.html

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
7 mai 2022

Alain Goutal

http://goutal.over-blog.com/2022/05/soiree-pyjama-acte-2.html

 

Ouest-France

Roscoff. Le Reder-Mor fêtera ses 30 ans en juin

Publié le

Les membres du conseil d’administration vont finaliser la fête pour les 30 ans du « Reder-Mor ».

Les membres du conseil d’administration vont finaliser la fête pour les 30 ans du « Reder-Mor ». | OUEST-FRANCE

La maison de la Plaisance de Roscoff-Bloscon a accueilli, le vendredi 29 avril, l’association Reder-Mor, qui gère la destinée du vieux gréement éponyme. Une assemblée générale tenue en amont avait enregistré de nouveaux membres entrant.

Le conseil d’administration a élu le bureau. Karine Peytie est nommée trésorière adjointe, succédant ainsi à Tom Florent, trésorier durant plusieurs années. Les coprésidents François Liron et Gilles Troël, le secrétaire Jean-Jacques Deluchey avec pour adjointe Corinne Deluchey, le trésorier Charles Bachy poursuivent leur mandat.

La possibilité d’une sortie en baie de Morlaix au départ de Roscoff-Bloscon pour les adhérents (tarif 10 €) a été évoquée. Des recherches de financement ont été étudiées. Des travaux inscrits pour la fin d’année sont à budgétiser, telle la reprise complète de la voûte, partie arrière du bateau.

Le Reder Mor a retrouvé sa place au ponton, après six semaines de carénage, de toilettage et d’interventions de mécanique et sur le gréement. Le cordier roscovite va fêter, le samedi 11 juin, les 30 ans de sa mise à l’eau. Un rassemblement de vieux gréements sera organisé, complété par de nombreuses animations, concerts, jeux et exposition.

https://www.ouest-france.fr/france/bretagne/roscoff/le-reder-mor-fetera-ses-30-ans-en-juin-9fc70ed4-1fd2-42b4-a817-4332e2a8ddb5

 

Ouest-France

Saint-Jean-du-Doigt. De la musique tzigane pour démarrer la Fête du violon

Publié le

Dimitri Artemenko est attendu dimanche après-midi.

Dimitri Artemenko est attendu dimanche après-midi. | OUEST-FRANCE

Le rendez-vous est connu des amateurs. Chaque fois, la Fête du violon fait un tabac autour d’une recette simple : un bœuf magistral partagé par tous les musiciens, le dimanche après-midi. Les concerts débutent ce samedi soir, à la salle Kasino, avec Aälma Dili qui signifie « l’âme des fous ». Ce qui représente bien ce groupe de musique tzigane déchaîné et créatif. Dimanche, à partir de 14 h 30, Luc Danigo, musicien et enseignant de violon traditionnel, présentera avec ses élèves un florilège de compositions sur le répertoire de Basse-Bretagne. Le traditionnel rassemblement de violons est prévu à 16 h. Suivront les concerts du compositeur et musicien aux multiples facettes Dimitri Artemenko et du groupe de musiques irlandaises, Poppy Seeds.

Samedi, à 20 h 30. Tarifs : 15 € (12 € sur réservation auprès de l’office de tourisme de Plougasnou), gratuit pour les moins de 18 ans. Dimanche, à partir de 14 h 30 sur la place. Entrée libre.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-jean-du-doigt-29630/de-la-musique-tzigane-pour-demarrer-la-fete-du-violon-d71eea7c-3540-498b-a48b-1a3e8a056d1a

 

Ouest-France

Plougasnou. Une balade sonore, une expérience à vivre samedi

Publié le

Elsa Amsallem, autrice et metteuse en scène.

Elsa Amsallem, autrice et metteuse en scène. | OUEST-FRANCE

Voulez vivre une expérience insolite ? Elsa Amsallem, metteure en scène de l’Atelier des possibles (compagnie théâtrale de création in situ basée à Plougasnou) propose de tester une balade sonore qui servira à nourrir son prochain spectacle.

« Il s’agit d’une promenade à écouter en partant de chez soi, explique-t-elle. Une invitation à se laisser guider par une inconnue qui parle de son environnement, mais aussi de son rapport à la marche, à l’exploration, au fait de se perdre et qui vous invite à redécouvrir le vôtre. Une dérive commune dans deux espaces séparés. »

Samedi, de 10 h 30 à 13 h, dans le cadre de la fête du printemps organisée par l’association Projets et développement. Rendez-vous à la Maison de la mer au Diben, pour retirer le matériel audio ainsi qu’un kit de marche. Le retour d’expérience aura lieu jeudi 12, à 18 h, à la Maison de la mer.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plougasnou-29630/une-balade-sonore-une-experience-a-vivre-samedi-35e62ee4-765a-45bb-b89e-c8b392704844

 

Ouest-France

Législatives. Jean-Charles Larsonneur, député sortant LREM de Brest-centre, n’est pas investi par son parti

Publié le Laurence GUILMO

Le député sortant de la 2e circonscription du Finistère repart en campagne, mais sans l’investiture officielle, accordé à Marc Coatanéa. Il a appris la nouvelle dans la presse !

À l’hôtel de Ville de Brest, au second tour de l’élection présidentielle, Jean-Charles Larsonneur et Marc Coatanéa, côte à côte pour l’occasion de la victoire d’Emmanuel Macron, désormais concurrents.

À l’hôtel de Ville de Brest, au second tour de l’élection présidentielle, Jean-Charles Larsonneur et Marc Coatanéa, côte à côte pour l’occasion de la victoire d’Emmanuel Macron, désormais concurrents. | OUEST-FRANCE

Jeudi 5 mai 2022, en soirée, La République en marche (LREM) a officiellement réinvesti tous ses députés du Finistère… Sauf le Brestois Jean-Charles Larsonneur, auquel le conseiller municipal d’opposition brestois Marc Coatanéa a été préféré.

« Je l’ai appris par la presse, déplore le député sortant de la 2e circonscription du Finistère Brest-Centre. Je n’ai nullement été consulté, même si j’ai sollicité à plusieurs reprises Richard Ferrand. Il n’y a eu aucune discussion à l’intérieur du parti. Ce n’est pas très Renaissance comme façon de faire, c’est plutôt le Moyen-Âge ! » Renaissance étant le nouveau nom du parti présidentiel.

De « petites affaires de copinage au sein du parti »

Pour autant, ce n’est pas vraiment une surprise. L’investiture de Marc Coatanéa, « on la voyait venir depuis plusieurs mois, voire plusieurs années ». Il y voit le résultat des « petites affaires de copinage au sein du parti », en référence à l’époque où Richard Ferrand et Marc Coatanéa se connaissaient au sein du Parti socialiste. Tous deux sont devenus des Marcheurs depuis.

Jean-Charles Larsonneur estime aussi faire les frais de son adhésion au groupe parlementaire de l’Assemblée nationale « Agir ensemble », en 2020, lequel se situe pourtant dans la majorité présidentielle mais avec une certaine indépendance, qui aurait été perçue comme « dissidence » par certains.

« Il n’y a pas eu de discussions autour des investitures »

Il repart en campagne même sans l’investiture. « J’ai toujours été loyal au Président. Je défends un bilan intéressant concernant l’emploi des jeunes, la Défense, l’Ocean summit, davantage de policiers et de gendarmes. J’ai la sincérité de mes convictions. Les Brestois seront juges. » Pas de doute, pour lui, « voter Larsonneur, c’est voter utile » !

Il le sait, le match ne sera pas facile à gagner. En plus de Marc Coatanéa, il y a aussi la candidature « solitaire » de Mickaël Cabon, ancien candidat aux Départementales, également Marcheur. « Il n’y a pas eu de discussions autour des investitures. Mickaël Cabon se rebelle contre ce système nuisible à la politique, et c’est son droit. Dommage qu’on n’ait pas pu se rapprocher. »

https://www.ouest-france.fr/elections/legislatives/legislatives-jean-charles-larsonneur-depute-sortant-lrem-de-brest-centre-n-est-pas-investi-par-son-parti-cec4107a-cd58-11ec-bfe9-57254f4be77f

 

Ouest-France

Finistère. Trois photographes livrent leurs visions imaginaires ou réelles des monts d’Arrée

Publié le

Dans Visions habitées, trois photographes livrent leur regard sur les monts d’Arrée. L’exposition temporaire de l’écomusée des monts d’Arrée, à Commana (Finistère), propose aux visiteurs une plongée en immersion dans le territoire.

Les visiteurs ont été nombreux, jeudi 5 mai, au vernissage de l’exposition temporaire Visions habitées de l’écomusée des monts d'Arrée.

Les visiteurs ont été nombreux, jeudi 5 mai, au vernissage de l’exposition temporaire Visions habitées de l’écomusée des monts d'Arrée. | OUEST-FRANCE

L’écomusée des monts d’Arrée a ouvert son exposition temporaire Visions habitées lors du vernissage jeudi soir, 5 mai 2022, où de nombreux visiteurs se sont pressés pour découvrir, en avant-première, le travail de trois photographes : Stéphane Lavoué, Gilles Pouliquen et les migrants accueillis par l’école alternative des monts d’Arrée. Trois visions différentes mais complémentaires qui offrent aux visiteurs une immersion dans le territoire entre paysages à couper le souffle, rêve et réalité du quotidien. Une très belle déambulation artistique disséminée entre l’accueil, la Tannerie et le village.

La légende de la Mort

Stéphane Lavoué propose sa vision fantasmée et rude des monts d’Arrée, un clair-obscur où il met en scène ses personnages, à travers ses photographies grand format. Cette exposition est le fruit d’une résidence artistique réalisée par le photographe en 2019 et prêtée par le Musée de Bretagne à Rennes.

Il explique sa démarche. Je suis venu ici comme beaucoup de monde, avec le livre d’Anatole Le Braz La légende de la Mort, sous le bras. J’ai été confronté à la réalité parfois rude des habitants. J’ai fait des rencontres qui m’ont touché et j’ai photographié ces personnes en essayant de garder une certaine distance, de leur donner un côté intemporel, de monter leur joie intérieure. J’ai fini par trouver l’Ankou, sourit-il. Il était tatoué sur le dos d’une personne rencontrée dans l’église de Brasparts.

La vie quotidienne des habitants

Gilles Pouliquen, photographe local, offre une vision plus proche des gens, ceux qu’il côtoie tous les jours et qu’il regarde avec tendresse. Ce sont des clichés pris sur le vif des gens que je croise tous les jours. Je vis ici depuis les années 1980 dans différents endroits. J’aime mettre en avant la spontanéité de l’instant dans mes photographies », dit-il.

Le regard des exilés

Lors d’ateliers photographiques, les migrants accueillis par l’école alternative des monts d’Arrée, ont parcouru le territoire avec un appareil photo. Leur regard touchant et parfois étonné se découvre dans le village. Mohammed qui vient de Guinée, explique : J’aime me promener dans la montagne et dans la lande et photographier ce que je vois. La forêt, la végétation et la nature m’ont beaucoup étonné », ​sourit le jeune homme.

Jusqu’au 18 septembre 2022, exposition Visions habitées dans les monts d’Arrée visible aux moulins de Kerouat. Site : ecomusee-monts-arree.fr

https://www.ouest-france.fr/bretagne/commana-29450/finistere-trois-photographes-livrent-leurs-visions-imaginaires-ou-reelles-des-monts-d-arree-cca93fb6-cd05-11ec-98f5-ac4fd8cb808b

 

Ouest-France

Législatives. Finistère : Les Insoumis tranchent, les socialistes sont divisés

Publié le Christian GOUEROU et la rédaction du Finistère

François Cuillandre, maire PS de Brest, parle de « miettes » données aux socialistes et soutient le candidat dissident de son parti contre LFI. Le PS conserve deux candidatures en Finistère, mais pas là où il le souhaitait. Le PCF retire ses candidats.

Les socialistes, François Cuillandre et Reza Salami, le visage fermé, à l’annonce des résultats le soir du premier tour de l’élection présidentielle.

Les socialistes, François Cuillandre et Reza Salami, le visage fermé, à l’annonce des résultats le soir du premier tour de l’élection présidentielle. | OUEST-FRANCE ARHIVES

Tristan Foveau, secrétaire départemental du PS, défend l’accord avec La France Insoumise et les autres partis de gauche. Il le défend… même si le Finistère n’obtient pas du tout ce qu’il espérait, la circonscription de Concarneau Quimperlé ! L’accord leur donne Landerneau Landivisiau, une circonscription où se présentera Nathalie Sarrabezolles, ex-présidente du Département. Et la circonscription de Carhaix Châteaulin où Richard Ferrand est élu depuis 2012, où le PS n’existe quasiment plus. C’est le parlement du parti, le conseil national, qui l’a votésoutient le patron du PS finistérien. « Il s’agit d’un accord national qui était compliqué à faire et difficile à obtenir quand on ne fait que 1,75 % des voix à la présidentielle… »

François Cuillandre, maire de Brest, dénonce vigoureusement la nouvelle union et défend la candidature de Reza Salami (PS), en dissidence à Brest ! Je suis en désaccord profondtonne le maire, colère. J’ai l’impression que la direction du parti s’est couchée devant les exigences de la France insoumise.Pour le maire de Brest, Olivier Faure aurait dû démissionner après le résultat aux élections présidentielles. Il a manqué de courage !

Que dit le maire de Brest des conséquences en Finistère ? « Même pas des miettes, rien du tout ! L’accord passé au plan national par des personnes sans doute ne connaissant rien au Finistère donne royalement ​aux socialistes la circonscription Landerneau Landivisiau qui est historiquement la plus à droite du Finistère, et celle de Richard Ferrand où le PS a été laminé. Alors qu’il y a, à mes yeux, deux voire trois circonscriptions où le PS est en position de force : Brest centre, celle de Quimperlé Concarneau et celle de Morlaix. Eh bien non, ce sont d’autres personnes qui seront les porte-parole de la gauche… »

« Nous recréons le clivage droite gauche »

Tristan Foveau défend la direction d’Olivier Faure : Nous faisons des compromis, pas des compromissions. Par exemple, pour l’Europe nous ne disons pas que nous voulons sortir de l’Europe ! Nous disons qu’il y a des traités qui ne fonctionnent pas, comme le Pacte de stabilité ne fonctionne pas. ​Pour la direction finistérienne, cette union permet de répondre aux aspirations des électeurs. Nous recréons le clivage droite gauche : le Président Macron sera obligé de regarder vers sa droite.Le secrétaire du PS s’est battu pendant deux jours pour tenter de conserver la circonscription de Concarneau Quimperlé, où, selon lui, le PS pouvait gagner grâce à l’union de la gauche. Sans succès.

Pour ce qui est de Reza Salami, candidat dissident à Brest, Tristan Foveau comprendla colère des uns et des autres. Mais nous devons regarder au-delà de nos circonscriptions. Le résultat de la présidentielle est notre échec collectif. Ce n’est pas un crime d’être lucide ! Il y a aujourd’hui huit députés sortants de droite en Finistère. Notre but est d’avoir le plus de députés de gauche que possible. Sans accord, nous aurions qualifié 5 à 10 candidats en France au 2e tour des législatives. Nous obtenons 70 circonscriptions, là où le calcul proportionnel du 1er tour de la présidentielle nous en donnait 33.

« Si certains veulent me mettre dehors… »

François Cuillandre ira-t-il jusqu’à quitter le Part socialiste après 45 ans de cotisations ? Il n’élude pas la question, réplique qu’il reste : Si certains veulent me mettre dehors, qu’ils le fassent ! Je reste militant socialiste et je ferai campagne pour Reza Salami.Pour lui, les désaccords avec LFI sont trop importants pour avancer ensemble. Il liste la construction européenne, le rôle de l’Otan, les relations avec la Russie, la VIe République… Mais le désaccord majeur, c’est de dire, vous baissez la tête et vous allez disparaître ! C’est non ! Il y a une devise bretonne qui dit, plutôt la mort que la souillure​. Et d’ajouter que selon lui, cet accord est une garantie de défaite aux législatives, « mais aussi aux prochaines municipales… »

Échange deux circos contre une…

Durant les négociations, dès jeudi après-midi, quand le PS a su qu’il recevait les circonscriptions de Landerneau Landivisiau et Carhaix Châteaulin, il a tout fait pour tenter d’obtenir celle de Concarneau Quimperlé. Dans les coulisses, il se dit même qu’il aurait proposé à LFI de lui redonner ces deux circonscriptions contre celle du sud ! Marylise Lebranchu aurait appelé la direction des Insoumis. Nathalie Sarrabezolles aurait elle aussi appelé LFI, proposant de sacrifier sa candidature afin que Sébastien Miossec puisse se présenter à Concarneau Quimperlé. Le cadre posé par la France Insoumise n’a pas bougé d’un iota.

Pour l’heure, le PS a bien une candidate, Nathalie Sarrabezolles, pour Landerneau Landivisiau. Pour Carhaix Châteaulin, on commence seulement le casting !

À Morlaix, la douche froide

Pour la quatrième circonscription de Morlaix, c’est Génération. s qui présentera officiellement une candidate, pour la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes). Localement, il pourrait s’agir de Sylvaine Vulpiani ou encore de Catherine Tréanton. Si cela se confirme, ce projet sera dévoilé en début de semaine. C’est une candidature d’espoir et on veut en donner aux électeurs de gauche​, se félicite Christine Prigent, porte-parole d’Europe Écologie les Verts du pays de Morlaix et conseillère régionale.

Lire aussi : Législatives. À Morlaix, les socialistes et communistes vont retirer leurs candidatures

Du côté des communistes, c’est la douche froide. Ils n’ont obtenu aucune circonscription dans le Finistère. On respectera les accords nationaux et on s’impliquera dans la campagne électorale​, glisse cependant Ismaël Dupont, secrétaire départemental du PCF. Ainsi, la candidature de Valérie Scattolin et Enzo de Gregorio sera prochainement retirée.

Un accord qui ne satisfait pas pleinement Marylise Lebranchu. Pour cette dernière, c’est dans la première, deuxième, quatrième et huitième circonscriptions que le PS avait les meilleures conditions pour l’emporter. Mais, l’heure n’est pas aux états d’âme, entre 2012 et 2022, nous avons perdu 8 millions d’électeurs. Dont acte​.

Bernard Poignant quitte le PS… jusqu’en 2024

L’ancien maire de Quimper tire une conclusion personnelle de cette union de la gauche. En 2022, je suspendrai ma cotisation que je règle depuis septembre 1974. […] La question européenne fait déborder mon vase. J’espère cependant la reprendre plus tard. Je me donne l’échéance des élections européennes de 2024. Ou le PS reprend les termes de l’accord sur l’Europe et dans ce cas ma suspension devient définitive. Ou le PS revient à l’engagement qui fut le sien et je serai heureux de cotiser à nouveau. Car dans la vie politique, il n’y a rien de définitif.

Pas de candidatures PCF en Finistère

Conformément à l’accord avec la France Insoumise pour les élections législatives, adopté par le Conseil national du PCF (parti communiste français), les candidatures communistes sont retirées au profit de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (NUPES). Nous nous en félicitons !, expriment Eugénie Cazaux et Éric Guellec, qui étaient candidats du Parti communiste français (PCF) aux élections législatives, dans la 2e circonscription de Brest. L’accord trouvé entre l’ensemble des forces de gauche fait écho à l’immense aspiration populaire qui s’exprime et à la réelle ambition de faire élire une majorité de député(e)s de gauche et écologistes pour empêcher Emmanuel Macron de poursuivre sa politique injuste et brutale, mais surtout pour engager un programme partagé de transformation sociale.

L’écologiste Daniel Le Bigot, à Quimper

Daniel Le Bigot, figure historique de l’écologie à Quimper, salue l’union de la gauche. « Objectivement, je n’étais pas fondamentalement pour un accord avec LFI. Je considérais qu’il y avait des points de désaccord. Mais il y a eu un vrai travail de négociation entre EELV et LFI. Chacun a fait un pas [vers l’autre]. Et c’est lié aux score de la présidentielle : quand on voit le résultat de Jean-Luc Mélenchon et celui de Yannick Jadot, ça nous conduit à avoir une certaine forme d’humilité. »

L’élu quimpérois poursuit : « La candidature de Grégory Lebert est une bonne candidature. Je n’aurai aucun souci à l’aider, à la soutenir. Elle a été proposée par le groupe écologiste local des Verts et a été validée au niveau national. […] L’objectif, dans un premier temps, c’est d’être présent au second tour. S’il est au second tour, il a toutes ses chances de remporter la circonscription. »

https://www.ouest-france.fr/elections/legislatives/legislative-finistere-les-insoumis-tranchent-les-socialistes-sont-divises-296c633c-cd3c-11ec-bfe9-57254f4be77f

 

Ouest-France

Pas de logement, pas de saisonniers pour les restaurants de la presqu’île de Crozon

Publié le Carole TYMEN avec notre correspondante locale

Plusieurs commerces de la presqu’île de Crozon (Finistère) ont du mal à recruter des saisonniers et à les loger. Ils doivent s’adapter en fermant une journée ou en diminuant les couverts. D’autres ne manquent pas d’idées et invitent à changer leur regard sur le métier. Notre enquête.

La saison va être difficile pour les bars et restaurants de Morgat qui peinent à recruter des saisonniers. 2018.

La saison va être difficile pour les bars et restaurants de Morgat qui peinent à recruter des saisonniers. 2018. | OUEST-FRANCE

« Recherche plongeur, serveur, cuistot ». Depuis déjà plusieurs mois, les écriteaux fleurissent sur les devantures des bars et restaurants de la presqu’île de Crozon, qui cherchent en vain des saisonniers.

Sur le port de Morgat, à Crozon, les constats sont partagés. Le restaurant Les Flots devrait recruter une quinzaine de personnels pour tourner normalement. Malgré les annonces, pas ou peu de retours. « Ils ne se renseignent même pas sur le salaire, les heures de travail ou les jours de congé, déplore la patronne, Sylvie Charpentier. Sans parler de ceux que l’on forme et qui arrête parce que le travail est trop dur. » Faut de bras, le restaurant a été contraint de s’adapter. « Nous prendrons moins de couverts et nous fermerons un jour. Mais en août, ce sera plus compliqué. »

À quelques pas de là, même constat à la crêperie L’île Ô crêpes qui a passé ses premières annonces en décembre. « Certains ne viennent même pas à l’entretien d’embauche. » La crêperie envisage donc de s’adapter. À La Bolée, les nouveaux patrons parlent eux de « cata’». Entre prendre leurs marques et accueillir les premiers clients du printemps, une personne en plus n’aurait pas du luxe. « Quelqu’un devait venir, on l’attend toujours » se désolent-ils.

Un vivier de locaux

Plusieurs autres restaurants du port de Morgat, eux, ne semblent pas inquiets car ils savent qu’ils peuvent compter sur des équipes fidèles et de locaux. « Je dois encore recruter mais je trouverai facilement, assure Yannick Trocmé, patron de la pizzeria Della Spiaggia. En général, ce sont des personnes qui habitent ici. J’embauche beaucoup de jeunes locaux courageux. Depuis dix ans, ça se passe très bien. »

Idem pour le bar-crêperie Atao Aman ainsi que pour L’escale gourmande et Le Café de Bretagne, situés dans le centre-ville de Crozon. Pareil à La Cale, à Lanvéoc.

Pour le patron du restaurant Saveur et Marée, Denis Le Normand, qui a lancé ses recherches pour deux saisonniers en février c’est « le manque de logements qui complique les choses ». Car sans endroit où se loger ou parce que trop loin du lieu de travail ou trop cher, les saisonniers vont voir ailleurs.

Laurent Mollier, le patron de La Flambée, à Morgat, connaît bien la problématique. Celui qui est ouvert à l’année met à disposition de ses équipes estivales trois logements. Mais avec 25 salariés en saison, ça ne sera pas assez. Sans personnels suffisants, il a fermé l’étage le midi. À regret, pour le patron car « travailler l’été me permet de tenir toute l’année. »

289 logements Airbnb à Camaret

Au-delà des horaires contraignants et de la précarité des postes, le problème majeur est bien celui du logement en presqu’île.

À Camaret-sur-Mer, la situation du Café de la Marine s’est récemment débloquée, grâce un article paru dans la presse. Le restaurant de 70 places ouvert 7 jours sur 7 et en continu, sur les quais du port, emploie 50 % de gens du coin.

Aux autres, il faut proposer une solution de logement dont une partie est prise en charge par l’établissement. Plombant pour le bilan comptable et pas évident dans une commune de 2 500 habitants qui compte 289 propositions de logements en Airbnb (N.D.L.R. : avec des tarifs qui favorisent les séjours courts et de tourisme).

« Quelqu’un a eu vent de notre situation et a proposé sa maison située à deux pas d’ici, raconte Stéphane Lucas, le patron des lieux depuis sept ans. On ne peut pas y loger tout le monde mais c’est une bouffée d’air. »

https://www.ouest-france.fr/bretagne/crozon-29160/pas-de-logement-pas-de-saisonniers-pour-les-restaurants-de-la-presqu-ile-de-crozon-7f3bc98a-c245-11ec-b213-4e402b37cd0d

 

Ouest-France

Législatives. À Morlaix, les socialistes et communistes vont retirer leurs candidatures

Publié le

Les négociations nationales menées entre le Parti socialiste, La France insoumise, Europe Écologie les Vert et le Parti communiste impactent la quatrième circonscription de Morlaix, pour les législatives.

Les élections législatives ont lieu les 12 et 19 juin 2022.

Les élections législatives ont lieu les 12 et 19 juin 2022. | ARCHIVES OUEST-FRANCE

Les négociations longues et houleuses ont abouti entre les différentes forces de gauche pour les législatives. Pour la quatrième circonscription, celle de Morlaix/Saint-Pol-de-Léon, c’est donc Génération. s qui présentera une officiellement une candidate, pour la Nouvelle union populaire écologique et sociale. Localement, s’agira-t-il de Sylvaine Vulpiani ou encore de Catherine Tréanton ?

Si cela se confirme, ce projet sera dévoilé en début de semaine. « C’est une candidature d’espoir et on veut en donner aux électeurs de gauche », se félicite Christine Prigent, porte-parole d’Europe-Ecologie les Verts du pays de Morlaix et conseillère régionale.

Un accord qui ne satisfait pas tout le monde

Du côté des communistes, c’est la douche froide. Ils n’ont obtenu aucune circonscription dans le Finistère. « On respectera les accords nationaux et on s’impliquera dans la campagne électorale », glisse Ismaël Dupont, secrétaire départemental du PCF. Ainsi, la candidature de Valérie Scattolin et Enzo de Gregorio sera prochainement retirée.

Même constat et résultat pour le Parti socialiste. Gwenegan Bui, délégué de circonscription et député qui avait suppléé Marylise Lebranchu de 2012 à 2016 dans la circonscription, avait déjà annoncé accepter la candidature commune.

Mais l’union n’est pas parfaite : Lutte ouvrière a investi ses propres candidats, Patricia Blosse et Alain Marchal, et l’Union démocratique bretonne fait cavalier seul. Le parti régionaliste devrait officialiser prochainement l’investiture de Michel Beaupré.

Pour rappel, en 2017, au premier tour, La France insoumise, le Parti socialiste, le Parti communiste et les écologistes atteignaient ensemble 28,05 %.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/legislatives-a-morlaix-les-socialistes-et-communistes-vont-retirer-leurs-candidatures-5c51622e-cd10-11ec-925a-f21088af0c84

 

Ouest-France

Roscoff. Le changement de vedette et de semi-rigide se précise à la SNSM

Publié le

Jeudi 5 mai 2022, le président national de la SNSM (Société nationale de sauvetage en mer), le vice-amiral Emmanuel de Oliveira, était en visite dans le quartier maritime de Morlaix. Il a fait le point avec les membres de la station locale de Roscoff.

Stéphanie Cabioch avec le président national et le délégué départemental.

Stéphanie Cabioch avec le président national et le délégué départemental. | OUEST-FRANCE

Jeudi 5 mai 2022, le président national de la SNSM (Société nationale de sauvetage en mer), Emmanuel de Oliveira, était en visite dans le quartier maritime de Morlaix, accompagné de l’inspecteur général de zone, Pierre Bichard ; du délégué départemental, Frédéric Dalancourt, et de l’adjoint au délégué départemental, Pascal Meyer.

Un budget de 140 millions d’euros au niveau national

Il a fait le point avec les membres de la station locale de Roscoff (Finistère). Il a notamment livré plus d’informations sur les nouveaux moyens dont va bénéficier la station, à savoir un semi-rigide neuf de 6,50 m qui devrait être livré vers la fin 2023. Et surtout, un canot tout temps, totalement refait, et dont la date d’arrivée en station dépendra de plusieurs facteurs. Il équipe aujourd’hui la station du Croisic qui attend un remplaçant neuf. Ce changement devrait arriver avant la fin 2024. Sur le plan national, un budget de 140 millions d’euros est alloué pour le renouvellement des moyens.

Formations de nouvelles recrues

Le patron a aussi parlé formations des équipiers. Sur ce point, la station de Roscoff est très dynamique, a-t-il remarqué. Il s’agit de relever le défi de former les nouvelles recrues. C’est un travail long qui demande un investissement important tant financier qu’humain. La rencontre s’est terminée sur un satisfecit, aujourd’hui, pour la station SNSM de Roscoff, tous les voyants sont au vert ».

La station voisine de l’île de Batz était au programme de l’homme de barre. Je constate un renouveau des équipages. Ce qui est bien dans le contexte d’une commune qui vieillit. Pour la station de Santec, il a confirmé le remplacement du semi-rigide courant 2024.

Le bureau

Le bureau de la station locale : présidente, Stéphanie Cabioch ; trésorière, Dominique Maron ; secrétaire, Guénolé Roué ; équipe formation, Christophe Jacq ; patron vedette, François Le Ven ; patron semi-rigide, Loïc Maron.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/roscoff-29680/roscoff-le-changement-de-vedette-et-de-semi-rigide-se-precise-a-la-snsm-f278126e-cc90-11ec-a718-576c3d08e8d9

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
6 mai 2022

Alain Goutal

http://goutal.over-blog.com/2022/05/soiree-pyjama.html

Valls est-il de gauche ???

 

Ouest-France

Plouezoc’h. Le conseil inquiet d’une extension de la zone ostréicole à Kérarmel

Modifié le Publié le

Si la commune de Plouezoc’h ne peut donner qu’un avis consultatif pour le dossier d’agrandissement de la zone ostréicole de Kérarmel, elle est directement concernée par les conséquences sur la voirie communale.

La palud de Kerarmel, la route qui y mène est une impasse.

La palud de Kerarmel, la route qui y mène est une impasse. | .OUEST-FRANCE

Une enquête publique de l’Unité des cultures marines des Affaires maritimes de Morlaix (Finistère), au sujet de la palud de Kerarmel, s’est achevée le 24 avril 2022.

À l’issue de cette consultation, le conseil municipal pouvait joindre, au cahier d’observations mis à la disposition du public, son avis concernant la réouverture d’une ancienne concession, en mer et sur terre.

Bernard Lachiver, adjoint, ne se fait pas d’illusion : « Notre avis n’a pas de vrais pouvoirs, mais au final c’est la commune qui devra payer. Aujourd’hui, nous ne savons pas combien d’entreprises ostréicoles interviennent sur cette zone, mais une chose est sûre, s’il y a rénovation de bâtiments, extension de la zone de stockage et des parcs en mer, il y aura plus de production donc plus de camions. Cette augmentation du trafic de véhicules lourds dégradera encore plus la voirie communale. Nous souhaitons une réunion avec les Affaires maritimes pour discuter de la protection de la palud et du financement des réparations de cette route qui mène au littoral. »

Certains conseillers s’interrogent : « Il ne faudrait pas entraver le développement économique de la commune. » Pour Bernard Lachiver, il est faible, les personnes qui travaillent viennent de Charente et repartent entre deux marées. Un avis négatif est voté.

Cimetière. Le règlement du cimetière est achevé. Il peut être consulté en mairie. Nous avons consulté ce qui a été fait dans les autres communes des environs. », explique Daniel Guézennec. Le document comporte quatre parties et apporte des explications sur des aspects très variés : les différents sites cinéraires, l’organisation du service et travaux, les exhumations, les plantations et entretien, la police du cimetière…

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plouezoch-29252/lextension-dune-zone-ostreicole-inquiete-3a460f92-cbce-11ec-8851-66c760a4e76e

 

Ouest-France

Pays de Morlaix. Les élus lancent une application pour donner son avis

Modifié le

Morlaix communauté donne la parole aux habitants. Du 6 mai au 3 juin, via l’outil numérique Vooter ou sa version papier, chacun est invité à donner un avis sur le nouveau Projet de territoire 2030.

Obtenir l’opinion de la population est devenu, selon les élus Jean-Paul Vermot, François Girotto et Renaud de Clermont-Tonnerre, indispensable à la poursuite des différents projets engagés par Morlaix Co et les communes, comme le Projet de territoire 2030.

Obtenir l’opinion de la population est devenu, selon les élus Jean-Paul Vermot, François Girotto et Renaud de Clermont-Tonnerre, indispensable à la poursuite des différents projets engagés par Morlaix Co et les communes, comme le Projet de territoire 2030. | OUEST-FRANCE

Qu’est-ce que l’outil numérique Vooter ?

Téléchargeable sur portable ou tablette, l’application Vooter permet aux habitants de participer à la politique de Morlaix Communauté, mais également à celle des communes, de chez eux, en quelques clics. L’objectif pour les élus : installer la démocratie participative dans le quotidien avec des consultations régulières. « C’est le moment de lancer notre campagne de consultation sur notre futur Projet de territoire 2030 qui définit les grands axes : mobilité, logement, économie, environnement, culture et énergie, indique Jean-Paul Vermot, président. Un projet qui se place au cœur des transitions et qui doit se matérialiser au quotidien dans la vie des habitants. » Cette première consultation sera suivie en septembre par une consultation auprès des jeunes.

Comment fonctionne-t-il ?

L’utilisation de Vooter est très simple : il suffit de scanner le QR code sur le flyer que l’on trouve en mairie, ou bien de télécharger l’application Vooter ou d’aller tout simplement sur le site Vooter.co. « On crée son compte qui reste anonyme, puis on se dirige vers le groupe Morlaix Communauté, détaille Hortense Barrere, chargée de mission à Morlaix communauté. Puis de répondre aux 25 questions. Cela ne demande pas plus de 10’. »

Et si on n’est pas équipé en numérique ?

Des questionnaires papiers sont à disposition dans toutes les mairies du territoire afin de permettre aux personnes moins à l’aise avec l’informatique de répondre à cette concertation. « Mais on peut aussi venir à la permanence de la conseillère numérique le jeudi à Plouégat-Guerrand, par exemple », indique, son maire, Renaud de Clermont-Tonnerre.

En quoi ce questionnaire est-il pertinent ?

À chaque question, trois propositions sont à cocher, si elles ne conviennent pas, on peut faire des propositions, car selon le président, « il est important pour le débat, d’avoir des réponses décalées ». L’intérêt est qu’au moment de confirmer ses choix, on peut suivre en direct le résultat des votes.

Quand seront exploités les résultats ?

La concertation sur le Projet de territoire 2030 se termine le 3 juin. « Les services dépouilleront les résultats, qui viendront alimenter les propositions, annonce Jean-Paul Vermot. Les résultats nous permettront de cerner les difficultés, de voir les améliorations à apporter, de vérifier les hypothèses et de lister les priorités de notre projet qui sera voté lors du conseil communautaire du 27 juin. »

vote.vooter.co : aller sur groupe par géolocalisation ou entrer le code groupe : Morlaix.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/pays-de-morlaix-les-elus-lancent-une-application-pour-donner-son-avis-eac96934-cc75-11ec-a718-576c3d08e8d9

 

Ouest-France

Guerlesquin. Qu’implique la création d’un site patrimoine remarquable pour la commune ?

Modifié le Publié le Sarah HUMBERT

Morlaix communauté travaille à l’établissement d’un site patrimoine remarquable pour Guerlesquin. Hervé Tilly, conseiller municipal délégué au patrimoine, explique pourquoi ce projet est important pour la commune.

Hervé Tilly est conseiller municipal délégué au patrimoine à Guerlesquin. La commune possède plusieurs bâtiments classés.

Hervé Tilly est conseiller municipal délégué au patrimoine à Guerlesquin. La commune possède plusieurs bâtiments classés. | OUEST-FRANCE

Elle était déjà distinguée par le titre de Petit cité de caractère, et elle aura bientôt un site patrimonial remarquable.

À Guerlesquin, petite commune d’un peu plus de 1 300 habitants, près de Morlaix (Finistère), la municipalité travaille, avec Morlaix communauté, à l’établissement d’un périmètre pour valoriser le patrimoine et l’architecture de la commune. On fait le point sur ce projet de longue haleine avec Hervé Tilly, conseiller municipal délégué au patrimoine.

Pourquoi vouloir créer un site de patrimoine remarquable à Guerlesquin ?

Pour Hervé Tilly, conseiller municipal délégué au patrimoine, le projet de création d’un site de patrimoine remarquable (SPR) à Guerlesquin répond « à au moins trois attentes : c’est la reconnaissance officielle de l’intérêt architectural et patrimonial de la commune, c’est aussi un outil de gestion du patrimoine et un outil de protection pour ce dernier ».

L’ancienne prison seigneuriale de Guerlesquin date de 1640. | OUEST-FRANCE

La façade de l’église Saint-Ténénan, qui a plus de cinq siècles, ainsi que l’ancienne prison seigneuriale, construite en 1640, sont par exemple des « bâtiments classés ». Ils sont entourés d’un périmètre de protection de 500 mètres de rayon. Le SPR va « se substituer aux deux cercles de protection et permettre d’avoir une approche plus fine et paysagère pour la protection des bâtiments », détaille le conseiller.

Comment ce projet sera-t-il mis en place ?

C’est un projet au long cours, puisque la création du SPR a été évoquée pour la première fois sous l’ancienne mandature de la commune, « en 2018 ». En mars 2022, Morlaix communauté a voté son engagement dans la démarche de création de ce site. L’opération se déroule en deux temps : « La première tranche, dite ferme, va permettre de délimiter un périmètre », indique Hervé Tilly. Pour cela, une enquête va être menée par des historiens sur la ville. « On a déjà pas mal de documentation, mais on peut être amené à découvrir d’autres choses », glisse le conseiller.

Viendra ensuite la phase dite optionnelle, qui va permettre de déterminer « des directives en vue de la modification des bâtiments. Cela va aussi permettre de fixer des consignes pour le choix des matériaux, les couleurs, la forme des ouvertures, par exemple, des constructions dans le périmètre. C’est un règlement qui sera fait en concertation avec les habitants et l’architecte des bâtiments de France ».

Qu’est-ce que cela va apporter à la commune ?

C’est parce que la commune est inscrite dans cette démarche de création d’une SPR qu’elle va pouvoir conserver son label de Petite cité de caractère, « si elle satisfait aux exigences », glisse Hervé Tilly. Pour lui, un SPR est aussi « un gage de qualité, de reconnaissance, et un facteur d’attraction pour le tourisme ».

Combien cela coûte-t-il ?

Le projet est financé par Morlaix communauté et coûtera « entre 60 000 € et 70 000 € », indique Hervé Tilly. Il estime que le projet pourrait aboutir d’ici « quatre ans. Il faut compter environ deux ans pour la première phase et la même durée pour la seconde ».

https://www.ouest-france.fr/bretagne/guerlesquin-29650/un-projetpour-renforcer-la-sauvegardedu-patrimoine-7065e280-cac2-11ec-918e-9d1ef5ea94df

 

Ouest-France

Lannion. Un rassemblement pour l’Ukraine au rythme des chansons

Publié le

Le rassemblement de soutien à l’Ukraine organisé à Lannion (Côtes-d’Armor) ce jeudi 5 mai 2022 par le collectif Trégor Ukraine solidarité a été l’occasion d’entendre la chorale Rive gauche. Le prochain sera placé sous le signe des contes.

La chorale Rive gauche a donné de la voix en soutien à l’Ukraine.

La chorale Rive gauche a donné de la voix en soutien à l’Ukraine. | OUEST-FRANCE

Pas de discours à l’occasion de ce nouveau rassemblement de soutien à l’Ukraine, au 71e jour de guerre,, mais un point d’information sur les actions du collectif Trégor Ukraine solidarité, et des mots. Ceux chantés par la chorale Rive gauche, qui a notamment repris un air ukrainien, lourd de sens, puisque c’est celui qui a servi à enterrer les morts de Maïdan en 2014. Ceux, de Julia, Russe installée à Lannion, qui a tenu quant à elle à témoigner de sa solidarité envers l’Ukraine, et a eu une pensée pour les réfugiés, en leur souhaitant le meilleur.

Le prochain rendez-vous est fixé au 2 juin. Il sera animé par les Diseurs de conte. Le collectif continue de se mobiliser. Il se réunit lundi 9 mai, à 18 h, à l’espace Sainte-Anne.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/lannion-22300/lannion-un-rassemblement-pour-l-ukraine-au-rythme-des-chansons-d5def56a-cc99-11ec-8f48-fa6c2245d8ea

 

Ouest-France

Perros-Guirec. Le renflouement du Gwada-Breizh aura lieu mardi 17 mai

Publié le

En mauvaise posture depuis une avarie, survenue le 26 décembre 2021, le Gwada-Breizh va sortir de l’eau, au port de Perros-Guirec (Côtes-d’Armor). Un nouvel essai de renflouement est programmé le mardi 17 mai 2022.

Le Gwada-Breizh devrait être sorti du port de Perros-Guirec, le mardi 17 mai. Il sera gruté sur l’aire de carénage pour y être inspecté.

Le Gwada-Breizh devrait être sorti du port de Perros-Guirec, le mardi 17 mai. Il sera gruté sur l’aire de carénage pour y être inspecté. | OUEST-FRANCE

C’est une nouvelle étape dans le renflouement du Gwada-Breizh, en mauvaise posture dans le port de Perros-Guirec (Côtes-d’Armor), depuis une avarie subie en décembre dernier. Après plusieurs opérations manquées ou reportées, le bateau bar va enfin sortir de l’eau. Un nouvel essai est programme le mardi 17 mai 2022.

Il sera inspecté par des experts

Les travaux de préparation de l’opération débuteront eux, le jeudi 12 mai. Une entreprise spécialisée mettra en place des ballons étanches afin de faire flotter le bateau et le déplacer vers l’aire de carénage où il sera gruté et inspecté par les experts des assurances.

En février, à la demande de la mairie, les mâts avaient été sciés pour des questions de sécurité et l’état du bateau s’était dégradé lors des grandes marées.

Le 4 mars, une opération pour le renflouer avait été annulée, sans que l’on en connaisse la cause.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/perros-guirec-22700/perros-guirec-le-renflouement-du-gwada-breizh-aura-lieu-mardi-17-mai-d3e7f590-cc80-11ec-8450-ede76c8c4e0b

 

Ouest-France

Roscoff. Un navire belge contrôlé dans le port du Bloscon

Publié le

La direction départementale des territoires et de la mer du Finistère et la brigade nautique de Roscoff (gendarmerie nationale) ont procédé à une opération de contrôle à bord d’un navire belge, au port du Bloscon, à Roscoff. Aucune infraction n’a été relevée. L’objectif est de s’assurer du respect de la réglementation européenne.

La direction départementale des territoires et de la mer du Finistère et la Brigade nautique de Roscoff (gendarmerie nationale) ont procédé à des contrôles à bord d’un navire belge.

La direction départementale des territoires et de la mer du Finistère et la Brigade nautique de Roscoff (gendarmerie nationale) ont procédé à des contrôles à bord d’un navire belge. | DR

Les équipes de l’Unité littorale des Affaires maritimes de la direction départementale des territoires et de la mer du Finistère (DDTM 29) et de la Brigade nautique de Roscoff (gendarmerie nationale) ont procédé au contrôle approfondi d’un navire hauturier belge (38 mètres de longueur) dans le port du Bloscon, mardi 3 mai 2022.

Quatre heures de vérification

Pendant quatre heures, huit agents de contrôle ont vérifié les engins de pêche, la documentation réglementaire mais ont aussi fait une pesée par échantillonnage des 15 tonnes de pêche présentes en cale.

Avec l’entrée en vigueur du Brexit en 2021, les navires belges pêchant en Manche ouest, qui relâchaient auparavant au Royaume-Uni, ont pris l’habitude de faire escale à Roscoff en Finistère.

Aucune infraction significative n’a été relevée à l’encontre du navire. La préfecture indique, dans un communiqué de presse, que « de tels contrôles sont nécessaires et régulièrement réalisés par les services de l’État pour s’assurer du respect de la réglementation de l’Union européenne et du plan de contrôle France-Belgique ».

https://www.ouest-france.fr/bretagne/roscoff-29680/roscoff-un-navire-belge-controle-dans-le-port-du-bloscon-d9f02dd2-cbd0-11ec-ac72-d055bd326463

 

Ouest-France

Carantec. L’Association des Plaisanciers verse 400 € la SNSM

Publié le

À l’issue de la conférence, c’est l’heure de la remise de chèque. De gauche à droite, Dominique Ropars, Jean-François Derrien, Michel Quéran et Jean-Yves Briant, membre de l’APC.

À l’issue de la conférence, c’est l’heure de la remise de chèque. De gauche à droite, Dominique Ropars, Jean-François Derrien, Michel Quéran et Jean-Yves Briant, membre de l’APC. | OUEST-FRANCE

Vendredi, l’association des Plaisanciers de Carantec (APC), présidée par Michel Quéran, a reçu dans les locaux du centre nautique du Kélenn des représentants de la station SNSM de Primel-Plougasnou : Dominique Ropars, canotier, et Jean-François Derrien, président.

À l’issue d’une conférence animée par ces derniers, suivie par une cinquantaine de personnes et consacrée à la sécurité en mer et aux premiers soins à prodiguer aux naufragés, Michel Quéran, au nom de l’APC, a remis aux sauveteurs un chèque d’un montant de 400 €, en soutien de leur action.  Notre situation financière nous le permet. Nous faisons régulièrement des dons à la SNSM (Les sauveteurs en mer), alternativement à la station de Roscoff et à celle de Primel-Plougasnou », a rappelé Michel Quéran. L’APC projette maintenant des stages de lecture des cartes marines et de réglementation de la pêche. De quoi motiver les pêcheurs plaisanciers du secteur.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/carantec-29660/lassociation-des-plaisanciers-verse-400-la-snsm-b00cf989-d5f3-4003-bd31-e9857391af75

 

Ouest-France

Morlaix. 13,8 millions d’euros sur la table pour l’eau

Publié le Sarah HUMBERT

Morlaix Communauté et l’agence de l’eau Loire-Bretagne ont signé un accord de programmation qui vise à améliorer la qualité de l’eau, pour les cours d’eau et le littoral.

Une petite signature pour un gros investissement et une cascade de projets. Hier, Morlaix Communauté et l’agence de l’eau Loire-Bretagne ont signé un accord de programmation qui les unit jusqu’à 2024, et qui vise à « la reconquête de la qualité de l’eau », explique Jean-Paul Vermot, président de Morlaix Communauté. Qu’est-ce que ça implique, concrètement ? On fait le point.

Un budget à 13,8 millions d’euros

Au total, ce sont près de 13,8 millions d’euros qui sont prévus, d’ici la fin de l’année 2024, pour améliorer les systèmes d’assainissement et préserver la qualité de l’eau. Parmi cette somme, l’agence de l’eau Loire-Bretagne va injecter 5,8 millions d’euros. Ce montant va servir à mener 46 actions, avec notamment, « la restructuration du réseau de collecte autour de la station de Kéranroux, pour 5,5 millions d’euros », indique Guy Pennec, vice-président à Morlaix communauté en charge de l’eau. Le poste de refoulement Weygand, qui « déborde régulièrement », sera également changé. À noter, des études sont également en cours pour définir les profils de vulnérabilité des différents secteurs.

Un enjeu pour les communes

L’enjeu de la qualité de l’eau est majeur dans le secteur, pour les conchyliculteurs, les pêcheurs à pied, tout simplement pour les habitants, mais aussi, pour l’urbanisation des communes. En effet, si les réseaux ne sont pas aux normes au sein de ces dernières, des terrains constructibles peuvent voir leur « urbanisation différée », les empêchant de construire par exemple, des lotissements qui nécessiteraient de nouveaux réseaux.

Des actions pour les installations d’assainissement non collectif

Pour préserver la qualité de l’eau, Morlaix communauté et de l’agence de l’eau se penchent également sur les installations non collectives défaillantes. Plus de 300 sont situées vers le littoral, il y a donc urgence à agir. « Toutes les installations concernées ont été mises en demeure sur le territoire, avec les 26 maires de Morlaix communauté. » L’accord prévoit, à hauteur d’1,4 millions d’euros, d’accompagner financièrement la réhabilitation des branchements des particuliers et les installations d’assainissement non collectif.

Un coût pour les usagers

Tous ces investissements, même s’ils sont soutenus par l’agence de l’eau, ont un coût. En plus de l’accord qui vient d’être signé, dans les 20 années à venir, Morlaix communauté prévoit également d’investir environ « 100 millions d’euros dans l’assainissement et 150 millions dans l’eau potable, décrit le président. Le prix de l’eau va évoluer en conséquence, mais avec un paramétrage qui doit être supportable pour nos concitoyens ». Ces montants seront normalement accompagnés par des subventions.

Les projets s’inscrivent donc dans la durée, mais avec une envie résolue d’avancer. Pour le directeur général de l’agence de l’eau, Martin Gutton : « Face à l’accélération du changement climatique, il faut réussir à emmener tout le monde et à presser le pas ».

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/13-8-millions-deuros-sur-la-table-pour-leau-af6d1084-cb8a-11ec-ac72-d055bd326463

 

Ouest-France

Perros-Guirec. Trente bateaux attendus à la régate

Publié le

Une trentaine de bateaux sont attendus pour la régate Trégor- Léon, associant quatre yacht-clubs.

Une trentaine de bateaux sont attendus pour la régate Trégor- Léon, associant quatre yacht-clubs. | OUEST-FRANCE

La Trégor-Léon – Route des Casinos 2022 aura lieu les 4,5 juin avec le soutien des casinos de Roscoff et Perros-Guirec. Une présentation de l’évènement dans les casinos respectifs aura lieu le 10 mai, à Roscoff et le 11 mai, à Perros-Guirec.

Cette 8e édition est organisée par quatre clubs : le yacht-club de Trébeurden, la Société des régates de Perros-Guirec (SRP), le yacht-club de Roscoff et le Canot-club de Primel. « On unit nos forces pour faire se rencontrer des concurrents de divers clubs. On attend une trentaine de bateaux, dont un bon nombre de Perros », rappelle le président de la SRP, Yann Colin.

Des escales sont prévues dans chacun des ports. Cette année, la Trégor-Léon aura encore deux facettes : une régate, pour ceux qui veulent en découdre et un rallye, plus festif et qui permet de musarder. Les départs auront lieu à Perros-Guirec, l’arrivée se jugera à Roscoff, escales à Trébeurden, le samedi soir et au port du Diben, le dimanche midi. Une descente sur l’île Millau est prévue à Trébeurden et un pot sur le quai du Diben. Enfin, un repas sera offert lors de la remise des prix à Roscoff.

Le lundi de Pentecôte férié permettra à chacun de rejoindre son port d’attache en toute tranquillité. Une trentaine de bateaux est espérée (plus de 100 équipiers) pour deux jours de convivialité le long des côtes du Trégor et Léon. Les futurs participants peuvent se pré-inscrire en ligne sur yachtclub-trebeurden.com/manifestation/tregor-leon/.

Contact : tregorleon.voile@gmail.com

https://www.ouest-france.fr/bretagne/perros-guirec-22700/trente-bateaux-attendus-a-la-regate-c01fcbbe-362d-4cea-8d7c-9c712a17b0e3

Diaporama : La Trégor Léon route des casinos 2014

 

Ouest-France

Côtes-d’Armor. Un site internet pour tout savoir sur la qualité de l’eau dans le département

Publié le Soizic QUÉRO

C’est un sujet sensible à l’heure où les préoccupations environnementales sont grandissantes. Le département des Côtes-d’Armor vient de mettre en ligne une nouvelle version « grand public » de son site internet dédié à la qualité de l’eau. Une démarche numérique « transparente » appelée à s’étoffer.

Le département des Côtes-d’Armor vient de mettre en ligne une nouvelle version « grand public » de son site internet dédié à la qualité de l’eau (infeaux22.cotesdarmor.fr). | ARCHIVES OUEST-FRANCE – XAVIER BONNY

L’outil était déjà sorti des fonts baptismaux il y a un an ou deux, mais il n’était pas suffisamment au point​, présente Hélène Rolland, chargée du suivi de la qualité de l’eau des rivières à la direction environnement au Département des Côtes-d’Armor. Le site internet infeaux22.cotesdarmor.fr, dédié à la qualité de l’eau des rivières, a été fraîchement remanié pour être accessible au plus grand nombre, du citoyen lambda aux collectivités en passant par les associations. Une volonté d’éclairer, de transparence, de simplicité et de partage des données​, relaie Vincent Alleno, vice-président du conseil départemental chargé des finances et du numérique.

Dans la baie de Saint-Brieuc, et plus généralement dans les Côtes-d’Armor et en Bretagne, la qualité des eaux est un sujet sensible. Notamment à cause de la prolifération des algues vertes.

Lire aussi : Les algues vertes en Bretagne, 50 ans d’inquiétudes, de doutes et de luttes

Les pesticides détaillés

Sur le site, sont référencés différents indicateurs extrêmement récents: les taux de nitrates, pesticides, phosphores et les débits des 32 cours d’eau costarmoricains.

Des données dont il est possible de mesurer l’évolution sur les douze derniers mois ou sur une période de vingt ans, à travers des courbes de concentration.

Les pesticides sont analysés et la liste détaillée des substances apparaît à l’écran. Les prélèvements sont réalisés par les techniciens de Labocea et les résultats ensuite traités et mis en scène par les agents du Département. Plus de 500 molécules ou paramètrespassent sous l’œil des professionnels.

Les données mises en ligne sont aussi consultables en libre accès sur le portail open data du Département, Dat’Armor, auquel 47 % des communes locales contribuent. Une prise de conscience se fait sentir dans la population sur les sujets environnementaux, la préservation de l’eau et la biodiversité, met en avant Nathalie Nowak, conseillère départementale déléguée à l’environnement. ​Les usagers peuvent désormais s’emparer de ces éléments.

​Jusqu’à aujourd’hui, les Costarmoricains avaient à leur disposition pour s’informer un bulletin d’information mensuel, Inf’eaux 22, publié depuis près de vingt-cinq ans. Ce nouvel outil est complémentaire​.

Avec un comité d’usagers

Outre la mesure des efforts accomplis, ce dispositif permet de voir dans un même temps les zones où le focus reste à mettre​, prolonge Vincent Alleno. Le Département accompagne les opérations de reconquête de la qualité de l’eau. Nous faisons partie d’une chaîne d’acteurs​. Cet outil pourra servir de support pour définir une stratégie à venir​.

Depuis un an et demi, un comité d’usagers, intégrant également des associations environnementales, a été associé à la démarche de communication des données. D’ici à la fin de l’année, l’objectif est « d’enrichir davantage l’outil avec des données des territoires et de l’Agence de l’eau Loire-Bretagne », indique Dominique Baron, administrateur open data au Département.

« Le citoyen va faire sa propre opinion »

Pour Arnaud Clugery, porte-parole d’Eaux et rivières de Bretagne, plus le grand public a accès à ces informations, plus il sera conscient des risques, des enjeux et de la nécessité d’améliorer la prévention autour de l’eau. Le citoyen va faire sa propre opinion et réagir​.

Toutefois, la marge de progression est encore grande. Pour le consommateur, on peut aller plus loin dans l’information à l’échelle des territoires d’alimentation en eau​. Quant à l’association VivArmor Nature, c’est positif de diffuser ces données publiques, les collectivités ont tout intérêt à communiquer​.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-brieuc-22000/cotes-d-armor-un-site-internet-pour-tout-savoir-sur-la-qualite-de-l-eau-dans-le-departement-8274f44a-c4b2-11ec-9bac-e092504fc1fc

 

Ouest-France

Tué d’un coup de couteau dans la Manche, Jean-Marie Gontier aimait « la vie et les autres »

Publié le

Dans la nuit du vendredi 29 au samedi 30 avril 2022, ​Jean-Marie Gontier est mort d’un coup de couteau porté au thorax. À Saint-Hilaire-du-Harcouët et dans les communes environnantes, on se souvient d’un homme qui « aimait les autres ».

Jean-Marie Gontier au travail chez Auvray Construction. « Il avait toujours le sourire. »

Jean-Marie Gontier au travail chez Auvray Construction. « Il avait toujours le sourire. » | DR

Jean-Marie Gontier, que ses amis et collègues appelaient « Jean Mich », avait 29 ans. Maçon, il habitait à Parigny, dans la Manche. Une commune où habitent ses parents. Il a été tué dans la nuit du vendredi 29 au samedi 30 avril 2022 à Saint-Hilaire-du-Harcouët, devant le Pearl, le bar de la place Saint-Michel.

Lire aussi : Coup de couteau mortel en Normandie : ce que l’on sait du drame qui a coûté la vie à un jeune homme

Bonne humeur, serviabilité, grande disponibilité : Jean-Marie Gontier ne laissait personne indifférent. Tout le monde l’appréciait. Son décès, soudain et violent, a choqué et consterné nombre d’habitants du secteur. De nombreux témoignages en attestent.

Fleurs devant le bar, cagnotte lancée par des supporters...

Des témoignages de toute nature : des fleurs devant le Pearl, des personnes qui viennent s’y recueillir… Dès le samedi 30 avril, le jour de sa mort, un hommage lui a été rendu sur le stade de foot de Saint-Hilaire qui l’a vu taper dans le ballon.

Hommage aussi à Rennes, au Roazhon Park, par ses amis du Stade Rennais dont il était un fervent supporter. Un hommage qu’ils veulent renouveler samedi 14 mai, lors du match de Rennes contre l’Olympique de Marseille. Et une cagnotte sur Leetchi a également été ouverte par ses amis supporters notamment pour venir en aide à sa famille. Elle a atteint 7 500 € en quelques jours.

Jean-Marie Gontier avait fréquenté le Vélo-club saint-hilairien. Le club devait organiser un grand rassemblement VTT en juillet. Ce rassemblement, pour lequel, Philippe, le père de Jean-Marie, avait beaucoup travaillé, n’aura pas lieu. On annule tout », ​dit sobrement Michel Boulay, le président du club.

« Un coup dur » pour ses collègues

Dans l’entreprise Auvray Construction, où Jean-Marie travaillait, ses collègues ont tenu, une dernière fois, à lui dire combien ils l’aimaient. Sur la page Facebook de l’entreprise, ils s’adressent à lui. « Difficile de comprendre ce qu’il s’est passé, c’est un coup dur pour nous. Nous avons perdu un collègue et un véritable ami. Travailleur, souriant, aimable et courtois auprès de notre clientèle et apprécié de tes partenaires de travail pour ta bonne humeur, tes histoires qui nous faisaient rire. On a toujours pu compter sur toi. Depuis le primaire, on se connaît, on se voyait tous les jours. Ce sont les larmes aux yeux qu’on te souhaite de reposer en paix, mon pote… »

Un goût prononcé pour tous les sports

Sportif accompli, Jean Marie Gontier avait essayé de nombreux sports : le roller, le vélo au Vélo-club de Saint-Hilaire, il avait un bon niveau, il a d’ailleurs été champion de Normandie benjamin, le foot, le rugby. Il allait se lancer dans le roller hockey, il avait déjà tous les équipements, raconte son père. Jean-Marie, c’était quelqu’un qui voulait être au contact des gens, avec les autres. Il voulait voir du monde, s’amuser…

Son meilleur ami, Valentin Salinas, décrit un homme aux multiples centres d’intérêt. « Le sport, bien sûr, mais aussi les amis, la famille. Il était investi dans des associations, comme l’association des Bignons pour la Fête de la musique et sur les chars du carnaval de Granville. Jean-Marie donnait beaucoup aux autres, il était disponible. Un bon gars toujours prêt à rendre service. L’ami sur qui on peut compter.

Les obsèques de Jean-Marie Gontier seront célébrées vendredi 6 mai 2022, à 14 h 30, en l’église de Saint-Hilaire-du-Harcouët, dans la Manche, suivies d’un dernier hommage au crématorium des Estuaires, à Villedieu-les-Poêles Rouffigny, samedi 7 mai à 11 h.

https://www.ouest-france.fr/societe/faits-divers/tue-d-un-coup-de-couteau-dans-la-manche-jean-marie-gontier-aimait-la-vie-et-les-autres-9430ba4a-cba9-11ec-8851-66c760a4e76e

 

Ouest-France

Morlaix. L’éclairage public va être revu avec plus de Led

Publié le

Une première expérimentation d’économie d’énergie et de restauration écologique démarre en mai 2022 à Morlaix (Finistère). La municipalité a le projet ambitieux de faire des économies d’énergie afin de réduire la consommation de près de 56 % et de protéger la biodiversité.

L’éclairage public va subir des transformations pour réaliser d’importantes économies d’énergie mais aussi pour protéger la biodiversité.

L’éclairage public va subir des transformations pour réaliser d’importantes économies d’énergie mais aussi pour protéger la biodiversité. | OUEST-FRANCE

L’éclairage public de la ville de Morlaix (Finistère) représente quatre mille points lumineux, dont mille équipés de Led, ainsi que de cent quatorze armoires de distribution qui couvrent l’ensemble du territoire communal, ​rappelle François Goraguer, directeur des services techniques.

« La lumière artificielle a des conséquences négatives sur la faune »

La municipalité se lance, en mai 2022, dans la première étape d’un projet ambitieux d’économie d’énergie qui a un double objectif : une réduction globale de la consommation de près de 56 % et la protection de la biodiversité car la lumière artificielle a des conséquences négatives sur la faune, comme les chauves-souris, les insectes mais aussi sur les humains, en troublant le rythme circadien », ​note Nathalie Barnet, adjointe à la transition écologique.

Le rythme circadien est l’alternance entre notre période de veille durant la journée et le sommeil. Le projet vise à accélérer le passage aux Led, diodes électroluminescentes avec une priorité à l’hyper centre et les secteurs qui doivent rester éclairés en permanence comme les entrées de la ville, la gare, les pôles culturels, sportifs et d’enseignement.Cela permettra de passer de 25 % à 37,5 % du parc en Led sur quatre ans, soit un total de 1 500 points lumineux sur 4 000.

​Cela permettra de passer de 25 % à 37,5 % du parc en LED sur quatre ans, soit un total de 1 500 points lumineux sur 4 000. Le viaduc sera lui aussi concerné et passera aux LED, «un éclairage qui permettra de changer les couleurs et d’envisager des scénarios selon l’actualité».

Autre volet du projet, l’optimisation de la sectorisation et de la temporisation qui concernera dans un premier temps onze secteurs sur neuf quartiers qui sont ceux du Château, de Gambetta, Coat-Serho, Marronniers, Vierge Noire Est, Boissière Sud, Kermadiou, Roscoat, le Verger, soit 717 points lumineux supplémentaires qui seront temporisés et non plus permanents.

Les horaires de coupures nocturnes seront amplifiés. La coupure nocturne est actuellement réalisée de 1 h 30 à 5 h 30, soit quatre heures. En période hivernale, elle serait de 23 h à 6 h 30, soit 3 h 30 d’extinction supplémentaire. Une coupure totale se ferait en période estivale, soit 2 h 30 encore d’extension supplémentaire. Sur les 114 armoires de distribution, 77 seraient mises en extinction. Cela permettrait une réduction globale de la consommation et des gains moyens estimés à 143 663 € sur un coût global annuel de 257 558 €. Un bilan est prévu en septembre dans les quartiers.

La sécurité et l’éclairage public

L’éclairage public pose parfois, mais à tort, la question de l’insécurité. L’éclairage public étant souvent considéré comme un élément fort de sécurité. « Nombreux sont les projets de réduction qui se heurtent à des résistances qui se fondent sur la crainte de générer plus d’insécurité, ou encore un sentiment de déclassement qu’il convient de prendre en compte, » souligne le maire. Les données de la gendarmerie et des compagnies d’assurances sur les liens entre la sécurité et l’éclairage public sont parlantes, avec 80 % des cambriolages qui ont lieu le jour. Dont 55 % d’entre eux entre 14 h et 17 h. 99 % des délits et méfaits nocturnes ont lieu dans des rues parfaitement éclairées. « Il n’y a donc pas de lien de cause à effet. »

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-l-eclairage-public-va-etre-revu-avec-plus-de-led-5c83fe3a-caec-11ec-b0be-cafcdb0203d0

 

Ouest-France

En Finistère, des agriculteurs ont semé dix hectares de maïs au profit de l’Ukraine

Modifié le Publié le

Lors de sa dernière réunion, début mai 2022, la Communauté des communes du pays de Landivisiau (Finistère) a décidé de semer dix hectares de maïs sur un terrain inculte, dont elle est propriétaire, en zone du Vern. De nombreux exploitants agricoles sont intervenus gratuitement sur ce projet. Le profit de la vente sera alloué à l’Ukraine.

Henri Billon, président de la CCPL (Communauté de communes du pays de Landivisiau), en compagnie de quelques partenaires fournisseurs des graines ou de prestations, lors du semis du maïs sur les dix hectares voisins de l’entreprise Sill.

Henri Billon, président de la CCPL (Communauté de communes du pays de Landivisiau), en compagnie de quelques partenaires fournisseurs des graines ou de prestations, lors du semis du maïs sur les dix hectares voisins de l’entreprise Sill. | OUEST-FRANCE

Ce terrain devait servir pour l’extension de l’entreprise agroalimentaire Sill, il n’en sera rien. Lors de la visite des élus communautaires, en mai 2022, dans la zone industrielle du Vern, à Landivisiau (Finistère), Gilles Falc’hun, président de l’entreprise agroalimentaire Sill, avait laissé entrevoir une possibilité d’agrandissement de son entreprise en terre landivisienne. Un projet qui avait immédiatement amené Henri Billon, président de la Communauté de communes du pays de Landivisiau (CCPL), à chercher des terres disponibles.

Mais la situation économique mondiale n’engageant guère les entrepreneurs à se lancer immédiatement dans de nouveaux projets, cette dizaine d’hectares désormais communautaires était restée inculte. D’où l’idée de jouer la solidarité avec l’Ukraine en utilisant ces terres agricoles pour y semer du maïs destiné ensuite à la revente.

Une seule réunion a suffi

Les Éta, entreprises de travaux agricoles, ont répondu immédiatement à l’appel du président de la CCPL. De même que deux coopératives (Even et Eureden) pour la fourniture des semences. Après le désherbage réalisé par l’EURL (Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée) Palut, de Plouvorn, le président Henri Billon, agriculteur de métier à Loc-Eguiner, a pris lui-même son tracteur et son déchaumeur. Le lisier, fourni par Gilbert Quentric, de Landivisiau, a été répandu sur le terrain par l’ETA Pouliguen, de Loc-Eguiner. Le griffon de l’ETA Pellen, de Plouvorn, a précédé la charrue, ensuite passée par l’ETA Le Caap, de Saint-Vougay.

La récolte sera faite à la fin du mois d’octobre 2022 par l’ETA Pengam, de Bodilis. Le carburant pour tous ces engins agricoles a été fourni gratuitement par les sociétés Le Gall-Source et la CPO, de Landivisiau.

Le produit de la vente, espérée aux environs de 10 000 €, sera remis à un organisme venant en aide aux Ukrainiens. Permettant au président Henri Billon, présent mardi 3 mai 2022 sur le lieu du semis, de remercier très chaleureusement tous les intervenants qui se sont déplacés sur ce terrain, gratuitement et sans compter leur temps, avec leur matériel et leur savoir-faire​. Il a en effet suffi d’une unique réunion à Gilbert Miossec, vice-président en charge de la commission agricole de la structure communautaire, pour fédérer toute cette énergie ayant abouti à ce projet…

https://www.ouest-france.fr/bretagne/landivisiau-29400/sur-ce-terrain-du-finistere-elus-et-agriculteurs-ont-seme-10-ha-de-mais-au-profit-de-l-ukraine-b232d89e-cb7b-11ec-8851-66c760a4e76e

 

Ouest-France

Finistère. Les conchyliculteurs alertent à nouveau sur la qualité de l’eau en baie de Morlaix

Publié le Sarah HUMBERT

Un peu plus de deux mois après une manifestation qui avait réuni près de 200 conchyliculteurs à Morlaix, pour alerter sur la dégradation de la qualité de l’eau, le Comité régional de la conchyliculture Bretagne Nord tire à nouveau la sonnette d’alarme.

En baie de Morlaix, depuis le début de l’année, plusieurs arrêtés ont déjà été pris pour interdire la pêche ou le ramassage des coquillages.

En baie de Morlaix, depuis le début de l’année, plusieurs arrêtés ont déjà été pris pour interdire la pêche ou le ramassage des coquillages. | ARCHIVES OUEST-FRANCE

Un peu plus de deux mois après la manifestation qui avait rassemblé près de 200 conchyliculteurs venus de toute la Bretagne à Morlaix, pour dénoncer la dégradation de la qualité des eaux littorales bretonnes, le comité régional de la conchyliculture Bretagne nord (CRCBN) alerte à nouveau.

« La situation sanitaire est particulièrement critique en baie de Morlaix »

Dans un communiqué de presse, le CRCBN souligne que « depuis début 2022, la situation sanitaire est particulièrement critique en baie de Morlaix avec la multiplication des alertes norovirus, le virus de la gastro-entérite, conduisant à des fermetures temporaires des zones de production ».

Le CRCBN indique que les sources de contaminations sont « en lien avec des défaillances et/ou des déficiences des dispositifs d’assainissement collectifs, voire individuels. En période épidémique dans la population, tout déversement d’eaux usées brutes ou insuffisamment traitées dans le milieu contribue à disséminer des particules virales pouvant se concentrer dans les coquillages ».

Les conchyliculteurs veulent des réponses rapides

Lors de leur manifestation, les conchyliculteurs avaient été reçus par Morlaix communauté, qui possède la compétence Eau et assainissement. D’importants travaux sont programmés dans les mois à venir, mais la « résorption des problèmes nécessitera vraisemblablement plusieurs années. Pour autant, il est impératif d’accélérer le calendrier. […] Des dispositifs d’alerte efficaces doivent également être mis en place de toute urgence » appuie le comité.

Le Comité, qui s’est réuni le 2 mai 2022 au soir, écrit : « les producteurs de la baie de Morlaix attendent des réponses (origine des contaminations, responsabilités…) et des actions pour résoudre les problèmes et envisagent le recours à des procédures juridiques », sans préciser à l’encontre de qui.

La réponse de Morlaix communauté

Du côté de Morlaix communauté, Jean-Paul Vermot, le président, et Guy Pennec, vice-président en charge du Grand et petit cycle de l’eau, expliquent que « l es installations d’assainissement non collectifs et non conformes ont été mises en demeure, cela sera terminé en juin ». Une façon d’inciter les propriétaires à faire des travaux pour éviter les rejets. Près de 300 installations sont concernées dans le rayon de la baie.

Prochainement, Morlaix communauté va également « mettre en place un réseau d’alerte renforcé sur les débordements de six stations qui rejettent dans la baie de Morlaix et pour les gros postes de relèvement ».

Les élus soulignent qu’un « plan pluriannuel d’investissement de 100 millions d’euros, sur 20 ans, est en cours ». Parmi cette somme, « 98 millions d’euros sont consacrés au schéma directeur d’assainissement ».

Ils concluent : « C’est un travail de longue haleine et il y a des priorisations à faire. Nous sommes à pied d’œuvre. La santé de l’estuaire, c’est le reflet de l’état de santé de tous les acteurs du bassin-versant ».

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/finistere-les-conchyliculteurs-alertent-a-nouveau-sur-la-qualite-de-l-eau-en-baie-de-morlaix-f330ad46-caca-11ec-918e-9d1ef5ea94df

 

Plounérin. La colère des riverains contre une antenne 5G

Le projet d'installation d'une antenne 5G à Plounérin suscite le mécontentement de riverains.

Dans le Lauragais, une vingtaine d’antennes relais ont été abîmées par la chute d’arbres. Ces incidents sont survenus en raison du vent d’Autan.

Comme dans d'autres communes, à Plounérin, l'installation d'une antenne relais suscite le rejet de riverains. ©actu.fr

Par Rédaction Lannion Publié le  

En marge du conseil municipal de Plounérin, le 27 avril, un collectif de riverains a interpellé les conseillers municipaux sur un projet d’installation d’une antenne 5G à proximité de leurs habitations.

Une antenne relais 5G Free devrait voir le jour au lieu-dit Pont ar Hé. Elle serait à destination des usagers de la N12, qui traverse la commune, et desservira aussi la ligne TGV.

32 habitations impactées

Cinq signataires d’une pétition adressée au maire ont expliqué leur démarche. « Nous ne pourront même pas en profiter, nous sommes dans une zone blanche. Elle sera dans notre champ de vision et dénaturera le paysage, mais elle aura surtout des conséquences sur notre vie quotidienne avec ses émissions d’ondes nocives pour notre santé. Et nous n’aurons pas accès à internet. »

« Nous n’avons que des inconvénients. »

Les riverains

À lire aussi

Le maire est contre

Ils sont surpris que la mairie ne les ait pas informés.

Patrick L’Héréec, le maire, explique  » Je ne soutiens pas le projet et j’ai émis un avis défavorable, en date du 14 avril  » et précise  » Je n’ai pas la main sur ce genre d’implantation et c’est le préfet qui décide in fine. »

« Je comprends votre recours, mais je n’étais pas tenu de mener une enquête publique. « 

Patrick L’Héréec, maire de Plounérin

Un courrier au préfet

Le collectif déplore le manque de communication de la part de la mairie sur des sujets aussi importants.

Le 19 avril dernier, il a adressé un courrier au préfet dans lequel il demande que le projet soit modifié du fait des risques sanitaires importants et se disent  » ouvert quant au choix de l’implantation et prêt à fournir tous les certificats médicaux nécessaires pour justifier notre demande « .

https://actu.fr/bretagne/plounerin_22227/plounerin-la-colere-des-riverains-contre-une-antenne-5g_50689958.html

 

Ouest-France

Morlaix. L’enveloppe pour Vélinéo va doubler

Publié le

Le public communautaire peut louer un vélo à assistance électrique puis obtenir des aides pour l’acquisition d’un vélo

Les petits vélos blancs de Morlaix Communauté rencontrent un vif succès. Les élus François Hamon, Roger Héré, Jean-Paul Vermot, Nathalie Barnet et le responsable du parc de vélos, Quentin Kermorgan.

Les petits vélos blancs de Morlaix Communauté rencontrent un vif succès. Les élus François Hamon, Roger Héré, Jean-Paul Vermot, Nathalie Barnet et le responsable du parc de vélos, Quentin Kermorgan. | OUEST-FRANCE

Lancé en janvier 2021 avec un parc de cent vélos, le service de location de vélos à assistance électrique (VAE) longue durée rencontre un vif succès. Il s’appelle Vélinéo.  Lors de son lancement, l’ensemble des vélos a été loué en trois heures », ​rappelle Roger Héré, vice-président de Morlaix Communauté. Depuis, 195 vélos ont été loués. Cent sur une durée de six mois et un an pour les 95 autres. Les loueurs sont principalement des femmes (129 femmes pour 69 hommes). Les loueurs de VAE sont répartis sur l’ensemble des 26 communes du territoire  avec tout de même un fort intérêt de la part des habitants de l’aire urbaine, Morlaix, Saint-Martin-des-Champs et Plourin-lès-Morlaix, avec 119 locations sur 195. 

Louer, rouler, tester avant d'acheter est le credo du service de location Vélinéo, qui propose des tarifs très attractifs.  Nous souhaitions avoir une tarification très sociale , souligne Roger Héré.

Le succès du service de location qui s’étoffera de cinquante nouveaux vélos, témoigne de l’intérêt de ce mode de transport qui permet d’accomplir des distances plus importantes qu’un vélo classique. Pour accompagner les utilisateurs à la sortie de la location, Morlaix Communauté a mis en place une prime à l’achat de 200 €, qui peut être couplée d’une aide de l’État, soit 700 € au total. Une première enveloppe budgétaire de 30 000 € a été mise en place.  Nous devons aller plus loin cette année et cette enveloppe sera doublée. Les bénéficiaires de cette prime ont acheté leurs vélos dans douze surfaces de vente du territoire. Notre politique vélo crée donc aussi de l’emploi. 

Contact : 02 98 88 82 82 ou www.velineo.fr

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/lenveloppe-pour-velineo-va-doubler-30af8e30-cae4-11ec-b0be-cafcdb0203d0

 

Ouest-France

Plougasnou. Un obus de cinq centimètres a été détruit à Primel

Publié le

| ARCHIVES OUEST-FRANCE

Deux personnes ont découvert un obus dans les rochers de la plage de Primel, à Plougasnou, lundi 25 avril. Ils avisent la gendarmerie de leur trouvaille. Sauf que sa destruction par explosion ne s’est opérée que vendredi, à 9 h, par une équipe de sept démineurs de Brest, avec le concours de deux gendarmes. Le tout à marée basse.

Or, il s’agirait d’un manquement pour l’association Mor Glaz, qui dénonce des « mesures de sécurité négligées de plus est en cette période de vacances scolaires » et un délai d’intervention qu’ils estiment trop long.

Or, la préfecture maritime assure avoir été mise au courant uniquement jeudi, dans l’après-midi. « Il s’agissait d’une tête d’obus de 52 mm, dans lequel il restait un peu de poudre », souligne-t-elle. Un périmètre de sécurité a été mis en place le temps de l’intervention par le chef d’équipe.

L’opération de destruction par explosion s’est déroulée normalement, selon les forces de l’ordre. « 150 g de poudre d’explosif ont été rajoutés pour la faire pétarader », confirme la gendarmerie.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plougasnou-29630/un-obus-de-cinq-centimetres-a-ete-detruit-a-primel-569fe836-c7e4-11ec-b486-9552f9f8b4a2

 

Ouest-France

Larmor-Baden. L’aménagement du camping Le Diben avorté

Modifié le Publié le

Le camping Le Diben, à Larmor-Baden (Morbihan), est dans le paysage communal depuis plus de quarante ans. Claude Le Pelvé, le gérant, souhaitait l’agrandir mais a vu son projet bloqué par la justice.

Claude Le Pelvé, le gérant, dans le terrain de la discorde au camping Le Diben.

Claude Le Pelvé, le gérant, dans le terrain de la discorde au camping Le Diben. | OUEST-FRANCE

C’est la déception qui règne au camping Le Diben, situé, depuis une quarantaine d’années à Larmor-Baden (Morbihan). Alors que les réservations pour la période courant du dimanche 1er mai au samedi 17 septembre 2022 battent leur plein et que le camping aura du mal, comme chaque année, à répondre à toutes les sollicitations, Claude Le Pelvé, le gérant, a vu son projet d’aménagement être tué dans l’œuf.

Des études réalisées et un permis déposé

Nous avions envisagé d’aménager la dernière petite partie historique du camping, mais nous avons eu la mauvaise surprise, après trois ans de préparation, de devoir faire face à un recours gracieux émis par quatre associations (1). Elles contestent notre projet. Il est question de nuisances sonores alors que nous sommes, ma famille et moi, les seuls voisins, avance le gérant.

Il poursuit en avancant les arguments des associations : l’aménagement serait effectué trop proche de la mer, alors qu’elle est à plusieurs centaines de mètres, ainsi que du marais du Pen En Toul, «tout aussi éloigné.

Son étonnement vient du fait que le projet a émis soumis à tous les services administratifs concernés, après qu’ont été réalisées une étude environnementale et une étude publique. Tous avaient donné leur accord. Nous avions donc déposé un permis d’aménager à la mairie de Larmor-Baden.

Le terrain a été donc été préparé en vain, car la justice a donné raison à nos opposants. Claude Le Pelvé a ainsi engagé des dépenses pour rien dans cette période dramatique pour toutes les entreprises privées.

Un collectif citoyen pour le développement de la commune

Lors des travaux pour implanter la voie verte entre Baden et Larmor, le gérant avait autorisé la société Colas à stocker momentanément leurs engins de travaux sur ce terrain. Quelques jours plus tard, nous subissions une procédure en référé pour stopper les travaux sur le terrain. Les associations n’ont même pas pris la peine de se renseigner. Malgré l’absurdité de la situation, la justice leur a donné encore raison, regrette-t-il.

Selon lui, le dynamisme de la commune est mis à mal depuis des années par nombre de projets qui systématiquement sont contestés par quelques-uns. Pourtant nos commerces auraient bien besoin d’un apport substantiel de touristes l’été pour compenser le désert hivernal.

Il a également constitué un collectif citoyen pour le développement social et économique de la commune. Fort de ses 1 500 signataires et avec l’appui de la mairie, il n’est pas dit que la partie soit jouée.

Le maire exprime ses inquiétudes

Denis Bertholom, le maire de Larmor-Baden, a indiqué être dans l’attente du jugement, sur le fond, du Plan local d’urbanisme (PLU) en appel. Je pense que cela devrait intervenir d’ici trois à six mois.

Dans l’attente comme tout est lié, l’ensemble des projets est arrêté. L’ensemble de ces recours, sur le PLU, sur l’aménagement du camping, sur les projets de construction ou de réhabilitation de bâtiments, sur les projets de lotissements met en danger la vie du village. Les magasins, la pharmacie, les professions libérales offrent un service à notre population toute l’année parce que des activités saisonnières, comme l’accueil au camping Le Diben, assurent une attractivité et des rentrées de ressources. Ce sont elles qui font vivre les services et la commune à l’année. Je m’inquiète car beaucoup de villages littoraux subissent des recours de ce type et certains sont devenus de vrai désert l’hiver. L’attractivité c’est la vie, c’est un ensemble.

Camping Le Diben, contact au 02 97 57 29 12 et sur contact@campinglediben.com.

(1) Fédération d’associations de protections de l’environnement du golfe du Morbihan ; L’association Les Amis du chemin de ronde du Morbihan ; L’association Les Amis du golfe du Morbihan et l’association Qualité de la vie à Larmor-Baden.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/larmor-baden-56870/lamenagement-du-camping-le-diben-avorte-9e5ad5de-c9f9-11ec-8cc7-af8030420bf7

 

Ouest-France

Dans les Côtes-d’Armor, la crise hospitalière affecte l’ensemble de la chaîne des secours

Publié le Thibaud GRASLAND

Des délais de régulation médicale qui s’allongent, l’embouteillage aux Urgences, des transports en ambulance à l’extérieur du département… Les pompiers sont fortement impactés par le manque de personnel dans les hôpitaux. Les délégués FO du Sdis et de l’hôpital Yves-Le Foll de Saint-Brieuc sonnent l’alarme.

Cédric Cierpka et Carine Le Tertre, délégués Force Ouvrière au Sdis 22 et à l’hôpital Yves-Le Foll de Saint-Brieuc, à l’entrée des urgences de l’hôpital, près d’une ambulance des pompiers qui a dû attendre 30 minutes avant que la victime soit prise en charge. | OUEST-FRANCE

« Ces problèmes à l’hôpital sont en train de nous mettre la tête sous l’eau », dit Cédric Cierpka, délégué FO au Sdis des Côtes-d’Armor. « Si l’hôpital plonge, c’est tout le système de santé qui plonge », complète Carine Le Tertre, son homologue à l’hôpital Yves-Le Foll. Les deux syndicalistes Force Ouvrière ont décidé de se battre ensemble pour dénoncer la dégradation de la prise en charge des patients, ces dernières semaines.

Jusqu’à 45 min pour avoir un régulateur au téléphone

La crise que connaissent les hôpitaux des Côtes-d’Armor par manque de personnel affecte aussi les sapeurs-pompiers. Pour la prise en charge d’une victime, les pompiers doivent obligatoirement avoir au téléphone un médecin du Samu, qui leur indique dans quel hôpital ils doivent emmener la personne. C’est ce qu’on appelle la régulation médicale. « En intervention, les collègues passent plus de temps à attendre la destination qu’à traiter la victime, déplore le pompier. Le record, c’est 45 minutes au téléphone ! » La saturation du 15 fait perdre énormément de temps. « Les collègues en ont marre, dit Cédric Cierpka. Le cumul représente un nombre incalculable d’heures sur une journée dans les Côtes-d’Armor. »

Une fois arrivés à l’hôpital, avec une victime qui ne présente pas une urgence vitale, ils peuvent attendre jusqu’à 45 minutes dans l’ambulance avec elle. Parfois, les ambulances font la queue. Les pompiers appellent ça « l’entonnoir ». La faute à la saturation des urgences de Saint-Brieuc et ses quelque 60 000 passages par an. Mais aussi à « la sécurisation du parcours patient, car plusieurs logiciels sécurisent sa prise en charge », explique Carine Le Tertre. « Il y a plus d’administratif à faire, mais on n’a pas augmenté le nombre de personnes… »

« Pendant ce temps, qui s’occupe des incendies ou des accidents ? »

Ces délais importants déplument les casernes. « Pendant que les pompiers attendent 45 minutes à la régulation puis à l’hôpital, qui s’occupe des incendies ou du secours routiers ? Et bien il n’y a plus personne », s’agace Cédric Cierpka. À cela s’ajoute le vieux problème des carences d’ambulances. Les pompiers effectuent des secours à personnes qui incombent, normalement, à des ambulances privées. Sauf qu’elles ne sont pas assez nombreuses à travailler 24 h/24…

La réorganisation des hôpitaux en groupement de territoire (GHT), ces dernières années, avait déjà impacté les pompiers. « Une victime qui fait un accident vasculaire cérébral à Dinan doit être transportée à Saint-Malo ou Saint-Brieuc », déplorent-ils. Pour les trois secouristes dans l’ambulance, cela représente plus d’une heure de route. « L’hôpital de Paimpol a fermé son bloc opératoire, qui couvrait pourtant une partie du littoral. Paimpol a aussi perdu sa maternité », rembobinent les deux représentants du personnel. Or, « aujourd’hui, Saint-Brieuc ne peut plus absorber tous les besoins du territoire », constate Carine Le Tertre. La clé, pour les deux syndicalistes, est le renforcement des moyens hospitaliers.

« Cet été, comment va-t-on faire ? »

La direction du GHT concède « un nombre important de postes vacants et à un absentéisme en hausse au 1er trimestre 2022, notamment du fait de la 6e vague Covid ». Le colonel Jean Moine, directeur du Sdis des Côtes-d’Armor, est bien conscient du problème. « On constate une très forte activité des secours à personne. On va essayer de trouver des solutions avec le Samu, l’ARS et la préfecture pour réduire la pression opérationnelle qui pèse sur tout le monde. » Il affirme son souhait de recentrer les pompiers « sur leur cœur de métier ». À savoir l’incendie, le secours routier et l’urgence pour ce qui est du secours à personne.

Les deux syndicalistes ont décidé d’alerter leurs élus pour trouver des solutions rapides. En mars 2022, le nombre de prise en charge a grimpé de 15 % par rapport à mars 2021. « L’été n’est pas arrivé, s’inquiètent-ils. Avec les touristes et les incendies, comment va-t-on faire ? »

https://www.ouest-france.fr/bretagne/cotes-d-armor/dans-les-cotes-d-armor-la-crise-hospitaliere-affecte-l-ensemble-de-la-chaine-des-secours-ca05a740-ca49-11ec-8113-3d2243031bc2

 

Ouest-France

EN IMAGES. Quimper : un stand de tir sportif exceptionnel sort de terre

Publié le

Huit fois champion du monde, Éric Grauffel et son associé, Jean-Michel Lamy, ouvrent en septembre 2022 à Quimper (Finistère) « EG-CZ Academy », un des stands de tir les plus innovants en France. Le coût : cinq millions d’euros.

À gauche, Éric Grauffel, le Quimpérois huit fois champion du monde de tir sportif et son associé Jean-Michel Lamy, tireur amateur. À l’intérieur du bâtiment principal de leur futur stand de tir, au Petit Guélen, 1 500 m2 seront dédiés à cette pratique.

À gauche, Éric Grauffel, le Quimpérois huit fois champion du monde de tir sportif et son associé Jean-Michel Lamy, tireur amateur. À l’intérieur du bâtiment principal de leur futur stand de tir, au Petit Guélen, 1 500 m2 seront dédiés à cette pratique. | OUEST-FRANCE

Les ouvriers s’activent sur le chantier, depuis son démarrage en juillet 2021 dans la zone d’aménagement concerté de Kergonan, au Petit Guélen à Quimper (Finistère). Le temps où Eric Grauffel, huit fois champion du monde de tir sportif, galérait pour s’entraîner, est bientôt révolu.

Le bâtiment et ses murs en béton banché de trente centimètres d’épaisseur. | OUEST-FRANCE

Après un stand historique dans un boi s de Plonéis (Finistère), puis sur un terrain jouxtant la Direction générale de l’Armement à Pluguffan qui a suscité de nombreux problèmes de voisinage avant de fermer en 2017, le quadra quimpérois aux yeux rivés sur les cibles du monde entier n’a jamais baissé les bras.

Il ouvrira, en septembre 2022, l’EG-CZ Academy dans la zone du Petit Guélen à Quimper. EG, ses initiales, et CZ, une grosse marque tchèque de matériel de tir. Academy, car le champion de tir y donnera les cours qu’il dispense actuellement dans le monde entier.

Une vue du chantier depuis le deuxième étage du bâtiment au Petit Guélen. | OUEST-FRANCE

Ce projet à 5 millions d’euros, que l’as de la gâchette (Éric a également été huit fois champion d’Europe et détient le titre de champion de France depuis 1966) a monté avec son ami et tireur amateur Jean-Michel Lamy, 43 ans, est exceptionnel à plus d’un titre.

En entrant dans ce bâtiment semi-enterré de 2 000 m2, dont 1 500 dédiés au tir sportif, la première sensation est celle du calme et de l’insonorisation. Elle provient des murs en béton banché de 30 cm d’épaisseur et un système de ventilation à 1 million d’euros, « un des cinq plus gros en Europe d’après l’entreprise brestoise qui nous l’installe, Ventilation industrielle de Bretagne (Vib) », assure Jean-Michel en montrant l’installation tentaculaire en acier galvanisé que des ouvriers sont en train d’installer à l’étage du bâtiment.

Un deuxième bâtiment, plus petit, accueillera une partie armurerie et showroom. | OUEST-FRANCE

C’est aussi au premier étage que prendront place la partie administrative, les bureaux de la secrétaire et de Jean-Michel. Au rez-de-chaussée, un club-house où trôneront canapés et distributeurs de boissons. Sans alcool, pratique sensible oblige. Dans le plus grand espace de 1 500 m 2 , 13 pas de tir : il s’agit d’un genre de couloir où le tireur, en position fixe, vise une cible à 25 mètres. Trois espaces, nommés alvéoles, sont aussi prévus pour le tir dynamique, en mouvement.

Les ouvriers posent actuellement le système de ventilation à un million d’euros : « Il est plus important que celui de l’hôpital de Quimper », compare Éric Grauffel. | OUEST-FRANCE

La cible

La cible du stand ? Les amateurs licenciés de la discipline, mais aussi les personnes dont le tir fait partie du métier : les forces de l’ordre, gendarmes et policiers. « L’ensemble permettra d’accueillir environ 25 personnes à l’heure », jubile Éric Grauffel.

Jusqu’à présent, il donnait des cours un peu partout dans le monde. « Avec ce nouvel équipement, l’idée est de réduire de 200 à 50-70 jours par an les cours à l’extérieur pour en donner beaucoup plus ici. Les gens viennent bien de loin voir un concert aux Vieilles Charrues : ceux qui aiment le tir sportif sont prêts à voyager », ambitionne le quadra. Et en ont les moyens : « On est sur une pratique qui s’apparente au golf, avec un public qui a du pouvoir d’achat », confirme Jean-Michel. Avec trois ou quatre compétitions par an, le stand a pour vocation d’accueillir « environ 250 tireurs ».

Le showroom avec des machines pour reconditionner les balles. | OUEST-FRANCE

Éric Grauffel travaillera à l’armurerie qui jouxte le stand, non loin d’un troisième petit bâtiment qui abritera un show-room. L’ensemble du projet est réalisé « par des entreprises bretonnes. Nobel Sport, à Pont-de-Buis, est aussi un de nos partenaires financiers » détaille Jean-Michel Lamy. En quittant les lieux, on constate que des toilettes et vestiaires sont prévus. Hommes, et femmes : « En France, les stands sont souvent anciens et à l’extérieur, sans commodités, constate Jean-Michel Lamy. Nous voulons attirer un public féminin. »

https://www.ouest-france.fr/bretagne/quimper-29000/en-images-quimper-un-stand-de-tir-sportif-exceptionnel-sort-de-terre-f1a7f0a8-cac8-11ec-b8ac-24494cad7a04

 

Ouest-France

Faute de personnel, cet hôpital breton offre 350 € aux soignants qui décalent leurs vacances d’été

Modifié le Publié le Thibaud GRASLAND

Faute de personnel, la situation est toujours très tendue dans les hôpitaux costarmoricains et notamment à Saint-Brieuc. L’arrivée des touristes aux beaux jours inquiète les syndicats et la direction, qui a même proposé une prime de 350 € aux infirmiers et aides-soignants qui acceptent de décaler au moins une semaine de leurs vacances d’été.

L’hôpital Yves-Le Foll de Saint-Brieuc connaît une période de tension en raison d’un manque de personnel.

L’hôpital Yves-Le Foll de Saint-Brieuc connaît une période de tension en raison d’un manque de personnel. | ARCHIVES OUEST-FRANCE

La direction du centre hospitalier Yves-Le Foll de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) craint une situation extrêmement tendue lors de la période estivale. Alors que le plan blanc est déclenché depuis le début de la crise du Covid-19, la situation ne s’améliore pas. L’hôpital a même dû déprogrammer des interventions durant les dernières vacances de Pâques.

400 agents en arrêt à Pâques

Avec plus de 400 agents en arrêt (12 % de l’effectif), la CFDT dénonçait un hôpital « au bord de l’agonie » il y a un mois. « Le Covid est toujours là, rappelle Force Ouvrière. On n’a jamais été autant touchés qu’à ce jour. Nous avons aussi de plus en plus de démissions et de reconversions car les gens n’en peuvent plus. Les mesures du Ségur ont fait du bien mais ce n’est pas suffisant. »

La direction confirme « un absentéisme en hausse au premier trimestre 2022, notamment du fait de la sixième vague Covid » dans tout le groupement hospitalier (Lannion, Paimpol, Tréguier, Lamballe…). Mais à cela s’ajoute un autre problème : cette année, les sorties d’école pour les futurs infirmiers et aides-soignants n’auront lieu qu’au mois d’août.

Ce qui fait craindre une forte tension dans les services durant l’été, alors que l’hôpital de Saint-Brieuc voit traditionnellement arriver un afflux de touristes. Pour y faire face, la direction a proposé une prime de 350 € aux infirmiers et aides-soignants qui acceptent de décaler une ou plusieurs semaines de congés d’été après le 15 septembre.

Les syndicats boycottent les instances

L’objectif est « d’assurer la continuité de l’offre de soins à la population tout en permettant aux agents de partir en congés », confirme la direction. Elle propose aussi « la mise à disposition d’hébergements pour les candidats éloignés des établissements à titre gracieux si nécessaire », une « surmajoration de 30 % d’une partie des heures supplémentaires » et un allongement de la durée initiale de contrat à un an pour fidéliser les candidats.

FO dénonce ces mesures « qui ne feront qu’affaiblir les forces des professionnels déjà bien mis à mal » : « Nous voulons la création d’emplois pérennes et de meilleures conditions de travail, pas ces mesures qui ne feront que diviser les professionnels. »

Le dialogue social semble coupé au sein de l’établissement : les syndicats boycottent les instances depuis le 1er février.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-brieuc-22000/saint-brieuc-en-manque-de-personnel-l-hopital-offre-350-a-ceux-qui-decalent-leurs-vacances-d-ete-d7c40ca6-ca16-11ec-8113-3d2243031bc2

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
3 mai 2022

Alain Goutal

http://goutal.over-blog.com/2022/05/concept.html

 

Ouest-France

À Art Rock, un parcours d’affiches qui s’animent entre Saint-Brieuc et Plérin

Publié le Véronique CONSTANCE

Depuis dimanche, dans le cadre d’Art Rock, des affiches grand format sont installées dans le centre-ville de Saint-Brieuc et au port du Légué, côté Plérin (Côtes-d’Armor). À l’aide d’une application téléchargée sur smartphone ou tablette, ces paysages noir et blanc s’animent et des créatures prennent vie. Une proposition ludique et drôle des artistes Adrien M et Claire B, à découvrir jusqu’au 19 juin 2022.

Via une tablette ou un smartphone, on télécharge une application. Avec cette dernière, les paysages de l’exposition « Faune » s’animent.

Via une tablette ou un smartphone, on télécharge une application. Avec cette dernière, les paysages de l’exposition « Faune » s’animent. | OUEST-FRANCE

France, Autriche, Japon, USA… Autant de pays où Adrien M et Claire B, duo emblématique de l’art numérique français reconnu à l’international, ont exposé. On avait déjà pu voir le travail de ces artistes à Art Rock, à Saint-Brieuc, en 2006 (Adrien M), 2011 et 2017 (pour le spectacle de danse Pixel, de la compagnie Käfig). Pour cette 39e édition, l’équipe du festival invite de nouveau le tandem pour une exposition au musée d’art et d’histoire, mais aussi en extérieur. « Réalités augmentée et virtuelle, projections, illusions d’optique… Leur travail repose sur les nouvelles technologies tout en leur donnant une nouvelle âme, une certaine poésie, un onirisme que l’on oublie parfois dans ce milieu des arts numériques. Leur travail est assez proche de la magie. C’est tout en délicatesse et subtilité », détaille Alice Boinet, programmatrice du festival.

Des paysages qui s’animent via une application

Avant de découvrir Mirages & Miracles, l’exposition accueillie dans un espace de 300 m² (du 20 mai au 19 juin), petite mise en bouche avec de drôles de panneaux installés rue de la Gare, dans le centre-ville (autour du musée, de l’office de tourisme…). Sans oublier le port du Légué, côté Plérin, où une dizaine de visuels en noir et blanc attirent le regard.

Une série d’affiches de grand format représentant des paysages en noir et blanc, mystérieux et intrigants, dans lesquels évoluent des drôles de créatures s’animant via une application à télécharger « rapidement » et gratuitement sur son smartphone ou tablette. C’est bluffant et fascinant. Hier lundi, en fin de matinée, nombreux étaient les collégiens et/ou lycéens à se poster, smartphones en main, devant la palissade bordant la friche de l’ancien Monop’pour rencontrer ces personnages bizarres et amusants.

Pour petits et grands

Pour réaliser cette exposition en extérieur, Adrien M et Claire B se sont associés au collectif de designers graphiques Brest Brest Brest. « Une exposition ludique qui plaira aux petits comme aux plus grands », souligne Carol Meyer, directrice d’Art Rock. Des visites vont d’ailleurs être organisées pour les scolaires et aussi pour les personnes âgées, via l’association Vélo sans âge.

Faune, exposition en extérieur à découvrir jusqu’au 19 juin, dans le centre-ville de Saint-Brieuc et au port du Légué, quai Armez, côté Plérin. Gratuit. Le gros temps fort du festival Art Rock se déroulera les 3, 4 et 5 juin.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-brieuc-22000/a-art-rock-un-parcours-d-affiches-qui-s-animent-entre-saint-brieuc-et-plerin-9c8193c8-ca27-11ec-8113-3d2243031bc2

 

Ouest-France

Locquirec. Voile : Jocelyn Legoff ira au mondial d’optimist en Turquie

Publié le

Jocelyn Legoff s’est qualifié pour les championnats du monde d’optimist, cet été, en Turquie.

Jocelyn Legoff s’est qualifié pour les championnats du monde d’optimist, cet été, en Turquie. | EVL

La Coupe internationale de printemps d’optimist vient de s’achever à Antibes. « L’école de voile de Locquirec (EVL) est fière des excellents résultats de Jocelyn Legoff, qui termine deuxième et se qualifie ainsi pour les championnats du monde, qui auront lieu à Bodrum en Turquie, cet été », indique Marc Bampton, chef de base de l’EVL.

Jocelyn remporte également la course par équipe avec les autres coureurs qualifiés. « L’objectif qu’il avait lui-même défini à ses débuts en D3, celui de participer un jour à un championnat du monde, est atteint grâce à sa détermination, à son esprit sportif et à la grande qualité des entraîneurs de la baie de Morlaix. Il achève en beauté son épisode optimist, mais il est sans doute à l’aube d’une série de belles aventures dans la voile. »

https://www.ouest-france.fr/bretagne/locquirec-29241/voile-jocelyn-legoff-ira-au-mondial-doptimist-en-turquie-f8b11bab-474e-434c-bdac-5227c79ec7c1

 

Ouest-France

TÉMOIGNAGE. Réfugiées à Morlaix, elles racontent : « Nous, les femmes, avons des ennemis ! »

Modifié le Publié le

Invitées par Amnesty International, samedi 30 avril 2022, cinq femmes originaires d’Ukraine, de Syrie et d’Afghanistan, témoignent de leur exil forcé. De la région de Morlaix (Finistère), elles poursuivent leur combat.

Samedi 30 avril, Amnesty International Morlaix a souhaité mettre à l’honneur cinq femmes qui, il y a deux mois, n’avaient aucune raison de se rencontrer : Anahita, afghane, Maha et Lubna, syriennes, Yuliha et Hanna, ukrainiennes ont témoigné de leur situation de femmes en exil forcé.

Samedi 30 avril, Amnesty International Morlaix a souhaité mettre à l’honneur cinq femmes qui, il y a deux mois, n’avaient aucune raison de se rencontrer : Anahita, afghane, Maha et Lubna, syriennes, Yuliha et Hanna, ukrainiennes ont témoigné de leur situation de femmes en exil forcé. | OUEST-FRANCE

Samedi 30 avril 2022, invitées par Amnesty International, cinq femmes originaires d’Ukraine, de Syrie et d’Afghanistan, témoignent de leur exil forcé. Elles poursuivent leur combat à Morlaix (Finistère).

Yuliya et Hanna ont fui Kiev pour protéger leurs enfants

Toutes les deux tiennent un restaurant à Kiev, en Ukraine, et ne se connaissaient que de vue. La guerre les a rapprochées. « Je suis une maman avant tout, et je veux être forte pour que mes deux garçons de douze ans grandissent ici en sécurité, avant de retourner à Kiev », glisse Hanna, qui est en France depuis quelques semaines. C’est le mari de Yuliya qui l’a ramenée, elle et ses jumeaux, ainsi que Monsieur le chat. « Nous étions à Paris lorsque la guerre a éclaté, heureusement, nous y étions avec notre fils », explique Yuliya, qui est Franco-Ukrainienne. « Depuis, nous avons créé une association d’aide humanitaire pour livrer du matériel aux hôpitaux, c’est comme ça que Hanna est arrivée en Bretagne. » Cette douleur de l’exil, les deux femmes l’ont transformée en l’envie de sauver le plus de vies possible. Elles ont du mal à se projeter dans le futur : Hanna qui a obtenu une protection temporaire de six mois, évoque une version longue de la guerre, Yuliya pense qu’il y aura un clash, « le scénario n’est pas très rassurant ».

Maha et Lubna, portent la voix des femmes syriennes

Maha Hassan est connue à Morlaix, pour son livre Femmes d’Alep, coécrit avec Ismaël Dupont. Le Printemps Kurde – sa région d’origine – puis la Révolution syrienne… Depuis 2004 en France, l’écrivaine engagée dit subir un destin auquel elle ne peut échapper.

Harcelée, elle avait dû quitter son pays. « Ici, je suis une rescapée, j’essaie de parler du combat des femmes là-bas, par le biais d’interviews et d’articles dans les journaux. Ce n’est pas un combat personnel. »

Sa compatriote, Lubna, qui vient d’arriver à Morlaix, est une militante activiste, elle travaille au sein d’une ONG (Organisation non gouvernementale) issue de l’opposition laïque syrienne, qui travaille avec les femmes. Elle rappelle qu’il y a douze millions de réfugiés syriens à travers le monde et évoque une situation très mauvaise en Syrie : « Il n’y a plus d’infrastructures. Il faut une solution politique. Sans, ce sera de pire en pire. » Un retour est-il envisageable ? « Poutine, Bachar el-Assad, les Islamistes… Nous les femmes, nous avons beaucoup d’ennemis. Il n’y a pas de place pour nous en Syrie », répond Maha.

En Afghanistan, Anahita a protesté au risque de sa vie

« Pour les femmes, l’Afghanistan est le pire endroit au monde, les personnes qui rejettent les Talibans sont tuées. » Anahita est à Morlaix depuis quelques mois. « Avant, il y avait une relative démocratie, nous étions capables de reconstruire, il y avait des femmes pilotes, journalistes, ingénieures… Depuis le mois d’août, la situation des femmes régresse, toute une génération est privée d’école. La jeune femme se sent responsable : Qu’est-ce que je peux faire, si ce n’est témoigner et être la voix de toutes les femmes ? » Anahita est toujours en relation avec elles, « mais plusieurs ne sont plus en ligne, leurs familles n’ont plus de nouvelles ».

Toute sa famille est engagée dans la lutte et est donc en grand danger. Selon les derniers chiffres de l’ONU (Organisation des Nations unies), 97 % de la population afghane vit sous le seuil de la pauvreté.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/nous-les-femmes-avons-beaucoup-dennemis-fba1a176-ca0f-11ec-8cc7-af8030420bf7

 

Fibre optique : le Far West des télécoms

Lignes coupées, malfaçons, infrastructures dégradées… Le très haut débit vire au cauchemar dans de nombreuses communes. En cause, notamment, des cascades de sous-traitance jusqu’à l’excès et des services après-vente débordés. De 15 % à 20 % des abonnés à la fibre en France sont touchés.

Par

Publié aujourd’hui à 01h05, mis à jour à 06h12

Maintenance d’un point de mutualisation de la fibre optique, à Osny (Val d’Oise), par deux techniciens « Grand Public » de chez Orange, le 25 avril 2022.

Maintenance d’un point de mutualisation de la fibre optique, à Osny (Val d’Oise), par deux techniciens « Grand Public » de chez Orange, le 25 avril 2022.

Dans les westerns, il faut un shérif pour faire régner l’ordre. Dans les télécoms aussi. Epuisé par les coupures incessantes de la fibre optique dans sa commune, Jean-Pierre Blazy (Parti socialiste), le maire de Gonesse (Val-d’Oise), a fini par appeler ses policiers municipaux à la rescousse. Leur mission : verbaliser les techniciens qui n’auraient pas rempli de déclaration d’intervention sur les équipements télécoms de la ville. L’édile sait que ce document, créé par arrêté municipal en mars 2021, souffre d’une valeur juridique discutable. Mais le maire de cette commune de 26 000 habitants ne savait plus comment faire pour rétablir la situation et calmer la colère de ses administrés, « prêts à saisir la justice », selon Nicole Top, trésorière de l’Association de défense des usagers de la fibre optique à Gonesse.

Cette ville du Val-d’Oise n’est pas la seule commune de France embarquée dans la galère de la fibre. Survilliers et Montigny-lès-Cormeilles dans le Val-d’Oise, Saint-Priest, dans le Rhône, Gordes, dans le Vaucluse, entre autres, ont voté le même arrêté. « La fibre provoque de très fortes tensions », dit en soupirant Grégoire de Lasteyrie (Les Républicains), maire de Palaiseau (Essonne) et président de l’agglomération Paris-Saclay. Le syndicat mixte chargé de la fibre dans ce département, le Sipperec, a lancé, le 4 avril, avec 27 autres collectivités locales une mise en garde aux opérateurs, dans laquelle elles se disent prêtes à « prendre toute mesure » pour « préserver l’intégrité du bien commun que constituent les nouveaux réseaux fibre optique de [leurs] territoires ».......................

https://www.lemonde.fr/economie/article/2022/05/03/fibre-optique-le-far-west-des-telecoms_6124513_3234.html

Morlaix. La rue des Lavoirs samedi matin

Photo pyb29  Photo pyb29

Coffre ouvert toute la matinée !

 

Ouest-France

Côtes-d’Armor. Les comptes de campagne des conseillers départementaux de Broons et Perros validés

Publié le

Les comptes de campagne des conseillers départementaux de Broons et Perros-Guirec (Côtes-d’Armor), invalidés par la commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques étaient réguliers.

Les comptes de campagne de deux binômes du conseil départemental des Côtes-d’Armor ont finalement été validés par la justice.

Les comptes de campagne de deux binômes du conseil départemental des Côtes-d’Armor ont finalement été validés par la justice. | ARCHIVES XAVIER BONNY

La justice a tranché. Les comptes de campagne de quatre conseillers départementaux des Côtes-d’Armor (les binômes Erven Léon/Marie-Louise Droniou à Perros-Guirec et Mickaël Chevalier/Isabelle Goré-Chapel à Broons), sont valides. Le tribunal administratif de Rennes a rejeté la saisine de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP). En février, le gendarme des dépenses de campagne avait invalidé les comptes des deux binômes.

Or, « il n’y a pas d’anomalie, précise Mickaël Chevalier. Il y avait juste une question de forme : nous n’avons pas présenté un prêt mais une offre de crédit. Comme elle était bien associée à un montant et que le découvert couvre les frais engagés, la commission aurait dû conclure à la régularité des comptes. » Dans sa décision concernant l’affaire du binôme Chevalier/Goré-Chapel, le président du tribunal administratif indique bien que ce compte « ne saurait être regardé comme déficitaire ». « Nous serons remboursés », ajoute de son côté Erven Léon.

Deux autres cas

Deux autres binômes ont vu leurs comptes de campagne refusés par la Commission. Candidats dans le canton de Plestin-les-Grèves, Yves-Marie Le Lay et Marielle Lemaître (LFI) ont déposé leur compte de campagne postérieurement au délai prescrit​, soit le 20 octobre 2021 au lieu du 17 septembre 2021. Également candidat à Plestin-les-Grèves, le binôme Linda Lemire/ Ronan Droit (RN) a produit selon la Commission des pièces disparates et incomplètes qui ne permettent pas d’attester de la réalité et de la régularité des opérations réalisées notamment bancaires. Le tribunal administratif de Rennes étudiera les deux cas, comme le dispose le code électoral.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/cotes-d-armor/cotes-d-armor-les-comptes-de-campagne-des-conseillers-departementaux-de-broons-et-perros-valides-857e2d02-ca14-11ec-8113-3d2243031bc2

 

Ouest-France

Lézardrieux. Le championnat de tir aux fusils à silex et autres arquebuses, c’était ce week-end !

Publié le

Le championnat départemental de tir aux armes anciennes s’est déroulé samedi et dimanche, au stand de tir du Moulin-à-mer, à Lézardrieux (Côtes-d’Armor), en présence des arbitres nationaux.

Organisé par l’association Les tireurs sportifs du Trieux, le championnat départemental de tir aux armes anciennes s’est tenu, samedi et dimanche, aux installations du Moulin-à-mer, à Lézardrieux (Côtes-d’Armor).

Organisé par l’association Les tireurs sportifs du Trieux, le championnat départemental de tir aux armes anciennes s’est tenu, samedi et dimanche, aux installations du Moulin-à-mer, à Lézardrieux (Côtes-d’Armor). | OUEST-FRANCE

Après deux années d’interruption, à cause du Covid, les championnats départementaux de tir aux Armes anciennes se sont tenus samedi et dimanche dans les installations du club des Tireurs sportifs du Trieux (TST), sur le site du Moulin-à-mer, à Lézardrieux, près de Paimpol (Côtes-d’Armor).

Des armes chargées à la poudre noire

Dix-sept tireurs des Côtes-d’Armor ont concouru à ces épreuves départementales. Il y a eu 42 épreuves de tir au total. Les distances des tireurs, par rapport aux cibles, sont de 25 m, 50 m, ou 100 m. Ces tirs sont exécutés avec des armes originales, d’époque XVIe, XVIIe, XVIIIe, ou XIXe siècle, ou, avec des copies plus récentes. Toutes les armes sont chargées à la poudre noire.

C’est un sport très spectaculaire, avec beaucoup de bruit et de fumée. Et, c’est un instructif du point de vue historique. Ainsi, des armes mythiques étaient visibles à Lézardrieux, à l’occasion de ce championnat. Il y avait des fusils à silex, comme le Brown Bess, qui a servi lors des grandes guerres d’indépendance américaine, des revolvers Colt SAA 1873, de la fin du XIXe siècle, armes emblématiques de l’Ouest américain, et même, une reproduction d’arquebuse copiant les armes européennes du XVIe siècle.

Chaque épreuve se tire selon les règlements internationaux, sur treize coups, pendant 30 minutes, rechargement compris. À l’issue du tir, les points sont décomptés sur les dix meilleurs impacts en cible, sur 100 points. Ces épreuves de championnat sont qualificatives, pour l’accès au championnat de Bretagne, fin mai, puis au championnat de France, fin juin, pour ceux qui auront atteint les points de qualification, a précisé Benoit Lemonnier, chargé de communication au TST.

Le président du TST, Christian Gaston, a remercié les arbitres nationaux pour leur présence lors de ces épreuves, ainsi que la municipalité pour son soutien.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/lezardrieux-22740/lezardrieux-le-championnat-de-tir-aux-fusils-a-silex-et-autres-arquebuses-c-etait-ce-week-end-45d6a952-ca07-11ec-8cc7-af8030420bf7

 

Plestin. Les comptes de campagne du binôme LFI examinés par la justice

Le tribunal administratif de Rennes s'est penché vendredi 29 avril sur les comptes de campagne d'Yves-Marie Le Lay et Marielle Lemaître lors des départementales 2021 à Plestin.

LFI Le Lay PLestin

Par Rédaction Lannion Publié le  

Le tribunal administratif de Rennes s’est penché ce vendredi 29 avril 2022 sur les comptes de campagne d’Yves-Marie Le Lay et sa binôme Marielle Lemaître lors des dernières élections départementales sur le canton de Plestin-les-Grèves.

Pour rappel, le président de l’association Sauvegarde du Trégor et l’assistante sociale – qui se présentaient sous l’étiquette La France Insoumise (LFI) – avaient fini en 3e position au soir du premier tour avec 19,87 % des suffrages exprimés.

Ils étaient arrivés derrière le binôme divers gauche constitué du maire (PS) de Plouzélambre André Coënt et de la conseillère municipale de Plouaret Nadine Sallou-Le Guen (38,40 %) et le binôme divers droite formé par l’assistante sociale de Lanvellec Claire Brosseau et le conseiller municipal du Vieux-Marché Philippe Prigent (25,34 %).

Les comptes rejetés pour tardiveté

La Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) avait rejeté leurs comptes de campagne pour tardiveté : ils ont en fait été déposés le 20 octobre 2021 « alors que le délai était fixé au 17 septembre » pour tous les binômes ayant totalisé « plus d’1% » des suffrages, a d’emblée indiqué la rapporteure publique. 

Victimes collatérales du covid

Dans la mesure où « c’est un délai strict« , c’est bien « à bon droit » que la CNCCFP a pu rejeter les leurs, considère la magistrate. Reste maintenant à savoir à quelle sanction cela peut les exposer.

En effet, depuis 2019, lorsque le juge constate une volonté de fraude ou un manquement d’une particulière gravité, il peut déclarer inéligibles les candidats en cause : ce n’est plus une obligation, comme auparavant.

En l’espèce, Marielle Lemaître et Yves-Marie Le Lay avaient confié cette tâche à un cabinet comptable, mais « la personne chargée du dossier au cabinet a été renvoyée chez elle parce que son état de santé laissait penser à un cas de Covid », a exposé la rapporteure publique.

« Au candidat de veiller aux délais »

Le cabinet comptable a d’ailleurs produit un écrit dans lequel « il reconnait effectivement qu’il n’a pas attribué le dossier à quelqu’un d’autre », a-t-elle d’ailleurs indiqué. Néanmoins, « c’est au candidat de veiller au respect des délais prescrits », a tempéré la magistrate, dont les avis sont généralement suivis par les juges. 

Reste qu’en l’espèce, dans cette affaire, les juges « ne pourront voir une intention de fraude » délibérée, selon elle. « On est sur des comptes de campagne très modestes, on n’a pas 400 pages », a d’ailleurs fait valoir Marielle Lemaître, venue « défendre [leur] bonne foi ». « N’y figurent même pas les frais de déplacement des candidats », a ajouté Yves-Marie Le Lay.

Sans doute pas d’inéligibilité

Finalement, la rapporteure publique a donc préconisé de « ne pas prononcer d’inéligibilité » à l’encontre des deux candidats, tous deux présents à l’audience sans avocat.

« Nous ne sommes pas des professionnels de la politique », ont-ils dit. Le tribunal administratif de Rennes, qui a mis sa décision en délibéré, devrait se prononcer dans les prochains jours.

CB (PressPepper)

https://actu.fr/bretagne/plestin-les-greves_22194/plestin-les-comptes-de-campagne-du-binome-lfi-examines-par-la-justice_50647910.html

 

Ouest-France

Élections législatives. Dans la circonscription de Morlaix, Lutte ouvrière dévoile ses candidats

Publié le

Patricia Blosse, 62 ans, infirmière retraitée, est candidate aux élections législatives du 12 juin 2022, pour la circonscription de Morlaix. Elle sera en binôme avec Alain Marchal, 67 ans, retraité du transport, qui se présente comme suppléant.

Patricia Blosse et Alain Marchal sont les candidats pour Lutte ouvrière pour les élections législatives, pour la circonscription de Morlaix.

Patricia Blosse et Alain Marchal sont les candidats pour Lutte ouvrière pour les élections législatives, pour la circonscription de Morlaix. | DR

Lutte ouvrière a dévoilé les noms de ses candidats pour les élections législatives dans la circonscription de Morlaix. Patricia Blosse, 62 ans, infirmière retraitée, se présente comme titulaire, avec Alain Marchal, 67 ans, retraité du transport, comme suppléant. Le binôme avait déjà été candidat en 2017.

La paire indique qu’elle « défendra les idées et le programme que Nathalie Arthaud a popularisé pendant les élections présidentielles. […] Le camp des travailleurs doit se faire entendre, s’organiser et se battre pour faire valoir ses intérêts ».

Pour eux, les Législatives des 12 et 19 juin 2022 sont « le 3e tour de la présidentielle ». Ils souhaitent éviter que le président Emmanuel Macron n’obtienne la majorité au Parlement, pour « appliquer sa politique antiouvrière ». Ils concluent : « La politique future dépendra du nombre de députés que [les groupes opposés au président] obtiendront. »

Nathalie Arthaud, qui a été candidate pour le parti lors de l’élection présidentielle, avait recueilli 0,56 % des suffrages au premier tour.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/elections-legislatives-dans-la-circonscription-de-morlaix-lutte-ouvriere-devoile-ses-candidats-0602f110-ca06-11ec-8113-3d2243031bc2

 

Ouest-France

À Plounéour-Ménez, le restaurant l’Unique vient d’ouvrir

Publié le

En début mai 2022, le restaurant l’Unique vient d’ouvrir à Plounéour-Ménez (Finistère). Carole Pagès, qui vient de Limoges, est la nouvelle propriétaire et cheffe de cuisine.

La cheffe Carole Pagès est prête à recevoir ses clients dans son nouveau restaurant L’Unique, au Relecq-Kerhuon

La cheffe Carole Pagès est prête à recevoir ses clients dans son nouveau restaurant L’Unique, au Relec (Finistère). | OUEST-FRANCE

J’ai appelé mon restaurant L’Unique, d’une part parce que le lieu est unique près de l’abbaye cistercienne du Relec à Plounéour-Ménez (Finistère) et d’autre part, en référence à ma carte », explique la nouvelle propriétaire et cheffe de cuisine, Carole Pagès, qui arrive de Limoges. La Bretagne, je connaissais. Alors je me suis dit : “Pourquoi pas réaliser mon rêve et ouvrir un restaurant.” J’ai eu le coup de cœur pour l’endroit.

« Je veux que ma cuisine soit un moment de bien-être pour mes clients »

En effet, la formule proposée est originale. Pas de carte ou de menu, mais une formule unique que le client découvre une fois à table. Cela permet une ouverture d’esprit de la part des gens lorsqu’ils dégustent mes plats et cela donne lieu à discussion entre eux », souligne Carole.

Tout est préparé à base de produits locaux. Avant l’ouverture, j’ai passé plusieurs semaines à aller à la rencontre des producteurs de la région afin de trouver de très bons produits. Je veux que ma cuisine soit un moment de bien-être pour mes clients, en toute confiance », dit-elle.

Les lieux sont divisés en trois salles avec une capacité de 40 couverts. J’aime soigner les détails », dit en souriant la restauratrice.

Formule pour les ouvriers le midi. Fermé le jeudi.

Contact : par mail : contact@luniquerestaurantdurelec.bzh 02 98 78 06 88

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plouneour-menez-29410/a-plouneour-menez-le-restaurant-l-unique-vient-d-ouvrir-04fe4704-ca21-11ec-a08c-b0fec8a6053f

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
2 mai 2022

Alain Goutal

http://goutal.over-blog.com/2022/05/somnambulisme.html

 

Le Diben lundi 02 mai 2022

1er Mai en image

Morlaix rassemblement dimanche 1er mai 2022

1er Mai 2022. Photo pyb29
https://youtu.be/wQ8cvkdC3Ho

François Rippe pour l'AFPS Morlaix

56ème Fête du Viaduc. Photo pyb29
https://youtu.be/_fgm4cKAQUI

56ème Fête du Viaduc

56ème Fête du Viaduc. Photo pyb29
https://youtu.be/XkDj2dlR2Ug

 

Ouest-France

Législatives. Finistère : si un accord était trouvé à gauche, quelle distribution des rôles ?

Publié le Christian GOUEROU

Dans les partis de gauche, du PS jusqu’à LFI en passant par les écologistes, on attend les résultats de la négociation : union ou désunion ? Si un accord est trouvé, comment se ferait la distribution des rôles dans les circonscriptions finistériennes ?

Plusieurs responsables politiques brestois de gauche s’étaient rassemblés le 19 avril, avant le deuxième tour de la présidentielle, pour appeler à barrer la route à l’extrême-droite. L’union tiendra-t-elle pour les législatives ?

Plusieurs responsables politiques brestois de gauche s’étaient rassemblés le 19 avril, avant le deuxième tour de la présidentielle, pour appeler à barrer la route à l’extrême-droite. L’union tiendra-t-elle pour les législatives ? | OUEST-FRANCE

La France Insoumise donne le La. Au Parti socialiste finistérien et chez Europe Écologie les Verts, on vit des heures difficiles. Comme chez Génération. S et Nouvelle Donne ou le PCF. Les militants, pour celles et ceux qui parlent d’union, attendent des fumées blanches annonciatrices d’un accord pour les élections législatives de juin.

La France Insoumise donne le La. Au Parti socialiste finistérien et chez Europe Écologie les Verts, on vit des heures difficiles. Comme chez Génération. S et Nouvelle Donne ou le PCF. Les militants, pour celles et ceux qui parlent d’union, attendent des fumées blanches annonciatrices d’un accord pour les élections législatives de juin.

Durant les jours qui viennent, des militants historiques du PS pourraient quitter la grande maison socialiste. Le désaccord se résumerait ainsi. Certains, comme Bernard Poignant, ancien maire de Quimper, toujours au PS mais Macron compatible depuis la primaire gagnée par Benoît Hamon en janvier 2017, ne veulent pas d’accord avec Mélenchon. Impossible de trouver un vrai terrain d’entente sur l’Europe, la politique économique et sociale, etc.

Suivez notre direct du lundi 2 mai consacré aux élections

De l’autre côté, la direction finistérienne et quelques socialistes historiques ne font pas la fine bouche. Pragmatiques, diront-ils : « Il vaut mieux avoir 25 députés que trois… » D’anciens « éléphants » finistériens font appel à l’Histoire, quand en 1981 Mitterrand prenait le pouvoir avec des ministres communistes qui avaient soutenu l’invasion soviétique en Afghanistan, en 1979… On n’avait pas eu d’états d’âme !

Tous les ingrédients d’une tragédie politique sont réunis.

LFI à Brest, EELV à Quimper et à Morlaix ?

Enfin, si un accord était trouvé qu’elle en serait la déclinaison en Finistère ?

Les écologistes, qui avaient un coup à jouer à Brest après les élections départementales de juin 2021, s’effaceront dans cette circonscription au profit du mélenchoniste Pierre-Yves Cadalen. Le candidat LFI était déjà présent au 2e tour de la législative en 2017, quand la députée sortante Patricia Adam (PS) en avait été évincée.

Ici, les écologistes joueraient le jeu avec des regrets. Pour eux, au 2e tour, le candidat vert, Glen Dissaux, avait plus de chance de rassembler que le candidat LFI… De là à dire que certains Verts bretons préféreraient un désaccord, il n’y a pas loin… Si l’union se fait, il se peut que la circonscription qui leur revienne en Finistère soit celle de Quimper. Avec Grégory Lebert (EELV) pour candidat.

Dans les accords passés dimanche soir entre LFI et EELV, les écologistes auraient aussi obtenu Morlaix, la 4e circonscription.

Glen Dissaux, élu EELV brestois | OUEST-FRANCE

Pierre-Yves Cadalen, élu régional de La France Insoumise. | OUEST-FRANCE

Le PS à Concarneau Quimperlé

Au Parti socialiste, pour ceux qui sont partisans d’une union, on défend le candidat Sébastien Miossec (PS) à Concarneau Quimperlé. Si l’union se fait, c’est bien dans cette circonscription que nous pouvons gagnerassure un cadre du PS.

Sébastien Miossec, membre du Parti socialiste. | OUEST-FRANCE.

Le PCF à Carhaix Châteaulin ?

Le Parti socialiste a sollicité Olivier Le Bras, pour en faire son candidat dans la circonscription de Carhaix Châteaulin. Ex-syndicaliste FO chez Gad, leader syndical quand l’abattoir de Lampaul-Guimillau a fermé en 2013, il habite Saint-Thégonnec, au sud de Morlaix. En 2015, Olivier Le Bras a été élu conseiller régional divers gauche dans la majorité de Jean-Yves Le Drian, puis réélu en 2021, dans la majorité de Loïg Chesnais-Girard (PS).

Jusqu’à la fin de l’année 2021, l’élu régional était un candidat possible à gauche dans la circonscription de Morlaix, où il habite. En février, Gwenegan Bui, encarté PS et ancien député de la circonscription quand Marylise Lebranchu était ministre de François Hollande de 2012 à 2016, devient le candidat officiel du PS… Exit Olivier Le Bras.

Au lendemain de la Présidentielle, voilà que le PS sollicite Olivier Le Bras pour la circonscription de Carhaix Châteaulin ! Qu’en dit l’intéressé ? Il faudrait un sacré alignement de planètes pour que je dise oui ! Il faudrait que je sois vraiment le seul candidat à gauche. Donc, pour moi, c’est impossible à 99 % !

Pour l’heure, il se peut donc que le candidat du PCF, Pierre-Yves Thomas, soit le candidat de l’union pour la circonscription de Carhaix Châteaulin… La candidature du maire de Carhaix, Christian Troadec, est évoquée, mais il n’est pas dans la négociation. N’oublions pas non plus que EELV pourrait ici défendre le candidat Yannick Jaouen, élu de La Feuillée, qui était son candidat aux départementales 2021.

Pour Morlaix, une candidature PCF pourrait aussi faire consensus. La ville a été prise à la droite en 2020 par une union de la gauche menée par le PS. Le PCF Ismaël Dupont est adjoint au maire et conseiller départemental.

Mais, pour l’heure, il se peut que la circonscription de Morlaix soit accordée à EELV.

Olivier Le Bras, aujourd’hui conseiller régional, ancien délégué syndical chez Gad à Lampaul-Guimiliau. | OUEST-FRANCE

Les trois dernières circonscriptions

Dans les trois autres circonscriptions, il est plus difficile de se projeter. À Douarnenez Pont-l’Abbé et à Brest Rural, quelle force politique de gauche s’imposera ? Enfin, à Landerneau Landivisiau, les accords sacrifieront-ils la candidate PS, Nathalie Sarrabezolles, ancienne présidente du Département ? Ou la mettront elle en avant ?

https://www.ouest-france.fr/elections/legislatives/legislative-finistere-si-un-accord-etait-trouve-a-gauche-quelle-distribution-des-roles-ba6b4af2-c705-11ec-85c7-ebe232218271

 

Ouest-France

Saint-Brieuc. Pas de pièce d’identité valide ? Trop tard pour partir cet été…

Publié le Marie COURVASIER et Brice DUPONT

Si vous avez besoin d’un nouveau passeport ou carte d’identité, armez-vous de patience… À Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), le service affiche quatre mois et demi d’attente minimum : impossible d’obtenir un rendez-vous avant mi-septembre 2022.

Les mairies sont débordées par les demandes de pièces d’identité.

Les mairies sont débordées par les demandes de pièces d’identité. | ARCHIVES OUEST-FRANCE

Si vous n’avez pas de pièce d’identité valide, c’est déjà trop tard pour prévoir des vacances hors de France cet été… Les délais pour obtenir un titre d’identité officiel se sont considérablement allongés. À Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), comptez désormais minimum vingt semaines (quatre mois et demi) pour obtenir un rendez-vous. Près du double du temps d’attente habituel observé par la mairie de Saint-Brieuc (douze semaines). Le vendredi 29 avril 2022, le prochain rendez-vous disponible en mairie est ainsi fixé au… 19 septembre 2022 !

Si vous n’avez pas de pièce d’identité valide, c’est déjà trop tard pour prévoir des vacances hors de France cet été… Les délais pour obtenir un titre d’identité officiel se sont considérablement allongés. À Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), comptez désormais minimum vingt semaines (quatre mois et demi) pour obtenir un rendez-vous. Près du double du temps d’attente habituel observé par la mairie de Saint-Brieuc (douze semaines). Le vendredi 29 avril 2022, le prochain rendez-vous disponible en mairie est ainsi fixé au… 19 septembre 2022 !

Une fois le rendez-vous obtenu, il faudra encore patienter deux semaines supplémentaires pour la production du précieux sésame. Autrement dit : si vous faites la demande début mai auprès de la mairie de Saint-Brieuc, vous ne recevrez votre nouvelle carte d’identité ou passeport que… fin septembre, au plus tôt.

Lire aussi : Carte d’identité : pourquoi les délais pour les obtenir sont-ils si longs ?

Embouteillage de demandes

La faute notamment à la crise sanitaire, qui a fait s’entasser de nombreuses demandes en attente, qui reviennent aujourd’hui sur le devant de la pile. La faute, aussi, à la mise en circulation de la nouvelle carte d’identité française l’année dernière : plus pratique, plus petite, plus moderne, elle fait l’objet de nombreuses demandes de renouvellement. Les demandes affluent aussi pour le passeport, devenu nécessaire pour se rendre au Royaume-Uni.

Les photographes professionnels habilités à faire les photos de ces documents officiels sont bien placés pour observer « l’augmentation du nombre de demandes, de galères et de récriminations… », constate cette photographe du centre-ville de Saint-Brieuc, qui témoigne avoir reçu des clients « qui s’apprêtaient à faire 100 km pour aller dans une mairie qui avait un créneau disponible un peu plus tôt que Saint-Brieuc ».

Tenter de trouver un rendez-vous ailleurs…

C’est en effet ce que conseille aujourd’hui Yannick Le Cam, conseiller délégué aux personnels et au service public municipal : Si c’est urgent, les gens doivent tenter de trouver un rendez-vous ailleurs. Il peut y avoir des disponibilités dans d’autres communes.

La mairie de Saint-Brieuc dispose de trois stations biométriques pour réaliser les pièces d’identité. Je peux vous assurer que le personnel, déjà très sollicité cette année avec les élections, fait le maximum pour assurer les rendez-vous (entre 230 et 240 par semaine en ce moment). Mais nous sommes dans le pic annuel des demandes, et on fait du mieux possible, même si ce n’est pas facile à gérer tous les jours​, poursuit l’élu.

Vendredi 29 avril 2022, la directrice de l’Agence nationale des titres sécurisés (ANTS), a annoncé que des moyens supplémentaires étaient en cours de déploiement pour réduire les délais pour obtenir un rendez-vous. Nous n’avons pas de nouvelles à ce sujet pour l’instant. Et même si on nous allouait une station en plus, encore faudrait-il trouver le personnel nécessaire pour répondre à la demande​, prévient Yannick Le Cam.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-brieuc-22000/saint-brieuc-pas-de-piece-d-identite-valide-trop-tard-pour-partir-cet-ete-7b7df68c-c6dd-11ec-a959-908096d3998a

 

Ouest-France

Plougasnou. Cinq personnes ont réussi le zéro faute à la dictée

Publié le

61 personnes étaient présentes, dont 36 collégiens, pour la dictée organisée par la responsable de la bibliothèque, Gwenaëlle Gourvil et l’animatrice culturelle,Isabelle Guilbault. Elle a été lue par Chantal Lenne et a eu lieu jeudi. Cinq personnes ont réalisé un sans faute.

61 personnes étaient présentes, dont 36 collégiens, pour la dictée organisée par la responsable de la bibliothèque, Gwenaëlle Gourvil et l’animatrice culturelle,Isabelle Guilbault. Elle a été lue par Chantal Lenne et a eu lieu jeudi. Cinq personnes ont réalisé un sans faute. | OUEST-FRANCE

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plougasnou-29630/cinq-personnes-ont-reussi-le-zero-faute-a-la-dictee-c5d50266-1375-4b0a-af6b-9b85f8ef0dac

 

Ouest-France

Morlaix. Il reste des places pour le Petit Tour de France !

Modifié le Publié le

La plus grande fête du vélo pour les enfants fait son retour, lundi 6 juin 2022, à Morlaix (Finistère). L’événement attire à chaque fois environ 1 500 participants. Il reste encore des places pour s’inscrire.

Le Petit tour de France cycliste fait son grand retour après deux ans d’absence à Morlaix, le 6 juin 2022. Les inscriptions sont encore ouvertes. 

Le Petit tour de France cycliste fait son grand retour après deux ans d’absence à Morlaix, le 6 juin 2022. Les inscriptions sont encore ouvertes.  | ARCHIVES OUEST-FRANCE

Il reste encore des places pour participer au Petit Tour de France cycliste ! Le départ se fait lundi 6 juin 2022 : environ 1 500 enfants, âgés entre 3 et 11 ans y participent, à Morlaix (Finistère). La course fait son retour, après deux annulations successives en 2020 et 2021 à cause du contexte sanitaire.

Une permanence ce lundi 2 mai

Une permanence sera de nouveau ouverte, ce lundi 2 mai 2022, de 9 h à 12 h, à la Maison de la mer, route de Carantec, à côté des écluses. Pour s’inscrire, les enfants doivent avoir entre 3 et 11 ans dans l’année.

Les moins de 3 ans peuvent participer, mais sous l’entière responsabilité de leurs parents. Le coût de l’inscription est de 10 €. « Dès que le nombre de participants sera atteint, le Comité arrêtera sa permanence », précise l’organisation.

Renseignements : petittourdefrancecycliste@gmail.com ; www.petit-tour-france-morlaix.fr

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-il-reste-des-places-pour-le-petit-tour-de-france-5d49b00e-c960-11ec-bb3e-19199c8a309b

 

Ouest-France

Morlaix. Près de 200 personnes dans le cortège du 1er-Mai

Publié le

Environ deux cents personnes ont participé au défilé de ce dimanche 1er mai 2022, dans les rues du centre-ville de Morlaix (Finistère). Une marche encore plus politique, au lendemain de la Présidentielle et avec l’échéance des législatives en juin prochain.

Environ 200 personnes ont défilé dans les rues de Morlaix à l’occasion de la fête internationale des travailleuses et des travailleurs, ce dimanche 1er mai 2022.

Environ 200 personnes ont défilé dans les rues de Morlaix à l’occasion de la fête internationale des travailleuses et des travailleurs, ce dimanche 1er mai 2022. | OUEST-FRANCE

Ce dimanche 1er mai 2022 avait une saveur encore plus politique, une semaine après l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence et à un mois des législatives.

À Morlaix (Finistère), près de deux cents personnes ont défilé dans les rues du centre-ville, à l’occasion de cette fête internationale des travailleuses et des travailleurs. Elles répondaient à l’appel d’une intersyndicale, composée de la CGT, l’UNSA, Solidaires, FSU, l’Unef, VL, MNL et FIDL.

Diverses revendications

« L’heure est à la reconnaissance du travail », a souligné cette dernière, lors des prises de paroles précédant le défilé. « Nous appelons à l’abrogation de la réforme de l’assurance-chômage, de la loi Travail, une hausse des minima sociaux, du Smic et du point de l’indice de la fonction publique. L’âge de la retraite doit être avancé à 60 ans et les pensions ne doivent plus être inférieures au Smic. »

Un soutien a été rappelé envers le peuple ukrainien et aussi palestinien.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-pres-de-200-personnes-dans-le-cortege-du-1er-mai-97754cfa-c93f-11ec-b046-4a9874d53968

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
1 mai 2022

Alain Goutal

http://goutal.over-blog.com/2022/05/1er-mai.html

Marine est la, non, elle n'est plus la, elle est passée par ici, elle ne repassera plus par la, on n'en veut pas !!!

 

Ouest-France

Saint-Malo. Un célèbre voilier s’échoue : une trentaine de passagers évacués

Modifié le Publié le

Le Renard, voilier emblématique de Saint-Malo, réplique d’un navire de Surcouf, a talonné, ce samedi 30 avril 2022 aux alentours de midi, au niveau de la Roche aux Anglais, à Saint-Malo. Les passagers ont été évacués par la SNSM.

Le photographe Thierry Besnier a pris en photo « Le Renard » échoué sur la Roche aux Anglais à Saint-Malo.

Le photographe Thierry Besnier a pris en photo « Le Renard » échoué sur la Roche aux Anglais à Saint-Malo. | THIERRY BESNIER

L’emblématique voilier de Saint-Malo, Le Renard, s’est retrouvé dans une bien mauvaise posture, ce samedi 30 avril 2022. Vers midi, il a appelé les secours après avoir talonné au niveau de la Roche aux Anglais. « Un caillou » piégeux, situé au nord ouest du Grand Bé, bien connu des navigateurs malouins.

Les passagers évacués

Le Cross Corsen a sollicité la SNSM de Saint-Malo pour venir en aide au navire. La vedette Le Pourquoi pas et un semi-rigide sont rapidement intervenus pour évacuer les 26 passagers présents sur Le Renard.

Le Renard, ce samedi 30 avril, lors du passage de l’écluse du Naye. | OUEST-FRANCE

Ils ont été débarqués à la cale de Dinan à Saint-Malo vers 13 h. L’échouage n’a fait aucun blessé. Heureusement, le voilier ne présentait en apparence aucune voie d’eau. Un peu avant 17 h, il a été libéré des cailloux par la montée de la mer, sous la surveillance de la SNSM et d’un hélicoptère.

Le vieux gréement a finalement pu rentrer au port au moteur et sans assistance. Il a passé l’écluse du Naye vers 18 h. Il a été mis au sec au chantier naval du port de Saint-Malo pour faire un état des lieux de la coque.

« Le Renard » a été sorti de l’eau pour vérifier l’état de sa coque après le talonnage dans la baie de Saint-Malo. | JULES CARNEC

Le Renard est un cotre corsaire de 30 mètres, réplique du dernier navire armé en 1812 par le célèbre corsaire malouin Robert Surcouf. Il est l’un des vieux gréements de l’Étoile Marine croisières qui propose des sorties en mer dans la baie de Saint-Malo.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-malo-35400/saint-malo-le-voilier-le-renard-a-talonne-les-passagers-evacues-83f0ccae-c895-11ec-97d5-dee03a31cf20

 

Ouest-France

Pays de Morlaix. Désormais, les agriculteurs seront aidés pour ne plus utiliser d’herbicides

Publié le

À Lanmeur (Finistère), Stéphane Gourvil, à l’instar de 50 autres légumiers de quatre bassins-versants, s’engage à ne plus utiliser d’herbicides. Il expérimente le paiement pour service environnemental.

Vendredi 29 avril, Stéphane Gourvil (à droite sur la photo) accueillait dans son exploitation légumière à Keroignant à Lanmeur, les élus de Morlaix communauté et de Lannion Trégor communauté, du syndicat de l’Horn et de la Chambre d’agriculture pour le lancement du dispositif PSE.

Vendredi 29 avril, Stéphane Gourvil (à droite sur la photo) accueillait dans son exploitation légumière à Keroignant à Lanmeur, les élus de Morlaix communauté et de Lannion Trégor communauté, du syndicat de l’Horn et de la Chambre d’agriculture pour le lancement du dispositif PSE. | OUEST-FRANCE

Comme 50 autres légumiers de quatre bassins-versants du pays de Morlaix (Finistère), Stéphane Gourvil, à Lanmeur, s’engage à ne plus utiliser d’herbicides. Tout cela grâce au paiement pour service environnemental.

Qu’est-ce que le paiement pour service rendu ?

Le PSE (paiement pour service rendu) en agriculture rémunère les agriculteurs pour des actions qui contribuent à restaurer ou maintenir des écosystèmes, dont la société tire des bénéfices au niveau de la préservation de la qualité de l’eau, et de la protection du paysage et de la biodiversité. Dans le cadre de l’appel à initiatives lancé par l’Agence de Bretagne en 2020, quatre projets PSE ont été validés sur les bassins-versants du ruisseau de Plouénan, du Pontplaincoat à Plougasnou et du Lapic à Lanmeur et du Lizildry à Pleubian dans les Côtes-d’Armor (1). « Ce dispositif ingénieux et vertueux illustre ce que les agriculteurs sont capables de faire sur le terrain », souligne Guy Pennec, élu en charge du cycle de l’eau, à Morlaix communauté. L’engagement des acteurs de terrain est accompagné par la Chaambre d’agriculture.

Combien d’agriculteurs se sont engagés ?

Ils sont cinquante et un exploitants légumiers à avoir signé cet engagement, ce qui est un succès pour les techniciens qui ont monté le projet. « Le dispositif est suffisamment souple, car il n’y a pas de pénalités, explique Lirzi Cloarec du Gemapi (Morlaix communauté). L’agriculteur s’engage pour une ou plusieurs parcelles, s’il n’y arrive pas, il ne sera pas payé. » La première année, il reçoit 208 €/ha, puis 146 €, les années suivantes pour le maintien. « Une bonne chose, se réjouit Gérard Yven, membre de la Chambre d’agriculture. Jusqu’ici, les cadres administratifs ne permettaient de mettre en œuvre de telles démarches, il n’y avait pas un euro d’aide. »

Est-ce difficile à mettre en place dans l’exploitation ?

Dans son exploitation de 80 ha (choux-fleurs, artichauts, céréales et herbe) à Lanmeur, Stéphane Gourvil et Valérie Lamanda ont engagé plusieurs parcelles d’artichauts : « On voit que des voisins qui sont en bio, arrivent à maintenir leurs parcelles propres, pourquoi pas nous ? » témoigne Stéphane Gourvil qui reconnaît qu’il ne l’aurait pas fait sans l’aide financière. « Nous avons dû investir plus de 15 000 € dans une herse étrille, ce qui est assez onéreux. »

Est-ce qu’il y aura des contrôles ?

Chaque agriculteur déclare les parcelles engagées : « Nous disposons des fiches de traçabilité de tous les produits utilisés, un document obligatoire lors de la livraison des légumes à la coopérative », détaille Lirzi Cloarec. « C’est aussi une affaire de confiance. » Les services ont l’obligation de contrôler 2 % des parcelles, chaque année.

Quels sont les autres volets du dispositif PSE ?

D’une durée de cinq ans, le PSE rémunère les exploitants qui mettent en place des techniques de lutte anti-érosive et plantent des talus pour réduire l’érosion. Pour l’aménagement de parcelles, il reçoit 676 €/ha la première année.

(1) Le projet PSE est porté par trois collectivités sur quatre bassins-versants, le Syndicat mixe de l’Horn, Morlaix communauté et Lannion Trégor communauté.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/pays-de-morlaix-desormais-les-agriculteurs-seront-aides-pour-ne-plus-utiliser-d-herbicides-13560ce4-c871-11ec-9ea0-afb0320afcd7

 

C'était le dimanche 29 avril 2018

Le Diben dimanche 29 avril 2018

Plougasnou. Journée nationale du souvenir de la déportation

Photo pyb29  Jacques Prigent et Pierre Rochereuil. Photo pyb29 

Chorale Muzika. Photo pyb29  Monique Maillot. Photo pyb29

Petite participation cette année à la journée nationale du souvenir de la déportation.

Lire aussi : Morlaix - 29 avril 2018, journée du souvenir et d'hommage aux déportés, et présentation de la plaque en hommage à Esther Levy et David Sellinger, sur la mairie de Morlaix

Jean Guillaume Le Guen et Pierre Rochereuil le 24 avril 2011. Photo pyb29

Jean Guillaume Le Guen et Pierre Rochereuil le 24 avril 2011. Photo pyb29

Pierre Rochereuil & Nathalie Bernard. Photo pyb29

Pierre Rochereuil & Nathalie Bernard. Photo pyb29

 

Ouest-France

Ce bateau tout juste retapé va servir à faire naviguer des jeunes en baie de Morlaix

Publié le

La caravelle est en cours de chantier dans les ateliers du Repair, à Pleyber-Christ (Finistère). Douze jeunes issus du centre social Carré d’As de Morlaix, de l’Ulamir de Lanmeur, de l’école alternative des monts d’Arrée ou d’autres en service civique s’y attellent. Une fois mis à l’eau, le bateau servira à faire naviguer les jeunes de la région.

Douze jeunes du centre social Carré d’as de Morlaix, de l’Ulamir de Lanmeur, de l’école alternative des monts d'Arrée ou encore en service civique rénovent un bateau au Repair.

Douze jeunes du centre social Carré d’as de Morlaix, de l’Ulamir de Lanmeur, de l’école alternative des monts d'Arrée ou encore en service civique rénovent un bateau au Repair. | OUEST-FRANCE

C’est le plus gros projet jeunesse de cette année »,​reconnaît Mathieu Cirou, coprésident et cofondateur de la recyclerie Le Repair, située à la gare de Pleyber-Christ (Finistère). Douze jeunes issus du centre social Carré d’As de Morlaix, de l’Ulamir de Lanmeur, de l’école alternative des monts d’Arrée ou d’autres en service civique rénovent ensemble à la recyclerie un bateau. Objectif : l’ancrer en baie de Morlaix et naviguer dessus.
C’est le plus gros projet jeunesse de cette année »,​reconnaît Mathieu Cirou, coprésident et cofondateur de la recyclerie Le Repair, située à la gare de Pleyber-Christ (Finistère). Douze jeunes issus du centre social Carré d’As de Morlaix, de l’Ulamir de Lanmeur, de l’école alternative des monts d’Arrée ou d’autres en service civique rénovent ensemble à la recyclerie un bateau. Objectif : l’ancrer en baie de Morlaix et naviguer dessus.

Il s’agit d’une caravelle mise à disposition par son propriétaire aux jeunes de l’école alternative. Il souhaitait que son bateau serve à un projet social.Il servira à apprendre la voile aux jeunes de l’école notamment, grâce à l’aide de moniteurs bénévoles. C’est un véritable support pédagogique.

Découverte des métiers d’un chantier naval​

Le chantier a débuté il y a trois semaines et il faudra un bon mois au total pour le terminer ». ​Le projet est financé par le conseil départemental et la fondation Harmonie Mutuelle. Le chantier naval des 7 vents de Saint-Pol-de-Léon a fourni les matériaux et les peintures.

C’est la première fois que j’ai utilisé une ponceuse, utilisé du mastic, fabriqué les renforts du bateau, ​confie Gwilhem, l’un des jeunes du chantier. J’ai appris les termes de navigation et découvert la fabrication de pièces en bois et l’utilisation des machines du Repair.

Mise à l’eau le 17 juin

La rénovation a été encadrée par deux charpentiers de marine chevronnés, Gaël et Ronan. On a refait les fonds avec du mastic résiné. Les puits de dérive étaient en piteux états, le doigt passait au travers ! Mais tout ce qui touche aux gréements est nickel »,raconte Gaël.

Le bateau devrait être mis à l’eau le 17 juin avec un événement festif ce jour-là dès qu’un corps-mort sera trouvé pour son mouillage. Les jeunes ont aussi participé aux à-côtés du chantier en cuisinant sur place, s’occupant des menus, des quantités nécessaires pour une quinzaine de personnes et toute la logistique du chantier, comme le ménage.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/pleyber-christ-29410/ce-bateau-tout-juste-retape-va-servir-a-faire-naviguer-des-jeunes-en-baie-de-morlaix-68981afe-c7d0-11ec-982f-aabd2cd7aa6e

 

Ouest-France

Pourquoi ce coup de gueule du maire de Gouesnou, au conseil de Brest métropole ?

Publié le

Quelle mouche a donc piqué Stéphane Roudaut, maire de Gouesnou et vice-président en charge du projet métropolitain, vendredi 29 avril 2022, à Brest (Finistère) ? Le sujet de la deuxième ligne de tram et du bus à haut niveau de service était au menu du conseil métropolitain. Mais l’élu est aussi administrateur à Brest métropole aménagement, maître d’ouvrage du projet…

Stéphane Roudaut, maire de Gouesnou, premier vice-président de Brest métropole en charge du projet métropolitain et administrateur de BMa SPL qui est le maître d’ouvrage délégué pour la réalisation de la deuxième ligne de tram.

Stéphane Roudaut, maire de Gouesnou, premier vice-président de Brest métropole en charge du projet métropolitain et administrateur de BMa SPL qui est le maître d’ouvrage délégué pour la réalisation de la deuxième ligne de tram. | OUEST-FRANCE

« On m’oblige à me taire et c’est tout Gouesnou qu’on met en sourdine ! C’est un déni de démocratie ! » Ce vendredi 29 avril 2022, en introduction du conseil de Brest métropole, Stéphane Roudaut, maire de Gouesnou, premier vice-président de Brest métropole en charge du projet métropolitain, exprime « sa colère » et son « écœurement ». Et ne mâche pas ses mots.

Lors de ce conseil, il est surtout question du projet de la deuxième ligne de tram qui reliera la gare à l’hôpital de la Cavale-Blanche et du BHSN (bus à haut niveau de services) à destination de Lambézellec. Un projet qui tient à cœur à Stéphane Roudaut, sur lequel il est intervenu à plusieurs reprises.

Sauf que… « Je ne peux aujourd’hui ni participer au vote ni aux débats sur un sujet aussi important que celui des mobilités, au motif que je suis administrateur de BMa SPL, donc, potentiellement en situation de conflit d’intérêts. »

BMa SPL, ou Brest métropole aménagement, est une société publique locale créée par Brest métropole et la Ville de Brest en 2017. Elle œuvre pour la réalisation de projets urbains pour le compte des collectivités et acteurs publics de la région brestoise.

Surtout, BMa SPL assure la maîtrise d’ouvrage de la deuxième ligne de tram du BHNS pour le compte de Brest métropole.

Mais la loi interdit aux élus qui sont administrateurs de société publique locale de s’impliquer dans les votes et débats. « L’autre élue de Gouesnou est dans la même situation. C’est toute notre commune qui ne peut être représentée au vote ce soir. C’est une situation absurde ! Elle l’est à cause du législateur », proteste Stéphane Roudaut.

François Cuillandre, président de Brest métropole, reconnaît le problème : « On marche sur la tête ! Si c’était une société privée, il n’y aurait aucun souci. »

Au final, une dizaine d’élus de l’assemblée, également administrateurs à BMa, ont dû quitter la salle le temps des débats et des votes, sur un projet à 202 millions d’euros tout de même.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/pourquoi-ce-coup-de-gueule-du-maire-de-gouesnou-au-conseil-de-brest-metropole-a192da04-c859-11ec-8803-f8fcb3eecb8c

 

Le Diben samedi 30 avril 2022

Morlaix. Images du samedi matin

Photo pyb29  Photo pyb29  Photo pyb29

Photo pyb29  Photo pyb29  Photo pyb29

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
30 avril 2022

Alain Goutal

http://goutal.over-blog.com/2022/04/et-pendant-ce-temps.html

 

Ouest-France

Finistère. La pêche et le ramassage de coquillage interdits en baie de Morlaix

Publié le

Une contamination microbiologique a été relevée sur des huîtres et des palourdes des zones de production baie de Morlaix aval et amont. La préfecture du Finistère a donc interdit la pêche récréative et professionnelle et le ramassage en général de tous les coquillages de cette zone depuis vendredi 29 avril 2022. Et ce jusqu’à nouvel ordre.

La pêche et le ramassage de n’importe quel type de coquillage sont interdits jusqu’à nouvel ordre dans la zone de la baie de Morlaix, en aval comme en amont.

La pêche et le ramassage de n’importe quel type de coquillage sont interdits jusqu’à nouvel ordre dans la zone de la baie de Morlaix, en aval comme en amont. | OUEST FRANCE ARCHIVES

La préfecture du Finistère vient d’interdire la récolte et la consommation de tous les coquillages des zones de production de la baie de Morlaix. Ce secteur comprend une partie de Carantec (la Chaise du curé, Kerdanet, phare de la Lande) jusqu’à Locquénolé pour le côté Léon ; Plougasnou (Térénez), Plouezoc’h (Barnenez, jusqu’au Dourduff), côté Trégor.

Cet arrêté fait suite aux « résultats d’analyses défavorables indiquant la présence d’une contamination microbiologique sur les huîtres et les palourdes ». La pêche récréative tout comme la professionnelle est donc interdite, ainsi que le ramassage, le transport, la purification, l’expédition, le stockage, la distribution, la commercialisation et la mise à la consommation humaine de tous les coquillages de cette zone de production.

Tous les coquillages sont donc concernés, sauf les gastéropodes marins non filtreurs.

Se rapprocher de son médecin si consommation

La contamination perdure depuis octobre 2021 sur ces coquillages, toujours en baie de Morlaix. Pour rappel, « les personnes ayant consommé des coquillages provenant de ces zones et présentant des troubles digestifs (vomissements, diarrhées, nausées) et/ou des symptômes neurologiques (maux de tête persistants, désorientation et confusion) sont invitées à se rapprocher de leur médecin », souligne la préfecture. La cuisson ne détruit pas les toxines, les coquillages restent donc impropres à la consommation même cuits.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/finistere-la-peche-et-le-ramassage-de-coquillage-interdits-en-baie-de-morlaix-e65f2ca0-c84f-11ec-97d5-dee03a31cf20

 

Le Diben mercredi 30 avril 2022

Plougasnou. Travaux sur la zone portuaire du Diben en images

Photo pyb29

Photo pyb29  Photo pyb29  Photo pyb29

 Photo pyb29  Photo pyb29

 

Ouest-France

Un concert pour l’Ukraine, dimanche au Milin de Locquirec

Publié le

Dimanche 1er mai 2022, le Milin de Locuirec (Finistère) convie le public à un concert de rock’n’roll du groupe Les Joyeux Fusibles.

Les Joyeux Fusibles.

Les Joyeux Fusibles. | OUEST-FRANCE

Loulou Bihan au chant, accompagné des guitaristes Jean-Pierre Riou et de son fils Léo, du bassiste Yann Cadran et du batteur Simon Templar.

Ensemble, dimanche 1er mai 2022, ils revisiteront leurs classiques les plus connus, entre belles rythmiques et mélopées de haut vol.

Cette soirée est à participation libre. Les fonds récoltés seront versés à la Croix Rouge pour porter secours à l’Ukraine.

Dimanche 1er mai 2022, à 17 h au Milin de Locquirec (Finistère), au Moulin de la Rive.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/locquirec-29241/un-concert-pour-l-ukraine-dimanche-au-milin-de-locquirec-822fbf3c-c7e7-11ec-a436-ae3192d850a6

 

Ouest-France

À Morlaix, un programme copieux pour la 56e fête du Viaduc

Publié le

Depuis 56 ans, le Parti communiste organise, à l‘occasion du 1er-Mai, la fête du Viaduc à Morlaix (Finistère).

La fête du Viaduc est organisée par les Amis du Viaduc et les sections PCF du pays de Morlaix.

La fête du Viaduc est organisée par les Amis du Viaduc et les sections PCF du pays de Morlaix. | OUEST-FRANCE

Depuis 56 ans, le Parti communiste (PCF) organise, à l’occasion du 1er-Mai, la fête du Viaduc à Morlaix (Finistère). Pour célébrer cet anniversaire, plusieurs centaines personnes sont attendues, dimanche 1er mai 2022, place Allende, à partir de 12 h 15.

Candidats aux législatives

Un rendez-vous très politique, quelques semaines avant de nouvelles échéances électorales. La section communiste morlaisienne qui compte près d’une centaine de membres adhérents, confiera la parole à Valérie Scattolin et Enzo De Gregorio, candidats pour les prochaines législatives à Morlaix.

« Ce sera l’occasion d’échanger avec toutes les forces de gauche dans le but d’un accord le plus large possible », souligne Daniel Ravasio.

Les organisateurs annoncent une « kermesse » citoyenne et festive, avec de nombreux stands et rythmée par les Chroniques en chanson de la commune de Paris du Théâtre de la Corniche, et le concert de musique folk américaine de Coverfield.

Dimanche 1er mai 2022, 56e fête du Viaduc, restauration à partir de 12 h 15, place Allende. À noter : le Parti socialiste (PS) se rassemblera également, à 10 h 30, place des Otages, ainsi que l’association France Palestine Solidarité.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/a-morlaix-un-programme-copieux-pour-la-56e-fete-du-viaduc-71c3e878-c7db-11ec-a436-ae3192d850a6

 

Ouest-France

Finistère. Les trois skippers amateurs de la baie de Morlaix sur le départ vers la Martinique

Publié le

Le départ s’approche à grand pas pour nos trois skippers amateurs de la baie de Morlaix (Finistère). La course Cap Martinique part dimanche 1er mai de La Trinité-sur-Mer (Morbihan). ​Olivier Troussel et Benoit Baucher participent, en duo, et Even Job en solo.

Even Job participe à la Cap Martinique en solo, quand Olivier Troussel et Benoit Baucher la font en binôme. Ici à La Trinité-sur-Mer, où se fera le départ de la course le 1er mai 2022. | OLIVIER TROUSSEL

« On a hâte de partir », confie Olivier Troussel. L’heure du départ s’approche pour le skipper amateur, qui participe à la course Cap Martinique avec son binôme Benoit Baucher. Cela fait plus d’un an que les deux voileux de la baie de Morlaix (Finistère) s’y préparent, alors que l’édition 2021 avait été repoussée à cause du contexte sanitaire. Cette fois-ci c’est la bonne : le départ se fait de La Trinité-sur-Mer, dans le Morbihan, à 15 h, dimanche 1er mai 2022. Quarante bateaux y concourent, dont 25 en double et 15 en solitaire. Even Job, dernier de la bande morlaisienne, y participe en solo.

Soutien à deux associations

Le plus de cette course transatlantique est le soutien à une association : Even Job porte les couleurs de Oc & aïa, qui sensibilise sur l’environnement et la protection des océans. Olivier Troussel et Benoit Baucher poursuivent leur combat avec Nidcap, association qui aide à la prise en charge des grands prématurés à l’hôpital Morvan de Brest.

Suivre la course en direct : www.cap-martinique.com. Contacts : comptes Instagram Olivetbenentransat et Facebook Even Job – Cap-Martinique.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/finistere-les-trois-skippers-amateurs-de-la-baie-de-morlaix-sur-le-depart-vers-la-martinique-9fa75acc-c7c2-11ec-b486-9552f9f8b4a2

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
29 avril 2022

Alain Goutal

http://goutal.over-blog.com/2022/04/cuisine-electorale.html

La sauce hollandaise risque d'être indigeste.

 

Ouest-France

Vannes. La vision bretonne de René Seyssaud exposée à La Cohue

Publié le Anthony CHAUD

René Seyssaud est un peintre du Sud. Pourtant pendant deux mois, il a visité la Bretagne. Un passage à Plougasnou (Finistère) immortalisé par différentes œuvres. Certaines d’entre elles sont visibles dès le 30 avril 2022, au musée des beaux-arts La Cohue, à Vannes (Morbihan).

La conservatrice des musées du patrimoine devant le tableau « Récolte dans les Alpilles ».

La conservatrice des musées du patrimoine devant le tableau « Récolte dans les Alpilles ». | OUEST-FRANCE

Des paysans. Des paysages. La côte bretonne. René Seyssaud, paysagiste de renom, a peint de nombreux lieux qu’il a découverts ou habités. Cet univers fait de multiples couleurs, les visiteurs sont invités à l’explorer au musée des beaux-arts La Cohue, à Vannes (Morbihan), du 30 avril au 2 octobre 2022, à travers l’exposition Seyssaud d’une lumière à l’autre.

Le tableau présentant l’exposition dédiée au peintre du sud, René Seyssaud. | OUEST-FRANCE

« Invité par une collectionneuse »

Très connu dans le sud de la France, le peintre l’est beaucoup moins en Bretagne. Il faut dire que ce dernier n’est pas resté longtemps. Deux mois en 1910. Entre juin et juillet, il a tout de même eu le temps de faire parler ses pinceaux. Vingt ouvrages sont nés de son passage à la station balnéaire de Plougasnou (Finistère). « Il a œuvré du côté de la pointe de Primel après avoir été invité par une collectionneuse », précise Christian Millet, président de l’association Patrimoine de Plougasnou. Une côte sauvage dont les visiteurs ne verront que douze réalisations puisque tous les tableaux représentants la Bretagne n’ont pas été retrouvés. Ils pourront tout de même se réjouir de voir ses œuvres. « C’est leur première exposition dans un musée », souligne Françoise Berretrot, conservatrice des musées du patrimoine. Un passage par la Bretagne qui devait être souligné pour Fabien Le Guernevé, adjoint à la culture : « Même si ça n’est pas sa terre de prédilection, il est venu. À travers sa technique, on ressent ce côté régional. Les couleurs particulières de chez nous. »

Les dessins réalisés sur son passage à Plougasnou dans le Finistère nord. | OUEST-FRANCE

« Il a peint toute sa vie ! »

Toutefois, cette exposition ne traite pas uniquement de l’expérience bretonne de René Seyssaud. Plusieurs espaces sont réservés au Sud et à sa Provence natale. L’œuvre Les Oliviers, qui vient du Musée d’Orsay à Paris, est une des pièces phares de cet événement culturel. Parmi les autres tableaux marquants, on peut citer Coup de Mistral. Une œuvre où s’attarde la conservatrice des musées du patrimoine. « Regardez le détail des vagues provoqué par le Mistral. Il ne manque que le bruit du vent pour s’y croire. »

L’exposition dédiée à René Seyssaud montre avec quel matériel le peintre travaillait. | OUEST-FRANCE

Outre ce décor maritime, René Seyssaud a aussi peint le paysan, la montagne, les arbres. Une diversité de sujets visibles au travers 63 tableaux récupérés grâce à des prêteurs institutionnels ou particuliers. Cependant, toute la collection réalisée par l’artiste n’est pas présente puisque comme le rappelle Claude-Jeanne Sury Bonnici : « Il a peint toute sa vie ! »

Exposition Seyssaud d’une lumière à l’autre, du 30 avril au 2 octobre 2022, ouvert du mardi au dimanche (sauf fériés) de 13 h 30 à 18 h, Plein tarif : 4,60 €, Tarif réduit : 2,90 €

https://www.ouest-france.fr/bretagne/vannes-56000/vannes-la-vision-bretonne-de-rene-seyssaud-exposee-a-la-cohue-cba94234-c6f0-11ec-a959-908096d3998a

 

Ouest-France

Lanmeur. La Poste envisage de réduire ses horaires, la mairie se mobilise

Publié le Sarah HUMBERT avec notre correspondante locale

La Poste envisage de diminuer ses horaires d’ouverture au public, à Lanmeur (Finistère). Des actions sont menées comme la pétition en cours chez les commerçants et une manifestation prévue le samedi 14 mai 2022.

La Poste de Lanmeur ne serait plus ouverte que le matin, de mardi au samedi.

La Poste de Lanmeur ne serait plus ouverte que le matin, de mardi au samedi. | OUEST-FRANCE

La Poste envisage de réduire les horaires d’ouverture au public de son bureau de poste à Lanmeur (Finistère). « Il ne serait plus ouvert que le matin du mardi au samedi. La personne qui assurera le service le matin à Lanmeur, sera à Plougasnou l’après-midi », affirme une source proche des syndicats.

« On sent la pression monter », confirme Jean-Marc Le Berr, adjoint au maire qui en l’absence de la maire, Cathy Lucas, a répondu à nos questions. Une rencontre a eu lieu il y a quelques semaines entre la direction de La Poste et l’édile. « Non seulement, l’organisme envisage de réduire les horaires mais il sollicite la commune pour une ouverture d’une agence postale au niveau de la commune ou d’un commerce, à l’instar de ce qui se pratique déjà dans les petites communes. Ce que la maire a refusé. »

Après l’annonce de la fermeture le mercredi en mai 2021, Cathy Lucas avait déjà dénoncé dans Ouest-France, la disparition des services publics en milieu rural « alors qu’on travaille sur des projets pour revitaliser nos bourgs ».

Lire aussi : Lanmeur. La maire de nouveau en colère contre la Poste

Une manifestation, le 14 mai

La Poste invoque une baisse de fréquentation. « Est-ce que ce n’est pas plutôt la diminution des horaires qui créée la pénurie des clients ? se demande Jean-Marc Le Berr. La Poste reçoit des subventions de l’État pour assurer ce service. »

Le premier adjoint rappelle qu’une pétition contre cette réduction d’horaires est toujours disponible en mairie, et chez les commerçants. De son côté, le syndicat CGT appelle à une manifestation le samedi 14 mai à 11 h.

Contactée, La Poste explique qu’elle « fait évoluer son offre de services pour accompagner les nouveaux modes de vie et de consommation de ses clients ». Elle indique qu’à Lanmeur et à Plougasnou, « les deux bureaux de poste connaissent une baisse de la fréquentation depuis 2015 de plus de 40 % alors que les horaires d’ouverture sont restés quasiment inchangés sur cette période ».

Des évolutions « soumises à l’accord des mairies »

Elle confirme que des échanges ont eu lieu avec les municipalités et annonce que « la concertation avec les deux mairies se poursuit. […] Si les bureaux de poste devaient à l’avenir évoluer vers de nouveaux points de services, […] ces évolutions seront soumises à l’accord des mairies conformément au contrat de présence postale ». L’entreprise ajoute que « des discussions sont également engagées avec la commune de Guerlesquin ».

https://www.ouest-france.fr/bretagne/lanmeur-29620/lanmeur-la-poste-envisage-de-reduire-ses-horaires-la-mairie-se-mobilise-d9718652-c717-11ec-a959-908096d3998a

 

Ouest-France

Plouguerneau. Une exposition inédite de Charb cet été au sémaphore

Publié le

Une soixantaine de dessins de Charb, décédé en 2015 dans les attentats contre Charlie Hebdo, vont être exposés. « Une exposition rare », selon les organisateurs.

Le sémaphore de Lanvaon va accueillir cet été la première exposition Bretonne sur Charb. Ici, Yann Souche en compagnie de Loic Faujour entourant la bigoudène, mascotte de l’exposition.

Le sémaphore de Lanvaon va accueillir cet été la première exposition Bretonne sur Charb. Ici, Yann Souche en compagnie de Loic Faujour entourant la bigoudène, mascotte de l’exposition. | OUEST-FRANCE

Charb était un dessinateur satirique, assassiné lors de l’attentat contre Charlie Hebdo en janvier 2015. Il en était alors le directeur de publication. Ce dessinateur prolifique a laissé derrière lui bon nombre de dessins. Certains d’entre eux seront exposés à Plouguerneau, au pied du sémaphore de Lanvaon, du 14 juillet 2022 au 14 août 2022.

Cette exposition, sera une première en Bretagne et la seconde de cette ampleur en France depuis 2015. L’idée est venue d’une adhérente de l’association Lanvaon, qui a pour but de restaurer et d’animer le lieu.

Il s’agira d’une exposition gratuite, ouverte à tous comportant plus de 60 dessins différents au format A1 (85 x 60 cm) dont la préparation a démarré en novembre 2021 »,indique Yann Souche, président de l’association, qui participe activement au projet avec Loïc Faujour, dessinateur satirique, qui connaissait bien Charb.

« Dessins accessibles à tous »

Sur site, l’ouverture au public se fera de 15 à 19 heures. Jamais une ville n’a soutenu une exposition Charb, mais là il s’agit d’une exposition intemporelle, familiale et populaire.En effet, il y a eu une sélection pour que les dessins soient accessibles à tous. C’est une exposition rare, personne ne veut montrer du Charb, il est évident que ça gène encore.

Néanmoins, Plouguerneau soutien à la fois culturellement et financièrement ce projet. Charb, Stéphane Charbonnier de son vrai nom, venait en vacances dans le Pays des Abers et appréciait beaucoup l’endroit. Nombre de ses dessins se sont inspirés à la fois du folklore breton et de la vie quotidienne des Finistériens.

En parallèle, se tiendra l’exposition itinérante du festival de dessin satirique Jet d’encre, à Landéda, ce qui fera de l’aber Wrac’h un lieu incontournable du dessin de presse pour l’été 2022.

Le public retrouvera les 60 dessins exposés dans un cahier d’exposition vendu à prix libre avec biographie de Marika et Willem.

Contact@lanvaon.net

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plouguerneau-29880/plouguerneau-une-exposition-inedite-de-charb-cet-ete-au-semaphore-9c463ec6-c6fe-11ec-934f-b17d3cbc77dc

 

Ouest-France

Saint-Martin-des-Champs. Création d’une chambre funéraire, zone du Launay

Publié le

Un centre funéraire actuellement en construction va s’ouvrir dans la zone du Launay en lieu et place des anciens bâtiments des services techniques de la commune.

Un centre funéraire actuellement en construction va s’ouvrir dans la zone du Launay en lieu et place des anciens bâtiments des services techniques de la commune. | OUEST-FRANCE

Le conseil municipal s’est réuni, mardi, soir à l’espace du Binigou.

Les élus ont validé la création d’une chambre funéraire dans la zone du Launay. Ce projet a été déposé auprès des services de la préfecture du Finistère par la SARL PF Tanguy. L’ouverture de cet établissement au public est prévue pour le mois de juin.

Cette chambre funéraire sera située 3, impasse Hippolyte-Bayard, dans la zone d’activités économiques (ZAE) du Launay. D’une superficie globale de 722 m², le bâtiment sera composé d’une partie accessible au public, comprenant un hall d’accueil, quatre chambres funéraires avec un présalon, une salle de cérémonie, un espace d’exposition (boutique) et un espace sanitaire accessible aux personnes à mobilité réduite.

Il sera composé aussi d’une partie technique, non accessible au public, destinée au personnel, avec un laboratoire, quatre cases réfrigérées, des sanitaires et d’un vestiaire d’un carport de 20 m² et d’une zone extérieure dédiée au stationnement, comprenant 27 places, dont deux réservées aux personnes à mobilité réduite. L’établissement sera ouvert tous les jours de 8 h 30 à 19 h 30.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-martin-des-champs-29600/creation-dune-chambre-funeraire-zone-du-launay-ca7e7296-923a-43b9-ba96-046709e319ce

 

Ouest-France

Plougasnou. La compagnie d’arc de Plougasnou a reçu un label

Publié le

La compagnie de Plougasnou rejoint les 21 clubs déjà labellisés en Bretagne.

La compagnie de Plougasnou rejoint les 21 clubs déjà labellisés en Bretagne. | COMPAGNIE D’ARC

La compagnie d’arc de Plougasnou a reçu le Label fédéral, dimanche. Ce label, décerné par le FFTA (Fédération française de tir à l’arc), récompense la structuration et les bonnes pratiques du club. La compagnie d’arc de Plougasnou rejoint les 21 clubs labellisés en Bretagne.

Le club, comptant un tiers d’archères, elle a reçu la certification mixité qui met en avant le sport féminin.

Le label a été remis à l’occasion du tournoi 3D, qui consiste en un parcours avec des cibles figurant des animaux fantastiques ou réels, dans le parc du château de Kernevez, à Saint-Pol-de-Léon.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plougasnou-29630/la-compagnie-darc-de-plougasnou-a-recu-un-label-b0a33d76-0cfe-4eaf-aabe-96de5a76f7a5

 

Ouest-France

De Porc en Port, un nouveau restaurant à Locquénolé

Publié le

Christophe Guihot a ouvert son propre restaurant, en avril 2022, à Locquénolé (Finistère). C’est son deuxième restaurant.

Christophe Guihot devant son restaurant « De porc en port ».

Christophe Guihot devant son restaurant « De porc en port ». | OUEST-FRANCE

Christophe Guihot vient d’ouvrir son propre restaurant à Locquénolé (Finistère). Après 18 ans aux commandes de la Brasserie de l’Europe, il a quitté Morlaix pour Locquénolé. Depuis début avril 2022, il vient d’ouvrir « De porc en port », situé au rez-de-chaussée de sa maison, 12, place de la Liberté. Une maison au cœur de Locquénolé, qui abritait autrefois L’Auberge du Vieux Chêne, dirigée de 1995 à 2001 par la fille de Jacques Martin, Élise Perraut et son époux, Sylvain Perraut, chef cuisinier. Par la suite, le bâtiment est devenu une maison d’hôtes.

« De Porc en Port », est son deuxième restaurant, après avoir créé « Le petit pressoir » à Vitré (35) en 1997. « J’habite dans ce bâtiment depuis sept ans et j’avais envie de créer un endroit familial et convivial», souligne Christophe Guihot. Il ajoute : «Coté restauration, je propose une cuisine maison à partir de produits frais et locaux. » L’établissement peut accueillir jusqu’à 34 couverts. « À Morlaix, j’étais maître restaurateur, un label délivré par la préfecture. Ici je veux ajouter un plus par une démarche liée à l’environnement», conclut-il.

Pratique : Restaurant De Porc en Port, 12, place de la liberté, Locquénolé. Déjeuner de 12 h à 14 h et dîner de 19 h à 21 h 30. Fermeture : mercredi et dimanche soir. Tèl : 02 98 15 20 33.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/locquenole-29670/de-porc-en-port-un-nouveau-restaurant-a-locquenole-8d8af2a8-c624-11ec-bdcd-1afe6b86f147

 

Ouest-France

Plounéour-Ménez. Un spectacle sur les chauves-souris pour sensibiliser à la biodiversité

Publié le

Le spectacle La symphonie des chauves-souris, qui sera présenté vendredi 6 mai 2022 à Plounéour-Ménez (Finistère), est le point d’orgue artistique d’une réflexion sur la nécessité de préserver la trame noire.

Les différents partenaires du projet se sont réunis, mercredi 27 avril 2022, sur la place du pôle culturel communal de l’ancienne poste où se déroulera le spectacle près de l’église.

Les différents partenaires du projet se sont réunis, mercredi 27 avril 2022, sur la place du pôle culturel communal de l’ancienne poste où se déroulera le spectacle près de l’église. | OUEST-FRANCE

Le spectacle de la compagnie Mycélium, compagnie d’arts de rue spécialisée dans les sujets d’environnement, La symphonie des chauves-souris se déroulera vendredi 6 mai 2022, à 21 h 21, devant le pôle culturel communal de l’ancienne poste près de l’église de Plounéour-Ménez (Finistère). Ce spectacle de rue sera le point d’orgue artistique d’un projet plus vaste qui concerne la préservation de la trame noire sur le territoire de Morlaix Communauté (Finistère) afin de protéger la biodiversité nocturne dont fait partie la chauve-souris, sentinelle de la biodiversité. Ce projet environnemental est financé par la Région, la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles) et Morlaix Communauté (Finistère) au titre de sa politique culturelle.

Une création artistique

Les étudiants de BTS Gestion et protection des espaces naturels du lycée de Suscinio, associés au Fourneau de Brest et en partenariat avec Morlaix Communauté, sont allés à la rencontre des habitants du territoire dans différentes communes, en 2020, afin de leur poser des questions sur la nécessité de réduction de l’éclairage public dans les années à venir. 80 % se sont dits favorables à une telle mesure, afin de protéger la biodiversité.

La phase de résidence artistique de la compagnie Mycélium, qui s’est déroulée à la manufacture de Morlaix en 2021, et de création, avec les élèves du lycée de Suscinio en mars 2022, donne naissance à ce spectacle d’art de la rue. Il s’agit aussi d’une sensibilisation artistique pour le grand public et une présentation aux élus d’un calendrier de réduction de l’éclairage public pour les années à venir.

Un projet pour tout le territoire

Après les rencontres avec les habitants de la côte, le choix de la commune et des monts d’Arrée pour donner ce spectacle n’est pas le fruit du hasard. En effet, ce sera l’occasion d’inaugurer la place du pôle culturel, dédiée au spectacle vivant, situé tout près de l’église, qui est le refuge de nombreuses chauves-souris.

Le spectacle se déroule à la tombée de la nuit afin que les spectateurs soient plongés dans l’univers sensoriel des mammifères nocturnes. En complicité avec le public, les artistes vont capter et traduire les ultrasons et établir un dialogue en musique avec elles pour leur transmettre des questions et des pensées.

Une restauration et une buvette seront assurées par l’association Les ailes de Maïyna.

Vendredi 6 mai 2022, La symphonie des chauves-souris, à 21 h 21, place du pôle culturel de l’ancienne poste, près de l’église. Tout public. Accès libre et gratuit. Durée 50 minutes.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plouneour-menez-29410/plouneour-menez-un-spectacle-sur-les-chauves-souris-pour-sensibiliser-a-la-biodiversite-af78ca7e-c6c5-11ec-934f-b17d3cbc77dc

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
28 avril 2022

Aalin Goutal

http://goutal.over-blog.com/2022/04/couche-adolf.html

 

Ouest-France

Finistère. Le panneau qui symbolise le premier village résistant de France a été vandalisé

Publié le

Dimanche 24 avril 2022, un riverain a remarqué que le panneau qui expliquait l’histoire ​du village de Trédudon Le Moine, à Berrien (Finistère), avait été vandalisé. La commune a reçu le titre de premier village résistant de France en 1947.

La stèle de Trédudon Le Moine a été vandalisée le jour du souvenir des déportés, dimanche 24 avril 2022. Il a été démonté depuis pour être remplacé.

La stèle de Trédudon Le Moine a été vandalisée le jour du souvenir des déportés, dimanche 24 avril 2022. Il a été démonté depuis pour être remplacé. | OUEST-FRANCE

Dimanche 24 avril 2022, le panneau racontant l’histoire du village de Trédudon Le Moine, à Berrien (Finistère) a été vandalisé. Nous avons été alertés dimanche matin par une personne résidant dans le village. J‘ai aussitôt procédé à un signalement auprès de la gendarmerie de Carhaix. Une brigade s’est rendue sur place le lundi afin de relever des indices, ​indique Hubert Le Lann, le maire, scandalisé par ce vandalisme.

Premier village résistant de France

Le village, classé comme le premier village résistant de France, possède une stèle explicative. De juin 1940 à août 1944, le village a maintenu une parcelle de France libre. Dès le 16 juin 1940, l’organisation clandestine du Parti communiste français, dirigée par Pierre Plassart, y a stocké des armes britanniques avec la complicité et le soutien de toute sa population.

Un refuge pour les résistants traqués

Trédudon Le Moine sera à la fois un dépôt d’armes, un refuge pour les résistants traqués, un lieu de réunion et un centre de décision pour les dirigeants nationaux et régionaux des Francs-tireurs et partisans français (FTPF). C’est pourquoi l’État-major national lui a décerné le titre de premier village résistant de France.

Le panneau démonté

La stèle a été inaugurée en 1947 par le professeur Marcel Prenant chef d’état-major des FTPF et les chefs régionaux en présence de l’ensemble des résistants du département. La municipalité a fait démonter le panneau afin de tenter d’effacer les traces de peinture. Sachant que les méfaits se sont produits le jour du souvenir des déportés, faut-il y voir un symbole ? », ​s’inquiète Hubert Le Lann. La municipalité de Berrien a décidé de procéder au remplacement du panneau dans les délais les plus brefs.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/berrien-29690/a-berrien-le-panneau-sur-l-histoire-du-premier-village-resistant-tredudon-le-moine-vandalise-bd093284-c6d2-11ec-934f-b17d3cbc77dc

 

Ouest-France

En Bretagne, les agents des routes ne se sentent plus en sécurité

Publié le

Déjà treize accidents depuis le 1er janvier 2022, lors d’interventions des agents de la Direction interdépartementale des routes (DIR) Ouest. Un bilan alarmant dressé ce mercredi 27 avril 2022, près de Guingamp (Côtes-d’Armor), à l’issue de la cérémonie d’hommage à Yves Scolan, agent décédé en service en avril 2012.

Des engins de la DIRO sur la RN12, en 2016.

Des engins de la DIRO sur la RN12, en 2016. | DAVID ADEMAS / OUEST FRANCE ARCHIVES

Cérémonie émouvante ce mercredi 27 avril 2022, au centre d’entretien et d’intervention de la Direction interdépartementale des routes (DIR) Ouest de Guingamp (Côtes-d’Armor). Frédéric Lechelon et Arnaud Gauthier, directeur et directeur adjoint de la DIR Ouest, Dominique Laurent, sous-préfète de Guingamp, ont rendu hommage à Yves Scolan, ancien agent d’exploitation, victime d’un accident mortel le 24 avril 2012, dans l’exercice de ses fonctions​.

En présence de son épouse, de son fils et de nombreux collègues, une gerbe a été déposée devant la plaque du souvenir.

Arnaud Gauthier et Frédéric Lechelon, directeur adjoint et directeur de la DIR Ouest, et Dominique Laurent, sous-préfète de Guingamp, devant la plaque en souvenir à Yves Scolan. | OUEST-FRANCE

Des accidents en progression

À l’issue de la cérémonie, Frédéric Lechelon a tenu à pointer la recrudescence des accidents sur les fourgons de la DIR Ouest. Nous en sommes à treize depuis le 1er janvier 2022​, déplore-t-il. Avant de préciser qu’entre 2009 et 2021, la moyenne était de 18 accidents par an​.

Je crains que, cette année, nous ne dépassions notre triste record annuel de 2018, avec 38 accidents​, ajoute Arnaud Gauthier.

Des répercussions pour les agents

Ces accidents, même quand ils ne sont que matériels, ont des effets sur les agents. Ils ne se sentent plus en sécurité pour effectuer leur travail​, livre le directeur adjoint. Et pourtant, toutes les mesures de sécurité sont prises pour annoncer les chantiers. ​Des chantiers opérés le long des 1 063 km de routes, les 25 aires de repos, ou bien encore les 1 095 ouvrages d’art entretenus par les 443 agents en poste à la DIR Ouest.

Lire aussi : TÉMOIGNAGE. « Il a foncé dans le chantier à 140 km/h » : les agents des routes en danger grandissant

L’inattention des usagers en cause

Pour Frédéric Lechelon et Arnaud Gauthier l’inattention est la première cause de ces accidents​. L’occasion pour eux de rappeler les bons réflexes à adopter : ralentir dès l’annonce du chantier, être très attentif, respecter la vitesse et les distances de sécurité, anticiper les changements de voie, utiliser les clignotants et surtout, prendre en compte la sécurité des agents.

Autant de précieux conseils qu’ils réitéreront jeudi 28 avril dans le Morbihan, après une cérémonie en hommage à Jean-Noël Jégo, un agent de 47 ans, décédé lui aussi dans l’exercice de ses fonctions, le 2 avril 2002.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/guingamp-22200/en-bretagne-les-agents-des-routes-ne-sentent-plus-en-securite-6ab22b76-c637-11ec-9d59-fb23aa78f5fe

 

Ouest-France

Brest. Tiphaine Verot en immersion à la capitainerie

Publié le

Étudiante à l’UBO, Tiphaine Verot a décroché un stage à la capitainerie du port de Brest (Finistère), une expérience très enrichissante.

« À la capitainerie, j’apprends beaucoup de choses sur le fonctionnement du port », souligne Tiphaine Verot.

« À la capitainerie, j’apprends beaucoup de choses sur le fonctionnement du port », souligne Tiphaine Verot. | OUEST-FRANCE

Après avoir passé une licence de droit à Angers, c’est à Brest (Finistère) que Tiphaine Verot est venue poursuivre ses études. En master de droit des espaces maritime à l’UBO (Université de Brest occidentale), et après des recherches pour découvrir quelque chose de plus général sur le domaine maritime, elle a décroché un stage à la capitainerie du port.

« Tous les jours j’accompagne les officiers de port pour participer au positionnement et à la mise à quai de navires, à leur appareillage. Également aux rondes de sécurité, ainsi qu’aux réunions portuaires avec la capitainerie, explique la jeune fille originaire des Sables-d’Olonne. J’ai eu la chance d’aller à bord du paquebot Costa Smeralda, pour faire un travail de traduction sur l’accueil au port des navires à propulsion au GNL (gaz naturel liquéfié). Également un travail sur les navires Russes. » Son stage lui permet de découvrir le fonctionnement du port et de rencontrer les acteurs du lamanage, pilotage, remorquage, consignataires, réparation navale, Navaleo…

Plusieurs cordes à son arc

Tiphaine, qui a passé à Rennes son brevet de sapeur-pompier professionnel, a suivi en 2017 une formation SNSM (Société nationale de sauvetage en mer) en Vendée. Ce qui lui permet de donner un coup de main au centre de formation SNSM de Brest.

Jusqu’au 13 mai, Tiphaine pourra encore découvrir les multiples facettes du fonctionnement du port, un vaste domaine qu’elle trouve très intéressant. Très positif, ce stage d’observation sur le terrain au port élargie ses connaissances, lui permet de constater qu’entre la théorie et la pratique, il y a souvent une différence. Coté projets, Tiphaine, passionné par le domaine maritime, espère passer le concours d’administrateur des Affaires maritimes.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/brest-tiphaine-verot-en-immersion-a-la-capitainerie-3cb4b726-c52d-11ec-b88e-3c91b49499ba

 

  Le Diben mercredi 27 avril 2022

Plougasnou. Le "Côte de Bretagne" en pleine action de prélèvement de sable dans notre belle Baie de Morlaix

Le "Côte de Bretagne". Photo pyb29

Le "Côte de Bretagne". Photo pyb29

Le "Côte de Bretagne" en pleine action de pillage de sable en Baie de Morlaix.  Que font nos élus pour faire stopper ces prélèvements ? Bientôt, il n'y aura plus de sable sur nos plages.

EMMANUEL MACRON, PROTÉGEZ LES AIRES MARINES PROTÉGÉES

 

Ouest-France

Baie de Morlaix. Comment rendre plus costaud le trait de côte ?

Publié le

Évaluer le recul du trait côtier c’est bien. Le prévenir, c’est encore mieux. Morlaix communauté et le conseil départemental du Finistère mettent en place des dispositifs pour renforcer les falaises et éviter que des pans ne se désolidarisent. À Plougasnou (Finistère), des toiles de chanvre permettent à la végétation de revenir.

Des toiles en chanvre ont été installées sur la falaise de la pointe Annalouesten, à Plougasnou. Elles permettent de refixer la végétation et de renforcer la falaise. Elles sont devenues grises au bout d’un an et demi, les récentes s’aperçoivent au second plan.

Des toiles en chanvre ont été installées sur la falaise de la pointe Annalouesten, à Plougasnou. Elles permettent de refixer la végétation et de renforcer la falaise. Elles sont devenues grises au bout d’un an et demi, les récentes s’aperçoivent au second plan. | OUEST-FRANCE

Le soleil caresse le flanc de la falaise de la pointe Annalouesten, à Plougasnou (Finistère). L’endroit est apprécié par les randonneurs, offrant un panorama exquis de la Manche. Malheureusement, les piétinements et les bâtons de marche fragilisent le sol. « Ils créent des tassements et mettent à nu des zones où il y avait de la végétation, souligne Lucille Bozec, chargée de mission Submersion marine et érosion du trait de côte à Morlaix communauté. Les bâtons, quant à eux, font des petits trous, où l’eau va s’infiltrer. »

Des barrières mono-fils ont été installées à la pointe Annalouesten, à Plougasnou, pour limiter les piétinements des randonneurs sur le sentier et éviter de fragiliser davantage la falaise. | OUEST-FRANCE

Cela pose un problème, alors que la falaise doit déjà faire face aux affres de la mer, de ses tempêtes et de ses marées. Outre la surveillance mise en place par l’Agglo pour mesurer concrètement le recul du trait de côte, il faut aussi donner un coup de pouce à la nature pour qu’elle reprenne des forces. Déjà, pour canaliser la fréquentation, des barrières monofils, même si on peut les franchir aisément, indiquent aux promeneurs de se contenter du sentier.

Un tapis biodégradable efficace en une fois

Sur la pointe, une fois le sentier côtier descendu, un groupe d’étudiants s’affairent sur la gauche, le dos en boule. En BTS au lycée Suscinio de Morlaix, ils fixent au sol des toiles en chanvre, de couleur caramel, à l’aide d’agrafes en métal. « Les graines des plantes vont se fixer à l’intérieur, ainsi que les sédiments. Cela va recouvrir de végétaux les toiles, et renforcer la falaise », indique Benjamin Urien, technicien à Morlaix communauté. Toute cette partie, qui appartient au Département du Finistère, est recouverte, le chantier étant délégué au lycée.

Le chanvre est biodégradable et deviendra gris avec le temps. Sa durée de vie est d’environ deux ans. Avantage : désintégré, il n’y aura plus besoin d’en installer d’autre : la nature aura repris ses droits.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plougasnou-29630/baie-de-morlaix-comment-rendre-plus-costaud-le-trait-de-cote-63178ef8-c586-11ec-8daf-bc3a125e9d8c

 

Ouest-France

Trédrez-Locquémeau. Les moules de Locquémeau victimes de leur succès

Publié le

Valérie et Martine adorent les moules de Locquémeau, Christian les conseille sur la quantité nécessaire pour chaque personne.

Valérie et Martine adorent les moules de Locquémeau, Christian les conseille sur la quantité nécessaire pour chaque personne. | OUEST-FRANCE

C’est le printemps et les moules de Locquémeau sont de retour aux halles du port. Et les gens du coin et touristes qui ont encore en bouche le goût de ces bivalves se bousculent déjà au portillon pour les déguster avec des frites. Valérie et Martine qui ont fait le déplacement depuis Lannion sont de ceux-là.

Elles les préfèrent, et de loin, à celles de bouchot et adorent le goût iodé de ces moules élevées en pleine mer, en eau profonde, dans la baie de Lannion, au large de Locquémeau. Ce soir, pour le repas du soir, elles les cuisineront à leur sauce.

Christian, en bon professionnel qui a grandi avec les marées, trouve le temps de dispenser quelques bons conseils à ses clients, dont la plupart sont des fidèles qui lorgnent vers les horaires d’ouverture des halles.

Le mercredi et vendredi, de 16 h à 18 h 30, aux halles du port, vente de moules. Le lundi, mercredi et vendredi en juillet et août (aux mêmes heures).

https://www.ouest-france.fr/bretagne/tredrez-locquemeau-22300/les-moules-de-locquemeau-victimes-de-leur-succes-b1ce1de1-c02b-4600-9cd7-0a2ffbfbc0a1

 

Ouest-France

Argent public. La Chambre régionale des comptes a publié 50 rapports d’observations définitives

Publié le

Algues vertes, Syndicat mixte Mégalis Bretagne (très haut débit), établissements et service d’aide par le travail (Esat), gestion de communes, de structures intercommunales et d’associations… La Chambre régionale des comptes a émis 235 recommandations. En 2020, elles ont été appliquées à près de 82 % par les organismes contrôlés.

Sophie Bergogne, présidente de la Chambre régionale des comptes Bretagne : « En 2022, nous avons déjà en tête deux rapports de synthèse régionaux : la situation financière des collectivités bretonnes et les îles du Ponant. »

Sophie Bergogne, présidente de la Chambre régionale des comptes Bretagne : « En 2022, nous avons déjà en tête deux rapports de synthèse régionaux : la situation financière des collectivités bretonnes et les îles du Ponant. » | OUEST-FRANCE

Algues vertes, syndicat mixte Mégalis Bretagne (très haut débit), laboratoire d’analyses Labocéa, établissements et service d’aide par le travail (Esat), gestion de communes, de structures intercommunales et d’associations… En 2021, la Chambre régionale des comptes (CRC) Bretagne, cette structure destinée notamment à contrôler les comptes des collectivités territoriales et leurs établissements publics, a publié 50 rapports d’observations définitives. Selon sa présidente, Sophie Bergogne, elle « a renoué avec une productivité élevée », après une année 2020 marquée par la crise sanitaire, « avec un délai moyen de traitement des affaires de onze mois ».

« Nous avons travaillé sur deux axes : dune part, les sujets qui intéressent les citoyens, d’autre part, l’accompagnement des collectivités pour améliorer leur gestion », a indiqué la magistrate, ce mardi 26 avril 2022, au cours d’une conférence de presse destinée à présenter le rapport annuel d’activité de la CRC.

« Une méthode de travail collective »

À l’issue de ses contrôles, la CRC a rendu 235 recommandations. 81,6 % de ses recommandations émises en 2020 ont été totalement ou partiellement mises en œuvre par les structures concernées, un an après les contrôles. « C’est un chiffre très substantiel, très bon, note le magistrat Fabien Filliatre. Parfois, les organismes contrôlés vont au-delà de nos recommandations. »

L’évaluation de la politique publique de lutte contre la prolifération des algues vertes en Bretagne constitue l’un des plus gros dossiers traités par la Chambre régionale des comptes, avec vingt-quatre mois de travail, huit magistrats et vérificateurs mobilisés, une cinquantaine d’organismes rencontrés et « une avancée importante : u ne méthode de travail collective », note Sophie Bergogne.

« Aboutir à moyen terme, en 2027 »

« Dix mois après notre rapport, on peut constater des avancées concrètes et précises », indique le magistrat Eric Thibault : nomination d’un chargé de mission pour concentrer le travail dans les départements concernés, « moyens financiers nouveaux pour les exploitants », programme d’actions à trois ans dans chaque baie. Pour autant, le magistrat rappelle que « le chemin est long pour aboutir » et évoque des pistes d’amélioration : l’extension des actions à toutes les zones de vasière comme le golfe du Morbihan, l’application immédiate de mesures réglementaires, le renforcement des effectifs de contrôle… « L’objectif est d’aboutir à moyen terme, c’est-à-dire en 2027, et réduire de manière significative les algues vertes dans l’ensemble des baies. Si les mesures tardent, on n’aura pas ou très peu de résultats significatifs en 2027. »

https://www.ouest-france.fr/bretagne/argent-public-la-chambre-regionale-des-comptes-a-publie-50-rapports-d-observations-definitives-fb3eda20-c585-11ec-bf64-3c5ed6d40b76

 

Ouest-France

Baie de Morlaix. Le recul du trait de côte est désormais scruté et mesuré

Publié le

L’érosion du trait de côte n’est pas un mythe et l’Agglo de Morlaix va bientôt pouvoir le chiffrer. Jusqu’ici, des photographies aériennes pouvaient en attester, mais un suivi régulier avec des mesures très précises vient tout juste d’être mis en place. Sept sites sont scrutés.

Lucille Bozec, chargée de mission risques littoraux à Morlaix communauté, qui a la charge de mesurer les données du trait de côte, et Sébastien Marie, élu en charge de la biodiversité et la gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations à l’Agglo.

Lucille Bozec, chargée de mission risques littoraux à Morlaix communauté, qui a la charge de mesurer les données du trait de côte, et Sébastien Marie, élu en charge de la biodiversité et la gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations à l’Agglo. | OUEST-FRANCE

Les dunes, les falaises et le trait de côte en général s’érodent. C’est une certitude. Pour le quantifier précisément et apporter une réponse adaptée, Morlaix communauté a intégré l’Observatoire des risques côtiers Osirisc et va surveiller l’évolution de sept sites du littoral.

Est-ce qu’on a une idée concrète de l’érosion du trait de côte en baie de Morlaix ?

Il existe très peu de données, hormis des photographies aériennes prises à différentes périodes. Sinon, c’est « une question de sensibilité, quand on regarde les falaises », souligne Sébastien Marie, élu en charge de la biodiversité et la gestion des milieux aquatiques et préventions des inondations (Gemapi) à Morlaix communauté.

Une chose est sûre : le trait de côte a reculé, le constat est global à l’échelle nationale. « Notre secteur est plus protégé qu’en Aquitaine et moins densifié d’habitats. »

Que faire pour mieux l’appréhender ?

En 2020, Morlaix communauté a adhéré à l’Observatoire des risques côtiers Osirisc, mené à l’échelle de l’UBO, à Brest. Ce dernier mesure les phénomènes qui permettent de comprendre les évolutions des territoires côtiers, comme la submersion et l’érosion. L’université prête ainsi du matériel de mesure (d’une valeur d’environ 4 000 €) à l’Agglo. En échange, la collectivité transférera à l’observatoire les données collectées par le service Gemapi.

Sept sites ont été choisis dans ce suivi. « L’idée est de voir ce qui accélère l’érosion, car si une dune recule pendant un hiver, cela ne veut pas forcément dire qu’elle va reculer pendant dix ans », expose Lucille Bozec, chargée de mission risques littoraux à Morlaix communauté.

Comment ont été sélectionnés ces sept sites ?

Les sept sites suivis par Morlaix communauté pour mieux appréhender l’érosion du trait de côte. | OUEST-FRANCE

Morlaix communauté, c’est 80 km de littoral. Plougasnou est particulièrement bien représentée puisque trois sites y ont été choisis : Saint-Samson, Le Guerzit et la plage de Primel. « À elle seule, elle comprend 17 km de côte. On prend des endroits qui sont urbanisés », poursuit Sébastien Marie.

L’île Callot a deux points de mesure : Park an Aod/Park an IIiz, qui est dunaire et Poul Mouvan, des falaises. « Selon certaines projections, elle pourrait être coupée en deux par la mer. »

Autre point noir, emblématique, c’est le Moulin de la rive, à Locquirec. Notamment parce que des habitations sont nombreuses à être très près de la mer. Ces sites ont été pris car « ils présentent des enjeux avec de l’habitat, des activités professionnelles, des routes ou des sentiers. »

Un bout de la falaise du Guerzit, à Plougasnou, fraîchement tombé. Le sentier de randonnée avait déjà été reculé d’une dizaine de mètres, il y a quelques années. | OUEST-FRANCE

Comment ces mesures vont être réalisées ?

Les premiers relevés vont commencer ce printemps 2022 et une seconde série, à l’automne, pour comparer les deux saisons et l’impact des tempêtes.

Ces petites balises permettent à Morlaix communauté de faire son suivi exactement au même endroit. Il y en a deux par an : un au printemps et l’autre en automne. | OUEST-FRANCE

Six sites seront suivis avec des relevés GPS, où « le pied de falaise ou de la dune sera mesuré. L’avantage, c’est qu’on aura une précision centimétrique », souligne Lucille Bozec, qui s’occupera personnellement des mesures.

Des mesures spéciales seront réalisées à La Chaise du curé. « On mène un test avec la photogrammétrie, qui modélise la falaise. Cela nécessite un lourd traitement informatique, et on ne sait pas ce que ça va donner avec la végétation. » Pour ce faire, un appareil photo et un laser permettront de calculer précisément les distances.

Qu’est-ce qui produit le recul du trait de côte ?

Essentiellement la pluie et la mer. « Avec les tempêtes et les marées, les vagues viennent grignoter soit les dunes, soit les falaises, avance Lucille Bozec. Mais les sols sont également fragilisés par les ruissellements des eaux de pluie. Cela crée des infiltrations qui font gonfler les argiles et rendent les falaises très meubles. »

Au Guerzit, à Plougasnou, le phénomène est très visible : des pans de terre sont tombés récemment. « On a déjà dû reculer son sentier côtier d’une dizaine de mètres. Il faut donc agir. Tant qu’il y aura une volonté politique, on poursuit les mesures pour avoir le plus de recul possible et répondre en conséquence », rappelle Sébastien Marie.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plougasnou-29630/baie-de-morlaix-le-recul-du-trait-de-cote-est-desormais-scrute-et-mesure-fd850322-c544-11ec-8daf-bc3a125e9d8c

Photo pyb29

Photo prise le 25 avril 2022 sur le sentier du Guerzit. Photo pyb29

 

Ouest-France

Législatives en Finistère : ça travaille en coulisses

Publié le Christian GOUEROU

Carnet de campagne. En Finistère, à Landerneau, verrons-nous une candidature Horizons, le parti politique d’Édouard Philippe ? Où en est l’union à gauche à Morlaix ? Petits échos politiques…

Dimanche 24 avril à la mairie de Quimper, vers 20 h : la députée LREM applaudit quand une élue PCF et une élue de la majorité socialiste de Quimper n’en font rien.

Dimanche 24 avril à la mairie de Quimper, vers 20 h : la députée LREM applaudit quand une élue PCF et une élue de la majorité socialiste de Quimper n’en font rien. | OUEST-FRANCE ARCHIVES

Pourquoi pas une candidate Horizons à Landerneau ?

On en parle à nouveau ! Cet hiver, le scénario d’une candidature Horizons (mouvement de l’ancien Premier ministre Édouard Philippe) avait été évoqué dans la circonscription de Landerneau-Landivisiau. Le nom d’Alexandra Guilloré, conseillère régionale, élue sur le quota de droite de la liste LREM, vice-présidente de l’agglomération de Landerneau, apparaissait sur les prompteurs. Pas franchement macroniste, mais bien soutien d’Édouard Philippe, elle pourrait être cette candidate. En février, l’intéressée avait démenti. Mais, l’information revient par la fenêtre. Avec un joker ! La candidate aurait pour suppléant le maire de Landerneau, Patrick Leclerc, qui a une petite revanche à prendre depuis 2017. Graziella Melchior, la députée LREM sortante, devra-t-elle affronter cette concurrente au 1er tour ? À gauche, avant qu’on ne parle d’union, Nathalie Sarrabezolles (PS) était déjà sur les rangs.

Morlaix : à gauche, quatre candidats ou l’union ?

On continue la lutte pour les élections législatives, afin d’essayer d’avoir le plus de députés possible à l’Assemblée nationale​, soulignait Dominique Ardon, référente du pays de Morlaix pour La France insoumise. Elle devrait aligner une candidature avec Ali Azzala, l’autre référent local. Alors, tant pis pour l’union que le potentiel candidat socialiste Gwenegan Bui aimerait pourtant incarner ? En fonction des négociations nationales, l’ex député PS sortira du bois, ou non.

Ce mariage de raison, s’il existe, se fera-t-il sans les communistes qui ont déjà dévoilé leur candidate, Valérie Scattolin ? Sans Europe-écologie les Verts, qui présenterait une candidature commune avec Génération. s et Génération écologie. Il s’agirait de Charlotte Lepitre ou Josselin Boireau, qui avaient incarné cette union bien solitaire des écolos aux élections départementales de juin 2021.

Tony Bihouée, candidat Rassemblement national à Morlaix

Le trentenaire Tony Bihouée vient d’annoncer sa candidature aux prochaines législatives, dans la quatrième circonscription du Finistère, à Morlaix. C’est la deuxième fois que le RN l’investit pour une élection : il s’était présenté, en binôme avec Renée Thomaïdis, aux élections départementales de 2021, dans le canton de Landivisiau. Pour juin 2022, il en appelle à tous les patriotes et amoureux de la France à se mobiliser sur ma candidature​. Tony Bihouée est natif de Morlaix, et est assistant qualité dans l’agroalimentaire.

Fortuné Pellicano : « Emmanuel Macron, le seul choix qui s’imposait »

Fortuné Pellicano, candidat (Parti radical de gauche) aux élections législatives dans la deuxième circonscription du Finistère, à Brest, réagit aux résultats de la présidentielle.Je remercie les électeurs républicains et humanistes qui ont pris leurs responsabilités et fait le seul choix qui s’imposait​, écrit-il. Selon lui, Emmanuel Macron devra maintenant entendre la colère sociale et ne pas rester sourd au contexte inédit et inquiétant de sa réélection​.

Qui est chez Zemmour ?

Mais de qui donc parlait Kevin Faure, élu PS de l’opposition départementale, quand il disait, hier, que des personnes de la droite départementale avaient migré vers l’extrême droite ? Il s’agit d’Yves Pagès, maire de Plouzané entre 2001 et 2008, qui a choisi de rejoindre Reconquête, le mouvement d’Éric Zemmour.

Yves Pagès défendait les couleurs de la droite et du centre dans le canton de Brest-1 aux élections départementales de juin 2021. Sans succès. Cet hiver, il réfutait l’étiquette extrême droite apposée à Éric Zemmour : Ce sont ses adversaires qui disent ça ! Aujourd’hui, plus personne en France ne se revendique de Mussolini ou du fascisme !déclarait-il le 21 février. Reconquête compte dans ses rangs des personnalités de l’extrême droite française, anciens proches de Bruno Mégret ou anciens du FN.

https://www.ouest-france.fr/elections/legislatives/legislatives-en-finistere-ca-travaille-en-coulisses-49d144fe-c543-11ec-8daf-bc3a125e9d8c

 

http://fdata.over-blog.com/1/07/36/47/header_article_tmpphpWQfzdx.jpg
26 avril 2022

Alain Goutal

http://goutal.over-blog.com/2022/04/cui-la-je-l-remets.html

Si Macron ne lui donne pas de poste il est capable de proposer ses services à Poutine. C'est un mange merde ce mec.

 

Ouest-France

Plougasnou. Le Diben s’est drapé des puces et artisanat de la mer

Publié le

L’Association nautique La Méloine organisait, dimanche, les puces et artisanat de la mer, au port du Diben. Les stands proposaient des objets de décoration marine, des maquettes de bateaux, des articles de mer et de pêche.

Une brochure de bonnes pratiques de la plaisance et de la pêche de loisir était remise au public, en version adulte ou enfant, par les bénévoles de l’association.

« Une de nos missions, outre l’animation du port et le rassemblement de ses utilisateurs, est la promotion de ces bonnes pratiques, notamment les périodes de capture et les tailles à respecter, explique Dominique Ropars, président de l’association. Nous sommes à nouveau en croissance avec 140 membres, et nous travaillons avec Morlaix communauté au développement du port, en particulier pour la création d’une zone de carénage pour les plaisanciers. »

Sur le port, le chantier de rénovation des anciens viviers est en cours, mais aucun projet candidat à l’utilisation de cet espace n’a encore été confirmé.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plougasnou-29630/le-diben-sest-drape-des-puces-et-artisanat-de-la-mer-22f739ae-1630-49c6-84a5-ca4bdcfcbfec

 

Ouest-France

Mobilisation contre la nouvelle unité de l’hôpital Morvan, jour de son ouverture

Publié le

Ce lundi 25 avril 2022, à Brest (Finistère), jour d’ouverture de la nouvelle unité à l’hôpital Morvan, une nouvelle mobilisation a eu lieu contre la fusion des services de dermatologie, ORL et ophtalmologie, à l’appel de la CGT.

Nouvelle mobilisation de la CGT contre la fusion des services d’ophtalmologie, ORL et dermatologie à l’hôpital Morvan.

Nouvelle mobilisation de la CGT contre la fusion des services d’ophtalmologie, ORL et dermatologie à l’hôpital Morvan. | OUEST-FRANCE

Ce lundi 25 avril 2022, jour d’ouverture de la nouvelle unité à l’hôpital Morvan, une nouvelle mobilisation a eu lieu contre la fusion des services de dermatologie, ORL et ophtalmologie, à l’appel de la CGT. Le syndicat dénonce un « passage en force ». Il revendique un binôme d’agents supplémentaire sur l’hospitalisation continue. Le projet, initialement prévu au 1er mars, avait été reporté à avril.

Plusieurs mobilisations intersyndicales ont refusé ce projet. La CFDT a aussi appelé à des débrayages les lundi 25 et mardi 26 avril.

Une nouvelle journée de mobilisation est prévue jeudi 28 avril, à l’occasion du comité technique d’établissement du CHRU de Brest-Carhaix.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/mobilisation-contre-la-nouvelle-unite-de-l-hopital-morvan-jour-de-son-ouverture-8ab